OK
Accueil > Communauté > Forum Global Bioenergies

GLOBAL BIOENERGIES - News - Reco

Cours temps réel: 3,085  0,00%



ettircs ettircs
18/11/2022 09:54:11
0

Global Bioenergies a livré un lot de 200 litres de carburant d'aviation durable pour des tests commandés dans le cadre du projet Genoptaire financé par la Direction générale de l'armement (DGA). Le projet Genoptaire s'inscrit dans le cadre de la stratégie énergétique de défense du Ministère des Armées. Il vise à faire progresser la conception et l'exploitation de plateformes militaires utilisant le déploiement de l'électromobilité et le recours aux carburants alternatifs.


Un des objectifs du projet Genoptaire est l'identification et l'évaluation de l'impact de composants biosourcés en mélange avec des carburants aériens conventionnels sur le fonctionnement des moteurs des véhicules terrestres de l'armée française. "Le lot livré par Global Bioenergies sera tout d'abord testé en mélange avec du kérosène d'origine fossile par les intervenants du projet (IFPEN, ONERA et SEO) pour des analyses physico-chimiques. Par la suite, le service de l'énergie opérationnelle de l'Etat-major des armées (EMA/SEO) envisage la réalisation d'essais moteurs", indiquent les représentants de la DGA et de l'État-major des armées impliqués dans le projet Genoptaire.

  
Répondre
Ptitchat72 Ptitchat72
14/11/2022 12:27:56
0

Collaboration avec Shell pour le développement de carburants routiers bas carbone
14/11/2022 | 07:00

Evry, le 14 novembre 2022 : Après la livraison de lots d'essai cet été, Global Bioenergies et Shell démarrent une collaboration pour développer et tester des carburants routiers à faible teneur en carbone.

La première phase de cet accord consistera à évaluer de nouveaux concepts basés sur des composants d'essence à indice d'octane élevé dérivés de matières premières biosourcées. Dans le cadre de cette collaboration, les deux entreprises mèneront une étude conjointe afin d’identifier et de développer des méthodes de fabrication permettant de produire les molécules nécessaires à la création de composants à indice d’octane élevé. L'accord prévoit également une période d'exclusivité pour poursuivre le développement de ces concepts innovants à l'avenir.

Marc Delcourt, Directeur Général de Global Bioenergies, commente : "Nous sommes impatients de collaborer avec Shell sur cette importante étude. L'adoption des véhicules électriques continue de progresser, mais il est clair que les moteurs à combustion interne auront encore un rôle à jouer pendant de très nombreuses années. Nous pensons que l'avenir du transport routier repose sur un mix énergétique maximisant le rôle des ressources décarbonées et dans lequel les biocarburants seront essentiels. "

Selda Gunsel, Vice-Présidente Technologie des carburants et des lubrifiants de Shell, déclare : "Nous sommes conscients que décarboner le secteur de la mobilité nécessitera un éventail de solutions, et nous souhaitons explorer différentes voies pour y parvenir. Nous évaluons déjà l'opportunité de commander des volumes d'isobutène et dérivés à partir de l’usine existante et des usines futures de Global Bioenergies. Ce sont les collaborations comme celle-ci qui permettent d'accélérer les progrès dans ce domaine".

Message complété le 14/11/2022 12:59:30 par son auteur.

Marc Delcourt (Global Bioenergies) : Global Bioenergies a développé un procédé pour convertir les sucres en hydrocarbures - 14/11
Ce lundi 14 novembre, Marc Delcourt, co-fondateur et directeur général de Global Bioenergies, est revenu sur sa quête d'une alternative au pétrole, son association avec Shell pour développer de l’essence verte et son procédé pour convertir les sucres en hydrocarbures dans l'émission Good Morning Business.
https://www.bfmtv.com/economie/replay-emissions/good-morning-business/marc-delcourt-global-bioenergies-global-bioenergies-a-developpe-un-procede-pour-convertir-les-sucres-en-hydrocarbures-14-11_VN-202211140075.html

  
Répondre
lionelcamy lionelcamy
17/10/2022 23:10:21
0

quelle jolie bulle...

  
Répondre
ettircs ettircs
17/10/2022 22:45:44
1

Notre repère de prix, c'est « la naturalité pour un 1€ de plus », ce qui est acceptable par le domaine et place l'ingrédient à un prix de 500€/Kg environ (il y a environ deux grammes par formule de 5g en tout). C'est ce potentiel de prix très élevé qui fait de ce marché du maquillage un business case unique dans le domaine de la biologie industrielle.

Au-delà du maquillage, notre Isonaturane®12 a des perspectives très importantes en dermocosmétique et dans les soins capillaires. C'est notre horizon suivant : construire une usine pour produire en milliers de tonnes à horizon 3 ans.

https://www.google.com/amp/s/www.boursorama.com/bourse/actualites-amp/marc-delcourt-les-premieres-commandes-d-isonaturane-12-valident-notre-strategie-de-croissance-956eb47a84f97e3e63cf140efee7c34b

500€ du kilos, 1 tonne =1000 kg

Capacité de 100 tonnes par an pour promacle en fin d'année

Donc 100 000 kg potentiel X 500€= 50 000 000 € par an de ca dès l'année prochaine...

Effectivement il peut être intéressant d'y entrer... 😏

  
Répondre
angeloysse angeloysse
14/10/2022 17:21:50
0

Dubaisan c'est comme nicolas tesla qui a creer l'electricité alternative un changement par rapport a edison qui lui l'electricité fut en continue.

lorsque tesla a demander de l'argent au financier qui sont projet était de faire que l'electricité soit gratuite pour les pauvres les financiers ont couper leurs investissements de ce fait .


  
Répondre
Dubaisan Dubaisan
14/10/2022 13:15:18
2

Dans le contexte actuel du baisse des quotas de production du pétrole, des pénuries organisées ou non , de ses prix qui augmentent régulièrement, du fait:

1) que le passage au tout électrique est impossible à court ou moyen terme (1ère nouvelle centrale nucléaire opérationnelle en ....2035 au mieux ! 12 ans minimum !!!!),

2) que l'hydrogène , vert de surcroit attendra au mieux 2050, plus probablement 2070....

il serait grand temps de réfléchir à une solution temporaire : moteurs thermiques optimisés + biocarburants type Global Bio qui reste neutre sur le plan des émissions de CO2 et de mettre le paquet financier dans cette solution maîtrisée et pérenne qui surtout nous rendrait totalement indépendant sur le plan énergétique.

SI les banquiers ne veulent pas financer, c'est à l'Etat d'imposer et vite...! Mais une AK n'est pas impossible et s'il y en a une, j'y participerais.

Actionnaire: 10000 titres.

  
Répondre
ettircs ettircs
14/10/2022 12:19:58
0

Va falloir financer tout ça.. C'est pas gratuit donc sauf si des banques sont prêtes à prendre le risque de prêter il va y avoir une augmentation de capital et assez rapidement ?

  
Répondre
Dubaisan Dubaisan
22/09/2022 17:38:27
0

Le marché mondial de l'essence d'aviation légère est un petit marché de l'ordre de 1,5 millions de tonnes soit un volume de 2,068 milliards de litres, dont au moins 30% consommés en Europe, cad 620 millions de litres ....Ne connaissant pas la formulation de cette bio- essence (qui restera secrète), si on considère que l'isobutène de GB représente 50% du coût de cette formulation, je vous laisse le soin de calculer le chiffre d'affaire potentiel sur une base de 3 euros le litre (prix équivalent à celui actuel de la 100 LL), que cela représente à court ou moyen terme....

Quant au marché automobile....c'est encore un autre marché d'une dimension certes considérable, mais avec en frontal les majors pétrolières actuelles....

.

  
Répondre
JMPBW JMPBW
22/09/2022 17:06:51
1

Global Bioenergies dit viser l'obtention d'une certification pour son biokérosène en décembre 2022.

Tout pourrait ensuite aller très vite...

  
Répondre
Dubaisan Dubaisan
22/09/2022 09:54:47
1

Boursier.com 22092022,

Voilà une nouvelle, intéressante dans le contexte actuel de "l'actualité de l'énergie" et qui devrait incontestablement booster le cours du titre Global Bioenergies.

Global Bioenergies annonce la fin du projet REWOFUEL, qui se sera déroulé du 1er juin 2018 au 30 juin 2022... Ce projet a réuni plusieurs industriels européens, comme Repsol, Sekab et Fibenol, avec l'objectif de démontrer la conversion de bois résiduaire en composants durables et de haute performance pour les carburants routiers et d'aviation et contribuer ainsi aux efforts de décarbonation des transports terrestres et aériens. Global Bioenergies était le coordinateur du projet qui a reçu 13,8 MEUR de financement du programme européen de recherche et d'innovation Horizon 2020.

Le projet, également connu sous son titre complet, "Residual Wood Conversion to High-performance drop-in Biofuels", a été financé au titre du contrat No 792104 par l'agence INEA "Innovation and Networks Executive Agency". En plus de Global Bioenergies, Repsol, Sekab et Fibenol, le projet a également impliqué SkyNRG, Peab, Neste, IPSB, Technip FMC, Metex NoovistaGo et Energie Institut JKU.

Pour ce projet, des sucres issus de bois ont été fournis par les sociétés Sekab et Fibenol...

Tino Lassmann, Responsable de Projet chez Sekab, déclare : "notre technologie pour produire des sucres de deuxième génération est parmi les meilleures au monde, surtout en ce qui concerne l'utilisation de bois comme matière première. Nous sommes convaincus de ses nombreuses valeurs et possibilités comme moyen pour réduire notre empreinte environnementale. Nous sommes fiers d'avoir pris part à REWOFUEL avec d'autres leaders européens de la bioéconomie et nous continuerons la coopération vers un monde plus durable."

Peep Pitk, Directeur du Développement chez Fibenol, déclare : "Nous avons été impressionnés par les performances du procédé bio-isobutène de Global Bioenergies avec nos sucres de bois. A partir de 2023 nous produirons ces sucres à hauteur de 20.000 tonnes par an dans notre usine à Imavere en Estonie et nous avons hâte de franchir la prochaine étape dans cette collaboration."

Ces sucres ont ensuite été transformés en biocarburants durables de haute performance.

Bernard Chaud, directeur de la stratégie industrielle chez Global Bioenergies, déclare : "Nous avons démontré que le bio-isobutène produit à partir de sucres de deuxième génération issus de bois peut être utilisé pour produire des composés de haute performance utilisables pour la formulation de carburants routiers et aériens."

Ainsi des lots de bio-isooctane, de bio-ETBE et de carburant aérien durable ont été produits par Global Bioenergies puis testés par Repsol, le principal acteur du pétrole en Espagne.

Javier Marcos González, Responsable de Projet chez Respol, déclare : "Les premiers tests que nous avons réalisés sont satisfaisants. Disposer de ces dérivés d'isobutène issu de ressources renouvelables de deuxième génération représenterait un grand pas en avant pour l'industrie des carburants."

Des lots de carburants aérien renouvelable ont été produits et transférés à SkyNRG, le principal acteur du domaine. D'importants travaux ont été coordonnés par SkyNRG en vue de la certification de ces dérivés d'isobutène comme carburant d'aviation.

Maarten van Dijk, Directeur du Développement chez SkyNRG, déclare : "Pour que l'industrie aéronautique puisse réduire son empreinte carbone et respecter les normes européennes en matière de carburants d'aviation durable (en anglais sustainable aviation fuels - SAF), nous devons continuer à développer des nouvelles voies de production, dans le but de libérer des nouveaux gisements de matières premières durables et augmenter les rendements de conversion. C'est exactement ce que le projet REWOFUEL a su démontrer. Nous avons été impressionnés par la volonté de chacun des partenaires pour faire de ce projet une réussite et en particulier par la plateforme innovante de Global Bioenergies. Nous attendons avec impatience la prochaine étape de mise à l'échelle et espérons voir bientôt les carburants durables d'aviation de Global Bioenergies dans les avions de ligne."

Parallèlement, les coproduits correspondant à la partie ligneuse des copeaux de bois ont été incorporés par la société Peab dans des formulations de bitume qui ont été mises en œuvre avec succès. Produire des bitumes présentant un bilan environnemental amélioré contribuera à optimiser le bilan global du transport routier.

Les protéines issues de la fermentation sont, elles, destinées être valorisées dans l'alimentation animale. Les expérimentations conduites en ce sens par Metex NoovistaGo ont donné des résultats probants.

Enfin, Energie Institut JKU a effectué les analyses de cycle de vie des différents segments de cette chaine de valeur et a quantifié la réduction des émissions de CO2 selon différentes configurations pouvant conduire jusqu'à -85% d'économies par rapport à la solution fossile de référence.

Entre temps, des travaux d'ingénierie ont été réalisés par les sociétés Neste, Technip FMC et IPSB une entreprise française d'ingénierie spécialisé dans l'agro-industrie.

Marc Delcourt, Directeur Général chez Global Bioenergies, conclut : "Ce projet REWOFUEL a réuni des acteurs de différents domaines pour assembler une chaine de valeur industrielle visant à la réduction de l'empreinte carbone du transport aérien comme du transport routier. De telles filières sont au cœur du débat environnemental : le transport routier thermique doit basculer dans le renouvelable s'il veut perdurer dans les prochaines décennies. Le transport aérien doit lui aussi améliorer son empreinte environnementale. Les acteurs du projet REWOFUEL entretiendront des relations au-delà du projet afin d'en concrétiser les perspectives."

Actionnaire: 8500 titres - renforcement jusqu'à 10000 en cours.

  
Répondre
JMPBW JMPBW
20/09/2022 18:37:36
1

Les médias sont centrés sur le gaz et l'électricité alors qu'une révolution est en marche dans trois secteurs pour lesquels trouver des alternatives aux énergies fossiles est une question de vie ou de mort, tant l'image de pollueur leur est collée à la peau.

L'aéronautique d'une part qui dès l'après-covid s'est intéressé aux biocarburants. Safran étudie l'adaptation de ses réacteurs et Airbus a fait voler un A380 avec un carburant végétal.

Le transport maritime. Wärtsilä vient de lancer un nouveau moteur 4 temps pouvant fonctionner à l’ammoniac. Ce marché sera également immense compte-tenu des tensions probablement durables sur le gaz et les engrais. Yara envisage de produire de l'ammoniac à partir d'hydrogène vert issu de l'électrolyse utilisant l'énergie fatale des éoliennes.

Et la sidérurgie pour laquelle l'hydrogène est la seule solution permettant de produire de l'acier vert.

Lorsqu'on voit l'indigence des propositions de la Commission Européenne on peut craindre que nous ne passions à côté de la révolution énergétique. Mme Van Der Leyen, est malheureusement obsédée par le GNL Américain, et les écologistes qui devraient descendre dans la rue pour combattre une option aussi dommageable pour l'environnement sont aux abonnés absents.

  
Répondre
Dubaisan Dubaisan
20/09/2022 16:19:33
1

JMPBW,

Il me semble que Total a déjà mis au point un kérosène SAF (sustainable aviation fuel) incorporé à 50% dans du kérosène fossile et le propose à la vente sur des aéroports comme Roissy, Le Bourget, Marseille et Toulouse...

En ce qui concerne l'essence (100 LL) d'aviation légère - dite aviation générale - , qui est très différente du marché des jet fuels, et utilisée dans des moteurs à pistons, le marché mondial est de l'ordre de 1,5 millions de tonnes*, soit compte tenu de la densité de l'essence( 0.73 kg/l), représente un volume de 2,068 milliards de litres, dont au moins 30% consommés en Europe.

GB a donc raison de se positionner sur ce créneau et sa coopération actuelle** avec Repsol un des fabricant et distributeur major d'essences devrait déboucher rapidement sur la commercialisation de produits innovants et répondant aux préoccupations sociales actuelles.

* à peine 5% du marché total des carburants

** recherche de formulation adéquate à base d'ETBE (isobutène biosourcé produit par GB + éthanol renouvelable) 100% renouvelable. La concurrence existe déjà avec Swift fuel une PME allemande qui a déjà mis au point un tel carburant, mais toujours avec de l'isobutène produit par GB...

Message complété le 20/09/2022 17:09:36 par son auteur.

En France, ce seul marché représente : si ce bio carburant est vendu aussi cher que la 100 LL c'est à dire entre 2.8 et 3 euros/ litre
3 euros x 500000 heures de vol x 25 l/heure => 37,5 million de CA dont au moins la moitié pourrait revenir à GB...

  
Répondre
JMPBW JMPBW
15/09/2022 20:29:03
1

@Ptitchat72

Lorsqu'une bonne adéquation carburant / réacteur aura été trouvée, une progression très rapide des volumes sera demandée par le transport aérien pour verdir son image. C'est la seule solution pour que ce secteur ne sombre pas. On pointe aujourd'hui les excès des jets privés, mais il en sera pareil demain avec les moyens puis les longs courriers.

Il me semble que des accords de licence avec des industriels constituent la seule solution adaptée à l'ordre de grandeur du besoin à venir. Les spécialistes de la pétrochimie savent fabriquer en grande quantité dès lors qu'ils connaissent précisément le process à utiliser.

Dans ce cas les besoins en financement s'ils portent sur de la recherche ou des démonstrateurs pourront être limités et garantis par une faisabilité que les premières utilisations dans les cosmétiques ont prouvé.

De plus les contraintes réglementaires seront bien moins lourdes qu'elles ne sont dans le médicament pas exemple.

  
Répondre
Dubaisan Dubaisan
15/09/2022 18:44:21
0

Le seul marché de l'essence aviation (100LL) est de l'ordre de 1,5 millions de tonnes...

  
Répondre
Ptitchat72 Ptitchat72
15/09/2022 17:51:21
2

Global Bioenergies fait le point sur sa situation et ses perspectives

Evry, le 15 septembre 2022 - Global Bioenergies fait le point sur sa situation et ses perspectives dans une représentation en quatre horizons, chacun correspondant à un volume et un coût de production d’une part, et à un ou plusieurs marchés cible d’autre part.

Le premier horizon a consisté en la conversion de ressources renouvelables en isobutène et dérivés, à l’échelle de quelques tonnes par an. La production a été réalisée en utilisant le démonstrateur industriel installé à Leuna, en Allemagne, aujourd’hui démantelé. Ces volumes ont permis de réaliser de nombreux tests de validation du procédé, mais le coût de production était trop élevé pour permettre la commercialisation telle quelle, de l’isobutène ou de ses dérivés. Toutefois, une approche de commercialisation a été identifiée : l’isododécane, dérivé obtenu par la combinaison de trois molécules d’isobutène, constitue la base de formulation de tout le maquillage longue tenue des yeux et des lèvres. Il en est systématiquement le premier ingrédient en proportion, et n’est pas substituable, à ce jour, par d’autres composés. La Société est descendue dans la chaîne de valeur jusqu’au client final, et a produit la première gamme de maquillage combinant longue tenue et naturalité supérieure à 90%. C’est ainsi que la marque LAST® a vu le jour.

Florence Hébert, directrice de la business unit LAST®, déclare :

« La gamme de produits LAST® a été conçue pour combiner performance et naturalité, et casse les codes du maquillage d’origine naturelle. En plus d’être commercialisée via notre site www.colors-that-last.com, la marque est maintenant présente dans plusieurs points de vente physiques ou numériques. La marque devrait bientôt être distribuée par une grande enseigne, et l’année 2023 devrait voir s’ouvrir de nouveaux points de vente, en France et à l’international. »


Le deuxième horizon commence : il s’agit de produire de l’isobutène en dizaines de tonnes par an. Une filière de production entièrement française a été mise en place, et est constituée de cinq étapes, dont quatre sont réalisées dans les installations de sous-traitants. Seule la deuxième étape, qui consiste en la production de l’isobutène lui-même, est réalisée dans une unité appartenant à Global Bioenergies. Cette unité a été construite ces derniers mois sur le site de Pomacle, près de Reims. La phase de construction est désormais terminée, et la mise en activité est en cours. Elle devrait permettre d’atteindre la capacité maximale de près de 2 tonnes d’isobutène par semaine d’ici la fin de l’année 2022. Une partie de cet isobutène sera convertie en isododécane et vendue comme ingrédient maquillage, sous la marque Isonaturane® 12, aux grands acteurs de la cosmétique.

Daphné Galvez, directrice commerciale de Global Bioenergies, précise :

« Le premier lot, correspondant à plusieurs tonnes d’Isonaturane® 12, sera livré au premier trimestre 2023. Une partie importante de ce lot a été acquise par L’Oréal. Nous prévoyons ensuite de produire un lot à l’été 2023, puis un autre lot en fin d’année. Global Bioenergies est en cours de référencement chez une dizaine d’acteurs, dont certains ont déjà acheté des volumes pour réaliser des tests, et en particulier des pilotes de formulation. En tout, nous prévoyons de livrer environ 15 tonnes d’Isonaturane® 12 en 2023. Le dégoulottage de la partie aval de la filière par nos sous-traitants nous permettrait à partir de 2024 de produire et livrer un volume supérieur. »
L’isobutène n’ayant pas été converti en Isonaturane® 12 sera, lui, vendu directement ou converti en d’autres composés de l’arbre-produits de l’isobutène pour amorcer l’activité commerciale de l’horizon 3.


L’horizon 3 consistera en la construction et la mise en route en 2025 d’une usine d’une capacité de 2 000 tonnes par an d’isobutène et dérivés. Une société de projet, dans un premier temps filiale à 100% de Global Bioenergies, est en cours de création et portera le projet. Le coût de production de l’isobutène et de ses dérivés sera largement réduit grâce aux importantes économies d’échelles réalisées et à une plus grande intégration des étapes de production. Les ventes d’Isonaturane® 12 seront non seulement destinées au marché du maquillage, mais également aux marchés bien plus vastes de la dermocosmétique et des soins capillaires. Par ailleurs, cette usine pourra également servir d’autres marchés, dans les matériaux et les carburants notamment.

Ronan Euzen, directeur du business development de Global Bioenergies, explique :

« De nombreuses discussions ont eu lieu ces derniers temps avec des industriels, dans des domaines aussi divers que les caoutchoucs, les gaz ou les solvants industriels. Les temps changent, et l’ensemble de l’industrie est maintenant en recherche très active de solutions pour limiter la consommation de produits pétroliers. Dans le domaine des carburants terrestres, en particulier, nous observons un changement de paradigme : les annonces européennes sur la possible fin des véhicules thermiques lient leur destin à celui des biocarburants. Des niches de marchés seront exploitables dès l’horizon 3. »


L’horizon 4, qui devrait voir le jour d’ici 5 ans, consistera en la mise en place d’une unité produisant des dizaines de milliers de tonnes d’isobutène par an, avec un coût réduit permettant de viser le marché des carburants d’aviation. La volonté de nombreux pays occidentaux est forte en matière de réduction des émissions de CO2 de ce secteur à fort impact environnemental.

Bernard Chaud, directeur de la stratégie industrielle de Global Bioenergies, déclare :

« La certification de notre technologie pour le transport aérien est en bonne voie. L’atteinte des objectifs d’amélioration des performances fixés par notre R&D permettra à notre procédé de conversion des sucres résiduaires en carburant d’aviation durable d’atteindre des coûts compétitifs. Ainsi, nous portons la perspective de réduire significativement, à l’échelle mondiale, les émissions de gaz à effet de serre du transport aérien. »

Marc Delcourt, co-fondateur et directeur général de Global Bioenergies, conclut :

« La mise en œuvre d’une nouvelle filière s’appuie toujours, dans un premier temps, sur des marchés de niche. Les multiples marchés de niche de l’isobutène et de ses dérivés ont conduit à notre feuille de route en quatre horizons, et permettent à notre entreprise, encore petite, de s’attaquer concrètement à un défi aussi vaste que celui de la transition environnementale. »

--------------------------------

Et ce programme, ils vont le financer comment ?

  
Répondre
6delirium8 6delirium8
21/06/2022 17:49:11
1

GLOBAL BIOENERGIES A REÇU UNE PREMIÈRE COMMANDE DE SHELL PORTANT SUR DES DÉRIVÉS DE BIO-ISOBUTÈNE DESTINÉS À LA CONDUITE DE TESTS DE PERFORMANCE.

Global Bioenergies centre sa stratégie sur la bio-production d’isobutène, une des principales briques élémentaires de l’industrie chimique dont les dérivés peuvent être utilisés dans un large éventail de secteurs, de la cosmétique aux carburants en passant par la chimie fine et les commodités. Le marché mondial de l’isobutène atteint 15 millions de tonnes par an.

Shell prévoit d’explorer la possibilité de remplacer certains dérivés d’isobutène, actuellement issus du pétrole, par leurs équivalents provenant de ressources renouvelables, tout en maintenant le même niveau de performance. Global Bioenergies fournit des solutions clé-en-mains à des industriels spécialisés dans de nombreux domaines. L’isobutène renouvelable pourrait, à terme, permettre jusqu’à 70 % de réduction des émissions de CO2 par rapport à son équivalent fossile.

Global Bioenergies annonce aujourd’hui la commande par Shell de volumes d’essai de deux dérivés de bio-isobutène auprès de Global Bioenergies. Les deux composés seront fabriqués et livrés dans les prochaines semaines.

Marc Delcourt, co-fondateur et directeur général de Global Bioenergies, commente : « La première mission de notre unité de Pomacle est de commercialiser de l’isododécane renouvelable pour l’industrie cosmétique, mais cette unité peut également alimenter d’autres marchés : nous avons récemment reçu des demandes de bio-isobutène et ses dérivés de la part de plusieurs prospects dans des différents domaines. ».

  
Répondre
LeFourbe LeFourbe
07/06/2022 08:58:53
1

(Bousier.com) — Global Bioenergies a reçu des premières commandes de plusieurs grands acteurs de la cosmétique représentant au total plusieurs tonnes d'Isonaturane 12. Moins de deux mois après la mise en service de l'unité de production commerciale de Pomacle, le groupe annonce donc que plusieurs grands acteurs de la cosmétique, dont L'Oréal, ont passé leurs premières commandes. L'Isonaturane 12 est la marque commerciale déposée par Global Bioenergies pour dénommer son isododécane d'origine naturelle. L'isododécane est l'une des grandes molécules de la cosmétique, utilisé aussi bien dans le segment du maquillage, où il est le seul à pouvoir apporter les propriétés de longue tenue, qu'en dermocosmétique et dans les soins capillaires, où il confère légèreté et douceur aux textures. Ce composé, grâce à Global Bioenergies, est désormais disponible en version bio-sourcée, dans le respect de la norme ISO 16128 relative à la naturalité en cosmétique. L'Isonaturane 12 est produit via une filière 100% française s'appuyant sur un sourcing local des matières premières.

Pour L'Oréal, premier actionnaire de Global Bioenergies via son fonds d'investissement BOLD (Business Opportunities for L'Oréal Development), ces premières commandes participeront à soutenir les efforts du groupe en matière de naturalité de ses produits de maquillage et s'inscrivent dans le cadre des objectifs de son programme de Développement Durable 'L'Oréal pour le Futur'.

Daphné Galvez, Directrice commerciale de Global Bioenergies, déclare : "Nous concrétisons aujourd'hui les discussions menées de longue date avec certains acteurs spécifiques. Une nouvelle vague de commandes se prépare : à In-cosmetics, le grand salon mondial des ingrédients cosmétiques qui s'est tenu le mois dernier à Paris et où nous avons lancé commercialement l'Isonaturane 12, nous avons mené une centaine de discussions avec des acteurs de différentes natures : marques, façonniers, distributeurs".

  
Répondre
ettircs ettircs
23/03/2022 22:49:26
0

https://www.google.com/amp/s/www.boursier.com/amp/news/872200

Global Bioenergies a annoncé le démarrage de la production sur son unité de Pomacle, près de Reims. Les premiers lots d'isobutène biosourcé ont été produits sur cette unité courant mars 2022 selon le calendrier prévisionnel.

  
Répondre
LeFourbe LeFourbe
17/03/2022 13:49:42
0

Ca commence à redevenir intéressant graphiquement ici, bataille autour de MM50, le RSI passe une ROB...

  
Répondre
Ptitchat72 Ptitchat72
03/03/2022 10:41:22
0

RESULTATS ANNUELS

02/03/2022 | 17:37

* Perte nette du Groupe de 11,8 millions d’euros sur l’exercice 2021
* Trésorerie brute de 20,9 millions d’euros au 31 décembre 2021

Paris, le 2 mars 2022 :


Samuel Dubruque, Directeur Administratif et Financier de Global Bioenergies, commente :

« La perte enregistrée est très proche de celle de l’année précédente. Toutefois, le détail des comptes révèle des évolutions majeures entre ces deux exercices : pour la première fois dans l’histoire de la Société, un chiffre d’affaires est enregistré au titre de la commercialisation de produits formulés à partir d’ingrédients issus du procédé de Global Bioenergies. Même si les ventes sont encore modestes, cette descente dans la chaîne de valeur jusqu’au consommateur final nous a permis d’illustrer de façon très concrète et au plus grand nombre l’intérêt de notre innovation.

Nos ingrédients seront bientôt disponibles pour d’autres acteurs de la cosmétique, à commencer par les acteurs du maquillage. Par ailleurs, les charges relatives à l’industrialisation et à la commercialisation du procédé représentent désormais 43% du total des charges du Groupe, contre 29% en 2020 et 22% en 2019. La Société se configure pour anticiper le défi de la production et de la commercialisation à grande échelle. »

Marc Delcourt, co-fondateur et Directeur Général de Global Bioenergies, indique :

« Notre vision de produire des hydrocarbures renouvelables et notre stratégie de conquérir les marchés par étapes, d’abord dans les cosmétiques puis dans la chimie et les carburants, correspondent aux préoccupations environnementales et stratégiques de l’Europe et du Monde. »

Communiqué de presse (7 pages) :

https://ml-eu.globenewswire.com/Resource/Download/89406e5f-8bb8-41fd-a218-f0cb33c0bd77

  
Répondre

Forum de discussion Global Bioenergies

202211180954 680636
logiciel chart 365 Suivez les marchés avec des outils de pros !

Chart365 par ABC Bourse, est une application pour suivre les marchés et vos valeurs favorites dans un environnement pensé pour vous.
Ma liste