OK
Accueil > Communauté > Forum Detente

Guerre USA-Chine



Dubaisan
28/09/2020 05:54:11
0

Guerre commerciale : la Chine annonce la mise en place de son « entity list » :

Cette publication intervient dans le contexte des sanctions à l’égard de WeChat et Tiktok mais la mise en place de cette liste était attendue : le MofCom avait annoncé en mai 2019, à la suite de l’ajout de Huawei sur la liste des entités non fiables du département du Commerce américain, l’établissement prochain de sa propre liste (« unreliable entities list ») destinée à recenser (et potentiellement sanctionner) les organisations ou personnes physiques étrangères qui « imposent sur des entités chinoises et pour des motifs non-commerciaux, des blocages ou d’autres mesures susceptibles de causer des dommages substantiels à l’industrie chinoise et de poser une menace potentielle à la sécurité nationale ».

Le ministère du Commerce chinois (MofCom) a annoncé le 19 septembre la mise en place de son « Unreliable entity list »
Seront placées sur la liste les entités :
1) Mettant en danger la souveraineté nationale, la sécurité ou les intérêts de développement de la Chine ;
2) Ayant suspendu les relations commerciales avec une entité chinoise ou pris des mesures discriminatoires à son égard.

Les conséquences pour les entreprises de la liste peuvent être :

1) Restriction ou interdiction d’importer en provenance ou d’exporter à destination de la Chine ;
2) Restriction ou interdiction d’investir en Chine ;
3) Restriction ou interdiction au personnel d’entrer sur le territoire chinois (+révocation des titres de résidence pour les personnes qui se trouvent en Chine) ;
4) Amende en fonction de la gravité des dommages causés par l’entité ;
5) Autres mesures nécessaires (sans plus de précisions).

Le mécanisme sera mis en œuvre par un bureau créé au sein du Conseil des Affaires d’État. Celui-ci annoncera si une entreprise est sujette à une enquête (au cours de laquelle l’entité étrangère pourrait se défendre).
L’enquête déterminera :
1) Le degré de danger à la souveraineté nationale, la sécurité ou les intérêts de développement de la Chine ;
2) Les dommages créés aux entités chinoises ;
3) Si les actions sont conformes aux règles économiques internationales ;
4) D’autres facteurs qui doivent être pris en compte (sans plus de précisions). Une annonce sera faite si le Conseil des Affaires d’État estime nécessaire, à la suite de l’enquête, de placer une entreprise sur la liste des entités. Dans cette annonce figurera également un délai pendant lequel l’entité pourra procéder à des rectifications (aucune sanction ne sera imposée pendant ce délai).
À l’instar de la liste américaine, une exemption peut éventuellement être accordée si une entité chinoise estime qu’il est nécessaire pour elle d’avoir des relations commerciales avec une entité étrangère qui figure sur la liste.
Aucune entreprise ne figure pour le moment sur cette liste mais on peut s’attendre à ce que certaines des entreprises américaines y soient ajoutées si l’escalade des sanctions américaines continue (récapitulatif ci-dessous).

Selon le Wall Street Journal, les responsables chinois débattraient de la date de publication la plus judicieuse.

Liu He, négociateur en chef sur les différends commerciaux avec les États-Unis, serait favorable à une publication post-élections américaines afin d’éviter une interférence avec les élections US et d’éventuelles mesures américaines plus sévères. La liste serait élaborée sous la supervision de Hu Chun Hua, vice-Premier ministre en charge du commerce et de l’investissement. Plusieurs administrations, dont l’administration de cybersécurité, ont été invitées à soumettre des noms d’entreprises à inclure sur la liste.


  
Répondre
Dubaisan
18/09/2020 15:06:23
0

Relations US – Chine : les États-Unis sanctionnent une entreprise d’Etat chinoise pour le projet BRI de

Dara Sakor au Cambodge

Le Trésor américain a lancé des sanctions envers Union Development Group (UDG), une entreprise

d’Etat chinoise, construisant dans le cadre de Belt and Road un complexe aéroportuaire, portuaire et

hôtelier dans un parc naturel au Cambodge.

Le projet, portant le nom de Dara Sakor, qui comprend une « piste d’atterrissage pouvant accueillir les

plus grands avions du monde » est accusé par le Trésor américain de pouvoir accueillir des ressources

militaires chinoises. Le secrétaire d’Etat Mike Pompeo a cité des « rapports crédibles » le prouvant. Il

a également déclaré que le projet pourrait « menacer la stabilité de la région indopacifique ».

Le Trésor accuse l’entreprise d’Etat de s’être faussement enregistrée en tant qu’entreprise Khmère

afin d’obtenir des terres pour le projet, d’avoir expulsé de force les populations locales et d’avoir

dévasté l'environnement. UDG est également accusé de travailler avec le général Khmer Kun Kim,

sanctionné l’année dernière par les Etats-Unis pour corruption, et d’avoir utilisé l’armée Khmer pour

avoir déplacé des habitants et brulé des villages.

Les sanctions prisent d’après le « Global Magnitsky Human Rights Accountability Act » comprennent

une saisie des avoirs de l’entreprise aux Etats-Unis ainsi qu’une interdiction aux personnes et entités

américaines d'avoir des relations commerciales avec UDG et ses filiales.

Le porte-parole du ministère chinois des Affaires Etrangères a fustigé « l’hypocrisie et les doubles

standards américains » en rappelant que ce projet n’a pas vocation à être transformé en base militaire

alors que « les Etats-Unis ont plus d’une centaine de bases dans plus de 150 pays ».

Le département d’Etat avait sanctionné le mois dernier China Communications Construction Company

(CCCC), une entreprise d’Etat très active dans les projets Belt and Road.

Si Trump est re élu, l'année 2021 risque d'être extrêmement mouvementée.

  
Répondre
Dubaisan
16/09/2020 08:35:26
1

L'OMC declare illegales les taxes douanieres punitives de l'Administration Trump envers la Chine.

.. Debut de l'article:

Genève (AFP) -- L'OMC a infligé mardi un sérieux camouflet à l'administration Trump, en dénonçant l'illégalité des taxes douanières punitives imposées à la Chine au début de la guerre commerciale entre les deux grandes puissances.
Ce cas, porté par Pékin devant l'Organisation mondiale du commerce en 2018, porte sur une première tranche de droits de douane imposés par les Etats-Unis sur quelque 250 milliards de dollars de biens chinois.
Réagissant au verdict de l'Organe de règlement des différends de l'OMC, l'administration Trump a jugé l'organisation "totalement inadéquate" pour mettre fin aux pratiques commerciales de la Chine jugées déloyales. Elles avaient amené Washington à imposer des taxes douanières additionnelles contre Pékin.
"Bien que le groupe spécial (d'experts de l'OMC) n'ait pas contesté les nombreux éléments de preuve présentés par les Etats-Unis concernant le vol de propriété intellectuelle par la Chine, sa décision montre que l'OMC n'offre aucun recours pour une telle faute", a déploré le représentant américain au Commerce Robert Lighthizer dans un communiqué.
Pékin a salué un jugement de l'OMC "juste et objectif".
"La Chine espère que les Etats-Unis respecteront pleinement la décision du groupe spécial de l'OMC et le système commercial multilatéral fondé sur des règles", a réagi dans un communiqué un porte-parole du ministère chinois du Commerce.

  
Répondre
Dubaisan
16/09/2020 08:27:57
0

L'OMC declare illegales les taxes douanieres punitives de l'Administration Trump envers la Chine.

Ces taxes douanières punitives ont marqué le début d'une guerre commerciale entre les deux géants économiques et constitué l'une des marques de fabrique de la présidence Trump, qui a accusé la Chine de pratiques commerciales malhonnêtes, de vol de propriété intellectuelle, et de vouloir utiliser la technologie pour étendre son emprise sur certaines régions du monde ou pour renforcer la répression en Chine notamment contre les musulmans ouïghours.
Washington et Pékin ont ensuite conclu un accord commercial, en grande partie au point mort.
- "Solution mutuellement satisfaisante" -
Dans sa décision rendue mardi 15 Septembre dans cette affaire, l'Organe de règlement des différends de l'OMC a conclu que "les mesures en cause sont incompatibles" avec divers articles du GATT (ancêtre de l'OMC), et "recommande que les Etats-Unis rendent leurs mesures conformes à leurs obligations".
Le rapport de 72 pages souligne notamment que "les Etats-Unis n'ont pas fourni d'éléments de preuve ou d'explications suffisants pour étayer leur affirmation selon laquelle les mesures étaient nécessaires pour protéger les +normes du bien et du mal+ qu'ils invoquaient et qui étaient considérées comme relevant de la moralité publique aux Etats-Unis".
Les deux parties peuvent faire appel de la décision de l'Organisation mondiale du commerce (OMC) mais l'organe d'appel de l'institution basé à Genève n'est plus opérationnel depuis le 11 décembre, faute de magistrats en nombre suffisant.
Washington, s'estimant "inéquitablement" traité par le gendarme du commerce mondial et qui a menacé de quitter l'organisation dont il réclame la refonte, paralyse en effet depuis décembre le tribunal d'appel en bloquant la nomination de juges.
Dans l'attente, la Chine et plusieurs autres pays, parmi lesquels ceux de l'Union européenne, ont mis en place une cour d'appel temporaire pour régler leurs litiges commerciaux, mais les Etats-Unis refusent d'y participer, estimant qu'il faut remettre l'organe d'appel en état de marche.
Dans son rapport, le panel d'experts de l'OMC s'est dit "tout à fait conscient du contexte plus large dans lequel le système de l'OMC fonctionne actuellement, contexte qui reflète une série de tensions commerciales mondiales sans précédent".
Et il encourage les Etats-Unis et la Chine "à poursuivre leurs efforts en vue d'arriver à une solution mutuellement satisfaisante".
Le groupe d'experts note également qu'il ne s'est pas prononcé sur les contre-mesures prises par Pékin en réponse aux taxes douanières punitives américaines, car "les pouvoirs publics des Etats-Unis n'ont pas engagé d'action" auprès de l'OMC à ce sujet.

Agefi-Dow Jones The financial newswire

  
Répondre
Dubaisan
02/08/2020 17:42:18
0

Hong Kong:

Selon un sondage réalisé le 13 juillet par la Chambre de commerce américaine sur la loi sur la sécurité nationale à Hong Kong, environ 51% des 183 entreprises ayant répondu déclarent que cela n'affecterait pas leurs opérations, tandis que 48% pensent qu'elles seront négativement impactées.

42% des entreprises sondées se disent pessimistes quant aux perspectives commerciales à Hong Kong.

64,5% d’entre elles indiquent que leurs entreprises n’ont pas l'intention de quitter Hong Kong, en raison des opportunités liées au développement de la Greater Bay Area.

35,5% des entreprises ont cependant déclaré qu'elles pourraient envisager de déplacer leurs activités hors de Hong Kong.

Les entreprises ayant répondu au sondage représentent 15% des membres de la chambre, et la moitié ont leur siège social aux États-Unis.

  
Répondre
Dubaisan
02/08/2020 17:39:21
0

La CGT locale approuve… C'est toute la différence avec la nôtre.

Il faut comprendre que ces spécialistes qui vont travailler sur ce sujet acceptent d'emblée, cette "contrainte" pour les français, qui pour eux comme pour leur famille est un challenge sans prix.

Pour eux, il s'agit avant tout de défendre un fleuron technologique chinois et de rendre la Chine totalement indépendante dans ce domaine. Ils le feront comme leur leurs aînés l'ont fait pour la "bombe atomique chinoise", les trains, les avions, l'espace, les super-ordinateurs etc....Je sais, pour avoir connu certains de ces aînés, qu'ils donneront tout ce qu'ils ont dans les tripes pour y arriver, ils soulèveront des montagnes s'il le faut , mais ils y arriveront.

Bien sûr, ils seront aussi fortement récompensés pour leur implication, l'Etat chinois est très généreux pour ça.

  
Répondre
Invectus
02/08/2020 17:12:56
0

@Dubaisan: "les employés « travaillent 18 à 19 heures par jour »"

El la CGT Chinoise laisse faire?

  
Répondre
Dubaisan
02/08/2020 17:10:40
0

Huawei:

D’après les informations recueillies par le média spécialisé Kejiquan, Huawei a publié la semaine dernière des offres d’emploi visant à recruter des talents spécialisés dans le développement de machines de lithographies, une technologie dont la maîtrise est nécessaire pour la gravure de semiconducteurs avancés.

Suite au durcissement des sanctions américaines, TSMC, le leader mondial taiwanais des fonderies de semi-conducteurs, a confirmé le 16 juillet l’arrêt de ses livraisons à Huawei, obligeant le groupe de Shenzhen à trouver des alternatives en Chine. Néanmoins, les entreprises chinoises éprouvent des difficultés à s’approvisionner en machines de lithographie, celles-ci contenant pour la plupart une forte dose de propriété intellectuelle américaine.

Selon cette source, Huawei aurait donc choisi d’internaliser la production de telles machines en mettant en place un département dédié où les employés « travaillent 18 à 19 heures par jour », avec pour objectif de pouvoir produire des machines capables de graver en 5nm en moins de deux ans. Un tel niveau de précision est le plus avancé actuellement : cette technologie n’est pour l’heure maitrisée que par TSMC, qui annonce même être en mesure de produire en 3 nm dès 2022.

Face aux sanctions américaines, la Chine cherche à s’affranchir de sa dépendance aux technologies étrangères en soutenant massivement la montée en gamme de son industrie des semi-conducteurs. Cette semaine, un parc industriel dédié au secteur a par exemple été inauguré à Changsha (Hunan), avec un investissement initial de 16 Mds CNY (2 Mds EUR).

Selon SEMI, le marché mondial des équipements de gravure de semi-conducteurs devrait atteindre 63 Mds USD (+6%) en 2020 (55 Mds EUR), voire 70 Mds USD (60 Mds EUR) en 2021.



  
Répondre
Dubaisan
16/05/2020 09:36:47
0

Le fabricant shanghaien de puces électroniques, Semiconductor Manufacturing International Corp, a réussi à produire en série un processeur pour smartphone pour Huawei Technologies Co, marquant ainsi une percée dans la volonté du continent de stimuler son industrie de fabrication de puces.

La puce de Huawei, la Kirin 710A, a été produite selon le procédé de fabrication avancé de 14 nanomètres par SMIC, marquant la première fois qu'une entreprise chinoise de semi-conducteurs commercialise cette technologie pour produire en masse des processeurs pour smartphones. Ce procédé permet de produire des puces plus efficaces.

Cette initiative confirme également que Huawei transfère une partie de la production de ses puces conçues par ses soins vers SMIC, au détriment de Taiwan Semiconductor Manufacturing Co, en raison des inquiétudes suscitées par le renforcement des restrictions imposées par le gouvernement américain.

Xiang Ligang, directeur général de l'Information Consumption Alliance, une association de l'industrie des télécommunications, a déclaré que désormais, conception, fabrication, tests et conditionnement de la puce Kirin 710A sont tous effectués par des entreprises chinoises, ce qui constitue une percée pour l'industrie.

SMIC a déclaré précédemment qu'elle augmenterait sa capacité de production dans la fabrication de 14 nm pour atteindre 15 000 plaquettes par mois d'ici la fin de 2020.

Selon Hua Chuang Securities, la société a indiqué dans son rapport financier du premier trimestre, mercredi, que son chiffre d'affaires pour les trois mois s'élevait à 905 millions de dollars, soit une hausse de 35 % par rapport à l'année précédente et un record.

Huawei renforce également ses propres capacités de recherche et développement en matière de puces. HiSilicon, la branche semi-conducteurs de Huawei, est devenue la première entreprise chinoise continentale à entrer dans le Top 10 mondial des puces, prenant la 10ème place au premier trimestre 2020, selon la société d'études de marché IC Insights.

Ces progrès ont été réalisés alors que Washington durcit les contrôles à l'exportation des technologies des semi-conducteurs vers la Chine. Selon une nouvelle règle publiée par le ministère américain du commerce fin avril, les entreprises américaines devront obtenir des licences pour vendre certains articles, dont les semi-conducteurs, à des entreprises chinoises dont Washington pense qu'elles ont des liens avec l'armée, même si les produits sont destinés à un usage civil. Cette règle entrera en vigueur le 29 juin.

Les fabricants américains d'équipements pour semi-conducteurs Lam Research and Applied Materials ont envoyé des lettres à leurs clients chinois, leur demandant de ne pas utiliser leurs produits pour fabriquer des puces destinées à l'armée ou à des initiatives militaro-civiles, ont rapporté les médias chinois mardi soir.

Lam Research a déclaré dans une récente déposition : "Nos ventes internationales pourraient être affectées de manière significative et négative par les exigences de licence d'exportation et d'autres changements réglementaires. La Chine a représenté 29 % de notre chiffre d'affaires global pour les neuf mois qui se sont terminés le 29 mars".

"Il n'y a aucune garantie que nous recevrons les licences que nous pourrions demander en temps voulu ou pas du tout, ce qui pourrait limiter notre capacité à opérer et avoir un impact négatif sur nos revenus en Chine", a ajouté Lam Research.


  
Répondre
Dubaisan
15/05/2020 17:04:14
0

"L'administration Trump excessivement critique à l'égard de la Chine commence à créer une situation extrêmement dangereuse et pourrait conduire à une prophétie auto-réalisatrice d'une confrontation très profonde entre les États-Unis et la Chine" a averti l'ancien ambassadeur américain en Chine.

Max Baucus, ancien ambassadeur des États-Unis en Chine, a déclaré au GT, dans une interview exclusive, que la situation aux États-Unis lui rappelait un peu l'Allemagne des années 1930 et l'époque McCarthy aux États-Unis où il y avait des appâts rouges et beaucoup de gens qui attaquaient les autres parce qu'ils étaient proches du parti communiste.

"En cette période de rhétorique excessive contre la Chine, si des personnes réfléchies ont trop peur de parler aux États-Unis, comme ce qui s'est passé en Allemagne dans les années 1930, la situation pourrait devenir encore plus dangereuse" a déclaré M. Baucus.

À l'approche de la prochaine élection présidentielle, républicains et démocrates critiquent la Chine et surtout se critiquent mutuellement d'être indulgents envers la Chine...

  
Répondre
Dubaisan
15/05/2020 16:44:29
0

La guerre commerciale sino-US reprend de plus belle: Vous avez aimé 2019, vous allez adorer 2020 !!!

Mercredi, Trump a prolongé d'un an un décret signé en mai 2019 déclarant une urgence nationale et interdisant aux entreprises américaines d'utiliser des équipements de télécommunications fabriqués par des entreprises présentant un risque pour la sécurité nationale, a rapporté Reuters.

Le décret est considéré comme visant directement les entreprises chinoises Huawei et ZTE Corp.

Vendredi, l'administration Trump a décidé de bloquer les livraisons de semi-conducteurs des fabricants de puces électroniques du monde entier à Huawei, dont la société TSMC* basée à Taiwan.Le ministère américain du commerce a déclaré qu'il modifiait une règle d'exportation et la liste des entités afin de "cibler stratégiquement l'acquisition par Huawei de semi-conducteurs qui sont le produit direct de certains logiciels et technologies américains", selon une déclaration sur son site web. Une éventuelle interdiction des ventes de puces à la Chine pourrait coûter aux fabricants américains de puces environ 36 milliards de dollars de revenus.

"La Chine prendra des contre-mesures énergiques pour protéger ses propres droits légitimes", si les États-Unis vont de l'avant avec le plan de modification de leurs règles et interdisent aux fournisseurs essentiels de puces. Ces mesures comprennent l'ajout de sociétés américaines liées à la Chine à la liste des "entités peu fiables", l'imposition de restrictions ou le lancement d'enquêtes sur des sociétés américaines comme Qualcomm, Cisco et Apple conformément aux lois chinoises comme les mesures de réexamen de la cybersécurité, la loi anti-monopole, et la suspension des achats d'avions Boeing." selon la source.

Les sociétés américaines mentionnées, telles qu'Apple, Qualcomm, Cisco et Boeing, sont toutes très dépendantes du marché chinois et des mesures punitives les visant sont une "bombe atomique", selon les analystes.

*Taiwan Semiconductor Manufacturing Co, ou TSMC - le troisième plus grand fabricant de puces au monde - a annoncé vendredi qu'il prévoit de construire une usine de semi-conducteurs de 12 milliards de dollars en Arizona, dont la construction devrait commencer l'année prochaine, a rapporté CNN.

Les derniers contrôles américains à l'exportation obligeraient les entreprises étrangères comme TSMC qui utilisent des équipements de puces américains à demander une licence avant d'expédier des composants à Huawei.



  
Répondre
Dubaisan
01/03/2020 08:20:06
1

Pravda .. c'est le pays à côté… avec lequel la Chine a d'excellentes relations. D'ailleurs ça emmerde bien vos copains d'outre-Atlantique.

Les ouighours dangereux sont là ou ils doivent être: en prison.

Les autres n'ont aucun problèmes, y compris sur les réseaux sociaux qui sont libres et contrôlés, parce qu'ici Liberté veut dire aussi Responsabilité.

Mais bon, au lieu de vous abreuver auprès de vos merdias qui alimentent vos deux neurones en fakes qui font bander les eunuques, venez donc, si vous en avez le courage en Chine et au Xinjiang.

Mon "...idéologie narcissique vous fait très peur".

Ben, il ne vous faut pas grand chose. C'est même plutôt inquiétant. Vous avez quel âge: 12 ans?

Quant à vous soulager, j'espère qu' il y a des toilettes chez vous. C'est très pratique.

  
Répondre
Dubaisan
01/03/2020 04:48:57
1

Faites comme vous voulez, ça ne me dérange pas du tout.

" réduire au silence des lanceurs d'alerte…." arrêtez de juger ce que vous êtes comme 95% des français, incapables de comprendre. Qu'il y ait eu des dysfonctionnement au niveau des responsables de la province du Hubei , c'est clair et c'est réglé. En France , vous aimez "les responsables qui ne sont pas coupables". Et vous en redemandez même car votre nouveau ministre de la Santé (et je ne parle pas de la Buse hein!) est pas mal dans le genre. Vous êtes des vrais masos…, mais bon ça vous regarde.

Depuis que l'Etat chinois a repris les manettes le 22 Janvier dernier, le cours des choses a considérablement changé et c'est ce que souhaitait le peuple chinois qui s'était exprimé par les réseaux sociaux.

Savez-vous d'ailleurs combien coûte un test de dépistage du coronavirus aux USA? Grâce aux réseaux sociaux et à des connaissances chinoises installées aux USA, je l'ai appris ce matin: 3500 USD le test<font face="roboto-regular,Arial"> </font>(gratuit en Chine...je vous informe, même si vous ne le croyez pas).

Agissant comme coordonnateur entre "Mes autorités locales" et les "étrangers" dont les entreprises de ma région, j'ai la chance, ne vous en déplaise de parfaitement connaître les chiffres de ma localité et de ma région. Mais c'est vrai, vous êtes très bien informé sur la Chine en France, enfin mieux que moi sur place qui suis enfermé dans des "ténèbres idéologiques"....

" … mais ce sera sans nous". Merci, vous me soulagez, vous m'avez fait très peur….

  
Répondre
Dubaisan
01/03/2020 03:36:23
1

Si vous croyez les dires de BBC.Com & Co, libre à vous.

D'une manière générale, les merdias occidentaux ont toujours un décalage de 3 semaines au minimum sur les réalités du pays...

J'ai donné des chiffres sur une autre file et concernant ceux de ma région et de ma ville, j'ai la chance de bien les connaître étant en lien avec mes autorités locales...

Alors, croyez ce que vous voulez!

  
Répondre
papygaga
01/03/2020 02:22:37
1

En somme, il s'agirait d'une caricature , grandeur nature, de Docteur Folamour...

  
Répondre
Dubaisan
01/03/2020 00:51:11
1

Mon cher Deckard6,

Ce ne sont pas vos merdias de France qui vont vous donner ces infos, et j’en ai encore une valise pleine...Par contre, les droits de l’homme, la dictature chinoise, l'inhumanité de ce régime, la Chine “l’homme malade de l’Asie” ...ça, ça se répand plus vite que le virus.

Allez, j’arrête là, Certain vont crier au complot....

Message complété le 01/03/2020 00:59:09 par son auteur.

Je rajouterai en ce qui concerne Pompéo qu’il transformerait bien la Chine en Pompéi si il pouvait le faire; Avec une petite moustache sous le nez, et la ressemblance avec tonton Adolf est frappante.

  
Répondre
deckard6
29/02/2020 16:56:33
1

Ben la tu m'en bouche un coin Dubaisan.

Qui pouvait soupçonner un tel esprit belliqueux outre atlantique à l'égard de la Chine. Et une rencontre Jimmy Lai, Pence, Pompeo... les bras m'en tombent !!!

Par ailleurs quelle lucidité de la part du sieur Zhong Nanshan.


  
Répondre
Dubaisan
29/02/2020 14:47:36
2

Jeudi 20 Février:

Chad Sbragia, sous-secrétaire adjoint à la défense pour la Chine et ancien attaché de défense américain à Pékin devant la Commission d'examen de l'économie et de la sécurité américano-chinoise.

"Les Etats-Unis doivent se préparer à un éventuel conflit militaire avec la Chine en développant de nouvelles armes, construire et déployer une force commune plus meurtrière et plus résistante comprenant davantage d'armes hypersoniques, d'intelligence artificielle, de robots et d'armes laser, en renforçant les liens avec les alliés et en améliorant l'efficacité du Pentagone".

"L'Armée populaire de libération est un adversaire de plus en plus redoutable qui allie une ambition de longue date à de nouvelles ressources sans précédent. Cela permet à la Chine et à l'APL d'étendre la présence mondiale de l'armée, de moderniser ses capacités et de défier plus efficacement les intérêts nationaux des États-Unis".

"Le défi posé par l'armée chinoise exige une réponse de type guerre froide. La Chine constitue une menace croissante et une guerre est de plus en plus probable. Les enjeux du défi du conflit avec la Chine, en d'autres termes, sont formidables. C'est un processus à long terme. Nous devons être agiles, intelligents".

11h30 27 février

Zhong Nanshan, spécialiste chinois des maladies respiratoires :

"L'épidémie de COVID-19 est apparue pour la première fois en Chine, ce qui ne signifie pas nécessairement que le virus est originaire de ce pays."


Vendredi 28 Février

Jimmy Lai Chee-ying, propriétaire du tabloïd anti-gouvernemental Apple Daily, a été arrêté vendredi matin vers 7h30 après que plusieurs officiers de l'unité criminelle se soient présentés à sa résidence de Ho Man Tin,

Jimmy Lai Chee-ying, un "média politique" connu et expérimenté, est un fantôme unique dans l'écosystème politique diversifié de Hong Kong. Son NEXT Digital, et plus particulièrement son Apple Daily, se caractérise par des calomnies et des attaques contre la gouvernance du gouvernement de la Région administrative spéciale (RAS) de Hong Kong et le système politique chinois dans son ensemble. Jimmy Lai a joué des rôles complexes et multiples en tant que "collecteur de fonds", "propagandiste" et "maître des coulisses" pendant les mouvements sociaux radicaux de Hong Kong de 2019.

Pour info, Jimmy Lai avait rencontré Mike Pence, Mike Pompeo ainsi que John Bolton à Washington entre le 8 et le 11 juillet 2019...


  
Répondre
Dubaisan
29/02/2020 14:47:35
0

Jeudi 20 Février:

Chad Sbragia, sous-secrétaire adjoint à la défense pour la Chine et ancien attaché de défense américain à Pékin devant la Commission d'examen de l'économie et de la sécurité américano-chinoise.

"Les Etats-Unis doivent se préparer à un éventuel conflit militaire avec la Chine en développant de nouvelles armes, construire et déployer une force commune plus meurtrière et plus résistante comprenant davantage d'armes hypersoniques, d'intelligence artificielle, de robots et d'armes laser, en renforçant les liens avec les alliés et en améliorant l'efficacité du Pentagone".

"L'Armée populaire de libération est un adversaire de plus en plus redoutable qui allie une ambition de longue date à de nouvelles ressources sans précédent. Cela permet à la Chine et à l'APL d'étendre la présence mondiale de l'armée, de moderniser ses capacités et de défier plus efficacement les intérêts nationaux des États-Unis".

"Le défi posé par l'armée chinoise exige une réponse de type guerre froide. La Chine constitue une menace croissante et une guerre est de plus en plus probable. Les enjeux du défi du conflit avec la Chine, en d'autres termes, sont formidables. C'est un processus à long terme. Nous devons être agiles, intelligents".

11h30 27 février

Zhong Nanshan, spécialiste chinois des maladies respiratoires :

"L'épidémie de COVID-19 est apparue pour la première fois en Chine, ce qui ne signifie pas nécessairement que le virus est originaire de ce pays."


Vendredi 28 Février

Jimmy Lai Chee-ying, propriétaire du tabloïd anti-gouvernemental Apple Daily, a été arrêté vendredi matin vers 7h30 après que plusieurs officiers de l'unité criminelle se soient présentés à sa résidence de Ho Man Tin,

Jimmy Lai Chee-ying, un "média politique" connu et expérimenté, est un fantôme unique dans l'écosystème politique diversifié de Hong Kong. Son NEXT Digital, et plus particulièrement son Apple Daily, se caractérise par des calomnies et des attaques contre la gouvernance du gouvernement de la Région administrative spéciale (RAS) de Hong Kong et le système politique chinois dans son ensemble. Jimmy Lai a joué des rôles complexes et multiples en tant que "collecteur de fonds", "propagandiste" et "maître des coulisses" pendant les mouvements sociaux radicaux de Hong Kong de 2019.

Pour info, Jimmy Lai avait rencontré Mike Pence, Mike Pompeo ainsi que John Bolton à Washington entre le 8 et le 11 juillet 2019...


  
Répondre
Dubaisan
14/12/2019 17:10:06
1

Que peut-on dire dans l'immédiat de cet accord:

1) sur le plan de l'accord lui-même, comme tous les commentateurs le soulignent c'est un accord d'une portée très réduite et je rajouterais sans calendrier...

2) La baisse des droits de douanes est intéressante pour le re-décollage à l'export de produits chinois vers les US; la Chine pourra "geler" les nouvelles mesures prévues de soutien à l'économie et accélérer sa transition vers une économie basée sur la consommation interne.

3) L'import de 50 milliards de produits agricoles US seront liés à la baisse des droits de douanes US. La Chine a obtenu ce qu'elle voulait; les américains baisseront à mon sens assez rapidement ceux-ci afin de soulager le secteur agricole américain, durement touché cette année. Ces 50 milliards d'import en Chine de produits agricoles US vont permettre:

- Une meilleure compétitivité des USA par rapport au reste du monde

- compétitivité qui devrait entrainer une baisse des cours mondiaux

- et seront autant de marchés perdus par…. l'Europe et la France en particulier qui reste le 1er producteur et exportateur européen de produits agricoles vers le monde.

4) Pour les droits de propriété intellectuelle, les transferts de technologie, les produits alimentaires et agricoles, les services financiers, les taux de change:

La législation chinoise est pratiquement au même niveau qu'au niveau européen. Par contre au niveau judiciaire, les tribunaux chinois ont tendance à privilégier les entreprises chinoises… La jurisprudence doit évoluer vers plus d'équité… Ce point n'est pas gagné...

Les transferts de technologies: Ils sont aussi étroitement encadrés. Je n'ai jamais compris le terme "forcés" employés par les américains. Personnellement, je n'ai jamais été forcé de dévoiler ma technologie. Il y a dans la procédure de création d'une entreprise en Chine une étape qui consiste à décrire l'ensemble du process industriel que l'on veut développer en Chine, des risques industriels et financiers. C'est un document technique, certes, mais qui n'oblige pas à révéler les secrets de fabrication.

Par contre pour l'importation de certains produits, là la Chine (via les douanes mais pas que) exige souvent la totalité des composants du produit et leur "poids" ou masse respectives dans le produit. C'est vrai pour les médicaments, les produits cosmétiques, certains produits alimentaires, sidérurgiques, chimiques….etc...

Il y aura peut-être des améliorations à attendre de ce côté, mais la Chine reste très sourcilleuse de tous les produits pouvant affecter sa population.

Pour les services financiers, de nombreuses réformes sont en cours qui devraient plaire aux américains. Pour le taux de change, il n'y aura pas d'évolutions significatives. Sa méthode de fixation n'évoluera que très peu par rapport à l'existant.

5) Enfin dernier point, il faut rester très vigilant, cet accord n'est pas encore signé ni par Trump, ni par Xi Jing Ping.

  
Répondre

Forum de discussion Detente

202009280554 706854
Ma liste