OK
Accueil > Communauté > Forum SBF 120

Au Maroc, le Roi lance une ambitieuse généralisation de la protection

Cours temps réel: 5 282,99  0,94%



Luncyan Luncyan
16/04/2021 09:53:55
0

Integrer le secteur informel ??

  
Répondre
TATABANK TATABANK
16/04/2021 09:50:13
1
bonne nouvelle on va pouvoir aller chez eux se faire soigner gratos ..loger gratos ..demander des allocations et des aides .. et aller à la plage avec nos femmes en monokini (;o))
  
Répondre
TATABANK TATABANK
16/04/2021 09:50:12
0

C’est désormais acté. Le projet marocain de la généralisation de la protection sociale a été officiellement lancé, hier, le mercredi 14 avril, par le Roi Mohammed VI, au Palais Royal de Fès. Le chantier, titanesque, vise à améliorer les conditions de vie de millions de marocains et garantir la protection de la classe ouvrière et de ses droits. Outre la généralisation, cette initiative permettra notamment l'arrivée de médecins étrangers et la stimulation des investissemments internationaux dans le secteur de la santé. 

Mohammed VI Fés

« Une véritable révolution sociale », ce sont les mots du ministre marocain de l’Economie, Mohamed Benchaaboun, dans une allocution devant le Roi du Maroc, lors de la cérémonie du lancement de la mise en œuvre de ce grand projet, durant laquelle plusieurs conventions y afférentes ont été également signées.

Un projet qui va, donc, soulager plusieurs catégories sociales dont les difficultés ont été mises en exergue par la crise sanitaire, puisqu’« il aura des effets directs et tangibles sur l’amélioration des conditions de vie des citoyens, la préservation de la dignité de tous les Marocains, outre sa participation à l’intégration du secteur informel », selon le chef du département des Finances.

La protection sociale pour tous les Marocains d’ici 2025

Le 14 avril 2021, marque ainsi la date d’un nouveau départ pour le système marocain de protection sociale. Le Royaume chérifien s’est fixé une deadline de 5 ans, rappelons-le, d’ici 2025, pour donner corps aux instructions royales, celles du dernier discours du Trône, le 29 juillet 2020, durant lequel, le Roi du Maroc avait annoncé la généralisation de la couverture sociale « au profit de tous les Marocains ».

Les grandes lignes de ce méga-chantier ont été rapidement dévoilées par le ministre Benchaâboun : une refonte du cadre législatif et réglementaire, une mise à niveau des structures hospitalières et une organisation de la filière de soins, ainsi qu’une réforme des systèmes et programmes sociaux déjà en place, notamment à travers l’opérationnalisation du Registre social unifié (RSU). Pour ce faire, l’Etat, les collectivités territoriales, les entreprises, les établissements publics, le secteur privé, la société civile et les citoyens, tout le monde est appelé à s’y mettre.

Ce n’est pas pour rien que le responsable marocain a parlé de « révolution sociale ». La réforme profitera d’abord aux agriculteurs, aux artisans et professionnels de l’artisanat, aux commerçants, aux professionnels et aux prestataires indépendants soumis au régime de contribution professionnelle unique (CPU), au régime de l’auto-entrepreneur ou au régime de la comptabilité.

Par la «généralisation de la protection sociale » on entend non seulement la généralisation de l’Assurance Maladie Obligatoire (AMO) d’ici 2022, mais également la généralisation des allocations familiales (AF) durant les années 2023 et 2024 et ce, en permettant aux ménages, qui ne bénéficient pas de ces allocations, de toucher des indemnités couvrant les risques liés à l’enfance, ou des indemnités forfaitaires, ce qui constitue la phase I du projet.

Tandis que la deuxième phase, qui s’étalera sur 2024 et 2025, sera consacrée à l’élargissement de l’assiette des adhérents aux régimes de retraite pour inclure les personnes qui exercent un emploi et ne bénéficient d’aucune pension, en plus la généralisation de l’indemnité pour perte d’emploi.

Ouverture aux médecins étrangers et investissemments internationaux

S’ajoute à cela  l’ouverture du secteur de la santé aux investissements étrangers, afin de consolider les compétences médicales des professionnels de la santé. L’objectif est de pouvoir répondre à la demande, qui augmentera à un rythme rapide avec la mise en œuvre de ce grand chantier sociétal, surtout que le déficit en ressources humaines n’est pas des moindres. Le Maroc a besoin de 100.000 médecins et infirmiers.

Les chiffres ne manquent pas pour montrer l’ampleur du projet : 22 millions de personnes supplémentaires bénéficieront d’une assurance couvrant les frais de traitement, de médicaments et d’hospitalisation. Autre chiffre ambitieux : 7 millions d’enfants en âge de scolarité seront la cible d’indemnités de protection des dangers relatifs à l’enfance (déperdition scolaire).

Une réforme colossale dont le coût annuel sera de 51 milliards de DH ( 5 milliards d’Euros). Une bonne partie de cette enveloppe, soit 23 milliards de DH, proviendront du budget de l’État. Tout cela pour préserver de la dignité des Marocains, soutenir leur pouvoir d’achat et intégrer le secteur informel.

 

© www.abcbourse.com

  
Répondre

Forum de discussion SBF 120

202104160953 854933

Investir en Bourse avec Internet