OK
Accueil > Communauté > Forum Engie

Dégelée royale et journée Rock'n roll pour Engie gazée - Page 3

Cours temps réel: 12,53  1,16%



vlfr006 vlfr006
04/02/2020 19:42:24
3

Des fois ,je me demande si il est bon de connaitre le sexe de la personne qui dirige la boite , la compétence devrait être le seul atout . Enfin ,je dis ça ......

  
Répondre
gars d'ain gars d'ain
04/02/2020 19:38:54
2

Comme j'avais dit, ça confirme bien que c'est l'état qui dirige ce push, selon moi pour divergence de points de vues.


A mon avis il se trame un projet de scission en 2 entités comme chez EDF vert / EDF Bleu... ça sent mauvais !...

: (

  
Répondre
JD1976 JD1976
04/02/2020 17:38:37
1

L’avenir d’Isabelle Kocher à la tête d’Engie sera déterminé par son bilan, avertit Le Maire

PUBLIÉ LE 04/02/2020 À 17H00 MIS À JOUR LE 04/02/2020 À 17H12

C'est le bilan économique d'Isabelle Kocher qui déterminera son maintien à la tête du géant de l'énergie Engie, a indiqué le ministre de l'économie, alors que l'Etat détient 23% du capital.

Isabelle Kocher parviendra-t-elle à rester la patronne d'Engie ? L'Etat prendra sa décision sur le renouvellement ou non de son mandat de directrice générale "uniquement" au regard de critères économiques, a déclaré le ministre de l'Economie et des Finances Bruno le Maire, rapporte cet après-midi Reuters. Cette annonce survient après la publication d'un article du Monde qui revient sur la guerre de gouvernance que se livre Isabelle Kocher et son conseil d’administration, présidé par Jean-Pierre Clamadieu.

Le journal rappelle que l'Etat, premier actionnaire d'Engie avec 23,64 % du capital, avait fait savoir jusque-là qu'il entendait laisser le conseil d'administration faire son travail. Mais rappelle Le Monde, dimanche 2 février, dans un entretien au Journal du dimanche, Isabelle Kocher a dénoncé une " campagne " contre elle et a insisté sur le fait qu'elle s'inscrivait dans la ligne droite des engagements du président de la République sur le climat. Dans la foulée précise le quotidien, un collectif allant d'Anne Hidalgo à Xavier Bertrand en passant par Cédric Villani, a publié une tribune dans Les Echos pour vanter la " réussite " d'Isabelle Kocher leader " indispensable " à Engie.

Pour Le Monde, "ce déballage en place publique a pour objectif avoué de pousser les pouvoirs publics à intervenir. "

L'intervention de Bruno le Maire signifie-t-il que l'Etat a tranché en faveur de la seule femme à diriger une entreprise du CAC 40 ? Toujours est-il que les résultats 2019 d'Engie, attendus jeudi 27 février, devraient être bons.



  
Répondre
moicmoi moicmoi
02/02/2020 14:25:56
2

Je ne vois pas l’intérêt de ce ramdam.

De toutes façons, vu son cursus et la protection de l’ombre ailée de l'état...., son avenir n’est en aucune façon menacé. Il lui sera toujours proposé un fauteuil doré pour aller jusqu’à son 80 eme anniversaire. Sans problème.

Alors, chez Engie, ou chez EDF, ou à la tête d’un consortium des énergies (à créer), ou n'importe quel autre "bidule" créé pour la circonstance ….ça roule ma poule !

Je me fais moins de soucis pour elle que pour l'avenir de mes petits-enfants.

  
Répondre
JD1976 JD1976
02/02/2020 08:54:09
1

Kocher confiante dans le conseil d'administration dEngie et le soutien de lEtat-JDD


PARIS, 2 février (Reuters) - La patronne d’Engie Isabelle Kocher, en difficulté à la tête du groupe industriel énergétique français, affirme sa confiance dans le conseil d’administration pour la reconduire dans ses fonctions et assure que “rien” dans ses relations avec l’Etat actionnaire ne lui permet de penser qu’elle n’est pas soutenue.

Dans un entretien au Journal du Dimanche, la dirigeante précise travailler “étroitement” avec le président du conseil d’administration Jean-Pierre Clamadieu et confirme son intention de renforcer son rôle en lui soumettant “systématiquement les nominations au sein du comité exécutif”.

Le conseil d’administration du géant de l’énergie doit se prononcer en février sur le renouvellement du mandat d’Isabelle Kocher, en poste depuis 2016, dont le mandat arrive à échéance en mai.

Priée de dire si elle croit en ses chances, elle répond avoir “confiance dans le conseil d’administration” et précise ne pas se placer dans la “perspective” d’un échec.

A la question de savoir si elle dispose du soutien de l’Etat, actionnaire à 23,6%, Isabelle Kocher déclare : “Rien dans mes relations avec l’Etat ne me permet de penser le contraire. Mes contacts avec ses représentants sont nombreux et constructifs”.

Elle ajoute que l’évaluation à laquelle elle s’est prêtée sur la demande de Jean-Pierre Clamadieu est “positive et confirme que j’ai le profil adéquat pour diriger Engie.”

“Elle identifie aussi des points qui peuvent être améliorés et c’est pour cela que j’ai fait des propositions au conseil (...). Ils se sont montrés très disponibles pour y travailler avec moi”, assure-t-elle.

La directrice générale d’Engie se dit surprise de ce qu’elle présente comme “une campagne de presse” à son encontre.

“Sauf s’il y a un projet stratégique que je ne connais pas, cette campagne négative est pour le moins surprenante pour tout le monde. Les résultats sont là. L’entreprise est en croissance, le cours de Bourse également, nos carnets de commande sont pleins”, dit-elle. (Rédaction de Paris)

A suivre...

  
Répondre
gars d'ain gars d'ain
29/01/2020 18:14:55
2

Merci, JD1976 !


En sous-mains et téléguidé, personne n'est dupe...

en gros, on va enlever des boules et des guirlandes au sapin de noël que l'on va revendre au marché pour faire mettre des sous dans certaines tirelires...


La direction prise par Kocher semblait plutôt porter ses fruits. On va nous faire le même coup que chez Renault... Tout simplement parce qu'elle partage pas les vues de l'Etat ????

Une fois, l'Etat démontre toutes ses qualités de piètre actionnaire et de gestionnaire à la petite semaine au gré du vent qui rempilerait les caisses de suffrages...


Pitoyable et affligeant...

  
Répondre
JD1976 JD1976
29/01/2020 18:07:51
2

Engie : Jean-Pierre Clamadieu pourrait remplacer Isabelle Kocher

29/01/2020 12:14 | Boursier

Les jours d'Isabelle Kocher à la tête d'[FR:FR0010208488:0]Engie[:FR] semblent bel et bien comptés. Si aucune annonce n'est attendue à l'issue du Conseil d'administration prévu aujourd'hui, le non-renouvellement du mandat d'Isabelle Kocher pourrait être officialisé le mois prochain. Très critiquée en interne, et guère soutenue par Bercy, la dirigeante pourrait être remplacée de façon intérimaire par Jean-Pierre Clamadieu, l'actuel président d'Engie. Citant une source proche du gouvernement 'BFM Business' affirme que "tout le monde est contre elle". La nomination de Jean-Pierre Clamadieu à la tête du groupe énergétique permettrait à l'entreprise d'avoir un peu de temps pour choisir son nouveau patron.

Selon le site d'informations, le départ d'Isabelle Kocher serait suivi de celui de plusieurs cadre-dirigeants. Le DRH, Pierre Deheunynck, et le responsable du digital, Yves Le Gélard, très proches de la directrice générale, pourraient notamment faire leur valise, tout comme la directrice financière, Judith Hartmann.

Au niveau opérationnel, le départ d'Isabelle Kocher pourrait enclencher le processus de scission des infrastructures gazières de l'ancien Gaz de France et remettre en jeu la participation de 32,1% d'Engie dans Suez. Alors que la patronne actuelle souhaitait accroître sa participation dans Suez, Jean-Pierre Clamadieu voudrait, à l'inverse, se désengager du capital du spécialiste de la gestion de l'eau et des déchets.

A suivre...

  
Répondre
gars d'ain gars d'ain
25/01/2020 10:55:32
2

Engie: Forte croissance auprès des villes et entreprises en France


24/01/2020 | 13:03

ENGIE: FORTE CROISSANCE AUPRÈS DES VILLES ET ENTREPRISES EN FRANCE

Engie a vu ses prises de commandes croître de plus de 10% en 2019 auprès des entreprises et des collectivités locales en France, un marché sur lequel le groupe vient de se réorganiser dans un souci de simplification et d'efficacité.

Wilfrid Petrie, directeur général adjoint chargé d'Engie Solutions, qui rassemble depuis le 1er janvier toutes les activités de services "BtoB" d'Engie en France, a également dit lors d'une conférence de presse que les ventes de la nouvelle entité avaient atteint un peu moins de dix milliards d'euros l'an dernier, enregistrant une croissance organique supérieure à 5%.


"Sur les prises de commandes, nous avons connu une accélération sur le dernier trimestre", a précisé le dirigeant.


La création d'Engie Solutions correspond à la spécialisation du groupe dans les services à haute valeur ajoutée et les énergies renouvelables pour les entreprises et les collectivités locales dans le cadre d'un plan stratégique sur trois ans, présenté début 2019, axé sur le souhait de ses clients de réduire leurs émissions de CO2.

La nouvelle entité regroupe des activités aussi diverses que le génie climatique, le génie électrique, des services énergétiques et techniques ou encore des réseaux de chaleur et de froid.

Avec plus de 900 implantations sur l'ensemble du territoire français et quelque 50.000 salariés, Engie Solutions propose des services de conception, de financement, d'installation, d'exploitation et de maintenance à destination des villes, des industries et du secteur tertiaire.

  
Répondre
JD1976 JD1976
13/12/2019 12:23:07
1

Engie : Oddo BHF reste à l'achat après la décision de la CPN

13/12/2019 | 10:56

L'analyste Oddo BHF confirme ce vendredi sa recommandation 'achat' sur le titre Engie, après un verdict de la Commission de provision nucléaire (CPN) 'conforme aux attentes d'Engie'.

'Synatom, filiale d'Electrabel et du groupe Engie, a reçu hier la décision de la Commission des Provisions Nucléaires (CPN) sur la réévaluation des provisions pour le démantèlement des centrales nucléaires belges et la gestion de l'aval du cycle du combustible nucléaire. (...) La décision de la CPN intègre une baisse des taux d'actualisation, reflétant l'environnement de taux d'intérêts bas à court terme et tenant compte d'horizons de décaissements différenciés entre les dépenses de démantèlement et d'aval du cycle', explique le broker, pour qui la constitution par Engie d'un fonds d'actifs dédiés d'ici à 2025 serait 'sans impact sur la valorisation'.

Notant une 'baisse de l'incertitude liée à cette question' après la décision de la CPN, Oddo BHF confirme son objectif de cours de 16 euros. Celui-ci représente un potentiel de hausse de +10%.


Copyright (c) 2019 CercleFinance.com. Tous droits réservés.

  
Répondre
JD1976 JD1976
12/12/2019 08:49:59
1

Engie intact.

Engie ne sera pas démantelé, a affirmé son président Jean-Pierre Clamadieu dans Les Echos, tout bottant en touche sur le sort d'Isabelle Kocher, malgré l'indication selon laquelle le conseil a soutenu la stratégie présentée début 2019. "Les spéculations que j'ai pu lire sur l'évolution du périmètre du groupe sont sans fondement", a-t-il notamment déclaré. Certains représentants des salariés se sont émus d'une possible cession des actifs gaziers pour plaire au marché financier.

  
Répondre
JD1976 JD1976
10/12/2019 18:09:46
1

Université de l'Iowa: Engie décroche une concession de 50 ans

10/12/2019 | 18:04

Paris (awp/afp) - L'Université de l'Iowa a confié mardi aux français Engie et Meridiam une concession de 50 ans, évaluée à un milliard de dollars, pour la gestion de ses services publics, un type de contrat que le géant de l'énergie espère multiplier.

Engie sera en charge de "l'exploitation, l'entretien, l'optimisation et l'amélioration des systèmes de services publics sur le campus universitaire", s'étendant sur près de 700 hectares à Iowa City, dans le centre des États-Unis, explique le groupe dans un communiqué commun avec le fonds Meridiam.

Le projet inclut la fourniture de chaleur, de froid et d'électricité au campus ainsi que la gestion de l'eau. Il prévoit notamment une sortie du charbon d'ici 2025, une réduction de la consommation d'énergie ainsi que le recours aux renouvelables.

"C'est une approche qui commence par regarder les usages... et on essaie de les améliorer, de les optimiser, pour que la vie sur le campus consomme moins d'énergie qu'avant", a expliqué à l'AFP Isabelle Kocher, la directrice générale d'Engie.

Ensuite "on va étudier les ressources renouvelables locales, les exploiter et du coup permettre à l'université de se passer complètement de l'électricité carbonée", a-t-elle poursuivi.

"L'énergie est un tout petit peu plus chère à l'unité, mais comme on en consomme moins qu'avant, on arrive à avoir une facture qui baisse globalement", a souligné Isabelle Kocher, mettant en avant un "système vertueux".

Aux États-Unis, Engie avait déjà remporté une concession similaire de 50 ans avec l'Université d'État de l'Ohio. Le groupe parie sur le succès de ce type de contrat sur des décennies, centré sur l'énergie, mais qui peut aussi associer d'autres services comme l'eau et les déchets.

"Nous avons pas mal de discussions en cours avec des universités, des hôpitaux, des aéroports, des villes, des entreprises... qui entrent dans ces logiques de contrats clefs en main et de partenariat de très long terme", a assuré Isabelle Kocher.

afp/rp

  
Répondre
JD1976 JD1976
06/12/2019 15:42:56
1

Engie rachète Renvico.

Engie s'offre Renvico un opérateur qui possède 329 MW de capacités de production éoliennes en France et en Italie. En revanche, rien de neuf n'a filtré sur le sort d'Isabelle Kocher qui était, dit-on, sur la sellette. Ce n'est pas la première fois que la directrice générale est attaquée.

A suivre...👀

  
Répondre
JD1976 JD1976
03/12/2019 10:27:48
1

Le dernier mot reviendra à Bercy alors qu'Engie reste détenue à hauteur d'environ 24% par l'Etat. Une participation dont le gouvernement souhaiterait se débarrasser au plus vite... Un cours de bourse d'Engie plus élevé faciliterait sans doute les choses.

  
Répondre
gars d'ain gars d'ain
03/12/2019 09:26:32
1

y'a de l'eau dans le gaz !...


Engie: Isabelle Kocher menacée ?


Actualité publiée le 03/12/19 09:10

Selon BFM Business, le mandat de l'actuelle directrice générale d'Engie, Isabelle Kocher, pourrait ne pas être renouvelé à son terme, en mai prochain.

Depuis un mois, le conseil d'administration présidé par Jean-Pierre Clamadieu (et qui comprend le président de Safran, Ross McInnes, et l'ex-patron d'Airbus, Fabrice Brégier) passe au crible la stratégie d'Isabelle Kocher. Certains de ses membres auraient été 'très critiques' vis-à-vis de la transformation qu'elle a engagé, rapporte BFM Business.

Schématiquement, les reproches seraient d'abord d'ordre managériaux (Isabelle Kocher ne serait pas 'assez opérationnelle'), mais aussi stratégiques : à la différence de la direction générale, le conseil souhaiterait par exemple la scission des infrastructures gazières de l'ex-GDF afin de simplifier le groupe, à l'instar de ses pairs européens. Et, potentiellement, de faire remonter le cours de l'action, qui demeure dans de basses eaux.

Une nouvelle réunion du conseil d'administration d'Engie, qui pourrait être 'décisive', aura lieu le 17 décembre.

  
Répondre
gars d'ain gars d'ain
07/11/2019 17:06:45
1

3,8 milliards de hausse de CA pour 3,4 milliards de dettes en plus...

C'est pas glorieux, et surtout pour l'instant, y'a pas le résultat net.

: (


------------------------------------------------------------------------------------------------------

Informations financières ENGIE au 30 septembre 2019, Croissance soutenue au Q3 et sur 9 mois, Confirmation des objectifs annuels 2019

• Résultats financiers du Groupe au 30 septembre 2019 en accélération, en ligne avec les attentes : résultat opérationnel courant1 de 3,8 milliards d’euros en hausse de 9 % en brut et de 14 % en organique2, avec un Ebitda de 7,1 milliards d’euros en hausse de 5 % en brut et de 7 % en organique2.

• Bonne performance au troisième trimestre, en particulier avec l’amélioration attendue de la disponibilité des unités de production Nucléaires ainsi qu’une dynamique porteuse pour les activités Renouvelables.

•Croissance organique2 solide du résultat opérationnel courant1, en hausse de 14 % sur neuf mois (+ 12 % en excluant le one-off positif de SUEZ lié au règlement du litige en Argentine en 2019), portée par les activités Nucléaires, Thermiques et Autres (en particulier celles de gestion d’énergie), partiellement compensée par les Infrastructures.

• Des Solutions Clients caractérisées par une croissance soutenue des revenus (+ 10 %) ainsi que par une bonne performance du résultat opérationnel courant1 des activités de production d’énergie décentralisée.

• ENGIE confirme ses objectifs financiers pour 20193 en matière de résultat net récurrent part du Groupe (dans une fourchette de 2,5 à 2,7 milliards d’euros) et de ratio dette financière nette / Ebitda (inférieur ou égal à 2,5x hors acquisition de TAG).

(Suite du communiqué et tableau en PDF)


Communiqué de presse [PDF] | 7 novembre 2019

https://www.engie.com/journalistes/communiques-de-presse/informations-financieres-30-septembre-2019-q3/

  
Répondre
JD1976 JD1976
27/10/2019 10:57:04
0


A. B. L'USINE ENERGIE , TRANSITION ÉNERGÉTIQUE , CLIMAT , ENGIE PUBLIÉ LE 26/10/2019 À 11H30

Engie investit dans les logiciels à impact © Engie

Une "centaine de millions d’euros dans les logiciels bas carbone", c’est ce qu’Engie investit désormais par an selon Olivier Sala, le directeur général d’Engie Digital, une entité de 400 personnes.

L’objectif de ces investissements ? Développer "un portefeuille de logiciels à impact", de ceux qui permettent de réduire les pollutions et d’augmenter l’efficacité énergétique, que ce soit dans la production d’énergies renouvelables électriques ou de biogaz, les chauffages et transports urbains ou des particuliers, voire la conception de datacenters.

Développements internes, rachat de technologie, investissements dans des start-up, tout est bon du moment que la solution est interopérable grâce à ses interfaces de programmation d’application (API) et surtout qu’elle s’intègre dans les solutions clés en main, par lesquelles le groupe s’engage sur un résultat.


  
Répondre
gars d'ain gars d'ain
23/10/2019 20:59:27
3

quechoisir.org


Gaz et électricité : Engie condamné pour démarchage agressif

Publié le : 18/10/2019

https://www.quechoisir.org/actualite-gaz-et-electricite-engie-condamne-pour-demarchage-agressif-n71987/?utm_medium=email&utm_source=nlh&utm_campaign=nlh191023

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------


Dans le viseur du Médiateur national de l’énergie et de Que Choisir depuis plusieurs années pour ses mauvaises pratiques de démarchage téléphonique et à domicile, Engie vient d’être condamné à 900 000 € d’amendes par la DGCCRF.

Le 1er juillet dernier, la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF) annonçait avoir perquisitionné « deux entreprises commercialisant des contrats de gaz et d’électricité et 11 sociétés sous-traitantes travaillant pour leur compte, dans le cadre d’une enquête pour des pratiques de démarchage abusif présumé ». Il s’agissait d’Engie et d’Eni, deux fournisseurs d’énergie régulièrement épinglés par Que Choisir pour leurs mauvaises pratiques de démarchage.

Les services de la Répression des fraudes n’ont pas relâché la pression, puisqu’ils viennent d’annoncer avoir infligé une sanction de 900 000 € à Engie « pour des manquements aux règles encadrant le démarchage ». Que ce soit en démarchage téléphonique ou à domicile, Engie a en effet joyeusement piétiné la réglementation destinée à protéger les consommateurs.

Contrats de fourniture de gaz ou d’électricité passés « sans que la confirmation de l’offre faite par démarchage téléphonique ait été transmise au consommateur sur support durable tel que courriel ou mail », refus de prendre en compte les demandes des consommateurs voulant exercer leur droit de rétractation durant les 14 jours suivant le démarchage, non-respect de « l’obligation d’informer les consommateurs de l’existence du Médiateur national de l’énergie, dont la mission est de faciliter le règlement des litiges », les griefs sont nombreux.

Et ce n’est pas la première condamnation d’Engie cette année ! En mars dernier, la Cour d’appel de Versailles l’a déjà condamné pour pratiques commerciales déloyales. Engie a dû verser 1 million d’euros à EDF pour avoir démarché les consommateurs en se faisant passer pour l’entreprise publique d’électricité.

Une nouvelle fois, Que Choisir recommande de ne jamais accepter le passage d’un démarcheur à son domicile, et de raccrocher son téléphone dès qu’on entend parler de contrat ou de rendez-vous. En l’occurrence d’ailleurs, les offres d’Engie ne sont jamais une bonne affaire, il suffit de consulter notre comparateur énergie pour constater qu’on trouve plus compétitif, tant pour le gaz que l’électricité.

  
Répondre
JD1976 JD1976
16/10/2019 10:47:32
1

Engie : est à son prix, selon Credit suisse

16/10/2019 | 10:30

Credit suisse a entamé ce matin le suivi de l'action de l'énergéticien français Engie avec une position 'neutre' et un objectif de cours de 15,3 euros.

Selon les analystes, le profil bénéficiaire d'Engie est moins favorable que ceux d'Enel (conseillé à l'achat) et d'Iberdrola (sur lequel Credit suisse est neutre).

Certes, l'action Engie présente un PER 2020 de 13,5 fois, contre 15 fois pour le secteur, mais Credit suisse estime cette décote justifiée par le profil de risque du groupe français.


Copyright (c) 2019 CercleFinance.com. Tous droits réservés.

  
Répondre
gars d'ain gars d'ain
30/09/2019 18:47:19
2

C'est pardonné, t'as mis un graphe...

: )

  
Répondre
papse papse
30/09/2019 18:39:21
1

Désolé, gars d'ain, je like pour tenter de me faire pardonner !

  
Répondre

Forum de discussion Engie

202002041942 468247
logiciel chart 365 Suivez les marchés avec des outils de pros !

Chart365 par ABC Bourse, est une application pour suivre les marchés et vos valeurs favorites dans un environnement pensé pour vous.