OK
Accueil > Communauté > Forum Cac 40

La privatisation de la FdJ lancée le 7 novembre annonce Le Maire

Cours temps réel: 5 492,15  -0,07%

PX1


Webmaster ABC
14/10/2019 21:33:44
1

"Mais la plupart vont se faire bananer" : premièrement c'est pas dit et deuxièmement c'est une excellente porte d'entrée pour se réinteresser (ou s'intéresser) aux actions, à leur fonctionnement, etc. Tous les souscripteurs auront de toute façons une poignée de cerises, donc le risque devrait être extrêmement limité.


C'est ces grands dossiers qui peuvent séduire. Je me souviens encore de l'intro de France Telecom

Message complété le 14/10/2019 21:35:36 par son auteur.

28,50 euros à intro en 97, montée en ligne droite à 218 euros ! en 2000. Puis le tobbogan.

  
Répondre
gars d'ain
14/10/2019 21:22:30
1

En complément de l'article sur la BPI...

On notera encore que l'on se fout ici ouvertement des avis de la cours des comptes pourtant plutôt probant et le fonds est alimenté par des titres qui ont EDF, thalès et renault qui ont beaucoup perdu de valeur dernièrement...


Privatisations : la charge de la Cour des comptes contre le fonds pour l'innovation

Alors que le gouvernement est empêtré dans le dossier ADP, la Cour des comptes critique la « mécanique complexe » du fonds pour l'innovation, qui doit à terme être financé par les privatisations.

La France possède déjà cinq outils, au sein de la Caisse des Dépôts ou de la BPI, pour financer l'innovation, sans compter le plan d'investissement pour l'Europe.


Les Echos Publié le 15 mai 2019 à 18h41

-----------------------------------------------------------------------------

La Cour des comptes vient d'apporter de nouveaux arguments aux opposants à la privatisation d'ADP . Alors que le gouvernement met en avant son projet d'abonder avec cette cession un fonds pour l'innovation, la Cour affirme que les projets en faveur de l'intelligence artificielle ou le big data peuvent tout à fait être financés par le biais d'une dotation budgétaire.

« Le bilan des avantages et inconvénients de ce fonds est manifestement déséquilibré. […] La construction d'un outil complexe s'est faite en partie pour afficher une dotation de 10 milliards d'euros finançant l'innovation de rupture alors qu'en pratique 250 millions d'euros lui seront effectivement consacrés annuellement », soulignent les magistrats financiers.

Construction complexe

La Cour relève que ce fonds n'est toujours pas opérationnel, alors qu' il aurait dû démarrer en janvier 2018 . « En 2018, le fonds n'a pas été en mesure de contribuer au financement de la moindre entreprise », constate-t-elle. Ce retard tient à sa construction complexe. En clair, ce fonds de 10 milliards d'euros a été constitué par des apports de titres d'EDF et Thalès de la part de l'Agence des Participations de l'Etat, auquel s'ajoute un versement en numéraire de 1,6 milliard à la suite de cessions d'actions Renault et Engie.

Les revenus du fonds sont constitués des dividendes reçus, plus des intérêts sur l'apport en numéraire, placé sur un compte au Trésor, dont le rendement a été fixé par arrêté à 2,5 %. D'où des revenus annuels estimés à 250 millions d'euros, sachant qu'au fil des privatisations, les titres EDF et Thalès doivent être remplacés par le produit des cessions.

Conséquences « mal maîtrisées »

Sans se prononcer sur le bien-fondé des privatisations, la Cour des comptes voit dans ce fonds pour l'innovation « une mécanique complexe », dont les conséquences sont « mal maîtrisées ». Sa création a nécessité plusieurs étapes (déclaration de franchissement de seuils, élaboration d'une convention cadre, arrêté d'un schéma comptable, etc.) qui ont retardé la mise à disposition de financements. La Cour note que la France possède déjà cinq outils, au sein de la Caisse des Dépôts ou de la BPI, sans compter le plan d'investissement pour l'Europe, d'un montant incomparable (1,2 milliard d'euros). Les magistrats demandent donc de réintégrer ce fonds pour l'innovation au budget général...

  
Répondre
gars d'ain
14/10/2019 21:03:28
1

@ Webmaster ABC


Certes, Ok. Mais la plupart vont se faire bananer...

Et au final, c'est ce type de désillusion qui a conduit les gens à sortir de la bourse et à en parler de manière extrême négative.


Il serait plus intelligent comme dans beaucoup de domaine de rendre une partie des éléments compréhensuon accessible, c'est plus productif à court, moyen et long terme...


Et c'est ce que fait ABCBourse !...

Message complété le 14/10/2019 21:31:24 par son auteur.

CORRECTION : lire "de rendre une partie des éléments EN compréhenSION accessible..."

  
Répondre
gars d'ain
14/10/2019 20:58:43
2

Que va-ton faire avec le milliard ? Ben comme d'habitude, on va le bouffer ...


J'avais attiré au dessous l'attention sur BPI France. Je vous encourage à lire ce bel article avec pour preuve le frapport de la cours des comptes...


BPI : le scandale que nous aurions pu éviter

La Cour des comptes, dans un rapport encore provisoire, tire la sonnette d’alarme sur la gestion de la BPI et plus de 2 milliards qui manquent à horizon 2019.


https://www.contrepoints.org/2016/11/14/271629-bpi-scandale-aurions-pu-eviter


Je note : "UN VER DANS LE FRUIT DEPUIS LA CONCEPTION DE LA BPI

Nous écrivions ainsi en 2014 :

À l’instar des déboires du Crédit Lyonnais, la structure même de la nouvelle BPI porte en elle le germe de futurs mal-investissements. En effet, les responsables de la BPI sont issus de la technostructure, sans réelle expérience entrepreneuriale et n’ont aucune expérience pratique du secteur privé, du private equity, du capital-risque ou encore du crédit aux PME. Cette situation porte en germe de nombreux conflits d’intérêts et ne laisse pas présager d’un bon usage des deniers publics.

Concrètement, la Cour des comptes révèle aujourd’hui le résultat de cette gouvernance technocratique : malgré un bénéfice net divisé par deux en 2015 et des marges incroyablement faibles au regard du volume d’activité, les salaires de l’institution sont parmi les plus élevés de la fonction publique ; malgré des contre-performances évidentes dans leurs investissements, 28 cadres dirigeants de l’activité Investissement ont connu une hausse de 23 % de leur salaire en 2015 après deux autres années consécutives d’augmentation, ce qui porte leur rémunération actuelle à un niveau moyen de 245 000 euros. Les notes de frais et de taxis se sont envolées alors que les seules voitures de fonction coûtent presque 7 millions par an…

Ce tour de finance collective et créative avec l’argent du contribuable qu’est la BPI, ce hedge fund avec l’argent public, est en train d’accoucher du monstre dont nous avions anticipé les déboires : du fait d’investissements hasardeux de la BPI et du cumul d’engagements pour les années à venir, la Cour des comptes anticipe, dans un rapport encore provisoire, un besoin de financement non résolu de 2,4 milliards d’euros possiblement entre 2017 et 2019.



  
Répondre
Webmaster ABC
14/10/2019 20:56:12
5

C'est ce genre d'opérations qui ramène un peu de public vers la bourse. Donc ne boudons pas notre plaisir de voir ce petit coup de pouce

  
Répondre
gars d'ain
14/10/2019 20:47:57
2

J'avais pas tout lu, mais mieux encore 1 gratuite pour 10 détenues au bout de 18 mois de garde :

• soit l'Etat va prendre sur ce qu'il a gardé, ça étonnera,

• soit il dilue avec des actions nouvelles : comme ça, ça revient à majorer le prix de vente de +10%, le plus probable... Faudra indemniser les rompus qui devrait y avoir à la pelle, et donc de la trésorerie , du bénénef qui part ...


Fantastique...


Donc pour avoir la gratuite les gens vont conserver, ce qui va engendrer pléthores de comptes titres et de PEA nouveaux pour les banques qui vont se frotter les mains. On peux compter sur les RDZ clientèle pour vous appeler afin de vous en fourguer une pince à sucre.

  
Répondre
fipuaa
14/10/2019 20:43:47
0

t'as raison ça fait rêver la bourse dans ces conditions! C'est du perdant/perdant c'est cool !

ils prennent vraiment les gens du bas peuple pour des citrons !

  
Répondre
moicmoi
14/10/2019 20:43:34
3

Je vois que le sujet passionne autant que le jeu en lui-même.

LBWB

« « comme Natixis présenté comme l’affaire à ne pas rater par tous les intermédiaires » »

Sauf que le métier de la banque est soumis aux aléas du marché, à l‘humeur du client, aux exigences de Bruxelles, etc …..
Alors que le jeu, c’ est une rente pour l‘entreprise : les modalités de partage des sommes jouées sont systématiquement et prioritairement en faveur de l‘entreprise, (donc risque zéro) que pour beaucoup, le jeu est une addiction qui peut même aller jusqu’à jouer la paye du mois, la baisse du pouvoir d’achat est la « bonne excuse » pour essayer (l‘espoir fait vivre et donc jouer) d’améliorer le quotidien, et « pour se refaire » (refrain bien connu).

En fait, c’est la drogue légalement reconnue, et encouragée par les pouvoirs publics. Et cela ne va pas changer, parce que l’état sera gagnant/gagnant (dividendes + taxes – frais de fonctionnement et lancements des nouveautés).

Gnarkh

« « qui laissent penser que le loto du patrimoine n'existera plus dans les prochaines années ? » »

As-tu déjà vu un impôt volontaire, qui plus est avec un prétexte vertueux, être supprimé ?
Donc, cet « impôt » ne sera pas supprimé. Sauf que le pognon pourra connaître une autre destination .

Simple avis, et non,…etc. ..etc…

  
Répondre
gars d'ain
14/10/2019 20:37:34
2

Je note encore "Mais Bruno Le Maire a refusé de fixer un chiffre: "donner un objectif revient à fixer une limite, et je ne veux pas fixer de limite à notre ambition".


ça veut dit en clair et sans filtre, on va le vendre, mais cher... Je pense qu'on va bien se marrer en découvrant le PER d'introduction. ça va être un grand moment !....

: )



  
Répondre
gars d'ain
14/10/2019 20:34:05
2

La tapette à souris est en marche...


Je note ""Les Français et les investisseurs pourront souscrire à des actions FdJ entre le 7 et le 20  novembre. Je souhaite que cette privatisation soit un succès populaire et que le plus grand nombre y participe", déclare-t-il dans un entretien au journal à paraître dimanche."


ça finira à moins de 20 titres par loyer...

.

  
Répondre
gars d'ain
14/10/2019 20:30:59
0

De plus, certains rêvent encore d'en acheter un tas...


Pour la dernière privatisation auquel on avait participé de mémoire Air France, on en avait demandé 300, on en avait eu 10 ou 11... Enfin, c'était ridicule...

Résultat : on garde la ligne en espérant que ça va monter, et ça monte pas ou pire, ça se casse la gueule, alors on attend que ça remonte et on paye des frais sur le compte titre ouvert pendant plusieurs pour au final récupèrer 100 ou 150 euros.


Pour ce prix là, vous pouvez tout donner aux resto du coeur et vous obtenez 75 euros ou 112,50 de déduction fiscale. ça coute beaucoup moins et l'effet est tangible.


Et c'est la même chose pour le loto du patrimoine, acheter 100 euros de ticket ou en gagner 15 est ridicule. vous trouvez une association de restauration de patrimoine qui vous plait, vous lui filez 100 euros et vous 66 euros de déductiuon fiscal ( et dont de gain... )


La 11 ème gratuite, c'est pour appâter le chaland, pour que ce soit un succès avant cession aux petits porteurs. Du pipeau en barre de 10....

  
Répondre
CRI74
14/10/2019 20:00:19
2

Mort de rire , on croit rêver quant on lit ça

Les sociétés privées meilleures pour moins cher ?

Pouvez vous me citer une seule privatisation qui soit dans ce cas SVP ?

  
Répondre
moicmoi
14/10/2019 19:59:11
2

sfumato

« « ... j'attends les détails pour calculer mon investissement sur ce nouveau titre ! » »

Je suppose que :

1 ) Il y aura ou il y a déjà (ou en cours) des tractations pour des blocs (je pense à V. Bolloré avec l‘un de ses holding : Bolloré – Financière de l‘ Odet – Vivendi). C’est le cours ayant fait consensus qui déterminera le cours plancher de la mise sur le marché.


Donc , petit calcul : 75 ou 80 % du capital mis en bourse –moins le bloc négocié (50 %) = soit 35 à 40 % proposés aux petits porteurs.
Ce qui réduit sensiblement le nombre de titres disponibles.

Donc, nous serons limités à 10 ? – 20 ? – 50 ? titres par ordre.
Avantages : Les calculs seront vite faits
l‘investissement perso ne sera pas très lourd

Pour limiter les ordres , illusoirement, je serais tenté de dire que ce sera une très mauvaise affaire,.... que la présence de l'état,.... que Bolloré est un requin, ....que.....

Mais, mon côté un petit peu honnête m’oblige à dire que c‘est une pépite, (à mon avis) , que la privatisation va augmenter la profitabilité de FDJ, et que j’attends depuis qqs mois, avec impatience , d’en savoir les modalités de mise sur le marché.
Et j’irais même jusqu’à avouer que c‘est la seule société dont la présence de l’état n’est pas une tare pour moi.

  
Répondre
Gnarkh
14/10/2019 19:52:14
1

Il y a des indices qui laissent penser que le loto du patrimoine n'existera plus dans les prochaines années ?


Privatiser une société ne me semble pas être "se couper un bras"

L'état continuera a percevoir l'is, la CSG CRDS sur les dividendes émis, etc...

On remarque que les sociétés privées font mieux avec moins et prennent des initiatives pour élargir l'offre aux clients.

Quant a l'État, l'expérience nous montre quil est un mauvais gestionnaire sauf dans les activités ou il est le seul présent...

  
Répondre
LBWB
14/10/2019 19:48:53
1

En espérant que cela ne fasse pas comme Natixis présenté comme l’affaire à ne pas rater par tous les intermédiaires


Prix d'introduction > à 20 (de mémoire)


Un petit graphe

Message complété le 14/10/2019 19:53:50 par son auteur.

aucune chance que je souscrive

Message complété le 14/10/2019 19:58:48 par son auteur.

Créé le 17 novembre 2006, Natixis est issu du rapprochement des activités de banque de financement, d'investissement et de services des Groupes Banque Populaire et Caisse d'Epargne.

Message complété le 14/10/2019 20:13:20 par son auteur.

Intro à 19.55 retrouvé dans le Forum

  
Répondre
gars d'ain
14/10/2019 19:29:31
0

Je note "Le gouvernement souhaite tirer "plus d'un milliard d'euros" de cette privatisation"....


Ridicule...


Quand on voit ce qui est fait une partie de l'argent de la BPI....

: (

  
Répondre
gars d'ain
14/10/2019 19:27:25
3

Il est prévu pour en refourguer un maximum aux petits porteurs d'offrir une action gratuite pour 10 achetées.


Le petit porteur qui n'a la plupart du temps aucun compétence boursière en général, ne verra même pas qu'il achète très cher un CA gonflé par le loto du patrinoime et qu'il contribue à liquider un bijou de famille qui permettait à l'état d'engranger des revenus chaque année.



  
Répondre
sfumato
14/10/2019 19:14:38
0
SUPER !
Je me demandais si ça allait finalement se faire ... On aurait pu avoir une procédure (enfin un scénario !) à la ADP !
C'est une très bonne nouvelle ... j'attends les détails pour calculer mon investissement sur ce nouveau titre !
  
Répondre
sfumato
14/10/2019 19:14:38
1

Le ministre de l'Economie et des Finances Bruno Le Maire le 3 octobre 2019 à Paris (AFP/Archives/ERIC PIERMONT)

La privatisation de la Française des jeux (FdJ) sera lancée à partir du 7 novembre, annonce le ministre de l'Economie Bruno Le Maire dans le Journal du dimanche, en souhaitant qu'elle attire de nombreux actionnaires individuels.

"Les Français et les investisseurs pourront souscrire à des actions FdJ entre le 7 et le 20  novembre. Je souhaite que cette privatisation soit un succès populaire et que le plus grand nombre y participe", déclare-t-il dans un entretien au journal à paraître dimanche.

L'Etat contrôle actuellement 72% de l'entreprise mais le Parlement français a définitivement adopté en avril la loi Pacte, qui autorise le transfert au privé de la majorité du capital de la FdJ, tandis que l'Etat restera actionnaire minoritaire à hauteur de 20% au minimum.

Le gouvernement souhaite tirer "plus d'un milliard d'euros" de cette privatisation, a indiqué récemment la PDG de l'opérateur Stéphane Pallez.

Mais Bruno Le Maire a refusé de fixer un chiffre: "donner un objectif revient à fixer une limite, et je ne veux pas fixer de limite à notre ambition".

"Pour les particuliers, sous réserve de validation par l’Autorité des marchés financiers, une action gratuite sera accordée pour dix actions achetées, si ces actions sont conservées dix-huit mois. Je souhaite par ailleurs qu’une décote de 2 % sur le prix de l’action achetée soit appliquée", détaille-t-il par ailleurs.

Le vaste programme de cessions d'actifs auquel la loi Pacte ouvre la voie vise à alimenter un fonds de 10 milliards d'euros consacré à l'innovation: si le projet de privatisation du gestionnaire des aéroports de Paris (Groupe ADP) se heurte à un référendum d'initiative partagée, le processus suit normalement son cours pour la FdJ, deuxième loterie européenne et quatrième mondiale.

"L'État conservera l'intégralité des recettes fiscales et sociales versées par la FdJ, soit 3,5 milliards d’euros. Ce montant pourra augmenter si l’entreprise croît", souligne Bruno Le Maire.

Concernant ADP, en revanche, "aucune décision ne sera prise avant la fin du processus" de référendum, indique-t-il.

© 2019 AFP

  
Répondre

Forum de discussion Cac 40

201910142133 718021

Investir en Bourse avec Internet

Ma liste