OK
Accueil > Communauté > Forum Ubisoft Entertainment

Ubisoft : Faut il acheter ?

Cours temps réel: 48,56  -0,65%



Ribo Ribo
28/01/2022 08:37:09
0

Barclays revalorise Ubisoft de 43,5 à 53,2 euros ('pondération en ligne').

  
Répondre
Luncyan Luncyan
25/01/2022 15:49:22
0

Belle analyse

  
Répondre
LeFourbe LeFourbe
25/01/2022 15:18:09
3

Illustration.

  
Répondre
LeFourbe LeFourbe
25/01/2022 15:17:29
0

C'était pas déconnant ce que je disais il y'a quelques jours... à suivre. J'aimerais bien qu'elle descende encore un peu.

*pas encore actionnaire

  
Répondre
LeFourbe LeFourbe
19/01/2022 16:16:06
0

Le secteur des 53-53.3 constituera peut-être une zone de résistance, avant un retour sur 48.38 ou sur la ROB pour pull back.

*non actionnaire

  
Répondre
Ptitchat72 Ptitchat72
18/01/2022 17:52:27
4

Ils sont vraiment trop marrant tous ces gérants.

suite à l'actu du jour, ils nous sortent des valorisations à 120€.

j'imagine que, de ce faite, ils sont tous blindés en titres Ubisoft dans leur portefeuille.

on se demande bien comment elle a pu descendre si bas d'ailleurs.

ils devraient toujours courir derrière avec leur épuisette.

Ah la la, si on écoutait tout ce p'tit monde, on aurait tout le Sbf120 dans nos portifs


  
Répondre
LeFourbe LeFourbe
18/01/2022 15:35:12
0

J'attendrais un pull back sur la ROB pour rentrer...

  
Répondre
Ptitchat72 Ptitchat72
18/01/2022 14:46:04
0

18/01/2022 | 14:36
Microsoft serait sur le point de conclure un accord pour racheter Activision Blizzard, le fabricant de jeux vidéo à l'origine de la franchise "Call of Duty", dans ce qui serait le plus grand rachat jamais réalisé par le géant américain de la technologie, selon des personnes proches du dossier cités par Bloomberg. Ce dernier évoque une valorisation de 70 milliards de dollars et le Wall Street Journal de plus de 50 milliards de dollars.

La transaction pourrait être annoncée dès mardi, ont indiqué ces personnes, qui ont demandé à ne pas être identifiées en raison du caractère privé de ces informations.

  
Répondre
LeFourbe LeFourbe
18/01/2022 14:44:13
0

C'est quoi l'info ?

  
Répondre
6delirium8 6delirium8
18/01/2022 14:34:35
0

envolée du titre !!!

  
Répondre
Ribo Ribo
16/01/2022 00:09:34
1

►@77%, 4" pour trouver... pas plus de temps que de poser la question...

https://

www.capital.fr/entreprises-marches/malgre-les-deboires-dubisoft-et-activision-le-secteur-du-jeux-video-reste-tres-porteur-1425523

  
Répondre
77% 77%
15/01/2022 07:59:24
0

source ?

  
Répondre
Ptitchat72 Ptitchat72
14/01/2022 19:10:53
0

C'est sur que la note ESG doit s'en prendre un coup....

-----------------

le 14/01/2022 à 17h08

Le secteur du jeu vidéo a profité de la pandémie et des confinements, privant les populations de nombreuses activités en extérieur et favorisant un plus grand nombre d’heures passées sur les écrans à domicile. Cette industrie, également dopée par l’essor des jeux mobiles, pèse désormais 300 milliards de dollars de recettes au niveau mondial, soit plus que la musique et le cinéma réunis, selon une étude du cabinet Accenture dont l’AFP s’était fait l’écho en avril 2021.

Des géants du secteur ont pourtant vu leur cours chuter en Bourse l’an passé. Le groupe français Ubisoft, fort de 19. 000 salariés dans le monde, affiche par exemple un plongeon de 43% sur un an, quand l’américain Activision Blizzard subit une baisse de 27%. Ces deux éditeurs doivent notamment affronter des affaires de harcèlement. Chez Ubisoft, pas moins de trois hauts dirigeants ont démissionné de leur poste en juillet 2020, en lien avec des faits d’inconduites ou de harcèlement sexuel.

Des éditeurs dans la tourmente face à une culture toxique
Parmi eux, le directeur créatif et numéro deux de l’éditeur de jeux vidéo, Serge Hascoët, ainsi que le directeur des studios canadiens, Yannis Mallat. Et depuis, Ubisoft connaîtrait une vague de départs de développeurs, selon une enquête du site américain Axios publiée fin 2021. De nombreux salariés ont dénoncé un climat toxique et sexiste, alors que la culture machiste reste très prégnante dans le milieu du jeu vidéo.
Activision Blizzard est aussi secoué depuis de nombreux mois par des accusations de harcèlement sexuel et de discrimination. Bobby Kotick, son patron depuis 30 ans, a déclaré fin 2021 qu’il envisageait de quitter la société s’il ne parvenait pas à résoudre ces problèmes. Selon un article du Wall Street Journal, il était au courant depuis des années de faits de harcèlement dans l’entreprise.


Une plus faible croissance attendue en 2022
Ces affaires, qui renvoient une image désastreuse des éditeurs, ont perturbé le développement de plusieurs jeux, alors que le télétravail a déjà pesé sur la productivité des équipes, estime Valentin Mory, spécialiste du secteur au sein de la société d’analyse AlphaValue. De nombreux jeux ont vu leur date de sortie reportée, à l’image du jeu d’action-aventure “Skull and Bones” d’Ubisoft.

“En 2022, on devrait globalement assister à un ralentissement, comparé à la forte croissance du secteur en 2020 et 2021”, précise-t-il. Les restrictions sanitaires diminuent et les joueurs devraient se montrer moins assidus derrière leurs écrans. De plus, “la pénurie de semi-conducteurs a entraîné des retards dans les productions de consoles, comme la PlayStation 5 de Sony et la gamme Xbox Séries de Microsoft”.
Si beaucoup de jeux sont prévus cette année et devraient enfin sortir, notamment avant la période des fêtes, entre septembre et décembre, “les effets sur les ventes ne pourraient se faire véritablement sentir qu’en 2023”, tempère Valentin Mory.


Des fondamentaux solides sur le long terme
Toutefois, la chute de certains éditeurs en Bourse “crée des opportunités pour les investisseurs”, selon Thomas Alzuyeta, spécialiste du secteur chez la société de gestion Kirao AM. “Les marchés ont adopté une vision de court terme, mais toutes les personnes qui se sont mises à jouer pendant la pandémie vont conserver cette habitude”, estime-t-il. “Le secteur dispose de fondamentaux solides, avec des gens qui étendent leur domaine de jeu, du PC aux consoles, puis aux jeux mobiles et au streaming”, assure-t-il.

Le marché des jeux vidéo compte 2,7 milliards de joueurs dans le monde, selon Accenture. Il a augmenté de 500 millions d'utilisateurs au cours des trois dernières années et devrait encore gagner 400 millions de joueurs d'ici à fin 2023. Si les joueurs de longue date restent majoritairement des hommes, les nouveaux arrivants comptent 60% de femmes, particulièrement friandes des jeux mobiles, selon le cabinet d’étude de marché.

Pas surprenant que le groupe américain Take-Two Interactive, éditeur de la franchise GTA, soit prêt à mettre 12,7 milliards de dollars sur la table pour acquérir le développeur Zynga, spécialisé dans les jeux mobiles comme “FarmVille”. Cette acquisition pourrait être suivie par d’autres dans le secteur, alors qu’Ubisoft, dont la capitalisation boursière reste inférieure à 6 milliards d’euros, apparaît régulièrement comme une cible potentielle de géants tels que Microsoft.


Des relais de croissance
L’industrie du jeu vidéo est en pleine évolution. Au départ, le chiffre d’affaires d’un éditeur était déterminé en fonction du nombre d’exemplaires vendus par jeu. Dans les années 2010, le modèle du “free to play” (gratuit à jouer, en français) a pris son essor, avec des jeux comme “Wolrd of Warcraft” et “EverQuest”.

Le concept est de donner gratuitement accès à un jeu en ligne, au sein duquel les joueurs disposent d’options payantes, comme la possibilité d’acheter de petits objets ou des propriétés spéciales pour leurs personnages via de micro-transactions. L’objectif est de créer une communauté de joueurs, qui passent un maximum d’heures sur le jeu et sont prêts à dépenser pour s’offrir une expérience enrichie.

En 2017, Microsoft a lancé un nouveau concept, sur le modèle des plateformes de streaming vidéo. Son service “Xbox Game Pass” donne accès à un large catalogue de jeux en illimité, disponibles sur Xbox, PC et smartphone, moyennant un abonnement mensuel. Le groupe américain reste toutefois le seul à rencontrer le succès avec ce type d’offre pour le moment.


Dernière tendance dans le secteur : les jetons non-fongibles, plus connus sous le terme de NFT. Ubisoft a lancé en décembre 2021 la plateforme Quartz - fraîchement accueillie par les joueurs - pour acquérir des NFT au sein de son jeu « Tom Clancy’s Ghost Recon Breakpoint ». Le distributeur américain de jeux et consoles Gamestop entend aussi développer une plateforme de NFT et investir des dizaines de millions de dollars dans le secteur crypto, selon le Wall Street Journal.

Ce nouveau modèle d’affaires, baptisé “play to earn” (jouer pour gagner), consiste cette fois-ci à inciter les joueurs à s’impliquer et progresser dans un jeu pour en tirer des bénéfices, en obtenant des récompenses sous la forme de NFT, qui garantissent l’authenticité et la traçabilité d’un bien numérique sur la blockchain. Des objets virtuels tels qu’un casque ou un fusil-mitrailleur peuvent ainsi être détenus sous la forme de NFT.

“Les éditeurs pourraient ensuite prélever des frais sur les transactions quand un joueur revendra un NFT”, souligne Thomas Alzuyeta. Néanmoins, le “play to earn” doit encore convaincre et n’en est “qu’à ses balbutiements”, prévient l’analyste. En attendant de voir si l’écosystème blockchain pourrait constituer un vrai relais de croissance, les acteurs du secteur peuvent miser sur de nouvelles sorties de jeux en 2022 pour séduire les investisseurs, à l’image d’ “Avatar : Frontiers of Pandora” d’Ubisoft, prévu la même année que le film “Avatar 2” de James Cameron.

  
Répondre
Ptitchat72 Ptitchat72
10/01/2022 14:10:11
1

10/01/2022 | 13:57

PARIS (Agefi-Dow Jones)--L'action de l'éditeur de jeux vidéo Ubisoft gagne 5,2% lundi en début d'après-midi, à 43,06 euros, "soutenue par le vent de spéculation qui agite le secteur", indique un analyste basé à paris.

Un peu plus tôt dans la journée, l'éditeur américain Take-Two Interactive Software a conclu un accord en vue de racheter son compatriote Zynga pour un montant représentant une valeur d'entreprise de 12,7 milliards de dollars. Take-Two Interactive est l'éditeur de licences telles que Grand Theft Auto, Civilization et NBA 2K, tandis que les principaux jeux de Zynga sont FarmVille et Mots Entre Amis. La transaction amicale devrait être bouclée entre avril et juin, ont indiqué les deux sociétés.

  
Répondre
Ptitchat72 Ptitchat72
05/01/2022 18:35:09
0

05/01/2022 | 18:26
Ubisoft a annoncé mercredi soir le lancement prochain d'Ubisoft+, son service d'abonnement, sur Xbox. La société a également annoncé qu'elle proposera Rainbow Six Extraction, son FPS tactique en coopération, aux membres du Xbox Game Pass et du PC Game Pass lors du lancement du jeu le 20 janvier.

  
Répondre
tirelire19 tirelire19
04/01/2022 11:14:22
0

Cours enregistré à 42.28 €
TRIANGLE RECTANGLE
Le moment d' acheter approche et pourtant l' Ichimoku indique la tendance baissière
Je vais y revenir

  
Répondre
Fibopivots Fibopivots
12/11/2021 23:50:29
0

Vers 39/42 , si on y va.

  
Répondre
Ribo Ribo
04/11/2021 10:32:26
0

Berenberg dégrade Ubisoft à 'conserver' en visant 48 euros contre 72 euros précédemment.

  
Répondre
Ribo Ribo
19/07/2021 14:25:05
1

(Bo u rs ie r) - 19/07/2021 à 12:32►Ubisoft perd du terrain avec les reports

Ubisoft [..] a annoncé les reports des sorties de deux jeux, Riders Republic et Tom Clancy's Rainbow Six Extraction. Les sorties respectives sont désormais attendues le 28 octobre prochain et en janvier 2022. Selon l'éditeur, l'objectif avec cette décision de report des deux jeux est de donner plus d'opportunités aux joueurs pour tester et donner un feedback, afin de s'assurer d'apporter les meilleures expériences au marché et de permettre aux jeux d'atteindre leur plein potentiel. "C'est la bonne décision pour nos joueurs et pour la performance de long terme de nos jeux", assure Ubisoft, qui confirme par ailleurs ses objectifs financiers pour l'exercice 2021-2022.

Message complété le 19/07/2021 14:26:05 par son auteur.

@JD ►Tes liens Bourse Direct sont verrouillés pour les abonnés !

  
Répondre
JD1976 JD1976
19/07/2021 11:29:07
1

Voir ici :

https://www.boursedirect.fr/fr/actualites/categorie/recommandations/ubisoft-midcap-reste-a-l-achat-aof-3abb9c4edefdc56b12033aa129b18ead56d3a1f8

Message complété le 19/07/2021 14:49:57 par son auteur.


19/07/2021 10:29
UBISOFT: Midcap reste à l'Achat Credits ShutterStock.com

Midcap a confirmé sa recommandation d’Achat et son objectif de cours de 75 euros sur Ubisoft, qui a annoncé vendredi soir le décalage de deux des prochaines sorties : Riders Republic et R6 Extraction pour des raisons de peaufinage. Pour le bureau d’études, le maintien des objectifs annuels montre la marge de sécurité prise par le management dans ses annonces.


Points clés

-Troisième éditeur mondial indépendant de jeux vidéo créé en 1986 détenant les franchises phares Assassin’s Creed, Just Dance, Watch Dogs, Far Cry et les séries Tom Clancy (Splinter Cell, Ghost Recon, Rainbow…) ;

- Chiffre d'affaires de 2 Mds€ réparti entre l’Amérique du nord pour 44 %, l’Europe pour 37 % et l’Asie-Pacifique pour 17 %) ;
- Jeux disponibles sur tout support : 36 % sur les play station, 20 % sur les Box one, 27 % sur le PC, 6 % sur les Nintendo, 8 % sur les mobiles ;
- 5 forces pour le modèle d’affaires : détention de la totalité des marques, intégration des nouveautés technologiques dans la politique R&D (type Google Stadia pour Assassin’s Creed Odyssey), maîtrise de la production interne à 96 %, puis montée en puissance de la récurrence des revenus (57 % apportés par le « back catalogue ») et de la rentabilité via la digitalisation (69 %) ;

- Capital détenu par 2 actionnaires de référence -à 18,4 % du capital et 23 % des droits de vote par les frères fondateurs et la famille Guillemot et à 7 % par Tencent, Yves Guillemot étant président directeur général du conseil d'administration ;

- Bilan solide, avec 1,3 Md€ de capitaux propres, 100 Ms€ de dette nette et 1 Md€ de financements disponibles.


Enjeux
- Stratégie axée sur :
- un positionnement fort sur les jeux « open world » (Watch Dogs, Assassin’s Creed, Far Cry…) dont la part dans l’industrie atteint les 8/10èmes du marché, la puissance des licences (avec les consoles pour les blockbusters AAA, avec le Free To Play sur PC pour Ghost Recon Online, avec les mobile pour Rayman…),
- la qualité des infrastructures, renforcée par l’acquisition de l’hébergeur i3D.net ;

- Stratégie d'innovation menée par les départements Knowledge management et Groupe technologique d'une part, l'Innovation Lab d'autre part et ouverte sur l'animation et le film via Motion Pictures (production de la série Les lapins crétins) ;
- Stratégie environnementale pilotée par le Bilan BEGES :
- réduction des voyages d'affaires (1ère source d'émission de CO2),
- recours aux énergies renouvelables pour les data centers français et canadiens,
- recyclage des déchets ;
- Poursuite des acquisitions dans le smartphone après l'allemand Kolibri games ou Green Panda games et lancement fin 2020 de Tom Clancy's Elite Squad sur IOS et Androïd ;

- Retombées de l’intégration de Ketchapp dont certains jeux seront intégrés dans le nouveau portable –Weixin, 980 millions d’utilisateurs- du chinois Tencent ;

- Déploiement d’une nouvelle marque, Immortals Fenyx Rising.


Défis
- Forte saisonnalité de l’activité : ventes concentrées entre septembre et janvier d’où la clôture des comptes à fin mars et dépendance des revenus aux franchises Assassin’s Creed et Far Cry ;
- Forte exposition des résultats aux reports des lancements des jeux (3 en 2019-21) avec une attente forte pour 2020-21 avec 5 sorties attendues ;- Ambitions dans la production de films et séries avec la nouvelle division Film & Television ;
- Réaction aux critiques des joueurs sur la culture d’entreprise ;
- Impact positif de la pandémie, après une croissance de 18 % des revenus au 1er semestre, malgré les décalages de Far Cry 6 et de Rainbow Six Quarantine ;

- Objectif 2020-2021 d’un net booking entre 2,2 et 2,35 Mds€ et d’un bénéfice opérationnel entre 420 et 520 M€.



Croissance du marché pour 2020


Le marché total du jeu vidéo a bondi de 51% en Europe pendant le premier confinement, du 16 mars au 31 mai. Ensuite, le secteur a bénéficié des sorties de jeux vidéo qui ont rencontré un vif succès : « Final Fantasy VII Remake », « Ghost of Tsushima », « The Last of us 2 » (tous trois jeux de la console PS4 de Sony), « Super Mario 3D All-Stars » (console Switch de Nintendo), « World of Warcraft » (jeu sur PC) ou encore « Cyberpunk 2077 » (PC, PS4, Xbox).

En revanche, en France le second confinement a eu un impact négatif sur les ventes, illustrant l’impact de la fermeture des magasins et des rayons dits non essentiels. Néanmoins le SELL (Syndicat des Editeurs de Logiciels de Loisirs) estime qu’au final l’année 2020 sera une très bonne année pour le marché français. Les ventes réalisées en e-commerce sont à des niveaux très élevées. Les foyers se sont équipés en consoles et en accessoires lors du premier confinement, et les ventes de la PlayStation 5 et des Xbox Series sont très bonnes. La demande est même bien supérieure à l’offre disponible. L’an passé, le marché du jeu vidéo représentait 4,8 milliards d’euros, en recul de 2,8% par rapport à 2018.


source : AOF

  
Répondre

Forum de discussion Ubisoft Entertainment

202201280837 723766
logiciel chart 365 Suivez les marchés avec des outils de pros !

Chart365 par ABC Bourse, est une application pour suivre les marchés et vos valeurs favorites dans un environnement pensé pour vous.