OK
Accueil > Apprendre  > Théories de Gann et d'Elliott

La théorie des vagues d'Elliott (2/5)


Principes de notation

Dans la théorie d'Elliott, la notation à une importance particulière. En effet en fonction de la période de temps avec laquelle on décompose les mouvements de cours en vagues on utilisera un formalisme précis.

Appelation Notation Période de temps
Supercycle (I) (II) (III)... (A) (B) Plusieurs décennies
Cycle I II III... A B C Quelques années
Primaire 1 2 3 ... a b c Environ 1 an
Intermédiaire (1) (2) (3)... (a) (b) (c) Quelques mois
Mineure 1 2 3 ... a b c Quelques semaines
Minute i ii iii ... a b c Quelques jours

Il existe d'autres notations pour des unités de temps inférieures ou supérieures, néanmoins cela dépasse le cadre de notre étude et en pratique les plus utilisées sont essentiellement les décompositions en jours, mois ou années.

Les caractéristiques des vagues

Chaque vague a sa propre personnalité et son comportement est régit par différentes règles. Ces règles sont précieuses pour valider ou non un mouvement.

La vague d'impulsion

elliott

Le schéma ci-contre représente la vague d'impulsion par défaut, la vague parfaite. Elle se décompose en 5 sous vagues, notées 1,2,3,4,5.

La première constatation est que généralement cette formation se développe à l'intérieur d'un canal (symbolisé par les lignes rouges) de tendance, néanmoins cela ne constitue pas une règle absolue, des sorties ponctuelles du canal peuvent être remarquées.

Pour valider la formation d'un tel mouvement, Elliott a posé un certain nombre de règles. Concernant la vague d'impulsion les règles sont au nombre de deux et doivent impérativement être suivies pour que la vague soit valide :

1) le creux de la vague correctrice 4, ne doit pas être inférieur au sommet de la vague 1. Si tel était le cas il faudrait alors se pencher vers une autre formation, nous allons voir que cette vague d'impulsion peut avoir plusieurs formes et s'éloigner sensiblement du schéma par défaut.

2) La vague n°3 ne doit pas avoir la plus faible amplitude parmi les trois sous vagues d'impulsion 1,3 et 5. D'ailleurs on remarque fréquemment que la vague 3 est celle qui a l'amplitude la plus forte, alors que la vague 1 qui apparaît à la fin d'une tendance baissière est généralement de faible amplitude (un rebond après la chute) et de durée assez courte.

vagues elliott présentation vague d'impulsion elliott

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :

Twitter Facebook Linkedin email