OK
Accueil > Communauté > Forum Général

MARCHÉS - Page 5



Ribo Ribo
28/01/2022 07:39:49
0

FRANCE

La croissance à 0,7% au quatrième trimestre et 7,0% en 2021
La consommation des ménages ralentit à 0,2% en décembre
L'économie a crû de 7% en 2021, après une chute de 8% en 2020

  
Répondre
Ribo Ribo
28/01/2022 06:22:11
0

marchés ASIE 6h20

  
Répondre
Ribo Ribo
28/01/2022 06:16:27
0

28/01/2022 | 05:29 ►Les actions indiennes progressent grâce à l'énergie et au secteur bancaire

Les actions indiennes ont augmenté vendredi, soutenues par les valeurs énergétiques et bancaires dans un contexte de bénéfices importants, tandis qu'un léger rebond des marchés mondiaux a également contribué au sentiment des investisseurs.

Les actions asiatiques ont récupéré une partie de leurs pertes importantes de la session précédente après que les marchés américains aient limité la poursuite de leur baisse suite aux commentaires belliqueux de la Fed, soutenus par une économie ferme et de bons résultats chez Apple Inc.

[...]

  
Répondre
Ribo Ribo
28/01/2022 04:13:43
0

WTI Cours Temps Différé - 28/01 03:57:05 ►87.168USD ► -0.20% / BRENT ►89.78€ ► -0.29%

EUR / USD Cours Temps Différé - 28/01 03:59:38 ► 1.11516USD ► +0.07%


New York, (awp/afp) - 27/01/2022 | 23:22

►Les marchés boursiers mitigés entre vigueur économique et durcissement monétaire

Les marchés européens et américains ont, une nouvelle fois, terminé jeudi sur des notes différentes, tiraillés entre le durcissement à venir de la politique monétaire américaine et la santé de l'économie aux États-Unis.

L'Europe, après un net recul à l'ouverture, a clôturé dans le vert: Londres a gagné 1,13%, Paris 0,60%, Francfort 0,42% et Milan 0,99%. A Zurich, le SMI a gagné 0,65%.

A Wall Street, le Dow Jones a abandonné 0,02%, l'indice Nasdaq, au fort parfum technologique, a lâché 1,40%, et l'indice élargi S&P 500, 0,54%.

En repli de 9,2% depuis fin décembre, le S&P 500 menace d'enregistrer le pire mois de janvier de son histoire, le record actuel (-8,6%) datant de 2009.

La Bourse de New York avait ouvert dans le vert après la publication d'un Produit intérieur brut (PIB) américain ayant affiché en 2021 la plus forte hausse (+5,7%) depuis 1984. Sur le seul quatrième trimestre, il a progressé de 6,9%, bien plus qu'attendu (5,6%).

Pour Alexandre Baradez, analyste à IG France, ces chiffres sont cependant "passés et déjà intégrés dans les prix" des actions.

Mais les investisseurs ont été rattrapés par le spectre de la Banque centrale américaine, dont la trajectoire fait débat et alimente les fantasmes.

Mercredi, le président de la Fed Jerome Powell a confirmé que l'institution prévoyait un relèvement des taux directeurs en mars sans précision sur l'ampleur de la hausse envisagée.

Le ton "a été plus ferme que ce qu'attendaient certains", a expliqué Tom Cahill, de Ventura Wealth Management.

"Donc le marché se fait à l'idée que la Réserve fédérale ne va pas être aussi prompte à soutenir le marché qu'elle l'a été par le passé", a-t-il ajouté, la priorité étant clairement à la jugulation de l'inflation.

►Tesla encore perturbé, la Tech contrastée ◄

Tesla a prévenu que des perturbations sur les chaînes d'approvisionnement pourraient persister tout au long de l'année. Le groupe d'Elon Musk a néanmoins dégagé un profit record de 5,5 milliards de dollars en 2021. L'action a reculait de 11,55%.

A Francfort, le géant allemand des logiciels SAP a plongé de 6,72%, après avoir annoncé ses résultats et le rachat de la fintech américaine Taulia.

Du côté des semi-conducteurs, Intel (-7,04%) a réalisé les meilleurs chiffres d'affaires trimestriel et annuel de son histoire l'an passé mais ses prévisions ont déçu. STMicroelectronics a mieux résisté (+2,02%), profitant de résultats meilleurs qu'attendu.

Netflix a bondi de 7,51% après l'acquisition de 1% des actions en circulation du groupe par la société d'investissement Pershing Square.

►Pétrole et dollar se renforcent encore ◄


Les cours du pétrole sont redescendus de leurs sommets jeudi, affectés comme le reste des matières premières par la montée du dollar.
Le prix du baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en mars a terminé en baisse de 0,68% à 89,34 dollars.
A New York, le baril de West Texas Intermediate (WTI) pour livraison le même mois a perdu 0,84% à 86,61 dollars.
L'euro fléchissait encore, valant 1,1144 dollar (-0,85%) vers 21H55 GMT, proche de son plus bas depuis début juin 2020.
Le bitcoin perdait 0,88% à 36.181 dollars.

  
Répondre
Ribo Ribo
28/01/2022 04:04:44
0

New York, (awp/afp) - 27/01/2022 | 21:36 ►Le dollar au plus haut depuis 20 mois face à l'euro

Le dollar américain a enregistré jeudi un sommet depuis 20 mois face à l'euro, propulsé par les annonces de la Banque centrale américaine (Fed), prête à relever ses taux dès mars, tandis la Banque centrale européenne ne donne aucun signal d'inflexion.

Vers 20H10 GMT, le dollar s'affichait à 0,8971 euro, ou 1,1147 dollar pour un euro, en hausse de 0,84%. Plus tôt, il était monté jusqu'à 0,8983 euro, ou 1,1132 dollar pour un euro.

Mercredi, le président de la Réserve fédérale, Jerome Powell, a ouvert la porte à une première hausse de taux dès mars, à l'issue de la prochaine réunion du comité de politique monétaire de la Banque centrale américaine.

Mais ce n'est pas tant l'annonce de ce relèvement probable qui a fait décoller le billet vert, que les propos de Jerome Powell sur la suite de la séquence, selon les analystes.

"Le marché a interprété le fait que la Fed garde toutes les options sur la table comme plus ferme" (hawkish) que le ton adopté jusqu'ici par l'institution, a réagi Marc Chandler, chef de la stratégie marchés pour le courtier Bannockburn Global Forex.

D'après le modèle de la Bourse américaine CME, plus de 60% des opérateurs tablent désormais sur un minimum de 5 hausses de taux en 2022, alors qu'ils n'étaient que 12% il y a un mois.

"Les marchés ont ajouté une hausse cette année" dans leur scénario central, pour arriver à cinq, résume Juan Manuel Herrera, spécialiste des devises chez Scotiabank. "Et il y a encore la place pour en ajouter une, voire deux, ce qui serait plus conforme à ce que la Fed doit faire pour contrer une inflation élevée."

Cet accès de fièvre contraste avec la situation en zone euro, ce qui explique la poussée du dollar face à la monnaie unique.

Mercredi prochain, la veille de la réunion du conseil des gouverneurs de la Banque centrale européenne (BCE), sera publié l'indice des prix à la consommation CPI en zone euro pour janvier.

Pour Marc Chandler, "il sera probablement moins élevé" qu'en décembre, "ce qui calmera sans doute" les membres du conseil partisans d'une politique monétaire plus ferme.

Dès lors, "la BCE ne pourra rien faire", annonce l'analyste.

Ce prolongement du statu quo monétaire sera l'occasion pour les cambistes de réviser leurs anticipations, le marché tablant pour l'instant sur deux hausses de taux par la BCE dès 2022.

Les économistes, eux, estiment que la Banque centrale européenne ne modifiera pas ses taux avant fin 2023, rappelle Juan Manuel Herrera.

"Donc, pour nous, l'euro va descendre à 1,10" dollar, "puis en-dessous, probablement vers 1,08 d'ici la fin de l'année", prévient l'analyste.

  
Répondre
Ribo Ribo
27/01/2022 16:20:57
0

Londres, (a w p/a f p) - 27/01/2022 | 16:16 ►L'euro au plus bas en un an et demi face au dollar après la Fed

L'euro trébuchait jeudi à des niveaux pas vus depuis plus d'un an et demi face à un dollar américain galvanisé par le message de la Réserve fédérale (Fed) la veille, qui a signalé un resserrement de sa politique monétaire.

Vers 15H00 GMT (16H00 HEC), l'euro cédait 0,71% à 1,1160 dollar. La monnaie unique européenne a reculé jusqu'à un niveau plus atteint depuis mai 2020 à 1,1135 dollar et perd près de 2% de sa valeur depuis le début de l'année.

Le comité de politique monétaire de la Fed "est d'avis d'augmenter les taux des fonds fédéraux lors de la réunion de mars, en supposant que les conditions soient appropriées pour le faire", a déclaré le président de l'institution, Jerome Powell, lors d'une conférence de presse.

Il n'a par ailleurs pas exclu que cette première hausse soit suivie d'autres montées successives au fil des réunions de la Fed.

"Bien que (une hausse à chaque réunion) soit peu probable, l'affirmation que chaque réunion à partir de maintenant est +active+ (avec un possible resserrement de la politique monétaire, ndlr) est un message clair d'action contre l'inflation", commente Matthew Ryan, analyste chez Ebury.

Ce ton déterminé de la Fed profite au dollar, alors que l'euro pâtit de la prudence de la Banque centrale européenne (BCE), qui se réunira pour la première fois de l'année la semaine prochaine.

"Avec des conditions financières détériorées et de nombreuses incertitudes qui pèsent" sur la reprise économique, "nous pensons qu'un message plus agressif que prévu de la BCE le 3 février est peu probable", estime Spyros Andrepoulos, analyste chez BNP Paribas.

Dernier indice en date sur la politique monétaire à venir en zone euro : le conseil des gouverneurs de la BCE a estimé en décembre qu'un "scénario d'inflation +plus élevée pendant plus longtemps+ ne pouvait être exclu", selon le compte-rendu de leur réunion.

Mais des "inquiétudes" se sont exprimées quant à "toute réduction prématurée" des soutiens monétaires, souligne la même source.

George Saravelos, analyste chez Deutsche Bank, estime que la pression inflationniste se traduit désormais par une hausse des salaires aux États-Unis, une tendance bien moins marquée en zone euro.

"La pression et l'urgence d'agir en Europe est très différente" de celle qui pèse sur la Fed, juge-t-il.

Enfin, les tensions en Ukraine entre l'Occident et la Russie profite au dollar, valeur refuge, et menace l'économie de la zone euro.

  
Répondre
Ribo Ribo
27/01/2022 13:50:21
0

Ne cherchez plus où sont passés vos sous !


27/01/2022 | 13:19►Blackstone annonce un bénéfice record pour le quatrième trimestre

Blackstone Inc. a déclaré jeudi que ses bénéfices distribuables du quatrième trimestre avaient augmenté de 55 % pour atteindre un niveau record, le plus grand gestionnaire mondial d'actifs alternatifs ayant profité de la hausse des marchés pour vendre des actifs au prix fort.

Les opérations de capital-investissement ont permis aux fusions et acquisitions mondiales d'atteindre un niveau record en 2021, grâce à l'abondance de capitaux bon marché et à l'envolée des valorisations des entreprises.

Blackstone a déclaré que son bénéfice distribuable, qui représente les liquidités utilisées pour verser des dividendes aux actionnaires, a bondi à un niveau record de 2,3 milliards de dollars, contre 1,7 milliard un an plus tôt. Il en résulte un bénéfice distribuable par action de 1,71 $, qui a dépassé l'estimation moyenne des analystes de Wall Bourse de 1,37 $, selon le fournisseur de données financières Refinitiv.

  
Répondre
Ribo Ribo
27/01/2022 05:28:39
0

Séoul (Re ut ers) - 27/01/2022 | 04:28 ►La Corée du Nord a procédé à des tirs de missiles

La Corée du Nord, qui multiplie les séries de tests de missiles balistiques depuis le début de l'année, a tiré ce qui semble être deux missiles balistiques au large de sa côte Est, a déclaré jeudi l'état-major de l'armée sud-coréenne.

L'état-major interarmées sud-coréen (JCS) a indiqué avoir détecté les tirs vers 08h00 du matin heure locale (23h00 GMT).

Les missiles semblent avoir atterri en dehors de la zone économique exclusive du Japon, a déclaré le ministre japonais de la Défense, Nobuo Kishi.

Le Premier ministre japonais, Fumio Kishida, a précisé que son gouvernement rassemblait encore des informations sur les tirs, mais que tout test de missile balistique était "extrêmement regrettable" et violait les résolutions du Conseil de sécurité des Nations unies.

La Corée du Nord a procédé depuis le début du mois à six tests de missiles, alors que le numéro un nord-coréen Kim Jong-un a appelé lors de ses vœux du Nouvel An à un renforcement des capacités militaires du pays, citant le contexte sécuritaire sur fond d'impasse dans les discussions avec les États-Unis sur la dénucléarisation de la péninsule de Corée.

Ces tests ont été condamnés par de nombreux gouvernements, dont les États-Unis et le Japon. Une série de résolutions du Conseil de sécurité des Nations unies, assorties de sanctions à l'encontre de Pyongyang, interdisent tout test de missile balistique et nucléaire nord-coréen.

  
Répondre
Ribo Ribo
27/01/2022 05:24:57
0

ASIE 5h25

  
Répondre
Ribo Ribo
27/01/2022 01:17:36
0

Washington, (a w p/a f p) - 26/01/2022 | 21:25►Les problèmes logistiques ne seront pas résolus d'ici à la fin de l'année (Fed)

Les problèmes logistiques ne seront pas résolus d'ici à la fin de l'année, a estimé mercredi le président de la banque centrale américaine (Fed), Jerome Powell, qui pense cependant que la situation s'améliorera au second semestre.

"Je ne dirais pas que je m'attends à ce que les problèmes des chaînes d'approvisionnement soient complètement résolus d'ici à la fin de cette année, je ne m'y attends pas", mais "je m'attends à ce que des progrès soient réalisés au cours du second semestre de cette année", a-t-il indiqué lors d'une conférence de presse.

  
Répondre
Ribo Ribo
27/01/2022 01:15:20
0

New York, (aw p/af p) - 26/01/2022 | 23:30 ►Les marchés européens relancés avant la Fed, Wall Street mitigée

Les marchés, qui connaissent de fortes variations cette semaine, ont profité de rachats à bons comptes mercredi en Europe, tandis que Wall Street a conclu en ordre dispersé après les annonces de la Réserve fédérale américaine (Fed).

Le dollar a grimpé au plus haut en deux mois face à l'euro et le baril de Brent a dépassé les 90 dollars pour la première fois depuis 2014.

Wall Street a encore fait des montagnes russes avant de terminer mitigée: le Dow Jones a lâché 0,38%, le Nasdaq, qui avait grimpé en séance jusqu'à +3%, n'a finalement grappillé que 0,02% et le S&P 500 s'est replié de 0,15%.

Les indices européens ont connu une belle séance: Paris a gagné 2,11%, Francfort 2,22%, Londres 1,33% et Milan 2,27%. A Zurich, le SMI a gagné 1,28%.

Vers 20H00 GMT, le bitcoin était stable (+0,83%) à 36.860 dollars, toujours proche de son plus bas depuis 6 mois.

Les tensions géopolitiques faisaient par ailleurs plonger la monnaie russe, qui ne valait plus que 80 roubles pour un dollar, une première depuis novembre 2020.

Les incertitudes économiques et géopolitiques ont fait trembler les marchés, qui subissent un regain de volatilité depuis plusieurs séances.

Mais les investisseurs ont eu les yeux rivés sur la Fed et la conférence de presse de son président Jerome Powell. Il a indiqué que la Banque centrale était prête à augmenter ses taux directeurs lors de sa prochaine réunion, prévue mi-mars, comme s'y attendaient les marchés.

Mais il a aussi évoqué la réduction des actifs au bilan de l'institution, créant "davantage de questions que de réponses", selon Art Hogan, stratège des marchés pour National Security, et provoquant une incertitude qui a déplu aux indices de Wall Street.

Gonflé par la crise en Ukraine, le cours du baril de Brent pour livraison en mars a dépassé la barre des 90 dollars pour la première fois depuis 2014, avant de finir à 89,96 dollars, en hausse de 1,99%.

Quant au baril de West Texas Intermediate (WTI), également pour échéance en mars, il a progressé de 2,04% pour clôturer à 87,35 dollars.

Les tensions autour de l'Ukraine se sont fortement accrues ces dernières semaines, laissant planer une menace sur l'approvisionnement en pétrole, dans un marché déjà tendu, alors que la Russie est le plus grand producteur de pétrole des partenaires de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep).

Les valeurs pétrolières en profitaient: à Londres, Shell a grimpé de 5,40% à 1.909,80 pence tandis que BP a gagné 3,81% à 394,10 pence. A Paris, TotalEnergies a pris 4% à 51,07 euros.

[...]

  
Répondre
Almas Almas
26/01/2022 22:43:15
0

NEW YORK, 26 janvier (R)- La Bourse de New York a fini en ordre dispersé mercredi, le S&P-500 et le Dow Jones terminant dans le rouge, après avoir plongé subitement alors qu'elle avait dans un premier temps enregistré des gains à la suite du communiqué de la Réserve fédérale américaine (Fed) en conclusion de sa réunion de deux jours de politique monétaire.

  
Répondre
Almas Almas
26/01/2022 21:26:11
0

Powel ou l'art de refroidir l'ambiance

https://fr.investing.com/indices/us-spx-500

  
Répondre
Ribo Ribo
25/01/2022 21:53:55
0

New York (aw p/af p) - 25/01/2022 | 21:33 ►Le pétrole repart à la hausse, soutenu par la crise ukrainienne

Les cours du pétrole ont repris de la hauteur mardi, soutenus par les derniers développements de la crise ukrainienne, qui se superposent à un marché déjà inquiet d'une offre insuffisante.

Le prix du baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en mars, contrat le plus échangé à Londres, à gagné 2,23% pour finir à 88,20 dollars.
A New York, le baril de West Texas Intermediate (WTI), également pour échéance en mars, a lui pris 2,74% pour clôturer à 85,60 dollars.

"Cette situation fait clairement peser un risque d'une réduction de l'offre", a souligné Robert Yawger, responsable des contrats à terme sur l'énergie chez Mizuho Securities.

"La Russie exporte cinq millions de barils par jour. Donc il suffit qu'on ait des sanctions ou des problèmes d'acheminement, un oléoduc qui explose ou un terminal de stockage qu'on ferme" pour que l'offre se contracte, a poursuivi l'analyste.

Le marché mondial de l'or noir "est déjà tendu, donc on ne peut pas se permettre de perdre un baril de plus", a insisté Robert Yawger.

Après la mise en alerte de 8.500 militaires américains lundi, les forces armées russes ont lancé mardi une nouvelle série de manœuvres à proximité de l'Ukraine et en Crimée annexée.

Mardi toujours, un haut responsable américain a mis en garde Moscou contre toute "instrumentalisation" de ses ventes d’hydrocarbures. "La Russie a au moins autant besoin des revenus du gaz et du pétrole que l'Europe a besoin de ses livraisons d'énergie", a déclaré le responsable.

Après avoir accompagné lundi dans le rouge les marchés actions, qui ont eux fini par se redresser, les cours du brut ont changé résolument de cap mardi alors que Wall Street évoluait en ordre dispersé.

La Russie n'est pas le seul pays producteur sur lequel les investisseurs ont les yeux braqués, a rappelé Louise Dickson, analyse du cabinet Rystad Energy.

Les Émirats arabes unis, plusieurs fois attaqués ces derniers jours par des tirs des rebelles Houthis du Yémen, ou la Libye, qui n'a toujours pas de date pour ses élections, ce qui bloque une partie de la production, sont aussi scrutés.

La publication mercredi du rapport hebdomadaire sur les stocks américains de brut pourrait pousser le marché à flirter de nouveau avec les sommets de 7 ans établis la semaine dernière, selon Robert Yawger (89,50 dollars pour le Brent).

Les analystes tablent sur une baisse de 800.000 barils, selon le consensus établi par l'agence Bloomberg, ce qui serait la huitième baisse en neuf semaines. Un recul d'au moins 600.000 barils inscrirait les réserves au plus bas depuis 2018, selon Robert Yawger.

Pour Edward Moya, analyste d'Oanda, un discours ferme de la Banque centrale américaine (Fed) mercredi à l'issue de la réunion de son comité de politique monétaire pourrait cependant "pousser le marché à fuir le risque, un mouvement auquel même les prix du pétrole ne pourraient pas se soustraire".

  
Répondre
Ribo Ribo
25/01/2022 21:47:12
0

25/01/2022 | 21:36 ►La Bourse US glisse de plus de 2%, la crise technologique s'aggrave et la réunion de la Fed est attendue.

Les indices boursiers américains ont glissé mardi, le S&P 500 étant en passe de confirmer une correction, la chute des valeurs technologiques avant la réunion de politique générale de la Réserve fédérale ayant éclipsé les bons résultats des sociétés de premier ordre, dont IBM et 3M.

L'indice de référence a failli confirmer une correction lundi avant de rebondir en fin de séance. Une correction est confirmée lorsqu'un indice clôture 10 % ou plus en dessous de son niveau record de clôture.

Les actions américaines ont connu un début d'année 2022 mouvementé, le S&P 500 ayant perdu 10,4 % par rapport à son record de clôture du 3 janvier, tandis que le Nasdaq, à forte composante technologique, a connu son pire début d'année depuis 1980.

La Fed tiendra plus tard dans la journée sa réunion de politique monétaire de deux jours, qui sera suivie de près pour connaître le calendrier de la banque centrale concernant le relèvement des taux d'intérêt directeurs pour lutter contre l'inflation.

Les traders des contrats à terme sur les fonds fédéraux tablent sur une hausse de 25 points de base en mars, en plus de trois autres hausses de taux d'ici la fin de l'année.

Les 11 principaux secteurs du S&P 500 ont tous reculé dans les premiers échanges, huit d'entre eux ayant perdu plus de 2 % chacun.

"Il semble simplement que le marché réagisse à la nouvelle réalité d'une politique plus stricte de la part de la Fed... vous ne verrez probablement personne prendre des paris énormes avant la réunion de mercredi", a déclaré Dan Eye, directeur des investissements chez Fort Pitt Capital Group.

Les tensions géopolitiques en Ukraine ont ajouté à l'incertitude, le ministère américain de la défense ayant déclaré qu'environ 8 500 soldats américains avaient été placés en état d'alerte renforcée.

[...]

  
Répondre
Ribo Ribo
25/01/2022 20:35:31
0

(CF.com) - 25/01/2022 | 19:16 ►Taux : le 'risk-off' ne fonctionne plus à 24H communiqué FED

A 24H du communiqué de la FED, les marchés obligataires ont évolué en ordre dispersé.
Les rendements des emprunts d'Etat n'ont connu qu'un bref épisode de détente la veille avant une nouvelle dégradation générale ce mardi.

Le rendement des Treasuries à 10 ans se tend de +2Pts et se stabilise autour de 1,755% après un 'pic' intraday à 1,79% contre 1,7100% lundi en fin d'après-midi.

Les T-Bonds ne bénéficient donc pas aujourd'hui d'une rotation sectorielle de type 'risk-off', les anticipations de hausse des taux US prenant le pas sur 2 indicateurs 'macro' pas très rassurants: l'indice Case/Shiller traduit une flambée de +18,5% des prix de l'immobilier en rythme annuel (dont +1,2% en novembre).
La confiance du consommateur américain s'est dégradée en janvier, selon l'indice du Conference Board qui s'est établi à 113,8 contre 115,2 pour décembre 2021 (révisé de 115,8 en estimation initiale).

Dans le détail, si la composante de la situation présente s'est améliorée d'un mois sur l'autre, passant de 144,8 à 148,2, cette amélioration a été plus que contrebalancée par le plongeon des 'attentes', passée de 95,4 à 90,8.
La crainte d'une accélération de l'inflation et d'un durcissement monétaire pourraient être confirmés par le communiqué que publiera la banque centrale demain : elle devrait dévoiler son calendrier de resserrement monétaire et confirmer le dégonflement de son 'bilan' (qui atteindra les 9.000Mds$ à fin mars, contre 900Mds$ avant la crise financière de 2008).

L'ambiance n'était pas plus favorable en Europe nos OAT se retendent de +2Pts vers 0,3300%, les Bunds affichent +2Pts à -0,082%.
Plus au sud, les Bonos finissent quasi stables (+0,5Pt à 0,64%), les BTP prennent +1Pt à 1,346%.
La plus mauvaise performance du jour revient aux Gilts UK qui se dégradent de +3,5Pts vers 1,166%.

  
Répondre
Ribo Ribo
25/01/2022 20:28:45
0

Washington, (a wp/a fp) - 25/01/2022 | 20:13 ►Le FMI exhorte le Salvador à retirer le bitcoin comme monnaie légale

Le Fonds monétaire international a exhorté mardi le Salvador à retirer le Bitcoin comme monnaie officielle, estimant qu'il y avait "des risques importants associés à son utilisation sur la stabilité financière, l'intégrité financière et la protection des consommateurs".

Le conseil d'administration exhorte "les autorités à réduire la portée de la loi Bitcoin en supprimant le statut légal de Bitcoin", explique l'institution dans un communiqué. "Certains administrateurs ont également exprimé leur inquiétude quant aux risques associés à l'émission d'obligations adossées au Bitcoin".

  
Répondre
Ribo Ribo
25/01/2022 06:59:17
0

@ZIKEL,

c'est une file d'infos, pas d'opinions, merci de t'abstenir.

  
Répondre
Ribo Ribo
25/01/2022 06:42:25
0

SEMI-CONDUCTEURS USA

►Quand on investi aux US c'est en dizaines de milliard de $, pas de millions comme en Europe...

  
Répondre
Ribo Ribo
25/01/2022 05:17:29
0

Red is raide !

https://

fr.investing.com/indices/major-indices

  
Répondre

Forum de discussion Général

202201280739 888856
logiciel chart 365 Suivez les marchés avec des outils de pros !

Chart365 par ABC Bourse, est une application pour suivre les marchés et vos valeurs favorites dans un environnement pensé pour vous.