OK
Accueil > Marchés > Cotation SBF 120 > Actus SBF 120

Les notations extra-financières, preuve de l'engagement RSE des entreprises


Actualité publiée le 16/09/22 13:07

De nos jours, les entreprises se sentent concernées face aux bouleversements environnementaux et sociaux qui touchent la planète. Le secteur postal en premier lieu : chaque année depuis quatre ans, le « Green Postal Day » rappelle la mobilisation et le travail en synergie des 18 opérateurs postaux du monde entier réunis au sein de l’IPC (International Post Corporation). Pour le groupe La Poste, cet engagement se traduit sa démarche RSE (Responsabilité sociétale des entreprises), qui correspond à toutes les initiatives sociales, économiques et environnementales qui favorisent les enjeux de développement durable. Une politique mise en lumière par des notations extra-financières, qui visent à évaluer les comportements sociaux et environnementaux des entreprises à travers les critères ESG (Environnementaux, sociaux, gouvernance).

Face aux multiples enjeux sociétaux et environnementaux accentués par la crise de la Covid-19, les entreprises françaises ont définitivement pris conscience qu’elles avaient le devoir d’agir. C’est pourquoi une très grande majorité d’entre elles pensent que la RSE est aujourd’hui essentielle pour contribuer au développement durable de la planète.

Pour rappel, une entreprise qui pratique la RSE va s’organiser pour que son activité ait un impact positif sur la société et respecte l’environnement, tout en étant économiquement viable. Un équilibre subtil construit en collaboration avec des parties prenantes : collaborateurs, clients, fournisseurs, actionnaires ou encore acteurs du territoire.  

Selon le baromètre RSE 2021, 83% des grands groupes et 65% des ETI (Entreprises de taille intermédiaire) disent se mobiliser sur les sujets RSE. Le mouvement se ressent également dans les plus petites entreprises, avec plus d’une TPE (Très petite entreprise) et PME (Petite et moyenne entreprise) sur trois qui lancent des actions notamment autour de l’environnement.

Afin de juger une entreprise sur sa politique RSE, il existe des organismes de notation extra-financière. Contrairement aux agences traditionnelles, ces sociétés indépendantes n’évaluent pas la solvabilité de la structure, mais ses comportements environnementaux, sociaux et sa gouvernance, soit les critères ESG.

Pour rappel, les critères ESG rendent compte des agissements d’une société dans l’écologie (gestion des déchets, réduction des émissions de gaz à effet de serre, baisse de la consommation énergétique, prévention, sensibilisation…), dans le social (respect du droit du travail, dialogue social, parité des sexes, inclusion des personnes en situation de handicap…) et dans sa gouvernance (lutte contre la corruption, respect de la transparence et de la rémunération des dirigeants, relation avec les syndicats, rapport entre les actionnaires, la direction et le conseil d’administration…).

La notation extra-financière permet donc aux entreprises qui le souhaitent de connaître leur positionnement en termes de responsabilité sociale et environnementale. Cette notation peut aussi être effectuée à la demande d’investisseurs voulant estimer la responsabilité sociale d’une entreprise avant de l’intégrer dans son portefeuille.

De nombreuses agences de notation extra-financière existent à travers le monde. On peut, entre autres, citer le CDP (organisation internationale de référence en matière d’évaluation des stratégie climat d’entreprises), l’agence Vigeo Eiris (société renommée qui évalue les performances RSE des entreprises, en matière ESG) ou encore EcoVadis (leader mondial d’évaluation et d’amélioration de la performance RSE des entreprises).

Il y a quelques mois, ces trois agences ont notamment évalué le niveau d’engagement RSE du groupe La Poste. L’entreprise française a obtenu 3 notations qui viennent confirmer son engagement sociétal et la poursuite de ses actions en matière RSE. Notons que La Poste, en qualité d’entreprise à mission depuis 2021, s’efforce d’intégrer les enjeux environnementaux, sociaux et sociétaux au cœur de son plan stratégique « La Poste 2030 : engagée pour vous ».

Le CDP a positionné le groupe parmi la liste A sur le volet « Climate Change ». La Poste rentre ainsi dans le club très fermé des 200 entreprises au monde à y figurer. En France, seules 22 entreprises sont recensées dans la liste A du CDP. « Pour obtenir un A sur le critère climat, les entreprises doivent disposer d’une gouvernance climatique solide, d’un processus de gestion des risques rigoureux, des émissions de scopes 1 et 2 vérifiées et d’objectifs de réduction des émissions sur l’ensemble de leurs chaînes de valeurs », précise l’organisation internationale.

L’agence Vigeo Eiris a quant à elle attribué au groupe La Poste le 1er rang mondial tous secteurs confondus, et ce pour la 3ème année consécutive. Le groupe français obtient un score global de 77/100 et supplante plus de 4 942 autres entreprises évaluées. Il faut souligner le score très élevé de 91/100 sur le pilier environnemental, preuve de l’engagement et des efforts permanents de La Poste dans ce domaine.

Enfin, Ecovadis a une nouvelle fois attribué la médaille Platinium au groupe La Poste, avec une note de 75/100. « Ce score correspond au niveau de reconnaissance le plus élevé parmi plus de 60 000 entreprises évaluées par Ecovadis dans le monde », précise La Poste dans un communiqué.

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le avec vos amis avec les boutons ci-dessous.

Twitter Facebook Linkedin email
qnltPUIBzrKW-jD-R2pLjXnls2llax6pVM4Z3u1Vo3O9S2ihk1CW5ppG_LTRCXZm

Investir en Bourse avec Internet