Porter plus longtemps les positions qui gagnent
OK
Accueil  > Analyses  > Chroniques

Porter plus longtemps les positions qui gagnent

Par Charles Dereeper, le 03/09/2010

charles dereeper

Vous aimez écrire ? vous souhaitez que vos textes soient publiés dans cette rubrique ? contactez-nous

Un récent sondage effectué auprès des clients de BestCFD m’a été transmis : il en ressort pour les clients réguliers et sérieux (c'est-à-dire n’utilisant pas un effet de levier de sauvage ou n’adoptant pas des comportements de joueurs compulsifs de casino) que l’une des principales difficultés qu’ils cherchent à résoudre, consiste à mieux porter les positions gagnantes.

L’enjeu est de taille. Sans réalisation de gros gains de temps en temps, il est impossible de couvrir les pertes tout en continuant à être gagnant à la fin du mois.

De ce premier constat purement comptable, il faut aussi saisir que sans cette possibilité d’être gagnant à la fin du mois malgré des pertes, il est impossible de se permettre de perdre : il est en effet émotionnellement douloureux de prendre la décision de couper une perte car soit elle compense trop les gains précédents (avec la sensation de reculer et d’avoir perdu son temps) soit elle entame directement le capital. On se retrouve à gérer une psychologie rigidifiée dans un milieu hostile qui exige le meilleur de nous même, limite de tendre vers notre perfection.

Exprimé plus clairement, il est plus facile de perdre quand on sait qu’on est capable de gagner régulièrement. C’est une caractéristique commune à tous les traders indépendants à succès que j’ai croisés depuis 18 ans. Ils savent qu’ils sont capables de gagner. Du coup, perdre à court terme ne les impacte pas, ce qui leur permet d’agir de manière fluide quand il s’agit de stopper une position à la dérive en période de doute et de stress.

Avoir la confiance en soi qu’on peut gagner est sans aucun doute un atout majeur.

Maintenant, la plupart de ceux qui tentent de vivre de leur trading, sont à sa recherche. Cette étape est très dure à franchir, puisqu’il y a besoin de beaucoup de succès pour avoir confiance en soi et que pour rencontrer ce succès, il y a besoin d’avoir confiance… l’équation se mord la queue...

Pour se décrisper sur ce sujet, mon expérience personnelle m’a montré que le meilleur moyen de fluidifier son rapport aux gains et pertes, consiste à ne plus avoir de besoins refoulés, ni de dépenses qu’on espère faire. Il faut purger la machine. Tous les petits rêves à vivre, les envies du futur…
 
Prenons un exemple classique caricatural : si vous faites du trading, mais que votre espoir secret plus ou moins conscient est de gagner beaucoup d’argent pour vous payer une maison de rêve, vous allez être coincé dans le feu de l’action, car les émotions nous amènent tous, êtres humains imparfaits, à agir à l’inverse de ce que notre raison nous dicte. Quand vous allez perdre, ce n’est pas que de l’argent qui disparaît de votre compte, mais les futurs m² de votre maison et de votre jardin. L’impact n’est pas du tout le même sur votre équilibre. Comment voulez vous être fluide et lucide alors qu’il s’agit de votre maison, une chose parmi les plus importantes ?

En purgeant toutes nos dépenses incontournables auxquelles nous sommes attachés, on se libère d’un sérieux poids pour affronter les gains et pertes latentes, source d’horribles doutes qui rongent tous les traders du monde… L’argent du trading, c’est comme un jeu sur la XBOX. Il ne doit avoir aucun sens concret, aucune signification dans la vie réelle.

J’ai eu la chance d’expérimenter en 1997 une année de trading exceptionnelle qui m’a permis de comprendre ce mécanisme. Depuis cette date, je n’ai toujours tradé qu’en fonction de mon niveau de confiance interne dans mes revenus futurs…

Et je n’ai jamais enregistré d’année négative, sauf 1999, qui serait une très longue histoire à raconter… l'une de mes plus grosses erreurs et en même temps, celle qui m'a paradoxalement permis de fonder ma nouvelle vie.

J’ai aussi une autre règle pour me décrisper le crâne : elle consiste à retirer la moitié de mes gains en trading et à les dépenser… soit en actif type entreprise, soit en dépenses de consommation. Avec les années, ma balance émotionnelle interne, une sorte de vulgaire compta, y a trouvé son compte et a fini par me laisser tranquille avec le stress et les mauvaises émotions qui bloquent généralement beaucoup de traders. En ce moment, je suis libre de perdre ou gagner jusqu’à 25.000 euros par position sans être trop impacté dans ma vie intérieure. Peut être qu’à l’avenir, je parviendrais à repousser mes limites (car actuellement, la barrière des 30.000 euros me pose problème, je deviens plus que nerveux au delà, que ce soit en gains ou en pertes), mais la mécanique est applicable par tout le monde à son niveau. Je ne me fais pas d'illusion sur mon cas, mes meilleurs copains traders indépendants supportent sans souci entre 100 et 300.000 euros de décalage par jour, sans sourciller. Je suis donc à classer dans la catégorie des petits joueurs...

En même temps, dealer avec sa psychologie est souvent une soupe interne qui nous est propre. J’ai donc envie de finir cet édito en vous posant la question : et vous, comment dealez vous pour être libre de porter vos gains plus longtemps ou vous permettre de couper vos pertes plus facilement ?

Twitter Facebook Linkedin email
Les derniers articles de l'auteur