OK
Accueil > Communauté > Forum CAC 40

La privatisation de la FdJ lancée le 7 novembre annonce Le Maire

Cours temps réel: 4 571,12  -3,37%

PX1


Popof80
08/11/2019 10:21:14
0

merci pour l'explication

  
Répondre
gars d'ain
08/11/2019 09:49:36
3

Comme je l'ai expliqué plus bas, ceux qui vendront voudront vendre avec le dividende attaché (autour de 0,64) et seront vendeurs si le prix offert équivaut aux +10% de l'action gratuite.

Et ceux qui voudront acheter ne sont pas près à acheter les +10% puisqu'ils n'en bénéficieront pas.


Au final, je pense que c'est un mécanisme pervers destiné à essayer de garantir le prix de l'action pendant 18 mois en dépit de ce qui se passera dans les comptes dont comme je l'ai mis en évidences en posts précédents, il y a beaucoup de choses à et à lire noyées dans un gros volume de pages (ce qui a selon moi été sciemment orchestré pour qu'on évite de tout décortiquer). Mis à part l'AMF, ceux qui l'ont écrit et ceux qui l'ont corrigé, j'aimerais bien savoir combien de personne le liront en entier.


En terme de lecture de ce rapport, je pense que déjà largement ce nombre de pages lues par rapport à ceux qui ont tenté de l'ouvrir...


En clair, ça sera intéressant de compléter sa ligne si elle baisse, sinon ça risque d'être compliqué. Au bout de 18 mois, elle chutera mécaniquement de -10%, et aussi... du Dividende 2020. ça devrait faire potentiellement autour de -1,80 euros...


Voilà je que je peux en dire.


  
Répondre
Popof80
08/11/2019 09:29:16
1

en résumé si une fois l'action en bourse j'achète régulièrement des actions et que j'en vends il ni aura aucune incidence sur l'octroi de 1 action gratuite par 10 achetée au bout des 18 mois.


merci pour la réponse.

une autre question

lors de l'acquisition des actions à l'introduction le prix de revient sera définir à un certains prix et si on souhaite continuer à en acheter le faire au moment ou elle baissera si cela arrive pour éviter que le prix de revient augmente ou malgré tout il serait intéressant d'en acheter même si son prix d'achat dépasse celui lors de l'acquisitio.


je préfère poser la question pour éviter de faire des erreurs car avec l'introduction cela est nouveau pour moi.


  
Répondre
gars d'ain
07/11/2019 22:07:11
1

à Popof80,


Normalement, vous aurez au bout des 18 mois, les 5 gratuites, soit 1 pour 10 pour 50 détenues depuis l'introduction.

Les 15 qui restent ne vous rapportent rien de plus que le dividende.

Voilà, ...

  
Répondre
Popof80
07/11/2019 21:52:43
0

Bonsoir j'ai plusieurs questions:

Une fois l'introduction terminée et l'action cotée en bourse est-il conseillé d'acheter régulièrement de nouvelles actions FJ par exemple si le prix de l'action descend ou que son prix augmente.


L'introduction terminée on achète de nouvelles actions et on procède à leur vente

exemple:

j'ai 50 action d'attribuées lors de l'introduction

Dés la première cotation de l'action j'en achète 40

- je décide d'en vendre 25 est ce que cela aurait une incidence sur l'acquisition 1 action gratuite pour 10 achetées en les gardant 18 mois.

Ou faut-il attendre les 18 mois pour l'ensemble des actions acquises (introduction et achat) pour en bénéficier.

  
Répondre
starox
07/11/2019 18:19:05
1

faire tout ce battage juste pour :


"Au prix médian d'introduction de 18,20 euros, ça fait un rendement dividende de 3,51%. Plus 10% à venir si on garde 18 mois avec le titre offert pour 10 gardés."


ce qui fait 3.51% -30% ( pour ceux qui ne sont pas sur pea ( sans parler de leur propre fiscalité )


est ce ça, ta poule à l'œuf d'or ?

---

j'ai de meilleurs rendements sur tout un tas de valeurs qui fluctues entre 11 et 23 % ANNUEL

  
Répondre
cben
07/11/2019 18:13:25
1

Reste que l'essentiel des revenus de l'Etat vs CDJ sont prélevés en amont par l'Etat sur les jeux de la FDJ (plus de 3 milliards d'euros par an). Le dividende est donc accessoire pour l'Etat.

Perso je trouve assez logique que l'Etat sorte de cette activité qui ne le concerne pas et qui lui rapporte si peu, faute de gestion assainie.

Message complété le 07/11/2019 18:13:51 par son auteur.

Lire FdJ et non CDJ

  
Répondre
gars d'ain
07/11/2019 17:17:49
2

Evaluation du dividende à recevoir pour 2019

Ce dividende atteindra 122 millions au titre de 2019, comme en 2018, est-il préannoncé. L'Etat a donc perçu environ 88 millions de coupons de la FDJ au titre de 2018, mais ne recevra a priori que 24,4 millions en 2019.


https://www.abcbourse.com/marches/fdj-l-introduction-en-bourse-de-l-annee_487001


On a donc 122 Md'e à répartir pour 191 Millions de titres


• ça fait du 0,6387 qui devrait être arrondi à 0,64 euros.

Au prix médian d'introduction de 18,20 euros, ça fait un rendement dividende de 3,51%. Plus 10% à venir si on garde 18 mois avec le titre offert pour 10 gardés.


On peut donc supposer que l'on montera du prix d'introduction sur dans le CAS Présent : 18,20 + 1,82 (10%) + 0,64 = 20,66 euros avant retombée du soufflé...

Message complété le 07/11/2019 17:24:04 par son auteur.

Le plus probable est que le détachement du dividende sera avant la valorisation des 10%, ça nous donc un pic à 20,02 pour les vendeurs car les acheteurs ne voudront pas achetés les 1,82 de distributions gratuites qu'ils n'auront pas.

C'est pas gagné cette affaire ...

  
Répondre
starox
07/11/2019 12:56:27
1

PUIS ATTENTION

il faut avoir l'argent sur son compte l'hors de la souscription

cette somme est donc bloquée

s'il manque 1 cent ( l'opération sera caduque )


sans parler que si vs en obtenez et qu'elle se trouve sur un compte ordinaire ( à la fin des 18 mois ) il y aura la soit disant 1/10 + le prélèvement social forfaitaire

donc au final ce ne sera pas 10% perçu, mais bcp -

quand au coupon, êtes vous certain qu'il sera alléchant ( j'ai lu je ne sais plus ou que ce n'est pas un dividende, mais une distribution sur des taxes fiscales restituées ) ce qui fait une énorme différance ( d'autant qu'a sa source, il y a aussi des prélèvements csg & rds + les sociaux = va rester quoi ?

  
Répondre
gars d'ain
07/11/2019 12:39:20
1

Mes calculs précédénts sont ajuster avec le nombre de titres désormais connu :


""L'opération consistera en la cession par l'Etat d'un nombre maximum de 99.320.000 actions existantes FDJ, représentant un maximum de 52% du capital social de FDJ", a précisé jeudi dans un communiqué le groupe jeudi, au premier jour de la période (qui court jusqu'au 19 novembre) permettant de réserver des actions."



Message complété le 07/11/2019 12:54:43 par son auteur.

Compte tenu que l'état en détient 72% actuellement, ça fait 144 000 titres.

Dividende par titre en 2016 : 620,00 euros



• Il compte en mettre 52% sur le marché, soit 104 000 titres, comme vu précédemment on parle d'un milliard de rentrée, ça veut donc dire qu'on espère retirer ENTRE 16 400 et 19 900 euros, soit beaucoup plus que les 10 000 euros par titre de la fourchette haute de 2013 (tentative d'introduction "hollande").


Donc 104 000 titres nous donnent 99.320.000 titres, soit un split au final à 955 et donc une répartition du capital basé sur 191 Millions de titres.
On obtient donc le dividende 2016 à 620 euros pour 955 actions nouvelles, un dividende de 0,649 euros

Au prix de la fourchette, on obtient un rendement de dividende 2016 entre 3,93 % et 3,26%

• La médiane de fourchette de prix est à 18,20. C'est un prix autour duquel on a de grandes chances de se situer.

• Ce qui valoriserait le TITRE détenu par l'Etat à 18 200 euros, avec un rendement de dividende 2016 à 3,56 %. On voit donc que l'on s'aligne en gros et à louche juste au dessus des OAT émises par l'Etat. Voilà, c'est donc loin d'être le gros kado attractif que certains nous présentait...

• à ce prix, vu le niveau de rendement, ça ne laisse plus beaucoup de place à une hausse possible du titre, le rendement n'étant pas des plus attractifs, mais s'il reste acceptable.



+++++++++++++++++++++

Concernant les actifs nets :


Concernant le nombre de titre, part donc une hypothèse de split par 955, ce qui fera un capital divisé en plus de 191 000 000 titres. Compte tenu des éléments d'actifs nets donnés en posts précédents, ça nous un niveau de valeur très cher et largement au dessus de 6.

En effet, on obtient un total d'actifs nets 2016 de 462 Md'e, ce qui donne une valeur de 2,41 euros, soit 7,55 fois les actifs nets sur une base de 18,20 euros

Ce critère d'appréciation est nettement trop élevé : très peu d'entreprises sont valorisés sur ces bases actuellement, des Start-up, Des entreprises en croissance faiblement bénécifaire, des entreprises en recovery, GTT et Solutions 30...

  
Répondre
gars d'ain
07/11/2019 11:17:11
0

QUELLE CHANCE pour la TRESOERIE NETTE !!!!


La loi PACTE est là ! Oh miracle comptable !


Bon, c'est vrai qu'il fait lire et aussi réfléchir : ce que ne fera pas le prtit porteur lambda qui n'écoutera que son coup de coeur et la publicité de matraquage d'introduction.

Alors, selon moi, y'a tout même un problème de taille :

Dans le tableau suivant en page 148, on constate que :

• EXCEDENT NET DE TRESORERIE - (D) = 70,0 Md'e


Mais une ligne a magiquement disparu avec la gomme "Loi PACTE" : la ligne "Fonds joueurs clos à partir du 1er janvier 2020 et à restituer à l’Etat" qui représentait -204,7 Md'e.

Si l'on estime que le montant est du même ordre pour 2019, la trésorerie réelle nette est donc d'environ -134 millions d'euros :

• 70 Md'e - 204 Md'e (Estimation 2019) = -134 Md'euros


à noter encore cette nouvelle ponction de l'ETAT, pourrait modifier le contour financier du bilan : tout dépendra de la date d'échéance de restitution.... Le Fonds joueurs faisant partie des actifs tant qu'il n'est pas soldé et apuré....

.

  
Répondre
speed10
07/11/2019 11:10:42
0

Posts intéressants.

  
Répondre
gars d'ain
07/11/2019 10:54:20
0

Voilà, j'ai ajouté 7 posts de remarques financières ce matin ci-dessous : c'est suffisamment décortiqué pour y voir clair à mon goût, compte tenu des choses encore publié en précédent...



  
Répondre
gars d'ain
07/11/2019 10:51:14
0

Concernant le Semestriel 2019 , en page 156 et 157 du document AMF :


8. Coût des ventes

Le coût des ventes au 30 juin 2019 est en hausse de 35 millions d’euros (dont 26 millions d’euros sur la loterie et 6 millions d’euros sur les paris sportifs), soit une progression de 6,4%, de 548 millions d’euros au 30 juin 2018 à 583 millions d’euros au 30 juin 2019. L’augmentation du coût des ventes est principalement induite par le niveau plus élevé des mises collectées en points de vente (en hausse de 5,7%) qui se répercute mécaniquement sur la rémunération des détaillants (en hausse de 33 millions d’euros, soit une progression de 8,4% par rapport au 30 juin 2018). Cette évolution est liée à un effet volume (croissance des mises réseau entre le 30 juin 2019 et le 30 juin 2018 : hausse de 263 millions d’euros de mises loterie et hausse de 164 millions d’euros de mises paris sportifs) et à un effet taux (voir paragraphe 7.1.2.5 « Evolution de la commission des détaillants » : le taux de commission des détaillants ressort en effet en moyenne à 5,3% au 30 juin 2019 (5,4% pour la loterie et 5,1% pour les paris sportifs du fait du mix entre les différentes propositions de paris) contre 5,2% au 30 juin 2018. La progression à la hausse de la rémunération des détaillants a été en partie compensée par le recul de la rémunération des Secteurs de Distribution Commerciale - SDC (en baisse de 6millions d’euros), effet de la transformation commerciale (voir paragraphe 7.1.2.4 « Evolution du modèle de distribution et de l’organisation commerciale »).

9. Coûts marketing et communication

Les coûts marketing et communication ont augmenté de 8 millions d’euros, soit une hausse de 6,4%, de 130 millions d’euros au 30 juin 2018 à 138 millions d’euros au 30 juin 2019. Cette progression s’explique par les effets suivants :

- une hausse de 5 millions d’euros sur la BU loterie, induits par le développement de l’offre à destination des joueurs ;

- une hausse de 5 millions d’euros sur les Autres secteurs ABU, dont 3 millions d’euros viennent de Sporting Group, principalement liés au développement de l’offre ;

- une baisse de 5 millions d’euros sur la holding, qui s’expliquent par le changement de contrôle de SGE (voir paragraphe 7.1.1.2 « Base de préparation des états financiers consolidés et présentation – Principales variations de périmètre »).

10. Marge contributive des segments opérationnels

La marge contributive de la BU loterie reste stable, à 243 millions d’euros au 30 juin 2019, tout comme au 30 juin 2018. Cette stabilité s’explique par la croissance du chiffre d’affaires liée à celle des mises, compensée par une augmentation des charges relatives pour l’essentiel à la rémunération des détaillants, ainsi qu’au développement de l’offre à destination des joueurs.

La rémunération des détaillants sur la loterie augmente de 27 millions d’euros sous l’effet de la croissance des mises dans le réseau (effet volume) et de l’évolution des conditions de rémunérations applicables à compter du 1er janvier 2019 (effet taux) voir paragraphe 7.1.2.5 « Evolution de la commission des détaillants ». La marge contributive de la BU paris sportifs augmente de 12 millions d’euros, passant de 14 millions d’euros au 30 juin 2018 à 26 millions d’euros au 30 juin 2019. Cette croissance s’explique par celle des mises, en partie compensée seulement par l’augmentation de la rémunération des détaillants induite par la croissance des mises dans le réseau, les autres charges de la BU restant stables.

La marge contributive des ABU s’est dégradée de 1 million d’euros, passant de -1 million d’euros au 30 juin 2018 à -2 millions d’euros au 30 juin 2019, du fait de charges additionnelles relatives aux nouvelles activités en développement du Groupe.

11.Coûts administratifs et généraux

Les coûts administratifs et généraux sont relativement stables à 86 millions d’euros au 30 juin 2019, soit -0,8%. Les amortissements ont augmenté de 5 millions d’euros (passant de 6 millions d’euros au 30 juin 2018 à 11 millions d’euros au 30 juin 2019) tandis que les coûts administratifs et généraux de la holding ont diminué de 2 millions d’euros, de 78 millions d’euros au 30 juin 2018 à 76 millions d’euros au 30 juin 2019, principalement sous l’effet de l’application à compter du 1er janvier 2019 de la norme IFRS 16 sur les contrats de location qui se traduit par une économie de loyers de 2 millions d’euros.

12. Résultat opérationnel courant

Compte tenu des éléments précités, le résultat opérationnel courant du Groupe a augmenté de 1 million d’euros, soit 0,8%, de 135 millions d’euros au 30 juin 2018 à 136 millions d’euros au 30 juin 2019.

  
Répondre
gars d'ain
07/11/2019 10:34:42
2

En page 152 du doment AMF de la FDJ, on trouve la publication du semestriel 2019.


On contera que la publicité nous vente un chiffre d'affaires avec une somme énorme en milliards, mais ponctionnée des gains redistribués aux joueurs et des taxe de jeux de l'ETAT.


Au final sur les 8,420 milliards de mises, le chiffres d'affaire réel de la FDJ n'est que de 11,21% pour le 1er semestre 2019.

Et quand on prend une calculette, on notera encore que le chiffres d'affaire réel de la FDJ était 11,41% pour le 1er semestre 2018.


Cela fait en évidence sur la base du taux 2018, une baisse de CA de -16,72 Millions d'euros. Et cela met en évidence que la croissance en vue de la privation a dopé au détriment du CA de l'entreprise avec pour conséquence une hausse des taxes de l'état et du retour aux joueurs....


Concernant le rentabilité, on obtient 95,9 Md' en résultat net pour le 1er semestre 2019 pour une base de 190 Millions de titres :

• Soit un BNPA par titre de 0,5010 euros

• Sur cette base en multipliant x 2 pour extrapoler, on obtient 1,002 euros de BNPA par titre et donc un PER voisin de 18. C'est donc loin d'être un cadeau...

.


  
Répondre
gars d'ain
07/11/2019 10:09:52
0

Autre précision d'importance en page 148 du document AMF :


Je note la chose suivante :

.

1. Impacts liés au nouveau cadre fiscal applicable à compter du 1er janvier 2020

Le nouveau cadre fiscal adopté dans le cadre de la Loi Pacte et applicable à compter 1er janvier 2020 fait apparaître un certain nombre de différences avec les conditions actuelles de fiscalité qui impacteront significativement l’EBITDA du Groupe :

- un changement de l’assiette fiscale utilisée pour le calcul des prélèvements publics ;

- de nouveaux taux de fiscalité différenciés selon quatre catégories de jeux ;

- la mise en place d’une police d’assurance pour couvrir le risque de contrepartie.

Les éléments retraités présentés ci-après sont normatifs, c’est-à-dire qu’ils sont à iso comportement des joueurs et de FDJ. Ils ne tiennent pas compte des éventuels changements de décisions de jeu (des joueurs) ou de gestion (de FDJ) qui auraient pu intervenir post entrée en vigueur de ce nouveau cadre, ces changements n’étant pas modélisables.

  
Répondre
gars d'ain
07/11/2019 10:06:17
0

Encore une petite précision du Document AMF ....

.

  
Répondre
gars d'ain
07/11/2019 09:55:34
0

En page 148, on découvre encore que l'entreprise vient d'être lesté de -380,0 Md'e de Dettes envers l'Etat au titre des droits exclusifs pour l'exercice en cours de 2019.


Ajouté à la hausse de dettes noté dans mon post précédent de -414,2 Md'e de DETTES supplémentaires, on obtient donc un total de dettes supplémentaires née des 6 mois avant introduction en bourse de -792,2 Millions.


On est donc un grand classique de l'introduction pour l'actionnaire majoritaire a habillé les comptes de l'exercice en cours en chargant le bilan, chose que peu d'investisseurs iront regardés surtout les petits porteurs car en général ils confèrent ne rien y comprendre.

On constera donc de la croissance du bénéfice net est bien inférieur à l'accroisement de la dette...

.

  
Répondre
gars d'ain
07/11/2019 09:44:09
0

Interressons nous au document FDJ fourni et approuvé par l’Autorité des marchés financiers (AMF) : un dossier dense de 382 pages !

https://www.fdj-devenir-actionnaire.com/fdj-content/uploads/2019/10/191018_document-denregistrement-fdj-v.-finale.pdf


En page 147 du document, on trouve l'excédent net de trésorie, une appellation certe exacte, mais destiné à noyer les poissons pour ceux qui ne connaissent pas trop les chiffres bousiers. La règle d'usage pour les entreprises cotées est de parler d'ACTIFS NETS.


On parle ici de ma même chose, mais on le désigne autrement : pourquoi ? me direz-vous ?

Et bien, parce que si vous regardez la colone de gauche pour 2019, la FDJ vient d'être lesté de -414,2 Md'e de DETTES supplémentaires.


Et dont sur une base de 190 millions de titres de capitalisation, on obtient :

• 2,63 euros par titres de PLACEMENTS ET TRESORERIE NETTE au 30 juin 2019

• Contre 4,42 par titres de PLACEMENTS ET TRESORERIE NETTE au 31 décembre 2019


SOIT UNE BAISSE DE ... - 45,09 % en 6 mois d'exercice en cours (2019)

.

  
Répondre
pareira
07/11/2019 09:32:20
0

gars d'ain, comparer FDJ avec une banque comme la générale en terme de rendement et donc d'investissement, c'est un peu gonflé ! On peut pas écrire n'importe quoi pour dénigrer à tout prix.


de un, le rendement de GLE est très loin d'être garanti avec les taux à 0 et de deux, les banques sont parmi les sociétés les plus exposées à des retournement conjoncturels. A peu près tout l'inverse de FDJ.


  
Répondre

Forum de discussion CAC 40

201911081021 718021
Ma liste