OK
Accueil > Analyses > Chroniques

Mario Draghi envoie des signaux mitigés aux marchés

Par Fabrice Cousté, le 06/07/2012

fabrice couste

Vous aimez écrire ? vous souhaitez que vos textes soient publiés dans cette rubrique ? contactez-nous

La réaction de la Banque Centrale Européenne était vivement attendue par les marchés. La décision de l’institution d’abaisser son principal taux directeur de 0.25% à 0.75%, un niveau historiquement bas afin de stimuler les demandes de crédit des agents économiques européens, sonne comme le dernier acte complétant le dispositif de secours défini lors Sommet Européen.

Après les différentes négociations (et concessions, puisqu’Angela Merkel a fini par céder sur la recapitalisation directe des banques par le MES) qui ont permis les avancées prometteuses du Sommet Européen, Mario Draghi ne pouvait pas faire moins qu’un nouveau un geste d’assouplissement en faveur d’une baisse du coût du crédit.

Ce contexte de taux ultra accommodant pour les débiteurs est encouragé par « le relâchement des pressions inflationnistes » en zone euro selon Mario Draghi.

Si la baisse des taux directeurs en vue de soutenir l’économie était souhaitée, l’annonce de Mario Draghi n’a pas galvanisé les marchés boursiers.

Son discours sur les perspectives économiques à l’échelle européenne n’a rien d’enthousiasmant : le ralentissement de la croissance est désormais acté dans les pays « cœurs » de l’eurozone.

Les perspectives de croissance resteront exposées à une tendance baissière. Qui plus est, le président de la BCE fait à demi-mot l’aveu d’une certaine impuissance de l’institution face à la conjoncture macroéconomique.

En affichant ses interrogations sur le réel impact des mesures non conventionnelles (LTRO notamment) mises en place par la BCE et en confirmant qu’il n’y aura pas d’autre opération de ce type à court terme, Mario Draghi semble se recentrer sur les simples fondamentaux du mandat de la BCE.

Un message qui peut sembler contradictoire avec les premiers mois de présidence de Mario Draghi à la tête de l’institution.

Conséquence, les indices européens font grise mine : -1.5% pour le Cac40, -1.15% pour l’Eurostoxx50 dans la foulée de la conférence de presse du Président de la BCE.

De son côté, la monnaie unique perd 1.25% face au dollar, la parité EUR/USD s’établissant de nouveau sous le seuil de 1.2450.

Fabrice Cousté
DG de CMC Markets France


Twitter Facebook Linkedin email
Les derniers articles de l'auteur
ebook immo