OK
Accueil > Apprendre  > Théories de Gann et d'Elliott

La théorie des vagues d'Elliott (2/2)

Variations autour de la vague d'impulsion

Comme nous l'avons vu plus haut, certaines entorses peuvent être faites sur la formation de la vague d'impulsion. On trouve deux cas particuliers principaux qui sont les extensions et les invalidations.

Les extensions

La figure la plus fréquente est la formation d'une extension sur une des sous vagues d'impulsion 1,3 ou 5. Dans ce cas la vague d'impulsion ne compte plus 5 vagues mais 9 vagues, l'une d'entre elles se décomposant en 5 sous vagues.

Généralement l'extension ne se rencontre que sur une des trois vagues 1,3,5, mais dans certains cas assez rares on constate une extension sur deux vagues.

Elliott ayant été fortement inspiré par les travaux de Fibonacci, il applique toute une série de règles qui permettent de prévoir l'amplitude des vagues basés sur les travaux du célèbre mathématicien.

Il fait fréquemment référence à la série de Fibonacci : 1 ;1,618 ; 2 ; 2,618 ; 4,13 etc.

Dans le cas des extensions il a observé que la vague qui fait l'objet de l'extension a une amplitude 1,618 fois ou 2 fois supérieure aux autres vagues.

Les invalidations

Les invalidations sont traditionnellement rencontrés à la suite d'une très forte avancée de la vague 3, par conséquent elles se produisent sur la vague d'impulsion suivante la n°5.

Le constat est que l'avancée produite par la vague précédente est si puissante que cette dernière vague ne parvient pas à dépasser le sommet de la vague d'impulsion précédente.

On le voit dans notre exemple, le sommet de la vague 3 est supérieur à celui de la vague 5.

La vague de correction

A la différence des vagues d'impulsion qui se développe en 5 sous-vagues, les vagues correctives comptent trois sous vagues (A,B et C).

Rappelons au passage que les vagues correctives, sont celles qui vont à l'inverse de la tendance principale.

Ainsi sur ce schéma du cycle complet, les vagues d'impulsion sont représentées en bleu, les vagues correctives en rouge.

Les vagues 1,3,5,A,C peuvent donc se décomposer en 5 sous-vagues, tandis-que les vagues 2,4,B sont obligatoirement composées de 3 sous-vagues.

De toutes les vagues, ce sont probablement les vagues correctives qui sont les plus difficiles à analyser, en effet il existe une multitude de configurations différentes qui rend leur identification difficile. Nous passerons en revue les principales formations.

La correction à plat (Flat)

La correction à plat n'est pas une figure très puissante elle est assimilée à une simple consolidation. Dans ce schéma la vague "a" se décomposera en 3 sous vagues (au lieu de 5), la vague "b" en 3 sous-vagues et la "c" en 5 sous-vagues.

Du fait de sa décomposition en sous-vagues, cette figure est aussi appelée, décomposition en 3,3,5.

Dans cette figure, c'est le fait que la vague "a" qui ne se forme qu'en trois vagues qui donne si peu de puissance au mouvement. Ainsi la "b" qui la suit, revient généralement au même niveau que le début de la "a". De même la "c" ne se hisse que légèrement au dessus de la "a". Dans certains cas on peut même remarquer une vague "b" assez puissante qui repasse au dessus du départ de la "a".

Suivant les ratios de Fibonacci, là aussi, Eliott a fait des constations d'amplitude :

Ainsi il a remarqué que la vague "b" retrace généralement entre 61,8 et 161,8% de la vague "a". Généralement, les trois vagues a,b,c ont des amplitudes égales.

La correction en Zigzag

Plus puissante que la précédente, la correction en zigzag doit sa force au fait que la vague A se décompose en cinq vagues et non en 3 comme dans la correction à plat.

Dans ce schéma en 5,3,5 (décomposition), c'est une véritable vague de correction de la tendance principale qui se développe. C'est également la décomposition d'une vague corrective la plus fréquemment rencontrée.

En ce qui concerne les amplitudes, donc les objectifs que l'on peut quantifier sur les cours. De manière générale, les vagues A et C ont la même amplitude ou tout du moins elle est très proche (la vague C est 0,618 ou 1,618 fois aussi grande que la vague A).

La théorie d'Elliott est très complexe et demande une longue adaptation et beaucoup d'observation pour en tirer la quintessence ou tout du moins ne pas se tromper dans le décompte des vagues. Cette petite présentation vous a enseigné les règles de base qui vous permettront de réaliser vos premières lectures et mieux comprendre les analyses elliotistes.

vagues elliott présentation

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :

Twitter Facebook Linkedin email

logiciel chart 365 Suivez les marchés avec des outils de pros !

Chart365 par ABC Bourse, est une application pour suivre les marchés et vos valeurs favorites dans un environnement pensé pour vous.