OK
Accueil > Communauté > Forum Engie

ENGIE - News - Reco

Cours temps réel: 11,595€  -1,86%

ENGI


marko73
07/09/2020 19:26:18
0

Salut la file, petite contribution qui méritera surement des corrections (je suis pas un pro de l’AT, si quelqu'un d'autre veut se manifester je suis preneur !)

Gap à franchir entre 12.2 et 12.8 (impossible pour le moment malgré plusieurs tentatives).

Le titre reste dans un canal haussier à court terme, baissier si on regarde depuis le crach covid… (on a quand même MM20>MM50>MM100 ce qui est rassurant !)

On se situe actuellement sur le même niveau que début juin, légèrement dépassé le 12 Aout avant la correction le 13. On peut remarquer la formation d’un triangle (ligne rouge et violet). Deux solutions :

1) Franchir la résistance et on part sur un(des) plus haut(s) (depuis 6 mois)

2) On progresse jusqu’à la résistance avant un retournement et on ira taper la ligne violette (basse) dans le pire des cas.

Avez-vous un avis ?

((Actionnaire, PRU 9.5, j’aurai du faire des aller-retour et je ne sais pas pourquoi je conserve, je m’attendais à mieux…))


  
Répondre
Omega9
04/09/2020 12:12:25
0

ENGIE a besoin de cash pour accélérer son développement dans les ENR.

  
Répondre
Ribo
04/09/2020 09:16:11
0

Engie veut plus pour Suez.

Le patron d'Engie, Jean-Pierre Clamadieu, a estimé que le projet de rachat de Suez par Veolia est intéressant mais que le prix proposé est trop faible. Il a en outre précisé que la recherche d'un directeur général pour Engie est dans la dernière ligne droite.

  
Répondre
Ribo
03/09/2020 12:16:25
2

Engie : UBS passe de neutre à achat en visant 15 EUR.

  
Répondre
JD1976
01/09/2020 12:19:19
0

01/09/2020 | 12:12

Engie progresse de 1,07% à 11,78 euros après avoir gagné 4,67% hier. Des trois protagonistes du grand dossier de la rentrée (le projet de rachat de Suez par Veolia), l'ex-GDF Suez est sans doute celui qui a le moins à perdre. Soit il accepte le pactole de 2,9 milliards d'euros de Veolia en échange de l'essentiel de sa participation dans Suez, soit non. Dans ce dernier cas, il pourra se targuer de détenir un actif attractif et à potentiel. En effet, certains observateurs jugent le prix de 15,5 euros par action Suez opportuniste à la fin d'une pandémie qui a pesé sur les marchés.

Surtout, ils estiment que ce prix ne reflète pas l'impact positif supposé du plan Suez 2030. Si tel est le cas, Engie pourrait patienter quelques années et revendre sa participation à un bien meilleur prix.

La sous-valorisation de Suez est naturellement l'un des angles d'attaque saisi par le conseil d'administration du numéro deux mondial de l'environnement.

Cependant, ce n'est pas le seul. Comme c'est souvent le cas dans ce type de batailles, Veolia a la capacité financière de relever de quelques euros son offre de façon à faire taire les critiques.

Ainsi, Suez, a rejeté hier soir le projet de Veolia en opposant également sa volonté d'indépendance.

Pour le groupe "la stratégie proposée engendrerait des disynergies et des pertes d'opportunité en France et à l'international". En outre, "la complexité du processus retenu conduirait à deux années de perturbations opérationnelles au moment où, dans le contexte post-Covid, les équipes sont focalisées sur la mise en œuvre de leur plan stratégique".

A première vue, les conséquences, mêmes négatives, de l'opération ne concernent pas vraiment Engie. Fort de ses 2,9 milliards, le groupe de Jean-Pierre Clamadieu pourrait se concentrer sur les énergies renouvelables et les infrastructures gazières, son nouveau credo.

Mais la situation n'est pas si simple. L'Etat, toujours premier actionnaire d'Engie avec 24% du capital, n'a pas intérêt à ce que ce rapprochement censé donner naissance à un "leader incontesté" du secteur ne se traduise par un affaiblissement potentiel d'un groupe emblématique et surtout, par de la casse sociale chez la nouvelle entité.

Pour obtenir un "oui" d'Engie, Veolia devra convaincre son conseil d'administration mais aussi l'Elysée du bien fondé d'une offensive qui fera disparaître un autre champion français, ex-Lyonnaise des eaux, au nom de la mondialisation du marché de l'eau et des déchets.



  
Répondre
Ribo
01/09/2020 05:07:46
1

(R e u t e r s) - 31/08/2020 | 19:01►Suez rejette l'offre de Veolia, qu'il juge inopportune Suez a rejeté lundi le projet d'offre d'achat présenté la veille par Veolia en opposant sa volonté d'indépendance à l'intention affichée par son principal concurrent de créer un "champion français" de l'eau et des déchets. Veolia a proposé dimanche de racheter l'essentiel de la participation d'Engie dans Suez, numéro deux mondial de la gestion de l'eau et des déchets, pour environ 2,9 milliards d'euros, en évoquant la possibilité d'une offre sur le reste du capital. Le conseil d'administration de Suez, réuni dans la journée, juge que l'offre "non sollicitée" de Veolia est "porteuse de grandes incertitudes" et il a "réitéré à l'unanimité sa totale confiance dans le projet stratégique fortement créateur de valeur de Suez en tant que société indépendante", explique le groupe dans un communiqué. [...]

  
Répondre
Ribo
31/08/2020 17:18:01
1

31/08/2020 | 14:12 ►ENGIE : DZ Bank optimiste sur le dossier

Dans sa dernière note de recherche, l'analyste Thorsten Wenzel confirme sa recommandation positive.

Le broker DZ Bank était déjà précédemment à l'achat.

  
Répondre
JD1976
31/08/2020 16:08:55
0

Pour Oddo BHF, Engie gagne trois ans

Pour JP Morgan, Engie va probablement accepter cette proposition de Veolia car cela va lui permettre de « cristalliser de la valeur et de procéder rapidement à un mouvement de rotation d'actifs ». Pour le broker, la logique stratégique d’une fusion de Veolia et Suez est forte et conduirait à la création d'un leader mondial en services environnementaux. Post-cessions d’actifs (Veolia a déjà trouvé un accord avec Meridiam pour lui céder les activités eau de Suez en France), Aurel BGC calcule que le chiffre d’affaires du nouveau groupe s’élèverait à environ 40 milliards d’euros.

L’offre est présentée au prix de 15,50 euros par action, soit une prime de 26% par rapport au dernier cours coté de Suez. Pour Oddo BHF, « les synergies de 500 millions d’euros annoncées par Veolia représentent en moyenne 3,3% des charges opérationnelles de Suez, ce qui, au regard des opérations de rapprochement intervenues dans le secteur, ressort en ligne avec les moyennes constatées (…) La prise en compte de ces synergies dans les ratios de valorisation génère une décote moyenne de 18,4% par rapport aux ratios historiques les plus élevés, en grande partie issue de l’impact post taxes des synergies sur les résultats. Sur ces bases, l’offre de Veolia nous semble attractive pour Engie qui capitaliserait immédiatement, grâce aux synergies attendues, une valorisation que le plan stratégique de Suez n’aurait pas permis d’atteindre avant 2023 ».

  
Répondre
JD1976
31/08/2020 16:00:33
0

Suez : pour Engie, la fin d'une longue attente

Après des années d'hésitations, Engie a finalement décidé de céder sa participation dans Suez. L'énergéticien français empochera quelque trois milliards d'euros, de quoi accélérer ses investissements dans l'éolien et le solaire.

Jean-Pierre Clamadieu, le président d'Engie, juge les synergies entre son groupe et Suez trop hypothétiques pour justifier de conserver une participation au capital du numéro deux mondial des services à l'environnement.

Quelle que soit l'issue de la bataille qui démarre pour le contrôle de Suez , une chose est désormais acquise : Engie ne sera bientôt plus l'actionnaire de référence du groupe français de services à l'environnement. C'est la fin d'une longue période d'incertitude. Lors de la fusion de GDF et Suez en 2008, le nouvel ensemble devenu Engie par la suite amis son pôle environnement en Bourse. Mais il a gardé une participation de contrôle dans Suez Environnement, rebaptisé Suez tout court en 2015.

Le sort des 32 % qu'Engie détient dans Suez a fait l'objet de toutes les spéculations ces dernières années. L'énergéticien français allait-il vendre ses parts ? Ou au contraire lancer une OPA sur le solde du capital ? La situation a longtemps été ambiguë. Le fait que Gérard Mestrallet ait présidé simultanément les conseils d'administration d'Engie et de Suez n'a rien fait pour clarifier les choses.

Le départ de Mestrallet

Son départ d'Engie, en 2018, a permis d'avancer, mais le conseil d'administration est d'abord resté flou, allant jusqu'à déclarer officiellement qu'il ne décidait rien, puis d'opter pour le statu quo … Car les débats agitaient les deux groupes en interne. Y avait-il des synergies à attendre en rapprochant Engie et Suez ? La question se posait, en particulier, pour des activités de services énergétiques de Suez comme la valorisation énergétique des déchets, le biogaz… «Ces réflexions étaient justifiées, mais lancer une offre sur Suez aurait nécessité de gros moyens et encore accru la complexité du groupe», explique-t-on du côté de l'Etat, actionnaire d'Engie à 24%.

Il est vite apparu que ces synergies étaient hasardeuses. En 2017, la métropole de Dijon a choisi un consortium alliant Suez et EDF (et non Engie) pour un contrat de ville connectée. Isabelle Kocher, directrice générale d'Engie jusqu'en février dernier, a bien tenté de relancer les projets communs avec Suez, mais rien d'important ne s'est concrétisé avant son départ. «Les deux équipes dirigeantes n'étaient pas en très bons termes, ce qui n'a pas aidée non plus», ajoute la même source.

Un chèque avant la fin de l'année

Depuis le début de l'année, Jean-Pierre Clamadieu, le président d'Engie, a les mains libres, et il juge que l'énergéticien doit se séparer complètement de Suez. « Il faut simplifier le groupe, faire des choix, céder certaines activités et nous concentrer sur nos priorités », explique un de ses dirigeants. Fin juillet, Jean-Pierre Clamadieu a annoncé que la participation de 32 % était à vendre. Antoine Frérot, le patron de Veolia, lui a immédiatement fait savoir qu'il était intéressé. Bertrand Camus, celui de Suez, tente de monter une offre concurrente de son côté.

En sortant de Suez, Engie récupérera quelque 3 milliards d'euros, peut-être plus si Veolia relève son offre ou si une contre-offre se fait jour. « L'offre de Veolia est inconditionnelle, Engie est assuré de toucher le chèque avant la fin de l'année », relève une source proche du dossier. Cela permettra à l'énergéticien français de boucler une bonne part de son programme de cessions d'actifs, dont il attend 8 milliards au total.

Investir dans les renouvelables

Et de dégager des ressources pour accélérer dans ses métiers, en particulier les énergies renouvelables. Jean-Pierre Clamadieu veut installer 4 gigawatts par an de capacités de génération d'électricité éolienne et solaire (contre 3 par an jusqu'à présent). Il faudra donc investir plus. Sans quoi Engie risque de se faire distancer par les géants du pétrole comme BP, Shell et Total qui se lancent eux aussi dans les renouvelables, et dont les poches sont bien plus profondes.

A suivre...

  
Répondre
Ribo
03/08/2020 09:19:38
0

HSBC passe de conserver à acheter en visant 14,60 EUR.

  
Répondre
JD1976
09/07/2020 10:45:28
0

Engie : Citigroup abaisse sa recommandation à « neutre » contre « acheter » et relève son objectif à 12,7 euros contre 11,5.

  
Répondre
JD1976
07/07/2020 12:08:12
0

07/07/2020 | 08:59

Eiffage et Engie viennent de remporter, en groupement (50/50), la réalisation du système de ventilation, désenfumage et décompression des tunnels des lignes 16 et 17 du Grand Paris Express. Le montant du marché s'élève à 58 millions d'euros selon la répartition suivante : 31 millions d'euros pour Eiffage et 27 millions d'euros pour Engie. Pilotée par Eiffage Énergie Systèmes, l'opération porte sur l'ensemble de la ligne 16 de la gare de Saint-Denis Pleyel à la gare de Noisy-Champs. Pour la ligne 17, il concerne la partie comprise entre la gare Le Bourget RER et la gare Triangle de Gonesse.

Les deux lignes comportent 40 kilomètres de voies, 12 gares et 42 ouvrages annexes.

Le projet intègre une forte dimension environnementale afin de minimiser l'impact des travaux en respectant la charte " Environnement des chantiers ", mise en place par la Société du Grand Paris, ainsi qu'une dimension sociétale avec un engagement de 4 000 heures d'insertion professionnelle et 20% des travaux confiés à des PME.

  
Répondre
JD1976
02/07/2020 17:40:16
1

Engie conclut un partenariat avec Hannon Armstrong aux Etats-Unis

02/07/2020 16:36

Ce portefeuille porte sur 2,3 GW d'énergies renouvelables...

Engie a conclu un accord avec Hannon Armstrong, groupe leader dans l'investissement de solutions respectueuses de l'environnement, pour la vente de 49% de participations d'un portefeuille de 2,3 GW d'énergies renouvelables. Dans le cadre de cet accord, Hannon Armstrong deviendra propriétaire de 49% des projets éoliens en service, qui représentent au total 663 mégawatts (MW). Les projets restants (1,6 GW), qui sont en cours de construction, seront intégrés au partenariat dès leur mise en service.

Engie gardera le contrôle d'une partie du portefeuille et continuera d'assurer la gestion des actifs. Conformément à sa position de propriétaire majoritaire, Engie continuera de consolider les projets dans ses comptes.

Une fois en service, ce portefeuille de 2,3 gigawatts (GW), qui comprend 1,8 GW de projets éoliens terrestres et 0,5 GW de projets solaires photovoltaïques (PV), marquera une avancée majeure pour Engie, qui ambitionne de mettre en service 9 GW de capacité renouvelable supplémentaires d'ici 2021.

En avril 2020, Engie a sécurisé 1,6 milliards de dollars de financements par "Tax Equity", portant le total à près de 2 Md$. La taille du portefeuille et son financement par "Tax Equity", le plus élevé jamais attribué dans le pays, mettent en évidence le succès d'Engie sur ce marché. Aux Etats-Unis, le financement par "Tax Equity" est le levier traditionnellement employé pour financer le développement des projets d'énergies renouvelables.

Le portefeuille concerné comprend 13 projets (9 projets éoliens terrestres et 4 solaires) situés dans des zones-clés pour le marché des Etats-Unis, notamment dans les régions couvertes par l'Electric Reliability Council of Texas (ERCOT), le Midcontinent Independent System Operator (MISO), le PJM Interconnection (PJM) et le Southwest Power Pool (SPP).

"Les Etats-Unis sont un marché de croissance clé pour nos activités d'énergies renouvelables, où nous disposons d'un solide portefeuille de projets et d'une robuste plateforme pour nous développer. Nous sommes ravis de nous être associés à Hannon Armstrong, une société qui se consacre exclusivement aux investissements dans les solutions pour lutter contre le changement climatique", a déclaré Gwenaëlle Avice-Huet, Directrice générale adjointe d'Engie en charge des énergies renouvelables et de l'Amérique du Nord.



  
Répondre
Ribo
20/06/2020 18:35:07
1

Consolidation faite. Zone de tendance incertaine mais plutôt faiblement baissière.

  
Répondre
Omega9
11/06/2020 15:17:54
0

Bonjour Ribo.

Je ne le sens pas le marché.

Je le trouve même dangereux.

Nerveux !

Je n'arrive pas à me projeter au delà d'un jour.

  
Répondre
Ribo
11/06/2020 13:44:35
0

Credit Suisse reste neutre et réduit son objectif de cours de 16,90 à 13,50 EUR.

  
Répondre
Ribo
06/06/2020 15:48:04
1

Consolidation à prévoir.

Cliquer sur l'image, puis Ctrl & (+) pour zoomer, Ctrl & (-) pour dézoomer ou Ctrl & (0) pour la taille normale.

Message complété le 08/06/2020 15:30:14 par son auteur.

...mais pas tout de suite... jusqu'à la prochaine limite de Fibo, à 12.69€ ?

Message complété le 08/06/2020 15:31:14 par son auteur.

Il y a le 'gap' et la MM99 à franchir.

  
Répondre
Ribo
23/05/2020 04:37:15
1

Investir

  
Répondre
JD1976
19/05/2020 11:26:06
1
Ribo
14/05/2020 06:44:58
1

Le Revenu

  
Répondre

Forum de discussion Engie

202009071926 681027
Ma liste