OK
Accueil > Communauté > Forum Orange

ORANGE - News - Reco

Cours temps réel: 11,696  0,98%



Ptitchat72 Ptitchat72
12/05/2022 20:24:32
0

Ah c'est beau le privé !

--------------

L'opérateur Orange, en conflit avec Scopelec depuis la perte d'un contrat qui fait planer la menace de 800 licenciements économiques chez ce sous-traitant, a fait une nouvelle proposition sous l'égide de l'État pour trouver un accord, a-t-on appris jeudi de sources proches.

Orange a accepté d'améliorer son offre initiale en proposant d'accorder à son sous-traitant un volume d'affaires supplémentaires de 45 millions d'euros pour les 18 prochains mois.

L'opérateur historique a également accepté une transaction de 20 millions d'euros sous la forme "d'un abandon de créances" qui doit notamment permettre à Scopelec de "minimiser" l'impact d'un plan de sauvegarde de l'emploi, portant sur la suppression de 450 postes au lieu des 800 initialement évoqués.

Intervention de l'Etat
"Du côté de l'Etat, on a fortement poussé pour essayer de favoriser le plan de sauvegarde de l'emploi", glisse-t-on au ministère de l'Industrie où Agnès Pannier-Runacher "est intervenue pour essayer de débloquer la situation".
La prudence reste de mise, puisque la direction de Scopelec doit encore accepter les propositions qui lui ont été faites, mais on espère "un accord de principe" avant juin, indique-t-on à Bercy.

Scopelec assurait pour Orange la pose de la fibre optique et l'entretien du réseau cuivre, dans le cadre d'un contrat arrivé à son terme fin mars et qui représentait 40% de son chiffre d'affaires estimé à 475 millions d'euros en 2021.

L'entreprise, informée mi-novembre de la perte de ce contrat, estime n'avoir eu aucun signe avant-coureur de la part d'Orange sur la perte de ce volume d'affaires et ne pas avoir eu le temps de s'y préparer.

-----------------

Donc on se félicite du côté de l'état avec sa ministre au Panier-Runachier..

mais du côté des concernés... c'est silence radio sinon t'es viré avec le 1er groupe ? o_O

le temps est compté.. le réseau cuivre est amené à disparaitre de toute façon.

  
Répondre
damirov damirov
12/05/2022 12:43:37
0

Par contre leur livret à 0.2% pas terrible..

  
Répondre
Ptitchat72 Ptitchat72
12/05/2022 12:35:22
0

Mieux qu'un vulgaire Livret A (pour l'instant)...

et il y a du monde au guichet !

-------------------


Publié le 12/05/2022 à 9h43

(AOF) - Orange a lancé avec succès ce jour une émission d’obligations durables d’un montant de 500 millions d’euros destinée à financer des projets qui reflètent pleinement les ambitions du groupe, tant dans le domaine de l’environnement que dans le domaine social. A ce jour et suite à l’émission inaugurale de 500 millions d'euros réalisée en 2020, Orange a levé un total de 1 milliard d'euros d’obligations durables.

Pour cette émission, Orange entend consacrer environ 50% des fonds levés à des projets d'inclusion numérique et sociale et environ 50% des fonds à des projets relatifs à l'efficacité énergétique et à l'économie circulaire.

Le montant nominal total de l'émission obligataire s'élève à 500 millions d'euros, pour une maturité de 10 ans et un coupon annuel de 2,375%.

Cette émission, plus de 5 fois sursouscrite, a suscité un vif intérêt de la part des investisseurs français et internationaux à forte sensibilité ESG, permettant à Orange d'élargir sa base d'investisseurs et de continuer à gérer de manière proactive sa structure de financement.

  
Répondre
JD1976 JD1976
08/03/2022 12:00:13
0

Orange et Masmovil vont créer un géant espagnol des télécommunications de 21 milliards de dollars via une coentreprise

08/03/2022

(MT Newswires) -- Les opérateurs de télécommunications Orange (ORA.PA) et Masmovil ont dévoilé mardi des discussions exclusives pour combiner leurs activités en Espagne, une transaction qui pourrait créer une entité fusionnée d'une valeur d'entreprise d'environ 19,6 milliards d'euros (21,28 milliards de dollars).

La combinaison potentielle verra la création d'une entreprise commune détenue et contrôlée à parts égales par Orange et Masmovil. Dans le cadre des conditions initiales, les deux sociétés auront le droit de lancer une introduction en bourse de l'entité fusionnée sous certaines conditions. En cas d'introduction en bourse, Orange a le droit de prendre le contrôle de l'entreprise fusionnée, mais le groupe français ne sera pas contraint de résilier ou d'exercer les options.


Il est prévu que la coentreprise, qui bénéficiera des actifs, des capacités et des équipes d'Orange et de Masmovil en Espagne, servira au moins sept millions de clients fixes, ainsi qu'environ 20 millions de clients mobiles sous contrat et quelque 1,5 million d'abonnés à la télévision. Elle disposera également de ses propres actifs réseau, notamment d'un réseau national de fibre optique jusqu'au domicile (FTTH) et d'une infrastructure mobile de pointe permettant de desservir d'importants volumes de trafic en Espagne.


Compte tenu de ces paramètres, le chiffre d'affaires de l'entreprise combinée devrait atteindre au moins 7,5 milliards d'euros, avec un EBITDAal de plus de 2,2 milliards d'euros et la possibilité de gagner l'échelle et l'efficacité nécessaires pour étendre durablement ses réseaux FTTH et 5G, ainsi que la possibilité de contribuer à l'infrastructure de télécommunications compétitive de l'Espagne. Les synergies pertinentes, quant à elles, pourraient atteindre un rythme annuel de plus de 450 millions d'euros, à partir de la troisième année suivant la réalisation de l'opération.


Les sociétés ont pour objectif de signer un accord d'ici le deuxième trimestre 2022, la finalisation étant prévue pour le deuxième trimestre 2023, sous réserve des approbations des autorités administratives, de la concurrence et de la réglementation applicables.


Stéphane Richard, président-directeur général d'Orange, a noté que l'opération envisagée, qui s'appuie sur la collaboration existante du groupe avec Masmovil, permet la formation d'un "acteur plus fort, capable de réaliser les investissements nécessaires au développement du marché espagnol."


Lazard a agi en tant que conseiller financier d'Orange. Goldman Sachs Bank Europe a agi en tant que conseiller financier de Masmovil, avec BNP Paribas comme conseiller en matière de dette.

  
Répondre
Ptitchat72 Ptitchat72
24/02/2022 17:48:46
0

le 24/02/22 15:58
(CercleFinance.com) - Orange Cyberdefense a annoncé aujourd'hui étendre sa collaboration avec Microsoft afin d'offrir à ses clients une meilleure visibilité sur leur sécurité informatique. [assez comique ça je trouve ! ]

Concrètement, Orange Cyberdefense annonce son adhésion à la Microsoft Intelligent Security Association (MISA), soit un écosystème de fournisseurs de logiciels indépendants et de services de sécurité managés.
' Grâce à cette collaboration il est plus simple pour nos clients de surveiller les environnements cloud et hybrides et de stopper les menaces avant qu'elles ne causent des dommages ', assure Orange.

Les entreprises pourront notamment bénéficier de cette collaboration via les services de détection et de réponse managés d'Orange Cyberdefense basés sur Microsoft Sentinel.

  
Répondre
Ribo Ribo
22/02/2022 15:45:45
0

Oddo BHF remonte le curseur sur Orange de 11 à 13 euros ('surperformance').

  
Répondre
Ptitchat72 Ptitchat72
22/02/2022 10:56:11
1

22/02/2022 | 10:14
Paris, le 22 février 2022 – Atos annonce aujourd’hui le lancement de deux projets majeurs dans la région Moyen-Orient et Afrique pour Orange, premier opérateur multinational de télécommunications. Les deux entreprises travailleront ensemble sur des projets critiques de transformation numérique, dont le Cloud, afin de faciliter le développement commercial d’Orange dans la région.

Atos vient d’obtenir le renouvellement du contrat « CISA » avec Orange, qui vise à prendre en charge et maintenir une centaine d’applications dans des domaines clés – tels que la facturation, la gestion de la relation client, la business intelligence et le big data, l’approvisionnement, la saisie et la gestion des commandes – dans 14 pays où Orange est implanté. Le contrat CISA comprend également la gestion des infrastructures de quatre filiales locales d’Orange (Burkina Faso, Sierra Leone, Cameroun, Madagascar) et prévoit d’appliquer la même approche à d’autres filiales de la région.

Dans une approche « local to local », Atos met à contribution ses centres de distribution locaux implantés dans la région Moyen-Orient et Afrique. Le renouvellement du contrat a permis d’élargir le champ d’action d’Atos, qui est passé de 7 affiliés ‘Orange MEA’ couverts en 2017 à 14 aujourd’hui, pour accroître la mutualisation des ressources et optimiser les coûts. Ce renouvellement intègre par ailleurs de nouveaux domaines innovants qui s’inscrivent dans le périmètre d’Atos, tels que l’intelligence artificielle et le machine learning, les services de surveillance du cloud et l’orchestration du cloud, la maintenance prédictive et l’automatisation intelligente.

Dans le cadre d’un autre projet, Atos travaillera également avec Orange pour déployer Orange Private Cloud dans six filiales (Burkina Faso, Botswana, Sierra Leone, Libéria, Botswana et République démocratique du Congo). Dans ces pays, Atos peut également prendre en charge l’intégration d’applications multifournisseurs dans Orange Private Cloud. Pour y parvenir, Atos s’appuie sur son expertise de bout en bout dans les services cloud, comme l’illustre son initiative innovante Atos OneCloud conçue pour aider les clients à naviguer en toute sécurité dans leur parcours cloud.

Ces deux projets permettront à Orange d’optimiser de façon significative ses charges d’exploitation dans les cinq prochaines années, de diminuer ses émissions de carbone, et d’améliorer sa résilience opérationnelle ainsi que son agilité commerciale.

« Nous sommes très heureux de travailler main dans la main avec Orange et d’appuyer ses activités dans la région Moyen-Orient et Afrique. Afin de soutenir la croissance continue des activités d’Orange dans cette région, nous lui apportons notre expertise numérique, réseau et cloud pour assurer la bonne gestion et la migration de ses applications critiques, en nous adaptant continuellement aux besoins spécifiques de notre client. Nous travaillons en étroite collaboration avec nos partenaires stratégiques pour offrir à Orange des solutions innovantes tout en restant force de proposition dans les solutions de transformation numérique de nouvelle génération, » déclare Alpha Barry, Directeur Afrique d'Atos.

« Nous avons défini des projets de transformation numérique ambitieux pour nos filiales (Botswana, Burkina Faso, Cameroun, Centrafrique, République Démocratique du Congo, Égypte, Guinée Bissau, Guinée Conakry, Côte d'Ivoire, Jordanie, Libéria, Madagascar, Mali, Maroc, Sénégal, Sierra Leone et Tunisie). L’expertise d’Atos dans les services cloud et la gestion des applications critiques, sa connaissance approfondie du marché des télécommunications et sa présence locale dans plusieurs pays du Moyen-Orient et d’Afrique en font un partenaire précieux pour Orange dans la région, » déclare Jocelyn Karakula, CTIO, Orange Middle East & Africa.


Atos au Mobile World Congress
Atos participe au Mobile World Congress, qui se déroulera du 28 février au 3 mars 2022. Consultez la page dédiée et venez échanger avec les experts Atos sur notre stand #2C32.
Pour en savoir plus sur les solutions d’Atos destinées au secteur des médias et des télécommunications :

https://atos.net/en/industries/telecommunications

  
Répondre
Ribo Ribo
17/02/2022 12:44:31
0

Nouvelle recommandation neutre pour JP Morgan sur le titre. L'analyste Akhil Dattani ne modifie pas son opinion.

L'objectif de cours est toujours fixé à 12 EUR.

  
Répondre
JD1976 JD1976
17/02/2022 08:35:59
2

Orange promet un rebond de son Ebitdaal en 2022 malgré des difficultés en Espagne

LE 17/02/22

PARIS (Agefi-Dow Jones)--L'opérateur de télécommunications Orange a indiqué jeudi viser un rebond de son excédent brut d'exploitation ajusté retraité (Ebitdaal) en 2022, alors que cet indicateur a marqué le pas l'an passé en France et en Espagne.

En 2021, l'Ebitdaal d'Orange a diminué de 0,5% sur une base comparable, à 12,57 milliards d'euros, après avoir notamment pâti d'un faible niveau de roaming, soit les frais d'itinérance supportés par l'utilisateur lorsqu'il utilise son téléphone dans un autre pays que le sien. Ce résultat inclut également une charge de 172 millions d'euros liée à l'opération d'actionnariat salarié de 2021, qui a porté sur environ 1% du capital et a principalement concerné la France.

Sur une base comparable, l'Ebitdaal a reflué l'an passé de 2,9% en France et dans le reste de l'Europe, dont une chute de 12,7% en Espagne. Dans ce pays, l'opérateur télécoms, pénalisé par un environnement très concurrentiel, a continué à repositionner sa gamme tarifaire et à réduire ses effectifs en 2021, mais ne prévoit pas un retour à la croissance de l'Ebitdaal avant 2023.

Pour 2021, Orange tablait sur un Ebitdaal "stable négatif", tandis que les analystes prévoyaient de leur côté un Ebitdaal annuel de 12,74 milliards d'euros. En 2022, l'Ebitdaal devrait s'inscrire en hausse de 2,5% à 3% en données comparables, selon les dirigeants.

Le résultat net de l'ex-France Télécom a atteint 778 millions d'euros l'an passé, contre 5,06 milliards d'euros en 2020. Le chiffre d'affaires s'est établi à 42,52 milliards d'euros, en hausse de 0,6% en données publiées et de 0,8% en données comparables. D'après le consensus établi par FactSet, les analystes tablaient en moyenne sur un chiffre d'affaires de 42,44 milliards d'euros pour 2021.

Orange vise une amélioration de ses flux de trésorerie

Les investissements ("eCapex") du dernier exercice se sont élevés à 7,66 milliards d'euros, hors licences, en progression de 7,8% par rapport à ceux réalisés en 2020 sur une base comparable. Dans le même temps, le flux de trésorerie opérationnel, correspondant à l'Ebitdaal moins les eCapex, est ressorti à 4,91 milliards d'euros, en recul de 11,6% en données publiées et de 11,3% sur une base comparable.

Le flux de trésorerie organique des activités télécoms s'est établi à 2,4 milliards d'euros l'an passé, alors qu'il était attendu supérieur à 2,2 milliards d'euros par les dirigeants et qu'il avait atteint 2,49 milliards d'euros en 2020.

Pour 2022, Orange anticipe des eCapex n'excédant pas 7,4 milliards d'euros ainsi qu'un flux de trésorerie organique des activités télécoms d'au moins 2,9 milliards d'euros.

Au 31 décembre 2021, la dette nette d'Orange ressortait à 24,3 milliards d'euros, en hausse de 0,8 milliard d'euros sur un an. L'endettement net représentait 1,91 fois l'Ebitdaal des activités télécoms au 31 décembre 2021, contre un ratio de 1,83 au 31 décembre 2020. Ce ratio est en ligne avec l'objectif annoncé d'un ratio autour de 2 à moyen terme.

Le conseil d'administration d'Orange a confirmé qu'il proposerait à l'assemblée générale des actionnaires du 19 mai prochain le versement d'un dividende ordinaire de 0,70 euro par action au titre de l'année 2021. Un acompte de 0,30 euro par action a été payé le 15 décembre.


  
Répondre
Ptitchat72 Ptitchat72
16/02/2022 16:33:21
1

Bon... va falloir aller en racheter.

j'ai comme la vague impression qu'il n'y a plus beaucoup de jus à presser.

pas comme ça que je vais atteindre mon objectif encore


1 gap, ça va...

3 gaps, bonjour les dégâts !


Message complété le 17/02/2022 20:28:19 par son auteur.

Aujourd'hui à 16:22
(CercleFinance.com) - Oddo confirme sa note de ' surperformance ' sur le titre Orange avec un objectif de cours inchangé de 11 euros.

Au 4e trimestre 2021, le chiffre d'affaires est ressorti à 11.15 MdsE, en ligne avec le consensus et en hausse de 0.4% en un an, bien aidé par une solide croissance de l'opérateur sur le continent africain (+9%).

Oddo rapporte qu'en 2022, Orange table sur une croissance de son EBITDA de 2.5 à 3%, et un FCF de 2.9 MdsE, des chiffres supérieurs au consensus.
Le FCF est à nouveau attendu en croissance (entre 21 et 38%), l'année suivante afin d'atteindre l'objectif de 3.5 à 4 MdsE de FCF en 2023.

  
Répondre
Ptitchat72 Ptitchat72
16/02/2022 16:12:51
0

@Christel : j'attends toujours ton coup de téléphone..

j'ai un autre conseil pour ton mandat : rapproche toi d'Eutel et Ses avant que les Mickeys te balayent d'un revers de main.

-------------------------------


16/02/2022 | 14:16
Ce gateway permettra d'offrir des services de connectivité à faible latence et haute performance sans précédent à tout le continent africain.

Orange, l'un des principaux opérateurs de télécommunications multiservices au monde, présent dans 18 pays d'Afrique, et sa filiale Sonatel, numéro un des solutions de télécommunications au Sénégal, s'associent à SES, leader des solutions globales de gestion de contenus et de connectivité, afin de déployer et gérer le premier gateway O3b mPOWER en Afrique, qui offrira à tout le continent africain un accès facilité à des services de connectivité à faible latence et haute performance. Les trois entreprises ont annoncé que cette passerelle du système de communication par satellite en orbite terrestre moyenne (MEO) de nouvelle génération de SES, O3b mPOWER, sera déployée sur le site du téléport de Sonatel à Gandoul, au Sénégal, parmi d'autres antennes satellites locales

Ce tout premier gateway O3b mPOWER sera exploité par Sonatel et Orange pour fournir à toute l'Afrique des services de connectivité cloud optimisés, à haute performance et faible latence. SES utilisera également cette station pour soutenir les fonctions TT&C (Telemetry, Tracking & Command) de la flotte O3b mPOWER depuis un site supplémentaire, et le premier en Afrique. La constellation satellitaire O3b mPOWER de plusieurs térabits de capacité et son infrastructure terrestre automatisée peuvent générer des milliers de faisceaux dynamiques pour délivrer aux clients des services gérés de connectivité à des débits de plusieurs gigabits par seconde.

Orange, Sonatel et SES prévoient de créer un mémorial sur le site du gateway de Gandoul, afin de retracer l'histoire de la connectivité par satellite en Afrique et faire valoir l'impact positif que ces nouvelles technologies et des solutions comme O3b mPOWER peuvent apporter au continent.

« Le téléport de Sonatel est une fierté pour le Sénégal car c'est là que fut installée la première grande antenne satellite d'Afrique, d'un diamètre de 30 mètres. Non seulement notre pays joue un rôle de tout premier plan dans le développement de l'industrie des télécommunications sur le continent africain depuis ces 50 dernières années, mais nous allons également continuer de moderniser le territoire en y amenant de nouvelles technologies via O3b mPOWER, un réseau satellite MEO de nouvelle génération », a déclaré Sekou Dramé, Directeur Général du Groupe Sonatel

« Chez Orange, nous continuons à penser que le satellite reste une technologie d'avenir et que les multiples innovations dont il fait l'objet actuellement contribueront à lui donner une place de plus en plus importante dans le domaine des télécommunications et ce aussi bien en Afrique que dans les pays bénéficiant d'infrastructures plus développées comme l'Europe ou l'Amérique du Nord. C'est pourquoi nous nous réjouissons tout particulièrement de la consolidation de notre partenariat avec SES qui ajoutera une nouvelle composante majeure à la mission que s'est fixée Orange, celle de construire des réseaux intelligents et ouverts destinés à développer l'usage et l'accessibilité des technologies numériques pour le plus grand nombre » a déclaré Jean-Luc Vuillemin, Directeur des réseaux internationaux d'Orange.

« Au cours de la dernière décennie, nous avons connecté des communautés et industries du monde entier à notre système de télécommunications O3b, et contribué ainsi à faciliter leur vie et leurs activités. Nous nous sommes associés à Orange dans le but d'améliorer les réseaux cellulaires et la connectivité internet au profit de ses filiales africaines, et de renforcer les opérations de ses clients professionnels », a déclaré Steve Collar, CEO de SES. « Avec le lancement du système O3b mPOWER ces prochains mois, nos clients sont impatients de pouvoir étendre leurs réseaux avec un niveau de débit et d'agilité sensiblement supérieur. Grâce à l'implantation du gateway au Sénégal, ce nouveau partenariat permettra à Sonatel et Orange d'offrir une meilleure connectivité avec plus de flexibilité via O3b mPOWER aux régions éloignées et mal ou pas desservies, de sorte que tous les habitants d'Afrique puissent être connectés, sans exception. »

Auparavant, Orange et SES avaient annoncé qu'Orange serait le premier grand opérateur télécoms à intégrer O3b mPOWER dans son réseau pour répondre à l'augmentation de la demande de connectivité en Afrique, en commençant par la République centrafricaine.

  
Répondre
Ribo Ribo
10/02/2022 06:59:12
0

Pour les accrocs d'Orange il y a 'Stratégies' qui sort aujourd'hui avec 'Les chantiers Orange' en couverture...

  
Répondre
Ptitchat72 Ptitchat72
09/02/2022 20:37:48
1

09/02/2022 | 14:39
Fort de l'expertise d'Orange Cyberdefense, leader dans la cybersécurité en Europe, Orange propose aux TPE et PME le service Cyber protection, un antivirus de nouvelle génération, afin de mieux les protéger contre les cyberattaques.

Dans un contexte de forte accélération des usages digitaux, la cybercriminalité s'est considérablement développée et les TPE et PME sont aujourd'hui la cible de 77% des cyberattaques(1). L'offre Cyber Protection répond ainsi à un besoin croissant de sécurisation des données souvent vitales pour l'activité de ces petites structures n'ayant pas toujours le temps et les moyens pour s'y consacrer.

Le fonctionnement de Cyber Protection combine l'intelligence artificielle et l'expertise humaine. Une protection des équipements connectés de l'entreprise est assurée 24h/24 et 7j/7 avec :
- L'installation d'un agent logiciel sur l'ordinateur
- Une surveillance humaine par les experts en cybersécurité d'Orange Cyberdefense.

Les mises à jour de la solution de protection sont pilotées à distance par les équipes d'Orange Cyberdefense, assurant au client une protection la plus optimale possible. Dès qu'une nouvelle menace numérique est identifiée chez un client, les experts identifient la signature de l'attaque et traque celle-ci sur tous les ordinateurs bénéficiant de Cyber Protection. Par ailleurs les experts peuvent rechercher des traces de compromission passées jusqu'à 3 mois. Le client peut ainsi être alerté en amont de la présence d'une menace furtive en sommeil afin d'anticiper les attaques.
L'utilisateur peut accéder depuis son tableau de bord, aux fichiers mis en quarantaine et aux solutions préconisées.

Ce système de protection permet notamment d'anticiper les nouvelles formes d'attaques numériques, du type ransomwares* de plus en plus fréquentes. L'offre Cyber Protection, équivalente à celle proposée aux grandes entreprises, bénéficie de l'expertise développée par Orange Cyberdefense, l'entité du groupe Orange dédiée à la cybersécurité en France et à l'international.

Le service Cyber Protection peut être souscrit par tout client professionnel détenant une offre internet haut débit Orange Pro.
Cette option est commercialisée au prix de 10€HT/mois/ordinateur avec un engagement de 12 mois (2).
Cyber Protection s'inscrit dans la continuité de l'offre Orange Cyber Filtre, lancée en avril dernier et destinée à protéger les données professionnelles des terminaux mobiles lors de la navigation internet sur le réseau mobile Orange.

« Le nombre de cyber attaques impactant les TPE et PME ne cesse d'augmenter et il nous est apparu comme une évidence de leur proposer une solution qui peut les protéger efficacement de la cybercriminalité. C'est donc tout naturellement, que nous avons construit spécifiquement pour eux une offre qui bénéficie du savoir-faire développé par Orange Cyberdefense, auprès de plus de 4000 grandes et moyennes entreprises françaises. » indique Pierre Clément, Directeur Entreprises France

Hugues Foulon, CEO d'Orange Cyberdefense et Directeur Exécutif Stratégie et Sécurité d'Orange, précise : « Les attaques visant les PME- TPE sont non seulement de plus en plus fréquentes mais ont aussi un impact de plus en plus fort, puisque 60% des PME subissant une cyberattaque déposent le bilan sous six mois. C'est pourquoi Orange Cyberdefense, leader français de la cybersécurité pour les entreprises, est ravi de mettre son savoir-faire et ses experts au service des clients PME - TPE d'Orange. Ils pourront ainsi bénéficier d'une cybersécurité de nouvelle génération qui s'adapte en permanence aux évolutions des menaces et protège leur compétitivité »

-----------------------


** Rachète Atos et crée une filiale cybersécurité indépendante.

oui ça apporterai un joli coup de fouet à la valo du groupe. ♥

j'dis ça .. j'dis rien. Christel m'a pas encore demander conseil !

  
Répondre
Ptitchat72 Ptitchat72
08/02/2022 09:48:55
1

08/02/2022 | 09:43
ORANGE EN DISCUSSION POUR FUSIONNER SA FILIALE ESPAGNOLE AVEC MASMOVIL, SELON JOURNAL EXPANSION

MADRID (Reuters) - L'opérateur de télécommunications Orange envisage de fusionner sa filiale espagnole, le deuxième opérateur du pays, avec son rival local MasMovil, a rapporté mardi le journal Expansión.

Le projet de fusion envisage d'accorder 50% de la nouvelle société à Orange d'une part et aux actionnaires de MasMovil - les fonds KKR, Cinven et Providence- d'autre part, a indiqué le journal espagnol.
L'entreprise résultant de cette fusion se positionnerait parmi les quatre plus grands opérateurs télécoms en Espagne et se rapprocherait en taille de l'opérateur historique Telefonica.

Confrontés à une concurrence accrue, les opérateurs télécoms européens ont appelé à plusieurs reprises à une consolidation du marché qui leur permettrait d'améliorer leur rentabilité alors même qu'ils investissent massivement dans le déploiement de la 5G.
Des représentants d'Orange et de MasMovil ont refusé de commenter.

  
Répondre
Ptitchat72 Ptitchat72
31/01/2022 12:25:00
1

Le titre Orange(dividende inclus) est totalement en retard vis à vis de son secteur !


Graph = Stoxx600 Telecom

Message complété le 01/02/2022 16:00:56 par son auteur.

Faut-il miser sur Orange ?

Orange reprend son souffle en Bourse cette semaine, après avoir connu une impressionnante revalorisation depuis le plancher majeur du 13 décembre 2021. “L'intérêt de l’action Orange est simple : un dividende de 7%, couvert par le free cash flow (le flux de trésorerie d’exploitation, après investissements, NDLR).
Ce dividende offre deux avantages :
1/ un rendement conséquent dans l’univers actuel de taux bas;
2/ une protection sur l’action : si le cours descend, le rendement que représente le dividende monte ce qui attire de nouveaux acheteurs sur l'action”, souligne Charles Monot, cofondateur et président de Monocle AM.

Un seul bémol : le marché n'a pas totalement confiance dans la capacité d'Orange à maintenir son dividende.
En effet, la direction “l'a déjà coupé par le passé - notamment au moment de la libéralisation du secteur il y a dix ans. L'actuel PDG, Stéphane Richard, s'est battu pour que ce dividende soit maintenu, en particulier en 2020 où le gouvernement comme les syndicats demandaient aux sociétés dont l'état est actionnaire de faire des exemples. Maintenant, Stéphane Richard s'en va.
Sa remplaçante, Christel Heydemann, aura-t-elle la même vision ?”, s’interroge l’expert.
En effet, si elle a de grands projets, elle aura peut-être besoin d'argent pour les réaliser, et donc de réduire le dividende. “Je n'ai pas d'idée sur la probabilité de ce risque, mais il existe et la réaction du cours, en tout cas à court terme, ne serait pas bonne”, met en garde Monocle AM”.

  
Répondre
Ptitchat72 Ptitchat72
22/01/2022 18:50:00
0

Bein de toute façon, c'est à se demander si il reste une boite du Cac40 qui est encore libre de ses mouvements. O_o

petit à petit le désastre grandit.. et c'est jamais bon de mettre le pouvoir dans peu de mains.

surtout quand la plupart ont les mains sales.

----------------------------------------


Pour rappel :

30/11/2021 16:49 | Boursier
Stéphane Richard, le futur ex-patron d'Orange règle ses comptes, notamment avec l'Etat français. Dans un entretien accordé au 'Point', le PDG de l'opérateur télécoms, condamné dans 'l'affaire Tapie', revient sur plusieurs points, dont la consolidation du secteur, attendue de longue date, dans l'Hexagone : "nous sommes un des rares pays de notre taille dans lequel elle ne s'est pas produite. Si le rachat de Bouygues Telecom par Orange a échoué en 2016, c'est en grande partie à cause de l'État, qui a formulé des exigences déraisonnables". Et le dirigeant d'ajouter : "que Bouygues devienne actionnaire d'Orange a été vécu par certains comme une erreur politique. On ne peut pas me reprocher l'échec de ce projet".

Même son de cloche pour les tentatives avortées de grosse acquisition à l'étranger : "j'ai eu plusieurs fois l'occasion d'aller voir l'État pour proposer des schémas de rapprochement, notamment avec Deutsche Telekom. Je me suis toujours heurté à un grand scepticisme. La crainte de l'éloignement du centre de décision, d'une forme de dilution de l'entreprise, a été plus forte que l'intérêt de participer à la création d'un grand groupe Européen".

  
Répondre
Gnarkh Gnarkh
22/01/2022 13:37:31
0

Vraiment dramatique

  
Répondre
Ptitchat72 Ptitchat72
22/01/2022 07:43:17
1

Ca semble pas joli joli tout ça dis donc !!! è-é

d'autant qu'il se serait bien passer la même chose chez Atos en faisant venir le Pdg d'Eutelsat plus que rapidement.

---------------------------------------------


Pourquoi l'ingérence de l'Etat dans la nomination du patron d'Orange suscite l'ire des administrateurs

Delphine Dechaux Il y a 11 heures (Challenges)

En préemptant le choix d’un directeur général sans attendre la décision du conseil d’administration et en bafouant le secret des délibérations, l’Etat a donné une coloration très politique à la passation de pouvoir chez Orange. Une bataille d'influence qui pourrait nuire à l'image de l'opérateur.

La malédiction de l’Etat actionnaire va-t-elle une fois encore s’abattre sur Orange? Le caprice des politiques décidera-t-il du sort du premier opérateur français? C’est l’enjeu des débats très tendus qui divisent depuis quelques jours le conseil d’administration de l’opérateur historique. A quelques jours du 31 janvier, échéance que s’était fixé le groupe pour se choisir un nouveau patron, la gouvernance d’Orange dysfonctionne gravement.

Pour éviter que ne se répète le traumatisme des transitions précédentes – le départ précipité de Thierry Breton, l’éviction de Didier Lombard en pleine crise des suicides, le conseil d’administration s’était pourtant engagé dans un processus rigoureux, digne de ce qu’est Orange: un grand groupe international, coté en Bourse.

Le processus de recrutement semblait sérieux...
Lancée dès septembre 2021, la démarche mérite qu’on s’y attarde un peu. A l’horizon mai 2022, Orange doit être piloté par un duo directeur général et président. Un poste que Stéphane Richard s’imaginait - jusqu’à sa condamnation le 24 novembre dans l’affaire de l’arbitrage Tapie - occuper lui-même. Une chasse de têtes est donc confiée au cabinet Spencer Stuart, réputé le meilleur mondial pour le secteur des télécoms. Bertrand Richard, une star du métier, est même rappelé pour cette mission de haut vol. Proche de la retraite, il est réputé pour son indépendance d’esprit. Le cabinet contacte et auditionne alors 25 patrons de télécoms, dans le monde entier, qui tous refusent. D’autres candidats – n’étant pas CEO en exercice – sont alors approchés. Tests de personnalité, entretiens oraux, écrits, mises en situation, enquête de personnalité… ils sont scrutés sous toutes les coutures. Ils doivent même produire une note écrite anonymisée présentant leur projet stratégique pour Orange. La copie la mieux classée de toutes est celle de Frank Boulben, un des dirigeants de Verizon. Le chasseur de tête présente alors une liste de six candidats au comité de nomination d’Orange.

Composé de trois administrateurs indépendants – l’ex directeur d’HEC, Bernard Ramanantsoa, la secrétaire générale de Publicis, Anne-Gabrielle Heilbronner, et la directrice générale adjointe de l’Agence des participations de l’État (APE) Stéphanie Besnier, ce comité prend donc le relais. Peu avant Noël, son choix est fait: il se porte sur Frank Boulben, un polytechnicien au profil très international, fort de 25 ans chez les opérateurs, notamment chez Verizon où il dirige la division grand public. Derrière lui arrive Christel Heydemann. La jeune femme ne manque certes pas d’atouts: X-Ponts, doté d’un sens politique aigu, elle a passé 15 ans chez l’équipementier Alcatel, où elle a une expérience dans les ressources humaines, et connaît déjà le groupe Orange, puisqu’elle siège comme administratrice depuis août 2017. Mais face aux défis opérationnels qui attendent Orange, l’expérience de Frank Boulben l’emporte. "Indépendamment du sujet de la parité, si le choix de Christel Heydemann se confirme, il semble davantage correspondre à la vision du politique, décrypte Thomas Coudry, analyste télécoms chez Bryan Garnier. Son profil a une coloration plus sociale et ressources humaines que celui Frank Boulben, qui insufflerait une dimension internationale et marketing à Orange .

... jusqu'à ce camouflet pour les administrateurs indépendants
C’est alors que le politique intervient: faisant fi de l’avis du conseil d’administration et du secret des délibérations, le ministre de l’Economie et des Finances Bruno Le Maire déclare sa préférence pour Chrystel Heydemann. "A compétence égale, le ministre souhaite que ce soit une femme qui reprenne la direction d’Orange , fait-il dire au journal Les Echos le 12 janvier. Quelques jours plus tard, l’Elysée lui emboîte le pas. "La notion de parité avait pourtant été prise en compte dès le départ. Si un candidat masculin est retenu comme directeur général, il fera équipe avec une présidente. Il y aura dans tous les cas une femme dans le duo dirigeant, s’énerve un ancien dirigeant d’Orange.

Pour les administrateurs indépendants, l’immixtion de l’Etat est un véritable camouflet. Furieux, certains vont jusqu’à menacer de claquer la porte. Du côté de l’Agence des participations de l’Etat, les hauts commis de l’Etat ravalent eux aussi leur amertume: ils avaient soutenu le choix des administrateurs indépendants mais ne peuvent qu’obéir qu’aux instructions données par leur ministère de tutelle, Bercy. "Bruno Le Maire a tout simplement omis le terme "à compétences égales , grince un proche du dossier. "Si l’Etat est capable de tordre le bras au conseil d’administration pour imposer son profil, alors il y a un problème de gouvernance, estime Thomas Coudry. Les marchés, eux ne s’y trompent pas. Le 18 janvier, une note des analystes de la banque Goldman Sachs, déplorant l’ingérence de l’Etat, fait flancher le titre de l’opérateur. "Alors qu’Emmanuel Macron avait pris soin jusqu’alors de ne pas s’immiscer dans les grands groupes dont l’Etat est actionnaire, cette intervention est assez regrettable, déplore le chasseur de têtes Thierry Carlier Lacour. En fait, le cabinet Spencer Stuart a servi de lièvre"…

Les lobbyistes s'en donnent à coeur joie
Le politique s’en mêlant, les lobbyistes s’en donnent à cœur joie. Très politique, la jeune femme a activé elle-même ses réseaux, avec l’appui de son mari, André Loesekrug Pietri, directeur de la Joint European Disruptive Initiative. "Son mari la coache depuis le début de sa carrière", souffle un directeur d’Alcatel qui l’a côtoyée pendant des années. Patricia Chapelotte, directrice d’Hopscotch Influences et co-créatrice du prix de la Femme d’influence mobilise son réseau. Cristel Heydemann peut aussi compter sur le soutien de Stéphane Richard, qui l'a fait venir au conseil d’administration. Un jeu d’influences complexe dans lesquels l’un des enjeux, et non des moindres, est de décrocher, une fois la victoire arrachée, un juteux budget de communication auprès d’Orange. Dans la bataille, un troisième homme tente d’imposer sa candidature comme une solution de compromis: Ramon Fernandez, actuel directeur financier d’Orange, l’un des trois candidats internes retenus par le chasseur de têtes.

L’intervention capricieuse de l’Etat vient s’ajouter à une longue liste d’ingérences, toutes désastreuses pour l’opérateur. En 2002, l’abandon par l’Etat d’un France Télécom surendetté ; la nomination à Bercy de Thierry Breton, dont le brusque départ précipite le groupe dans une nouvelle crise de gouvernance ; le choix enfin d’un profil politique, celui de Stéphane Richard, rattrapé au terme de son troisième mandat de PDG par son passé dans la sphère publique.

Dans ce nouveau chapitre en cours, une chose est claire: l’ex-France Télécom n’est toujours pas une entreprise privée comme les autres.

  
Répondre
Ribo Ribo
19/01/2022 01:16:38
0

Les analystes restent majoritairement positifs sur le dossier puisque, selon le consensus 'Bloomberg', 16 sont à l''achat', 10 à 'conserver' et 3 à 'vendre'. L'objectif moyen à douze mois est fixé à 11,85 euros. L'opérateur dévoilera ses résultats annuels 2021 le 17 février.

  
Répondre
Ribo Ribo
18/01/2022 10:51:45
1

Goldman Sachs dégrade Orange à 'vendre' avec un objectif ramené de 11 à 9,2 euros

  
Répondre

Forum de discussion Orange

202205122024 803611

Investir en Bourse avec Internet