OK
Accueil > Communauté > Forum Alstom

ALSTOM - News - Reco

Cours temps réel: 24,92  0,81%



JD1976 JD1976
21/11/2022 10:13:56
0

Alstom signe un accord-cadre pour la construction de la ligne de métro du Caire

21/11/2022 | 09:43


* SIGNE UN ACCORD CADRE AVEC L'AUTORITÉ NATIONALE DES TUNNELS POUR LA CONCEPTION ET LA CONSTRUCTION DE LA LIGNE 6 DU MÉTRO DU CAIRE


* LE PROJET COMPRENDRA ÉGALEMENT 26 STATIONS, DONT 12 SERONT SOUTERRAINES


* SERA ÉGALEMENT CHARGÉ DES SYSTÈMES DE SIGNALISATION, DE L'INFRASTRUCTURE, DES SYSTÈMES DE TÉLÉCOMMUNICATION, DE LA TRACTION, DE L'ALIMENTATION ÉLECTRIQUE, DE LA SOUS-STATION HAUTE TENSION, DES ÉQUIPEMENTS DE DÉPÔT, DE LA CONCEPTION DU DÉPÔT, DES VOIES FERRÉES, DU TROISIÈME RAIL ET DE LA PERCEPTION AUTOMATIQUE DES TARIFS


  
Répondre
JD1976 JD1976
11/11/2022 10:37:33
0

Alstom remporte un beau contrat indien

11/11/2022 08:54 | Boursier

Alstom a remporté un contrat d'une valeur de 98 millions d'euros pour concevoir, fabriquer, fournir, tester et mettre en service 78 voitures de métro avancées pour l'Indien Chennai Metro Rail Limited (CMRL). Ces nouvelles voitures de métro circuleront sur le corridor de 26 km faisant partie de la phase II qui reliera Poonamallee Bypass et Light House à travers 28 stations (18 surélevées et 10 souterraines). Le contrat comprend la fabrication de 26 rames de métro (configuration à trois voitures) pouvant fonctionner à une vitesse maximale de 80 km/h, ainsi que la formation du personnel. Avec une alimentation électrique de 25 KV pour une efficacité énergétique optimale, les métros Metropolis d'Alstom assureront "un transport de passagers sûr et fiable pour plus de 11 millions de citoyens de la ville". En outre, le projet global contribuera de manière significative au développement socio-économique en reliant les zones clés.



  
Répondre
Ludo007 Ludo007
07/10/2022 16:40:24
0

Merci... grâce à votre analyse et vos graphiques j'ai évité de monter dans un train fou !!!

  
Répondre
CRI74 CRI74
24/08/2022 19:01:16
1

"Les nouvelles motrices auront la particularité de pouvoir s’adapter aux différentes tensions des réseaux ferrés dans les pays européens."

Rien de bien nouveau , celles des Thalys , Lyria , Eurostar et partiellement Inoui sont déjà comme cela depuis longtemps . Par contre , l'adaptation aux modes de signalisations européens (standart et ERTMS) demeure une faiblesse persistante d'Alstom (coûts ! ), mieux maîtrisée chez Bombardier d'où de bien meilleures ventes en locomotives - le seul aspect favorable du rachat d'ailleurs .

L'intégration de Bombardier pèsera encore en 2022 , l'année prochaine encore et c'est tout le problème d'Alstom ....

Peu importe la conversion en titres et autres pipis de chats

  
Répondre
moicmoi moicmoi
24/08/2022 18:10:03
0

Je pense que l’on peut interpréter comme ça :

55% des actionnaires font encore confiance en la société, et donc, sont en L.T. Malgré la défection de certains brokeurs et banques (étrangères principalement), et malgré les mauvais résultats 2020 et 2021.

On pourrait aussi penser qu’ils sont complètement inconscients, ce qui, dans une telle proportion, serait très surprenant.

Les courts-termistes auront opté pour le cash, pour pouvoir se replacer rapidement sur d’autres titres.
Simple avis.

  
Répondre
Ludo007 Ludo007
24/08/2022 17:54:53
0

Les résultats de l'offre du payement du dividende en actions sont connus... environ 55/100 des actionnaires ont opté pour le payement en actions nouvelles. Est-ce beaucoup ? Très peu ? Comment interpréter ces résultats ? Si vous avez un avis sur la question, merci de le partager !

  
Répondre
JD1976 JD1976
19/08/2022 09:32:04
0

Alstom reprend une commande de la SNCF pour 15 trains à grande vitesse auprès d’Alstom.

Le montant de l’opération s’élève à 590 millions d’euros.

Les nouvelles motrices auront la particularité de pouvoir s’adapter aux différentes tensions des réseaux ferrés dans les pays européens.

  
Répondre
JD1976 JD1976
15/08/2022 08:49:27
1

Alstom (-4,30 %) a affiché la semaine dernière la plus forte baisse de l'indice CAC 40. Le groupe a récemment trouvé un accord concernant la cession à Construcciones y Auxiliar de Ferrocarriles (CAF) de sa plateforme Coradia Polyvalent (matériel roulant ferroviaire pour trains régionaux, interrégionaux et grandes lignes), de son site de production de Reichshoffen, en France, et de sa plateforme Talent 3 (automotrice électrique), actuellement développée à Hennigsdorf, en Allemagne.

  
Répondre
jackatak jackatak
12/08/2022 18:35:31
0

Bonjour

On a tout simplement pas traversé le nuage

Voir le graphique






  
Répondre
MAXIMILIAN MAXIMILIAN
12/08/2022 16:04:48
0

Pourquoi cette baisse ?

  
Répondre
Ptitchat72 Ptitchat72
19/07/2022 15:05:53
2

Commandes et chiffre d'affaires d'Alstom pour les trois premiers mois de 2022/23
19/07/2022 | 07:31

[Voir le screen]

Les répartitions géographiques et par produit des commandes et du chiffre d’affaires publiés sont données en Annexe 1. Comme l’ensemble des chiffres de ce communiqué, il s’agit de données non auditées

Dossier complet (10pages) :

https://ml-eu.globenewswire.com/Resource/Download/515467ec-1774-49a3-b4e1-a8e5d1942b22


« Alstom a réalisé une solide prise de commandes trimestrielle tirant parti d’un marché toujours porteur. En particulier, le Groupe a sécurisé un contrat notable portant sur la fourniture de 130 trains Coradia Stream ainsi que leur maintenance pendant 30 ans pour l’Etat du Bade-Wurtemberg, démontrant notre leadership en Allemagne. Notre chiffre d’affaires a progressé comme nous l’avions annoncé, grâce à la stabilisation de nos projets de matériels roulants ainsi que d’une forte performance des activités Services et Systèmes. Malgré un environnement mondial plus complexe marqué notamment par l’inflation et la pénurie de composants électroniques, le Groupe continue de progresser dans la mise en œuvre de son plan stratégique Alstom in Motion, témoignant de la résilience de son modèle d’affaires », a déclaré Henri Poupart-Lafarge, Président-Directeur Général d’Alstom.

***

Revue détaillée
Durant le premier trimestre 2022/23 (du 1er avril au 30 juin 2022), Alstom a enregistré 5 601 millions d’euros de commandes avec notamment des commandes importantes en Matériels Roulants et Services. Les commandes en Services ont atteint un nouveau record de 1 844 millions d’euros. Sur les 3 mois, les commandes en Services, Signalisation et Systèmes ont atteint 46 % de la prise de commandes totale.

Sur le plan régional, l’Europe représente la majorité des prises de commandes, soit 70 % du total du Groupe. Alstom a notamment décroché un contrat important portant sur la fourniture de 130 trains Coradia Stream de grande capacité à deux niveaux ainsi que leur maintenance pendant 30 ans auprès de l’opérateur Landesanstalt Schienenfahrzeuge Baden-Württemberg, en Allemagne. De plus, le contrat prévoit une option permettant de commander jusqu'à 100 trains supplémentaires. D'une valeur de près de 2,5 milliards d'euros pour les 130 premiers trains et leur maintenance pendant 30 ans, cette commande est un signal positif pour les ambitions d’Alstom en matière de parts de marchés en Allemagne.

Alstom a également signé un accord historique avec l'opérateur ferroviaire suédois SJ afin de lui fournir 25 trains électriques à grande vitesse Zefiro Express, avec une option pour 15 trains supplémentaires. Le contrat concernant la première commande ferme s’élève à près de 650 millions d’euros. Les nouveaux trains seront les plus rapides de Suède, ces derniers pouvant atteindre une vitesse maximale de 250 km/h. Le premier train devrait être livré en 2026.

Dans la région Asie / Pacifique, Alstom a signé un contrat-cadre avec le ministère des Transports de Victoria, en Australie, pour la fourniture de 100 tramways nouvelle génération à plancher bas Flexity destinés au plus grand réseau urbain de tramways du monde. S’élevant à environ 700 millions d’euros, le contrat comprend la fourniture du matériel roulant et la maintenance pendant 15 ans, ce qui en fait le plus gros contrat de tramways en Australie et dans l’hémisphère sud.

Le chiffre d’affaires a été de 4 002 millions d’euros au premier trimestre 2022/23 (du 1er avril au 30 juin 2022) à comparer à 3 701 millions d’euros au premier trimestre 2021/22 (+ 8 %). Concernant les Systèmes, Alstom a réalisé un chiffre d’affaires de 388 millions d’euros, en progression de 63 % comparé à l’année dernière, dont une croissance remarquable du projet de monorail du Caire. Les activités de Services ont réalisé un chiffre d’affaires de 909 millions d’euros au T1 2022/23, en progression de 19 % comparé à l’année dernière, témoignant d’un bon niveau d’exécution. Le chiffre d’affaires de l’activité Matériels Roulants s’est élevé à 2 175 millions d’euros, en augmentation de 1 % comparé à l’année dernière, reflétant des contributions plus importantes des projets en Inde et au Royaume-Uni qui sont en pleine croissance, et de certains contrats en Suisse et au Canada qui sont en décroissance d’activité. Les ventes de l’activité Signalisation se sont élevées à 530 millions d’euros, stables comparées au premier trimestre 2021/22.

Le ratio « commandes sur chiffre d’affaires » est de 1,4.

***

Principaux faits marquants du premier trimestre 2022/23
Durant ce trimestre, Alstom a atteint d’importants jalons et a lancé une série d’initiatives pour accélérer sa transformation en un groupe plus agile et compétitif.

** Principales réalisations de projets **

En mai, la nouvelle ligne Elizabeth est entrée en service pour le transport de passagers dans le centre de Londres en utilisant la flotte de pointe Aventra d’Alstom. Le Groupe a fourni des trains, des technologies et des infrastructures pour cette nouvelle ligne et assurera également la maintenance des trains. Cette ligne ferroviaire transformatrice permettra de réduire les temps de trajet, de créer une capacité de transport supplémentaire, d'améliorer l'accessibilité et de donner un élan économique à la capitale et au-delà.

Toujours en mai, Alstom a livré avec succès le premier train régional à semi-grande vitesse d’Inde pour le projet Delhi-Meerut RRTS. Le premier train a été livré en moins d’un an depuis le début de la production et est fabriqué à 100% en Inde dans l’usine Alstom de Savli (Gujarat). Le train régional à semi-grande vitesse est conçu et construit pour rouler à 180 km/h et devrait réduire de 40 % le temps de trajet entre Delhi et Meerut. Ces trains sont économes en énergie, conçus pour offrir un confort et des caractéristiques de sécurité de premier ordre pour une expérience passager haut de gamme pour les navetteurs, y compris pour les passagers en situation de handicap.

** Mobilité verte et intelligente **

En avril, Alstom a franchi une nouvelle étape vers l’exploitation autonome des trains en testant Elta Systems, le système de détection d’obstacles, avec le gestionnaire d’infrastructure ProRail et l’opérateur de fret ferroviaire Lineas aux Pays-Bas. Ces tests, qui ont été menés à Oosterhout, près de la ville de Breda aux Pays-Bas, ont démontré que le système de détection d’obstacles installé à bord de la locomotive est capable de détecter des obstacles jusqu’à 500 mètres de distance par tous les temps et par toutes les conditions de visibilité (jour et nuit). Il peut être utilisé comme un système d’aide à la conduite, ainsi qu’un système entièrement automatisé en lien avec le composant AutoPilot d’Alstom. Les prochaines étapes, qui seront finalisées cet été, consisteront à tester le système de détection d’obstacles en combinaison avec l’exploitation automatique des trains (ATO) afin d’ouvrir la voie à GoA42 dans le fret.

À la fin mai, Alstom a signé un accord de coopération stratégique avec PKN ORLEN pour la fourniture de trains zéro émission, respectueux de l’environnement et d’hydrogène pour le transport ferroviaire public. La corporation, qui met constamment en œuvre la stratégie hydrogène, a annoncé plus tôt cette année qu’elle fournirait l’infrastructure de ravitaillement des trains produits par Alstom. Dans le cadre de cet accord, Alstom sera responsable de la fourniture de trains zéro émission alimentés par des piles à combustible à hydrogène.

** Une équipe Alstom agile, inclusive et responsable **

En mai 2022, le Groupe a publié ses ambitions RSE améliorées à l’horizon 2025 applicables à l’ensemble du nouveau périmètre ainsi que son engagement à atteindre l’objectif « Zéro Emission Nette » dans sa chaîne de valeur d’ici 2050. Des objectifs d’émission de CO2 ont été fixés pour 2030, couvrant les propres émissions directes et indirectes d'Alstom (scope 1 & 2) ainsi que les émissions indirectes des Produits vendus (scope 3). Alstom prévoit de s'engager davantage auprès de ses fournisseurs et de ses clients pour rendre ses solutions Zéro Emission Nette tout au long de leur cycle de vie3.

Cette stratégie renforcée reflète l’engagement du Groupe à fournir une réponse forte aux attentes de plus en plus importantes des clients et des partenaires en matière de durabilité et de responsabilité sociale des entreprises. Ses priorités restent les suivantes : permettre la décarbonation de la mobilité ; prendre soin de nos employés ; créer un impact positif sur la société ; et agir en tant que partenaire responsable.

Dans le cadre de sa stratégie de développement durable, Alstom a publié en juin sa brochure ESG, disponible sur notre site internet.

***

Perspectives pour l’exercice fiscal 2022/23
Le contexte économique et politique actuel, devenant plus complexe, crée des incertitudes sur les activités opérationnelles et Alstom ne fait pas exception. En particulier, l’inflation va peser dans une certaine mesure sur la rentabilité de l’exercice fiscal 2022/23 et les pénuries de composants électroniques pourraient créer des tensions sur les livraisons. Par conséquent, le Groupe a mis en place des actions fortes de gestion des risques et de réduction des coûts pour traverser cette phase d’incertitudes.

Comme base de ses perspectives pour l’exercice fiscal 2022/23, le Groupe suppose l’absence de nouvelles perturbations de l'économie mondiale (y compris une hausse complémentaire de l’inflation ou une aggravation de la crise géopolitique) et de pénuries significatives dans la chaîne d'approvisionnement, qui impacterait matériellement la capacité du Groupe à fournir des produits et des services.

- Progression des ventes soutenue par un carnet de commandes solide et un ratio commandes sur chiffre d’affaires supérieur à 1 ;
- Croissance progressive de la marge d’exploitation ajustée comparée à l’exercice fiscal 2021/22 grâce à une prise de commandes saine et un bon niveau d’exécution du carnet de commandes ;
- Génération de Cash-Flow libre.

***

Trajectoire et objectifs financiers à moyen terme
Les perspectives financières Alstom in Motion 2025 sont confirmées.


** Part de marché : d'ici 2024/25, Alstom vise à accroître sa part de marché de 5 points de pourcentage en s'appuyant sur son positionnement stratégique unique, soutenu par la dynamique de son groupe élargi et son offre compétitive ;

** Chiffre d’affaires : entre 2020/21 (chiffre d'affaires proforma de 14 milliards d'euros) et 2024/25, Alstom vise un taux de croissance annuel moyen du chiffre d’affaires supérieur à 5 %, soutenu par une forte dynamique de marché et un carnet de commandes inégalé de 83,4 milliards d'euros au 30 juin 2022, garantissant environ 35 à 37 milliards d'euros de chiffre d'affaires sur les trois prochaines années. L’activité de Matériels Roulants devrait croître au-dessus du marché, l’activité de Services à un solide taux moyen à un chiffre et l’activité de Signalisation à un taux à un chiffre, dans la fourchette haute ;

** Rentabilité : la marge opérationnelle ajustée devrait atteindre entre 8 % et 10 % à partir de 2024/25, bénéficiant des initiatives d'excellence opérationnelle, de la complète exécution des projets difficiles en carnet tandis que les synergies devraient générer 400 millions d’euros en 2024/25 et 475-500 millions d’euros annuels à partir de 2025/26 ;

** Cash-Flow libre : à partir de 2024/25, la conversion du résultat net ajusté6 en cash-flow libre devrait être supérieure à 80% tirée par la stabilité à moyen terme du besoin en fonds de roulement, la stabilisation des investissements (CAPEX) à environ 2 % du chiffre d'affaires et les initiatives cash focus tout en bénéficiant de la hausse du volume et des synergies ;

** Alstom mènera une politique rigoureuse d’allocation du capital, axée sur le maintien d’une notation « Catégorie investissement », tout en gardant la flexibilité de poursuivre des opportunités de croissance à travers des opérations de fusions-acquisitions sélectives. Le rating Baa2 d’Alstom a été confirmé par l’agence de notation Moody’s sur ce trimestre

** Alstom s'engage à livrer une rentabilité soutenue à ses actionnaires avec un taux de distribution de dividendes compris entre 25% et 35%.

***

Assemblée Générale Mixte des actionnaires

L’Assemblée générale mixte des actionnaires d’Alstom s’est réunie le 12 juillet 2022 sous la présidence de M. Henri Poupart-Lafarge. L'Assemblée Générale a été l'occasion de passer en revue les événements marquants de l'exercice 2021/22 et de revenir sur la première année d’intégration de Bombardier Transport. Cette dernière a approuvé le dividende au titre de l’exercice 2021/22 d’un montant de 0,25 euro brut par action et a décidé d’offrir à chaque actionnaire, sur la totalité du dividende afférent aux actions dont il est propriétaire, une option pour le paiement de ce dividende en numéraire ou en actions nouvelles.

  
Répondre
Ptitchat72 Ptitchat72
20/06/2022 12:10:25
0

Jamais de la vie, on possède des titres pour simplement avoir du dividende.

ça c'est le jeu de l'Etat uniquement !


Pour ce qui est de tes questions elles sont bonnes..

mais les réponses doivent venir de toi et seulement de toi.

et peu importe le(s) moyen(s) !


Voilà je n'irai pas plus loin puisque cette file n'est pas faite pour la discussion

mais simplement pour y relayer des articles neutrement donc sans prendre parti

une petite image ... à chacun d'y voir la direction future

  
Répondre
Ludo007 Ludo007
18/06/2022 16:08:29
0

Humm paiement du dividende en action, Cela semble cool... mais en lisant les commentaires sur cette compagnie, j'ai des doutes : carnet de commendes OK mais marges faibles... Les shorts-sellers ont cette entreprise en bouc-émissaire... pourquoi ?

A votre avis, je dois me foutre de l'avis des gens et investir à long terme ? ou quitter le navire avant naufrage ?


Merci de partager vos connaissances sur ce dossier complexe...


  
Répondre
Ptitchat72 Ptitchat72
07/06/2022 09:30:18
3

07/06/2022 | 09:22
Julien Marion,

PARIS (Agefi-Dow Jones)--Avec le rachat de Bombardier Transport, Alstom a embarqué ses actionnaires dans un véritable train fantôme. Le cours de l'équipementier ferroviaire a été divisé par plus de deux entre la clôture de cette opération transformante, fin janvier 2021, et mars dernier, tombant à des plus bas depuis 2016.

"L'intégration de Bombardier Transport s'est effectuée dans la douleur: Alstom a passé des provisions supplémentaires pour couvrir les risques sur des contrats difficiles et a également dû investir lourdement pour remettre à niveau ces projets", explique Jean-Louis Sempé, analyste au sein d'Invest Securities. La guerre en Ukraine a amplifié le plongeon de l'action. "Le titre a été pris dans la chute des valeurs industrielles, et a subi de fortes pressions en raison de son important endettement, malgré une exposition faible à la Russie et l'Ukraine en termes de résultats", développe Frédéric Rozier, coresponsable de la gestion de portefeuille chez Mirabaud.

Le groupe a néanmoins amorcé le bon virage. Depuis la publication des comptes de l'exercice 2021-2022 à la mi-mai, l'action a repris 20,6% contre 3,9% pour le CAC 40. Jefferies estime qu'Alstom se situe à un tournant, se trouvant sur le point de retrouver les faveurs des investisseurs. "La confiance commence à revenir sur le titre", relève de son côté un analyste parisien.

Le recours à une augmentation de capital écarté
Alstom a envoyé plusieurs signaux rassurants. L'industriel a généré une trésorerie largement positive au second semestre, éclaircissant la voie vers son désendettement. "L'entreprise apparaît bien en phase avec sa trajectoire qui devrait lui permettre de diviser par deux sa dette nette d'ici à fin mars 2025", souligne Jean-Louis Sempé, d'Invest Securities. La direction du groupe a aussi écarté fermement tout recours à une augmentation de capital, apaisant les craintes du marché sur ce point.

L'intégration de Bombardier Transport semble sous contrôle. Pour éviter tout nouveau dérapage sur les contrats à marge négative hérités du groupe canadien, la société a déployé un important plan d'actions, allouant davantage de ressources humaines et d'ingénierie pour régler les problèmes techniques et de production. D'ici à la fin de l'exercice 2024-2025, Alstom devrait avoir pratiquement apuré son carnet de commandes de ces projets. "Alstom va mieux. L'essentiel des difficultés liées à l'intégration de Bombardier Transport sont à présent derrière eux", juge Jean-Louis Sempé.

Alstom se doit néanmoins de consolider le regain de confiance du marché en restant dans les clous. "La feuille de route du groupe est prometteuse mais elle ne laisse pas la place au moindre écart", souligne Frédéric Rozier de Mirabaud. D'autant que les vendeurs à découvert guettent le moindre faux pas. A fin mai, les positions de ces "shorts-sellers", mesurées par la part des actions Alstom prêtées, représentaient plus de 10% des titres en circulation, selon les données de S&P Global Market Intelligence. "Les vendeurs à découvert sont fortement présents sur le titre. Pour les prendre à revers, le groupe devra générer une trésorerie positive sur l'exercice en cours", juge Frédéric Rozier.

Un environnement commercial porteur
Alstom semble sur la bonne voie. UBS considère que la croissance des commandes - et donc des acomptes de clients - devraient soutenir la génération de trésorerie et permettre à l'industriel de dégager un flux de 295 millions d'euros pour l'exercice en cours, puis de 687 millions pour celui clos en mars 2024. "Malgré la volatilité du besoin en fonds de roulement, le groupe devrait être en mesure de générer entre 200 millions d'euros et 300 millions d'euros de trésorerie par an", abonde Jean-Louis Sempé d'Invest Securities.

Tous les autres feux sont au vert pour Alstom. Son carnet de commandes record de 81 milliards d'euros à fin mars sécurise les deux-tiers de ses revenus des trois prochaines années, souligne Deutsche Bank. Et la demande ne se tarit pas. Malgré la dégradation de l'environnement économique "je ne vois aucun signe de ralentissement mondial des investissements dans le ferroviaire", a assuré le mois dernier le PDG du groupe, Henri Poupart-Lafarge.

L'industriel a ainsi identifié environ 180 milliards d'euros d'opportunités commerciales d'ici à mars 2025. Par ailleurs, la quasi-totalité de ses revenus (99%) sont éligibles à la taxonomie européenne, c'est-à-dire la nomenclature de la Commission européenne visant à orienter les investissements vers les activités "vertes".

Ces atouts alimentent l'optimisme des analystes. A 32,75 euros, l'objectif de cours moyen compilé par FactSet confère encore un potentiel d'environ 25% au titre. Alstom a posé les bases de sa reconquête boursière. Il lui reste à suivre sans nouvel incident son chemin de fer pour accélérer.

  
Répondre
JD1976 JD1976
03/06/2022 12:30:09
0

Alstom : tout ce qu'il faut savoir sur le dividende

02/06/2022 11:01 | Boursier


Comme annoncé le 11 mai à l'occasion de la publication des résultats annuels 2021, le conseil d'administration d'Alstom a décidé de proposer à l'Assemblée générale du 12 juillet 2022 une distribution de dividende d'un montant de 0,25 euro brut par action, assorti d'une option pour le paiement du dividende en numéraire ou en actions nouvelles. Pour rappel, cela correspond à un ratio de distribution de 35% du résultat net ajusté avant la dépréciation de la participation dans TMH.

Sous réserve de l'approbation de l'assemblée générale, le prix de l'action remise en paiement du dividende serait égal à 90% de la moyenne des cours cotés aux ouvertures des vingt séances de bourse précédant la date de l'assemblée générale, diminuée du montant net du dividende, le cas échéant arrondi à deux décimales après la virgule au centième supérieur.

La date de détachement du dividende serait le 20 juillet 2022, la date d'arrêté des positions le 21 juillet 2022 après bourse, la date d'ouverture de la période d'option pour le paiement du dividende en actions le 22 juillet 2022 et la clôture de la période d'option pour le paiement du dividende en actions le 22 août 2022. Les actionnaires n'ayant pas exercé leur option au plus tard le 22 août 2022 inclus, percevront leur dividende intégralement en espèces. Les résultats de l'option pour le paiement du dividende en actions sont attendus le 24 août et la mise en paiement du dividende en espèces, ainsi que le règlement livraison du dividende en actions, interviendraient le 26 août.



  
Répondre
bruxx bruxx
01/06/2022 11:54:20
0

ABC bourse vient de changer son conseil, de conserver a vendre ?

  
Répondre
Ptitchat72 Ptitchat72
29/05/2022 03:12:42
1

Henri Poupart-Lafarge maintient Alstom sur de bons rails
Pauline Damour - Hier à 16:15

Résolument confiant depuis l'acquisition de Bombardier, le PDG d'Alstom s'emploie à fusionner les deux géants du ferroviaire et à leur ouvrir de nouveaux marchés. Rencontre.
S'inquiète-t-il du cours de Bourse d'Alstom qui joue au yoyo, lâchant 11% d'un coup le 11 mai après la publication des résultats annuels? Pas vraiment. D'un naturel impassible, le PDG Henri Poupart-Lafarge, que nous rencontrons deux jours plus tard dans un café parisien, revendique au contraire "une très bonne année" pour le numéro deux mondial de la construction ferroviaire. La nervosité du marché? Pour cet X-Ponts de 53 ans formé au MIT, qui a mis plusieurs sociétés en Bourse lorsqu'il était au Trésor, l'acquisition de Bombardier Transport, finalisée en janvier 2021, ne révèle aucun déraillement de trajectoire. La perte nette de 581 millions d'euros qui refroidit les investisseurs s'explique surtout par la dépréciation de la participation de 20% détenue au capital du constructeur russe Transmashholding (TMH) en raison du conflit ukrainien. La décision d'une éventuelle cession n'est pas encore actée. "Rien n'est exclu, on verra ce qui va se passer", indique le PDG, toujours aussi pragmatique, bien que les discussions s'annoncent délicates. Elles impliquent quatre investisseurs russes majoritaires, dont Andrei Bokarev, président démissionnaire de TMH, placé sur la liste noire des personnalités sanctionnées par le Royaume-Uni. Sans surprise, Henri Poupart-Lafarge préfère pointer les bonnes nouvelles: le carnet de commandes record, valorisé 81 milliards d'euros, et un chiffre d'affaires en hausse de 11%.

Intégration en bonne voie

En Europe, il est vrai que le constructeur a remporté de gros contrats: au Royaume-Uni, au Danemark ou en Allemagne, où il a décroché la fourniture de 130 trains régionaux Coradia Stream pour le réseau du Bade-Wurtemberg - la plus grosse commande jamais signée dans le pays. Alstom récupère aussi celles glanées grâce à Bombardier, dont les 25 trains à grande vitesse pour l'opérateur suédois SJ.

Certes, l'intégration du groupe québécois, qui a fait doubler d'un coup la taille du groupe, n'est pas achevée. Mais elle avance. "J'ai toujours dit qu'il nous faudrait deux à trois ans pour que Bombardier atteigne le niveau de performance d'Alstom", rappelle le patron, alors que certains analystes jugent son plan de route trop optimiste. Moins rentable que le flagship tricolore, l'ex-fleuron de Montréal a fait baisser la marge du constructeur de 2,5 points (à 5%). "L'intégration est en bonne voie" , martèle cependant ce germanophile résigné à un mariage franco-canadien après l'échec de la fusion avec l'allemand Siemens, retoquée par la Commission européenne en 2019.

Au départ, la réorganisation des équipes et l'alignement des process étaient loin d'être évidente. Du siège français de Saint-Ouen, les Québécois étaient un peu vus comme des "cow-boys" , tandis qu'eux-mêmes raillaient les "franchouillards", même si le monde ferroviaire est une petite famille. "L'unité s'est passée nettement mieux et plus rapidement que je ne le pensais" , avoue le patron qui veut désormais "accélérer": améliorer l'efficacité opérationnelle et la convergence des deux portefeuilles. Il a ainsi promis de réaliser 400 millions d'euros de synergies en 2024-2025 et près de 500 millions l'exercice suivant.

Opportunités à saisir
Encore faut-il que l'inflation des prix de l'énergie, les pénuries en équipements électroniques qui peuvent retarder les livraisons, ou encore les confinements en Chine, où le groupe possède de nombreuses joint-ventures, n'entravent pas son élan.

"L'environnement macroéconomique est incertain , reconnaît le PDG français, mais le marché mondial du rail est toujours très porteur." D'ici à 2025, Alstom a identifié plus de 180 milliards d'euros d'opportunités à saisir, portées par la transition énergétique et les plans de relance en faveur du ferroviaire un peu partout dans le monde. L'Etat allemand a récemment annoncé investir plus de 60 milliards d'euros d'ici à 2030 pour moderniser ses infrastructures. Aux Etats-Unis, le président Biden promet plus de 100 milliards de dollars dans la modernisation et la création de nouvelles lignes ferroviaires, y compris à grande vitesse. Deux marchés bien connus du groupe français.

En France? Henri Poupart-Lafarge défend l'idée de planification écologique lancée par Emmanuel Macron.
"Mais à condition que celle-ci soit soutenue par une loi programmatique et un budget dédié , plaide-t-il. C'est aussi une bonne nouvelle que l'on sorte enfin du déni sur la question de la désindustrialisation" , poursuit cet ingénieur de père en fils.

Cœur technologique français
Mais avec ses usines implantées un peu partout dans le monde, le patron français serait-il lui-même prêt à relocaliser? Aujourd'hui, seuls 12.500 des 74.000 salariés d'Alstom-Bombardier sont en France. Certes, l'Hexagone reste le cœur technologique du groupe et concentre 70% de R&D, aime-t-il dire. Mais "la nature des appels d'offres mondiaux exige de plus en plus de produire localement" , rappelle-t-il. Comme aux Etats-Unis, où le constructeur fabrique le TGV pour Amtrak; en Inde, où il fournit 800 locomotives électriques; en Australie, où il rénovera la flotte du plus grand et plus ancien réseau de tramways du monde, à Melbourne.

Pour l'heure, l'activité française ne manque pas. Le TGV du futur promis en 2024 occupe les sites d'Aytré et Belfort, tandis que la nouvelle génération de métro et RER de la RATP est construite dans les usines de Valenciennes et Crespin (ex-Bombardier) dans le Nord. Reste l'inquiétude des salariés à Belfort (Bourgogne-Franche-Comté): la guerre en Ukraine rend incertain le contrat de 130 locomotives d'un montant de plus de 800 millions d'euros qui devait leur fournir du travail jusqu'en 2030. De nouveaux marchés devront compenser, ont déjà prévenu les élus locaux. Sans doute le talent de lobbyiste du patron y pourvoira. En 2016, à l'issue d'un bras de fer épique avec Bercy, et au grand dam de Guillaume Pepy, alors dirigeant de la SNCF, il avait obtenu une commande publique de 15 rames de TGV pour les faire rouler… sur une ligne classique Intercités.

  
Répondre
JD1976 JD1976
25/05/2022 11:45:40
0

Alstom et Chula Engineering s'associent pour renforcer l'industrie ferroviaire thaïlandaise

information fournie par REUTERS•23/05/2022 à 14:23


* ALSTOM ET CHULA ENGINEERING S'ASSOCIENT POUR RENFORCER L'INDUSTRIE FERROVIAIRE THAÏLANDAISE ET CRÉER UN VIVIER DE TALENTS EN INGÉNIERIE


* ALSTOM ET LA FACULTÉ D'INGÉNIERIE DE L'UNIVERSITÉ CHULALONGKORN (CHULA ENGINEERING) ONT SIGNÉ UN PROTOCOLE D'ACCORD


* LE PROTOCOLE D'ACCORD VISE À FAVORISER LE DÉVELOPPEMENT DE L'INDUSTRIE FERROVIAIRE THAÏLANDAISE ET LA COLLABORATION AU COURS DES 5 PROCHAINES ANNÉES


Pour plus de détails, ALSO.PA



  
Répondre
Ptitchat72 Ptitchat72
13/05/2022 14:14:02
1

... Pas très clair tout ça ! 😟


ça ne l'a jamais été !

* pourquoi cette société était-elle la plus vendue à découvert quand elle était dans le Cac ?

* pourquoi, pour une soit disante boîte privée, elle fait partie d'un des plus grands scandales politico-industriels (connus) de la dernière décennie ... voir plus.

* pourquoi une boîte française qui absorbe une boîte canadienne se retrouve avec la Cdc canadienne en 1er actionnaire (fonds de pension).

* pourquoi les investisseurs/gérants lui font la guerre en estimant un besoin d'Ak mais que la direction refute..

* que l'inflation va rogner les marges déjà peu réjouissantes (vu le marché-secteur)

* et que maintenant, la bataille va se faire sur le free cash flow.


Si avec cela tu trouves toujours une confiance aveugle envers la société/direction en terme d'investissement moyen long terme...

ceci dit, peu de boîtes cotées, ont ce statut. tôt ou tard, le marché les rejette les unes après les autres.

bien pour cela que le fondamental absolu.. ne donne pas grand chose de toute façon. [un jour la vache qui rit, le lendemain les gens qui pleurent ]

Clairement j'ai jamais compris comment un marché pouvait valoriser une société sur un carnet de commandes à x années.

c'est tout simplement du pipeau en barre !


Ps :

et pour le +9 ==> -11%

Ils peuvent toujours y mettre l'argument qu'ils veulent

le marché dans son ensemble est dans cette phase là depuis le début de l'année.

il fait chaud .. les cowboys ont soif ==> les portes de saloon fonctionnent à plein !

Message complété le 13/05/2022 14:27:44 par son auteur.

- Conférence téléphonique qui fait acte de ce -11%. O_o (le 11/05)
- alors que l'agenda :
Conférence investisseurs - Relations avec les investisseurs
Alstom tiendra une conférence investisseurs avec Henri Poupart-Lafarge, Président-Directeur Général et Laurent Martinez, Directeur financier le 10 mars 2022 à 14h00
-------
il y a une des deux infos qui me semblent peu crédibles..
mais ce n'est que mon interprétation.

  
Répondre
JD1976 JD1976
13/05/2022 08:52:34
1

@gars d'ain


... Pas très clair tout ça ! 😟

  
Répondre

Forum de discussion Alstom

202211211013 682325

Investir en Bourse avec Internet

Ma liste