OK
Accueil > Analyses > Chroniques

Le bazooka de Draghi fait long feu !

Par Fabrice Cousté, le 02/08/2012

fabrice couste

Vous aimez écrire ? vous souhaitez que vos textes soient publiés dans cette rubrique ? contactez-nous

Un nouveau souffle ! Voilà comment ont été perçues les intentions affichées par la BCE pour sauver la zone euro. En annonçant que l’institution serait prête à engager les mesures nécessaires, et même suffisantes, pour soutenir les pays les plus attaqués sur leur dette souveraine, Mario Draghi avait donné un espoir aux investisseurs et par la même occasion, ouvert la voie à un rally boursier appréciable.

Seulement voilà, la conférence de presse du jour déçoit les investisseurs : le patron de la BCE se donne du temps, sans préciser quelles mesures particulières pourraient être à l’œuvre, ni même quel calendrier d’action pourrait être établi.

La BCE laisse son principal taux directeur inchangé à 0.75%. Une nouvelle séquence de stress et de forte volatilité n’est pas à exclure pour un mois d’Août qui risque d’être à nouveau celui de tous les dangers !

Les nouvelles perspectives entrevues par une potentielle action de la BCE associée à une coopération plus volontariste des dirigeants européens ont galvanisé les marchés boursiers la semaine dernière. Jean-Claude Juncker, le président de l’Eurogroupe a précisé que la zone euro était prête à intervenir au côté de la BCE via la mise en action du FESF.

De leur côté, conscients de la perspective désormais négative de Moody’s sur leur dette, les dirigeants allemands délaissent peu à peu leur légendaire orthodoxie monétaire, ce qui pourrait les conduire à accepter l’assouplissement monétaire éventuel BCE. Preuve que la cohésion peut évoluer en Europe, politiquement.

Conséquence, les indices européens ont en moyenne rebondi de 8% en cinq séances. Souvent synonyme de très mauvaise surprise en bourse ces dernières années, ce mois d’août-ci serait-il celui du renouveau ? Oui, potentiellement, si l’on considère qu’une opération massive et rapide d’achats de dette des pays périphériques par la BCE, associée à la convergence des positions politiques des dirigeants européens pour sauver l’euro, constituerait un véritable tournant.

Mais nous n’en sommes pas encore tout à fait là. La posture un peu plus attentiste de Mario Draghi aujourd’hui, freine l’enthousiasme des marchés, en témoigne les reflux du jour des indices Eurostoxx50 et Cac40. Ce dernier n’est pas immunisé contre un retour vers les 3.000 points.

Attention également à la configuration technique des marchés en période estivale, où les volumes d’échanges sont généralement faibles, est propice à des opérations de trading ciblées de quelques opérateurs à l’affût d’opportunités. Surtout, n’oublions pas que le 3ème vendredi mensuel correspond généralement à une séance boursière particulière, puisque c’est la date à laquelle les contrats à terme sur futures, sur indices ou sur actions arrivent à échéance.

Cela provoque un mouvement généralisé de « rotation » sur de nouveaux contrats actualisés pour une échéance le mois suivant. Résultat, on observe souvent un surplus de volatilité provoqué par la multiplication des échanges lors de cette séance, qui amplifient les tendances de marchés. Une telle configuration peut favoriser un vive correction technique, même sans mauvaise nouvelle macroéconomique apparente.

Ce phénomène, qualifié de « jour des trois sorcières » est a prendre en considération. Une moindre précaution en cas d’orage boursier estival, toujours plausible malgré le rally initié.

Fabrice Cousté
DG de CMC Markets France


Twitter Facebook Linkedin email
Les derniers articles de l'auteur
ebook Téléchargez gratuitement le guide "3 actions de nos experts pour 2021"

Analyser les opportunités actuelles, repérer les entreprises à fort potentiel, etc.