OK
Accueil > Communauté > Forum Makheia Group

Du Nouveau ° - Page 2

Cours temps réel: 0,223  10,40%



St@rix St@rix
07/05/2021 16:42:32
0

En tous cas ils veulent la faire décollé la fusée made in France Cours temps réel: 0,289 6,64%

Message complété le 07/05/2021 16:43:12 par son auteur.

il y a des gros actionnaires qui se place avis perso bien entendu.

  
Répondre
Invectus Invectus
07/05/2021 16:23:50
0

@St@rix,

Désolé, je ne peux pas te répondre, je ne suis pas cette action....

  
Répondre
St@rix St@rix
07/05/2021 16:22:04
0

@ Invectus

pour le moment c est récupération de BS je crois ?

a voir.

  
Répondre
St@rix St@rix
07/05/2021 15:51:31
1

oui y es suis client .

  
Répondre
Invectus Invectus
07/05/2021 15:45:09
0

Salut St@rix,

Tu es client?

  
Répondre
St@rix St@rix
07/05/2021 15:44:07
0

Cours temps réel: 0,282 3,87% ?

  
Répondre
St@rix St@rix
05/05/2021 15:02:57
0

gentiment , gentiment ! Cours temps réel: 0,284 6,77%

Message complété le 05/05/2021 15:02:56 par son auteur.

dur dur le décollage !

  
Répondre
St@rix St@rix
05/05/2021 14:21:55
0

J ai de l impression qu' il y a de l info caché dans l air ? Cours temps réel: 0,277 3,95%

  
Répondre
St@rix St@rix
05/05/2021 13:54:52
0

Que passa amigo , Cours temps réel: 0,275 3,38%

  
Répondre
St@rix St@rix
04/05/2021 22:18:50
0

Je pense que l histoire des bs sont pas loin d être fini j attend un rebond pour bientôt d après certains forumeurs la valeur de l action réel est de 0.50 donc on peut s attendre a un rebond de 20 ou 30% a MT .

Ceci n est pas une incitation A / V mais un avis personnel pour ceux qui chercherai la petite bête .

  
Répondre
St@rix St@rix
03/05/2021 23:05:08
0

Simplifier ce qui est devenu complexe

Makheia dévoile une nouvelle organisation autour de trois pôles d’hyper-expertises portée par ses marques phares : Big Youth, Sequoia et Mademoiselle Scarlett.

Mai 2021

Makheia dévoile une nouvelle organisation autour de trois pôles d’hyper-expertises portée par ses marques phares : Big Youth, Sequoia et Mademoiselle Scarlett.

Notre credo : “Simplifier ce qui est devenu complexe, afin de rendre cohérents et structurés les dispositifs de communication”

Un an après le premier confinement, Makheia a tiré de la crise deux constats majeurs :

L’inflation exponentielle de l’e-commerce a accéléré une profonde mutation des consommateurs et de leur segmentation,

Une remise en question d’une certaine communication, notamment celle dite « transgressive », entreprises et annonceurs attendent désormais une efficacité de chacun de leurs investissements marketing et publicitaire.

Fort de cette analyse, le Groupe a revu profondément son offre et dévoile aujourd’hui une nouvelle organisation autour d’un credo : « Simplifier ce qui est devenu complexe, afin de rendre cohérents et structurés les dispositifs de communication »

Reconnu pour sa capacité de pilotage de dispositifs, Makheia se concentre sur les nouvelles « interfaces » consommateurs, c’est à dire les points de contacts majeurs entre une marques et ses publics, à savoir : le social-market et le marketing de performance, l’e-commerce et la communication « non-commerciale », le corporate.

Le Groupe s’attache à porter un regard singulier sur les parcours et les points de contacts jugés essentiels par les publics mais aussi la relation qu’ils souhaitent développer avec les marques en proposant :

Le meilleur de l’UX-design et des technologies pour accélérer les transitions/transformations digitales avec Big Youth

Des contenus omnicanaux les plus performants pour créer du lien avec leurs publics avec Sequoia, notamment dans la sphère corporate

D’apporter sens et performance dans la communication marketing avec Mademoiselle Scarlett

Militant pour une communication pragmatique, efficace et mesurée, Makheia propose ainsi au marché une nouvelle approche des dispositifs Marketing – Communication, avec un modèle hybride pour optimiser, organiser et déployer ces dispositifs sous toutes leurs formes et pour tous les canaux.

Au global, plus d’une centaine d’experts, avec une rigueur et une disponibilité saluées par tous les baromètres professionnels, composent les trois agences Big Youth, Sequoia et Mademoiselle Scarlett, spécialistes reconnues sur leurs segments.

Une nouvelle organisation interne a été mise en place avec la nomination de trois directeurs généraux autour d’Edouard Rencker, président du Groupe :

Nicolas Ziegler : DG du pôle digital (Big Youth)

Matthieu Butel : DG du pôle content (Sequoia)

Jean Charles Bereyziat : DG du pôle marketing (Mademoiselle Scarlett)

Message complété le 03/05/2021 23:06:04 par son auteur.

https://mailchi.mp/makheia.com/makheia-news-8?fbclid=IwAR0GyVlNHenERJq_dcLWfitXKyTrmpSFRxdzJZz6AMa3ersWwNSDiUIWBjs

  
Répondre
St@rix St@rix
03/05/2021 23:02:31
0

Les marques aux défis des nouvelles « tribus », condamnées à devenir politiques

Par Édouard Rencker, Président de Makheia

Mai 2021

La crise de la Covid a été bénéfique dans au moins deux domaines : le nombre de nouvelles marques déposées en France et la démultiplication de « tribus » prêtes à les consommer. Avec une conséquence aussi importante qu’inattendue : la saturation (prochaine) des messages et des audiences. Pour faire face, les marques doivent devenir « politiques ».

L’information est presque passée inaperçue : 2020 a été, en France, l’année des records en matière de dépôts de marques : plus de 100 000, soit près de 300 par jour (si on neutralise les dimanches). Un chiffre jamais atteint depuis la création de l’INPI, l’organisme qui les enregistre. Dans un autre registre, mais toujours quantitatif, l’hypersegmentation de l’offre, accélérée par l’explosion des médias sociaux et du e-commerce : désormais plus de 10 milliards de produits sont directement accessibles en ligne, depuis nos smartphones ou PC (contre moins de 1 milliard il y a 10 ans). Avec une conséquence majeure sur les modes de consommation de nos sociétés digitalisées : la « singularité » est devenue le nouveau paradigme. « Je consomme donc je suis » pourrait être le slogan des années Covid.

Conséquence, la consommation de masse telle qu’elle fût pensée dans les années soixante, à savoir les mêmes biens pour le plus grand nombre, est morte ! Aujourd’hui, chaque consommateur revendique son unicité et invente la consommation qui l’accompagne. « La normalité universelle est désormais une stratégie aussi inefficace qu’erronée » professait il y a quelques années Seth Godin, gourou du marketing et spécialiste de l’économie de « Longue traîne ». Nous y sommes !

Résultat des deux phénomènes : les marques sont partout ! Institutionnelles, corporates, commerciales, ombrelles, territoriales, citoyennes, employeurs, personnelles… les segmentations ne manquent pas. Et elles sont devenues autant un modèle de consommation que de revendications ! Pour preuve, pour la première fois dans l’histoire contemporaine, certaines marques ont pris directement des positions politiques lors des émeutes du Capitole, condamnant l’atteinte au processus démocratique : Bank of America, Verizon, UPS… Et certaines ont même ouvertement soutenu Biden. Partageant ainsi avec leur « fan base » une position politique.

Du jamais-vu !

Et tout le monde veut être une marque : les partis politiques et leurs leaders, les rappeurs et les influenceurs, les clubs de foot et les footballeurs ! Les « systèmes » de marques ont ainsi envahi tous les espaces de la scène sociétale et culturelle. « Je suis une marque donc j’existe ! » Et inversement.

Nous sommes des hypertrophiés du symbole !

Comment expliquer cette hypertrophie du symbole ? Par trois facteurs majeurs. Premièrement, par la modification des perceptions et des désirs des consommateurs. Nous privilégions la valeur d’usage, à savoir l’utilité d’un bien plutôt que sa propriété (d’où le succès des plateformes de partage, de la trottinette aux outils de jardin en passant par les voitures). La « jouissance » plutôt que la propriété. Ce qui accroît considérablement à la fois le cycle de consommation et la nécessité de se repérer. Comme le soulignait Raymond Loewy, célèbre designer des années soixante : la marque fait fonction de phare dans un modèle d’hyper-choix. Et les phares se multiplient.

Deuxièmement par l’hyper-extension du champ émotionnel. On ne consomme plus un produit mais une promesse, une histoire, une émotion… des « stories » pour construire sa propre identité. On ne consomme plus, non plus, selon sa classe, mais son clan. Et les clans se démultiplient à l’infini. Le retour de ce que le sociologue Michel Maffesoli appelle la « tribu » s’accompagne d’une nouvelle organisation du sens et des signes. Chaque tribu et chaque membre arbore ses références, ses codes symboliques, ses signes de reconnaissance, ses codes sémiologiques, son système de communication. On est Hipster, Rappeur, Boomer, Végane, Spéciste, Consumériste, Empathique, Mystique, etc. On se regroupe par tribu autour du même « gourou ».

Enfin, troisième transformation, la modification de l’espace : des plateformes de VOD à l’espace Smartphone, nos champs de vision sont en train de muter. Nous passons d’un champ à longue focale (la rue, la mer, les champs…) à des visions courtes (le PC, la tablette, le smartphone) surpondérant les signes, les symboles. Plus l’écran est petit, plus les signes ont d’impact et plus les marques marquent ! C.Q.F.D.

Marques et entreprises sous pression

Conséquence, on demande aux entreprises et aux marques d’être partout ! Et elles sont sollicitées sur tous les fronts : sociaux, sociétaux, marketing, RH… Sur tous les canaux, médias traditionnels, plateformes digitales, médias sociaux, réseaux physiques, etc.

Les communicants, eux, sont désormais confrontés à deux phénomènes concomitants :

Le premier est la nécessaire construction de ce que le jargon métier nomme un « mille- feuille omnicanal », fait de prises de paroles multiples, d’éléments de langage, de dispositifs complexes afin d’être visible sur tous les canaux.

Le second est l’accélération de la volatilité des Oubliés les grands cycles, les grandes tendances. Il faut réagir à l’heure, au quotidien, au mois. Et se remettre en question en permanence.

Il faut donc anticiper, choisir, organiser, optimiser, produire… et piloter des dispositifs devenus aussi compliqués qu’hétérogènes. Comment s’en sortir ? Il faut dire stop ! Choisir, trancher, s’engager, au risque de déplaire à certains. Choisir ses « tribus », simplifier ce qui est devenu complexe, rendre cohérente et structurée une prise de parole qui peut se perdre dans l’hyper-offre de contenus. Prendre de la distance, du recul. En un mot, devenir « politique ». Dans le sens du choix et de la gouvernance. « Gouverner, c’est choisir », disait Pierre Mendès-France. C’est désormais le rôle essentiel des responsables de communication. « Communiquer, c’est -plus que jamais choisir. »

Les marques, comme les politiques, doivent conquérir le droit à l’idéologie. Sinon, comme les politiques, elles ne résisteront pas à l’épreuve de la nouvelle société « tribale ». Mais le chemin va être complexe.

  
Répondre
St@rix St@rix
30/04/2021 12:28:18
0

ça manque de volumes moyenne d achat 0.30 mais c est encouragent Cours temps réel: 0,305 13,17%

  
Répondre
St@rix St@rix
30/04/2021 10:28:35
2

Cours temps réel: 0,299 10,95% un début je pense !

  
Répondre
St@rix St@rix
30/04/2021 10:09:33
1

Il était temps ? Cours temps réel: 0,281 4,08%

  
Répondre
Invectus Invectus
30/04/2021 10:01:07
2

https://www.cbnews.fr/conseil/mademoiselle-scarlett-compte-3-60697

CbnewsLe 29 avril 2021 à 18:27 Par VALENTINE PUAUX

Après compétition, Mademoiselle Scarlett, l’agence de communication marketing du groupe Makheia, annonce le gain de trois nouveaux budgets. Celle-ci travaille désormais pour le fabricant de jouets Juratoys (étude et conseil sur la stratégie de marque du groupe et de ses marques commerciales, définition de leur positionnement et territoire d’expression). À la fois sur Janod (jouets en bois), Kaloo (peluches) et pour Liliputiens (jouets d'éveil). Enfin, elle accompagne Pacifica, la compagnie d'assurances du Crédit agricole autour du développement d'une plateforme digitale de création de vidéos personnalisées (pour optimisation de la conversion de leads prospects et clients). Dernière signature en date pour l'agence : Clauger, spécialisé dans le froid industriel et le traitement de l'air. La marque vient de lui confier la refonte de son site corporate et business.

Message complété le 30/04/2021 10:04:30 par son auteur.

Bravo à çeux qui sont in!!

Message complété le 30/04/2021 10:04:45 par son auteur.

ceux

  
Répondre
St@rix St@rix
29/04/2021 20:53:48
2

News pris aux copains d un autres site.

Après compétition, Mademoiselle Scarlett, l'agence de communication marketing du groupe Makheia, annonce le gain de trois nouveaux budgets. Celle-ci travaille désormais pour le fabricant de jouets Juratoys (étude et conseil sur la stratégie de marque du groupe et de ses marques commerciales, définition de leur positionnement et territoire d'expression). À la fois sur Janod (jouets en bois), Kaloo (peluches) et pour Liliputiens (jouets d'éveil). Enfin, elle accompagne Pacifica, la compagnie d'assurances du Crédit agricole autour du développement d'une plateforme digitale de création de vidéos personnalisées (pour optimisation de la conversion de leads prospects et clients). Dernière signature en date pour l'agence : Clauger, spécialisé dans le froid industriel et le traitement de l'air. La marque vient de lui confier la refonte de son site corporate et business.


Pacifica totalise 12,8 millions de contrats et réalise un chiffre d'affaires de 4,1 milliards d'euros.

Juratoys CA 46 000 000€

Clauger est une entreprise familiale, spécialisée en froid industriel et en traitement d'air. Actuellement, elle compte 1300 collaborateurs et réalise 250 M€ de Chiffres d'Affaires.

  
Répondre
St@rix St@rix
29/04/2021 16:45:12
0

Analyse d un champion de cher bourso il y en a qui on de l ambition lol

Message complété le 29/04/2021 16:47:34 par son auteur.

chez !

  
Répondre
St@rix St@rix
29/04/2021 14:39:57
0

Volume en baisse donc si mes calcules son bon retournement a la hausse bientôt ceci est une analyse personnel et non une incitation A / V merci.

On va bientôt tuer le cochon !

  
Répondre
St@rix St@rix
29/04/2021 00:09:41
0


Marché publicitaire : la reprise sera plus rapide que prévu

MAGNA / Mediabrands prévoit une reprise « en V » pour le marché publicitaire français en 2021. La baisse des investissements en 2020 aura été moins prononcée que prévu, grâce la résistance de la publicité numérique qui représente désormais plus de 50 % des investissements.

Après une accélération en 2021 de +25,5%, les investissements publicitaires digitaux dépasseront les 220Md$ aux USA d'après les prévisions d'eMarketer en 2022. Dès 2021, ces investissements devraient dépasser le cap des 2 tiers du total des dépenses médias.

Grâce à une croissance maintenue à 2 chiffres, cette part est anticipée à 74,9% soit les 3 quarts de la publicité des USA en 2024.

  
Répondre

Forum de discussion Makheia Group

202105071642 850145
logiciel chart 365 Suivez les marchés avec des outils de pros !

Chart365 par ABC Bourse, est une application pour suivre les marchés et vos valeurs favorites dans un environnement pensé pour vous.