OK
Accueil > Analyses > Chroniques

Développer son réalisme et sa maturité à propos de l'investissement boursier

Par Charles Dereeper, le 06/09/2022

charles dereeper

Vous aimez écrire ? vous souhaitez que vos textes soient publiés dans cette rubrique ? contactez-nous

Investir en bourse a toujours été l'actif le plus lucratif et le plus facile de tout ce qui existe sur terre.

L'immobilier qui a la faveur des français est en comparaison ultra pénible. La collecte des loyers, les réparations, la fiscalité, le temps qui passe, l'énergie à dépenser. Aucune comparaison n'est possible avec les marchés d'actions.

Maintenant la majorité des épargnants rate leurs investissements boursiers par manque de connaissances financières et notamment de l'histoire.

L'histoire nous aide à mieux cerner ce jeu qu'est l'investissement boursier.

Je vous propose d'étudier aujourd'hui cette histoire.

Seulement, il y a un hic... je vais étudier l'histoire en terme de pouvoir d'achat et non de valeur nominale. Le pouvoir d'achat, c'est ce que vous pouvez acheter comme biens et services à travers le temps, donc la valeur réelle de votre argent.

La valeur nominale, ce n'est qu'une affaire de politique et de mensonges d'état, ce que je délaisserais dans cet article même si 99% des épargnants ne s'occupent que de la valeur nominale des choses, et donc vivent dans l'illusion la plus totale. Il n'est donc pas étonnant si à la fin, au-delà de 5 ans généralement, ils se font plumer. L'incompétence et le manque de curiosité intellectuelle méritent sanction.

Mon objectif étant d'éduquer et faire progresser, intéressons-nous à la valeur réelle.

Pour ce faire, nous avons besoin de déterminer l'étalon de valeur réelle. Depuis un siècle, le dollar américain joue ce rôle sur terre. La parité de pouvoir d'achat, la fameuse PPA, est calculée en dollar. Par-dessus est appliquée les filtres des monnaies des différents pays. Mais le coeur du réacteur depuis un siècle, c'est le dollar américain.

réserves change

Comme j'aime l'histoire et la multiplication des expériences et des changements afin de mieux saisir les mécaniques, je vous propose de regarder sur 600 les différents étalons de valeur avant le dollar américain

Le Crédit Suisse a étudié sur 119 années la performance annuelle moyenne évaluée en dollar, donc en enlevant les filtres mensongers nationaux que sont les devises et en enlevant bien sûr le paramètre inflation qui ne représente que du vent.

Certains vont penser que j'y vais fort, mais la confrontation avec les chiffres démontre sans aucun doute possible que la majorité des épargnants qui gagnent en bourse ne font que gagner le niveau d'inflation voire moins. Donc explicitement, ils perdent en argent réel tout en se félicitant de leurs gains fictifs. Ce qui m'amène donc à écrire qu'ils ne gagnent que du vent.

Le Crédit Suisse, banque pour le moins sérieuse, a évalué parmi 25 pays les 10 indices boursiers qui ont créé le plus de valeur réelle depuis 119 ans.

perf marches financiers

Premier constat, la France ne fait pas partie de ce top 10. Certains vont se gratter la tête en se demandant comment c'est possible... Et c'est le but de mon article... où disparaît la création de valeur économique de la France... ? La fameuse illusion de la valeur nominale...

Deuxième constant. Un épargnant sérieux au regard de l'histoire comprend qu'il peut espérer autour de 5 à 6% de rendement net d'inflation et de variation de devises cachant la valeur réelle, par an, à long terme, en sachant que les cycles long terme qui déforment ces chiffres ont une durée généralement de 30 ans.

Cela veut dire qu'un épargnant DOIT placer son argent sur un pays qui ne vole pas la création de valeur sur un horizon minimum de 30 ans. Si ces deux conditions sont réunies, alors notre épargnant peut espérer toucher un bel accroissement de son capital, surtout en pratiquant les rendements composés.

Un rendement stable de 5 % par an signifie que l'on obtient, pour un 1 € placé, 2 € en 14 ans, 2,65 € en 20 ans et 4,33 € après 30 ans.

L'attente sérieuse qu'un épargnant conscient de l'histoire peut avoir est donc de multiplier par 4 son capital en 30 ans d'investissement boursier. Net d'inflation et de manipulation monétaire d'Etat mais brut d'impôts !

Charles Dereeper


Twitter Facebook Linkedin email
Les derniers articles de l'auteur
logiciel chart 365 Suivez les marchés avec des outils de pros !

Chart365 par ABC Bourse, est une application pour suivre les marchés et vos valeurs favorites dans un environnement pensé pour vous.