OK
Accueil > Communauté > Forum Novacyt

Forum Novacyt

Cours temps réel: 13,38  5,85%



gars d'ain
24/02/2020 09:24:02
0

9 h 24 ! Toujours pas ouvert !

  
Répondre
gars d'ain
24/02/2020 09:19:52
0

Le carnet bouge quasi plus et est déficitaire d'environ 1/3 en offre de vente à l'ouverture.

Flambée grave assurée !

  
Répondre
gars d'ain
24/02/2020 09:14:53
0

641 ordres à l'chat en "ouverture"

205 ordres à vendre en "ouverture"


le carnet vente vient de monter à 1 033 762

<span class="Apple-tab-span" style="white-space:pre"> </span>

  
Répondre
gars d'ain
24/02/2020 09:13:14
0

1 620 280 à l'ouverture en achat

882 396 à l'ouverture en vente

  
Répondre
Bill17
24/02/2020 09:10:06
0

Elle serait à "2,11".....

  
Répondre
Ribo
24/02/2020 09:09:22
1

Jacques, regarde sur TA file !

  
Répondre
jacques38570
24/02/2020 09:08:36
0

est ce que quelqun sait en gros combien represente d augmentation avant bourse la cotation novacyt


et oui quand je reprend les forums ceux qui essaye de nous dire elle va redescendre a 0.3 alors

les analyses a 2 balles


  
Répondre
Bill17
24/02/2020 09:07:29
0

Les commentateurs "professionnels"", feraient mieux de se taire!!!!!

  
Répondre
gars d'ain
24/02/2020 09:07:05
0

Le carnet à l'achat monte encore et se rééquilibre un peu à la vente :

• 3 Fois le volume de vente à l'achat à l'ouverture

  
Répondre
gars d'ain
24/02/2020 09:05:26
1

quand je pense qu'il était conseillé partout de vendre alors que la crise du coronavirus n'a pas encore atteint son point paroxysme...

  
Répondre
Bill17
24/02/2020 09:03:15
0

C'est dingue !! impossible d'acheter!!!par contre le CAC fait du sous l'eau....vite les bouteilles de plongée!!!!

  
Répondre
gars d'ain
24/02/2020 08:59:35
2

1 425 204 à l'achat au marché

et seulement 274 702 en vente au marché, ça promet...

  
Répondre
gars d'ain
24/02/2020 08:58:15
1

Le carnet est très chargé à l'achat ce matin. ça devrait grimpé fort. Et on devrait être bloqué ce matin à l'ouverture car en dehors des créneaux de cotation d'ouverture.


Beaucoup d'ordre au dessus de 2,00 à l'achat

  
Répondre
Ribo
23/02/2020 11:03:59
1

Merci Garsdain, je suis un peu rassuré... donc ce ne sont que les bons qui seront transformés en actions le 24/02 je crois, c'est à dire demain ? Elle risque de plier un genou, mais de combien, juste sous 1.45 comme tu le suggères dans l'autre file ou bien plus bas ?

A-t-on des nouvelles infos concernant les ventes de kits Novacyt ou des autres marques d'ailleurs, j'ai vu dans le listing qui accompagnait l'article que tu as posté plus bas qu'il n'y a que deux kits de validés CE, le Novacyt et un chinois... ce qui veut dire que si la France achète des kits (c'est peut-être déjà fait) ce seront surement des Novacyt, compte tenu de la proximité et que c'est un produit européen. Le PDG de Novacyt a dit qu'avec ses sociétés partenaires il n'avait aucun soucis pour répondre à la demande.

Si elle plie un peu demain je renforce.


Message complété le 23/02/2020 11:05:15 par son auteur.

Je viens de relire ton post ci-dessous :
'il est prévu que l'admission devienne effective à 8 heures du matin le 25 février 2020 ou aux alentours de cette date. L'admission des nouvelles Actions ordinaires à la négociation sur Euronext devrait intervenir au plus tard le 25 février 2020'

  
Répondre
gars d'ain
23/02/2020 10:48:29
1

Salut, Ribo. Pas de souci. ces warrants dont on parle dans THE TIMES, c'est l'annonce qu'on a en français d'actions nouvelles et d'exercice de bons de souscriptions ...


Novacyt S.A. ("Novacyt", the "Company" or the “Group”) Final Warrant Exercise and Issue of Equity

https://novacyt.com/wp-content/uploads/2020/02/Novacyt-final-Exercise-of-Warrants-and-issue-of-equity-ENGLISH-19.02.2020.pdf


TRADuction avec DeepL...


Exercice du dernier mandat et émission de capital


Paris, France et Camberley, Royaume-Uni - 19 février 2020 - Novacyt (EURONEXT GROWTH : ALNOV ; AIM : NCYT), spécialiste international du diagnostic clinique, annonce qu'elle a émis un total de 6.370.728 nouvelles actions ordinaires de €1/15 chacune dans le capital de la société ("Actions Ordinaires") suite à l'exercice de bons de souscription comme détaillé ci-dessous.


6.017.192 nouvelles actions ordinaires ont été émises au profit de Harbert European Growth Capital Fund II au prix de 0,0698 € par action pour une souscription totale de 420.000 €.

353.536 nouvelles actions ordinaires ont été émises à Kreos Capital V (Expert Fund) L.P. au prix de 1,45 € par action pour une souscription totale de 512.627 €.


En incluant l'exercice des bons de souscription détaillés ci-dessus, la société a reçu des souscriptions pour un montant total de 2,9 millions d'euros depuis le 31 janvier 2020. La société confirme également que, suite à l'exercice des bons de souscription ci-dessus, il n'y a pas de bons de souscription en circulation ni d'options sur des actions ordinaires en circulation.


La société annonce également qu'elle effectuera un paiement net de 158 000 € à Negma Limited ("Negma") afin de satisfaire aux termes d'une garantie fournie à Negma relative à l'annulation de 1 300 000 bons de souscription détenus par Negma, comme annoncé le 6 novembre 2019. La garantie a été invoquée par Negma le 4 février 2020.


Admission

Une demande d'admission à la négociation de 6 370 728 nouvelles actions ordinaires sur l'AIM ("Admission") sera déposée et il est prévu que l'admission devienne effective à 8 heures du matin le 25 février 2020 ou aux alentours de cette date. L'admission des nouvelles Actions ordinaires à la négociation sur Euronext devrait intervenir au plus tard le 25 février 2020.


Total des droits de vote

Après l'admission, le nombre total d'actions de la société est de 67 673 567. Ce chiffre peut être utilisé par les actionnaires comme dénominateur pour les calculs par lesquels ils détermineront s'ils sont tenus de notifier leur participation ou une modification de leur participation dans la société en application de l'article L. 223-7 du Code de commerce et des statuts de la société. La société n'est pas soumise aux règles de transparence et d'information de l'Autorité de contrôle des marchés financiers en vertu de la partie VI du FSMA.

Ce communiqué contient des informations privilégiées au sens de l'article 7 du règlement (UE) 596/2014.

Pour de plus amples informations, veuillez consulter www.novacyt.com ou contacter

  
Répondre
Ribo
23/02/2020 10:22:48
0

Bonjour, quelqu'un a-t-il des infos sur ce que représente les bons d'options (warrants) sur Novacyt ? Comment les trouver et leur échéance surtout...

  
Répondre
gars d'ain
23/02/2020 00:11:48
4

(Traduction avec deepL)


Les coronavirus et la course à la distribution de diagnostics fiables

Des équipes internationales ont travaillé à toute vitesse pour rendre les tests de dépistage du virus disponibles en un temps record.

Cormac Sheridan | 19 FEBRUARY 2020

https://www.nature.com/articles/d41587-020-00002-2

La communauté médicale se mobilise pour développer un ensemble de tests de diagnostic moléculaire rapides et fiables pour le nouveau coronavirus humain apparu en Chine - désormais appelé coronavirus-2 du syndrome respiratoire aigu soudain (SRAS-CoV-2).



Les coronavirus sont ainsi appelés parce que les saillies qui entourent la capside ressemblent à la couronne d'un monarque lorsqu'on les observe au microscope.BSIP SA / Alamy Stock Photo


Cela fait suite à un effort colossal de plusieurs groupes de recherche pour identifier et séquencer le virus, partageant plusieurs génomes viraux dans des bases de données ouvertes au cours des dernières semaines. Alors que les infections continuent de s'accumuler - 74 185 personnes ont été infectées en Chine à minuit, heure locale, le 18 février - et que les autorités cherchent à diagnostiquer et à documenter avec précision les infections, le besoin de diagnostics rapides et fiables augmente. Bien que de nombreuses cliniques n'aient toujours pas accès à un test robuste, précis et sensible pour le CoV-2 du SRAS, des progrès impressionnants ont été réalisés en quelques semaines. En revanche, il a fallu près de six mois pour identifier et établir des tests pour le coronavirus responsable de l'épidémie de SRAS de 2002-2003.


Après que des groupes de cas de pneumonie sans cause connue ont été épidémiologiquement liés à un marché de gros de fruits de mer et d'animaux "mouillés" à Wuhan, en Chine, trois groupes ont travaillé sans relâche pour identifier le coupable. Tout d'abord, des chercheurs de Shanghai, Wuhan, Pékin et Sydney ont utilisé le séquençage métagénomique de l'ARN pour identifier le coronavirus, jusqu'alors inconnu, dans un échantillon provenant d'un seul patient qui avait travaillé sur le marché. Cette équipe a déposé un projet de séquence du génome dans le dépôt de séquences de GenBank, accessible au public, le 10 janvier ; la version actuelle a été déposée le 17 janvier.


À peu près à la même époque, une équipe d'intervention rapide dépêchée par le Centre chinois de contrôle et de prévention des maladies a signalé qu'elle avait isolé et cultivé un nouveau coronavirus à partir du liquide de lavage bronchoalvéolaire de trois patients et l'a identifié comme la source probable de l'épidémie. Les observations au microscope électronique ont permis de découvrir une morphologie typique du coronavirus ; les travaux au microscope optique ont démontré qu'il avait des effets cytopathiques sur les cellules épithéliales des voies respiratoires humaines. Le séquençage du génome a révélé que le virus partageait plus de 85 % de l'identité de séquence avec un coronavirus connu, semblable au SRAS, que l'on trouve chez les chauves-souris. Le 12 janvier, ce groupe a déposé trois autres séquences du génome dans la base de données en libre accès Global Initiative on Sharing All Influenza Data (GISAID).


Un troisième groupe de scientifiques, situé à Wuhan et à Pékin, a identifié et caractérisé le même virus chez cinq autres patients atteints de pneumonie sévère et a déposé cinq autres génomes dans la base de données GISAID. Ils ont également montré que le virus utilise l'enzyme de conversion de l'angiotensine II (ACE2) pour pénétrer dans les cellules hôtes, tout comme le SRAS-CoV, la souche qui a causé l'épidémie de 2002-2003, qui a infecté 8 096 personnes et causé 774 décès.

Plusieurs groupes internationaux ont travaillé à partir de ces données de séquences pour concevoir des amorces pour les tests de réaction en chaîne de la polymérase (PCR) afin d'aider les laboratoires de santé publique mondiaux en l'absence d'un test commercial pour le SRAS-CoV-2 (anciennement 2019-nCoV). Le 23 janvier, le laboratoire de Christian Drosten, de l'Institut de virologie de l'hôpital universitaire de la Charité à Berlin, ainsi que des collaborateurs universitaires en Europe et à Hong Kong, ont publié les détails d'un test de diagnostic et d'un flux de travail PCR (RT-PCR) en temps réel, qui détecte le SRAS-CoV-2 et le distingue du SRAS-CoV. Le groupe a vérifié le test en l'absence d'isolats du CoV-2 du SRAS ou d'échantillons de patients, mais a confirmé sa spécificité par rapport à 297 échantillons cliniques provenant de patients atteints de diverses autres infections respiratoires. Ces résultats ont servi de base à l'envoi de 250 000 kits, que l'Organisation mondiale de la santé (OMS) a expédiés à 159 laboratoires dans le monde entier au cours des dernières semaines.


Entre-temps, un groupe de l'université de Hong Kong a mis au point deux tests quantitatifs RT de PCR par transcription inverse en une seule étape, ciblant à la fois le cadre de lecture ouvert 1b (ORF1b) et les régions N du génome viral, sur la base de la première séquence déposée à la GenBank ; ces deux tests ont été validés à l'aide de deux échantillons cliniques obtenus auprès de patients infectés par le CoV-2 du SRAS. Les tests sont explicitement conçus pour identifier de multiples virus dans le sous-genre des sarbecovirus auquel appartient le CoV-2 du SRAS, étant donné le manque de données sur la diversité génétique du CoV-2 du SRAS chez l'homme et l'animal. Comme aucun autre sarbecovirus ne circule chez l'homme, un test positif peut être considéré comme la confirmation qu'un sujet est infecté par le CoV-2 du SRAS ou un virus animal apparenté. Le test du gène N est recommandé comme test de dépistage et le test ORF1b est recommandé comme test de confirmation. L'algorithme de diagnostic est similaire à celui suivi pour le coronavirus du syndrome respiratoire du Moyen-Orient (MERS), qui a été identifié pour la première fois en Arabie saoudite en 2012. "Nous avons simplement essayé d'adopter la même stratégie", explique Leo Poon, professeur à l'école de santé publique de l'université de Hong Kong. Son groupe a partagé les détails du test - et dans certains cas les réactifs - avec l'OMS et avec plus de 30 laboratoires en Asie, en Afrique, au Moyen-Orient et en Amérique du Sud.


Le test PCR est très sensible, s'il est utilisé correctement. "Dans nos mains, nous avons une sensibilité de dix copies par réaction", déclare Poon. Cependant, les faux négatifs - l'incapacité à détecter le virus chez les patients infectés - peuvent constituer un problème important dans les environnements à haut débit fonctionnant sous une forte pression. Le bon fonctionnement du test est crucial. De plus, des incertitudes subsistent quant à la cinétique de l'excrétion du virus du SRAS-CoV-2, de sorte que le moment choisi pour le test peut influer sur le résultat. On ne sait pas non plus encore quels types d'échantillons cliniques sont optimaux. Une étude récente de Wuhan, qui a évalué les performances d'un kit de RT-PCR par fluorescence distribué par le Centre chinois de contrôle et de prévention des maladies, suggère que les écouvillons nasopharyngés offrent une plus grande cohérence que les échantillons d'expectorations.


Aux États-Unis, le CDC (Centers for Disease Control and Prevention) a déployé ses propres tests PCR dans les 50 États américains ainsi que dans 30 sites internationaux après avoir obtenu l'autorisation d'utilisation d'urgence de la Food and Drug Administration (FDA) américaine le 4 février. Mais les laboratoires d'essai des États ont découvert un problème de qualité avec un élément de l'essai en trois parties. "Si vous passez rapidement à l'échelle, cela peut arriver", déclare Marion Koopmans, responsable de la viroscience au Centre médical Erasmus de Rotterdam, aux Pays-Bas, qui a participé à la mise au point du test de Berlin.


Ces premiers tests de laboratoire permettent de gagner du temps. Ils donnent aux autorités de santé publique certains outils de diagnostic avant que les produits et kits commerciaux ne soient disponibles à l'échelle (tableau 1). En Chine, l'entreprise de séquençage du génome BGI Group, de Shenzhen, est déjà en activité et produit de tels tests commerciaux. Fin janvier, elle avait déjà distribué plus de 50 000 kits de test dans toute la Chine. Le 5 février, elle a ouvert un laboratoire de test d'urgence à Wuhan qui peut traiter 10 000 échantillons par jour. D'autres entreprises développent leurs tests plus lentement, mais les premiers déploiements sont imminents. Toutes ne s'appuient pas sur les modèles d'amorces et les protocoles spécifiés par les laboratoires universitaires ou les autorités de santé publique. "Nous sommes arrivés à la conclusion que ces tests ne sont pas optimaux pour nous, entre nos mains", déclare Stephan Ölschläger, responsable du marketing chez Altona Diagnostics, basée à Hambourg, en Allemagne. La société dispose de sa propre plateforme de test et développe un test en deux parties ciblant le gène E des bêtacoronavirus de la lignée B et une région du gène S spécifique au SRAS-CoV-2

Plutôt que de développer des tests PCR sur mesure, IDbyDNA fait partie d'une poignée d'entreprises qui utilisent l'analyse des acides nucléiques par métagénomique comme outil de diagnostic et de surveillance de routine. Son test Explify Respiratory, développé en laboratoire, permet d'identifier plus de 900 agents pathogènes respiratoires, y compris des virus, des bactéries, des champignons et des parasites, en comparant des données métagénomiques non biaisées obtenues à partir d'échantillons de patients avec un large éventail de données de séquences. Il peut déjà détecter la souche du SRAS-CoV-2. "Nous avons maintenant mis à jour nos données avec le nouveau coronavirus et sommes en train de revalider", déclare le cofondateur et médecin en chef Robert Schlaberg. "Les modifications sont toutes du côté de l'analyse des données." C'est, dit-il, un processus plus facile que la mise à jour d'un test physique. L'analyse des données proprement dite prend moins d'une heure ; le délai d'exécution entre la réception de l'échantillon et le résultat du test est de 36 heures. Bien que plus coûteux que le test PCR, la baisse des coûts de séquençage pourrait contribuer à démocratiser cette approche. L'entreprise vend la technologie ainsi que ses services de test. "Les tests de diagnostic traditionnels et la surveillance sont deux efforts distincts", dit-il. "Il est beaucoup plus rapide d'avoir une surveillance en temps réel de ce qui est en circulation".


Andrew Rambaut, de l'Université d'Edimbourg, en Ecosse, s'y emploie déjà, en suivant l'évolution de l'épidémie par l'analyse des relations phylogénétiques entre les différents génomes du SRAS-CoV-2. Les virus à ARN ont un processus de réplication sujet aux erreurs, et les variations génétiques qui sont introduites constituent une horloge moléculaire qui peut fournir des indications sur l'émergence initiale et l'évolution continue du virus. "L'horloge moléculaire permet de modifier les modifications génétiques dans le temps", dit-il. Une première analyse, basée sur 90 génomes accessibles au public, suggère que le SRAS-CoV-2 est apparu peu de temps avant les premiers cas de pneumonie à Wuhan. "Cela ne précède pas tellement le moment de la détection de la maladie", dit Koopmans.


Les épidémiologistes ont également adapté des outils de surveillance numérique pour suivre la nouvelle épidémie de coronavirus en surveillant automatiquement les informations électroniques structurées et non structurées provenant de sources officielles et non officielles. Le Centre de science et d'ingénierie des systèmes de l'Université Johns Hopkins a mis au point un tableau de bord basé sur le web pour visualiser et suivre en temps réel les cas de SRAS-CoV-2 signalés. Les données sous-jacentes sont accessibles gratuitement aux scientifiques par le biais d'un dépôt GitHub. La principale source du tableau de bord est DXY, une ressource en ligne gérée par des membres de la communauté médicale chinoise, qui rassemble les rapports officiels et médiatiques sur le développement de l'épidémie. HealthMap.org, développé il y a plus de dix ans pour suivre les épidémies de maladies infectieuses, a également mis en ligne une interface spécifique pour le SRAS-CoV-2. Le crowdsourcing et la recherche automatisée d'informations ont également été exploités pour développer une liste de lignes électroniques partagées pour le suivi de l'épidémie de SRAS-CoV-2, au cas par cas. Au 19 février, la liste contenait des informations démographiques, géographiques et cliniques sur plus de 7 800 cas individuels, ce qui permet aux chercheurs d'effectuer des analyses pour comprendre les schémas de propagation. "De nombreux groupes utilisent les données, c'est donc une chose encourageante", déclare Moritz Krämer, chercheur au département de zoologie de l'université d'Oxford, qui a mis en place cette ressource. La crise actuelle est, selon lui, caractérisée par une éthique de partage des données beaucoup plus forte que les épidémies précédentes. "Je pense que nous avons appris."

Une myriade d'incertitudes entourent encore la trajectoire de l'épidémie. Sur le plan positif, les efforts d'endiguement déployés en dehors de la Chine semblent, du moins jusqu'à présent, avoir porté leurs fruits. Le nombre de cas confirmés dans d'autres pays reste faible, et il y a peu de preuves à ce stade d'une transmission communautaire généralisée. En Chine, cependant, et en particulier dans la province de Hubei - l'épicentre de l'épidémie, qui reste verrouillé - le tableau reste flou. La majorité des cas n'ont pas encore été résolus. En outre, la taille de l'iceberg n'est pas définie : il est encore trop tôt pour savoir s'il reste d'autres réservoirs d'infection non détectés. Il n'y a pas de fin immédiate en vue pour l'épreuve extraordinaire que des millions de personnes endurent dans les villes du Hubei.


TABLE 1 | SELECTED DIAGNOSTIC TESTS FOR SARS-COV-2

voir le tableau des 12 tests en pied d'article

https://www.nature.com/articles/d41587-020-00002-2


--------------------------------------------------------------------

MISES À JOUR ET CORRECTIONS

Correction 21 février 2020 : Dans la version originale de cet article, le test développé par Altona Diagnostics était décrit comme ciblant le gène F alors qu'il aurait dû dire le gène S. L'erreur a été corrigée.

  
Répondre
Ribo
23/02/2020 00:08:45
0

Traduction de l'article ci-dessous 'Backers cash in on virus test succes'

Les actions de Novacyt, société cotée à l'AIM, ont augmenté de plus de 1 000 % depuis le début de l'année

NOVACYT

La montée en flèche de la valeur d'une entreprise de biotechnologie qui développe un test pour le coronavirus a incité une série d'investisseurs à encaisser des contrats financiers pouvant atteindre des millions de livres.

Novacyt - qui est cotée sur Aim, le marché junior de Londres, et la division parisienne de la bourse Euronext - a vu sa valeur grimper en flèche ce mois-ci après avoir déclaré aux actionnaires qu'elle avait demandé une approbation accélérée aux autorités de réglementation des États-Unis pour son test de détection du virus mortel, connu sous le nom de Covid-19.

Les actions de la société cotées à Londres sont passées de 14 pence au début de l'année à un sommet de 166 pence la semaine dernière. L'augmentation de la valeur de plus de 1 000 % semble avoir incité les investisseurs à s'asseoir sur des warrants qui pourraient avoir une grande valeur

Traduit avec www.DeepL.com/Translator (version gratuite)

Message complété le 23/02/2020 00:10:07 par son auteur.

çà veut dire quoi ces warrants, j'y connais rien...

  
Répondre
gars d'ain
22/02/2020 23:53:53
0

Backers cash in on virus test success


The Times | Saturday February 22 2020, 12.01am GMT,

https://www.thetimes.co.uk/article/backers-cash-in-on-virus-test-success-s0qr582pk

  
Répondre
gars d'ain
21/02/2020 19:45:11
4

A lire la fin de article donne des précisions intéressante sur le test de Novacyt.


NOVACYT bien positionné pour fournir la demande croissante de tests pour le coronavirus

Publié le 07/02/2020

https://www.capital.fr/entreprises-marches/novacyt-bien-positionne-pour-fournir-la-demande-croissante-de-tests-pour-le-coronavirus-1361713

--------------------------------------------------------------------------------------------------

Notons que .....

Le groupe est également en discussion avec divers hôpitaux du National Health Service et de la santé publique anglaise (Public Health England) concernant ce test nCoV et a déjà vendu un nombre limité de tests à ces hôpitaux pour validation.

Comme annoncé précédemment, le test nCoV de Primerdesign est conçu pour détecter uniquement la souche 2019 du virus, ce qui, selon le management, le différencie d'un certain nombre de tests actuels qui sont moins spécifiques et pourraient donc réagir à d'autres virus apparentés, ce qui pourrait donner lieu à un faux diagnostic.

Le test Primerdesign peut générer un résultat en moins de deux heures, ce qui signifie que tous les échantillons peuvent être analysés rapidement et contribuer à stopper la propagation de ce virus.

Le test est également stable à température ambiante, ce qui élimine la nécessité de maintenir la chaîne du froid dans les climats tropicaux et améliore son efficacité et réduit les coûts de transport.

  
Répondre

Forum de discussion Novacyt

202002240924 740932
ebook trading Téléchargez gratuitement le guide du trader 2020

Améliorez votre compréhension du climat économique avec le guide annuel d’Alvexo plébiscité par les traders afin de prendre des décisions de trading avisées.
Ma liste