OK
Accueil > Communauté > Forum Général

Et à la fin il ne restera plus que l'OR.



MITTE MITTE
27/07/2021 06:57:32
0

1519 € à ne pas casser.

Message complété le 27/07/2021 07:06:36 par son auteur.

La tenkan de la lagging span a bien retenu cette dernière ( 1522,30 € pour 1522,84 € )

Voyons voir si rebond il y aura sur ces bases.

  
Répondre
Sioupeur Sioupeur
26/07/2021 12:30:44
1

Salut Luncyan


Or et métaux précieux : 15%


C'est la ligne la moins disante cette année


@+

  
Répondre
Luncyan Luncyan
26/07/2021 12:28:17
0

Bonjour Sioupeur,


Quelle est la part que tu alloués à l'or ?

  
Répondre
Sioupeur Sioupeur
26/07/2021 12:22:46
0

Bonjour


l'or ne se comporte pas bien ces derniers mois


J'en ai dans une assurance-vie à titre de diversification


Je pense que compte tenu de l'appétit pour les actions (favorisé par la BCE), il ne faut pas en attendre trop à CT


@+

  
Répondre
MITTE MITTE
26/07/2021 07:36:04
2

Quelques jours dans le Lot. C'est, le moins qu'on puisse dire, calme.

L'Or continue, amha, de bien se comporter. Consolidation à plat.

A +


  
Répondre
MITTE MITTE
20/07/2021 09:14:39
2

Quelques jours en Touraine et ses magnifiques châteaux.

Pour le moment l’or se tient pas trop mal, non ?

  
Répondre
rpiso rpiso
17/07/2021 18:03:33
0

SMA 10 (semaine) mieux orientée et ça devrait le faire.

  
Répondre
Luncyan Luncyan
17/07/2021 16:07:13
0

bientot de retour sur le support

  
Répondre
MITTE MITTE
17/07/2021 09:27:47
1

On risque d'avoir une semaine - voire plus ? - un peu difficile.

Comme attendu on a soufflé, bien soufflé, on réintègre le nuage la résistance sur les 1549,04 € nous ayant renvoyé dans nos plates-bandes.

La tenkan devrait passer plate pendant quelque jours sur les 1530,315 € et la kijun, juste en-dessous sur les 1517,38 € devrait baisser un peu.

Les cours trouveront-ils appui sur cette zone : 1530 / 1517 / 1510 € et plus précisément sur le support constitué par une extension de plat de kijun à 1519,91 € Espérons-le.

CCI et MACD sembleraient eux aussi annoncer une " respiration "

Car du point de vue fondamental si l'inflation se concrétise de plus en plus aux usa et font douter le consommateur us, et si ce n'est pas demain la veille que la FED ( et la BCE ) remonteront leurs taux ( laissant ainsi à l'or un différentiel positif ), la baisse des marchés actions qui semble se profiler aboutira peut-être, comme cela s'était passé en mars 2020, à une baisse de l'or , les acteurs des marchés actions allant cherché sur l'or quelques subsistances ...

Il y a aussi l'opinion émise par l'auteur de l'article rapporté dans le post précédent où son auteur met en lumières des " arrangements " entre la BoE et le LMB qui aboutirait in fine à contrôler le prix de l'or en l'empêchant - c'est ici le cas - de monter alors même que les règles de Bâle 3 auraient du aboutir à l'inverse.

Voudrait-on permettre aux HF émetteurs d'or papier d'éviter de se couvrir en or physique qu'on ne s'y prendrait pas autrement.

Sans oublier les positions baissières sur l'or que certains auraient prises et qui seraient peut-être " en difficulté " si ces mêmes règles de Bâle 3 venaient à être scrupuleusement appliquées.

Alors ça va peut-être chahuter un peu ( beaucoup ? ) mais in fine, comme en matière de dettes, de bilans des BC etc ... faudra bien un jour ou l'autre remettre les choses en l'état.

Et comme l'écrit l'auteur de l'article rapporté : " Au bout du compte, c’est toujours celui qui a l’or physique dans ses mains qui dicte ses règles "

  
Répondre
MITTE MITTE
16/07/2021 20:54:51
1

Le cours de l'or toujours sous contrôle.

Publié par Laurent Maurel | 14 juil. 2021 | Articles 4443

Depuis des mois, le FMI était d’accord avec la Fed à propos du fait que l’inflation serait transitoire. Cette semaine, le FMI est obligé d’admettre que cette période transitoire va durer plus longtemps que prévu.

Le FMI doit même désormais prévoir une période d’inflation prononcée, et ce, pour une longue période.

Le chiffre qui inquiète particulièrement le FMI concerne l’augmentation des prix de la nourriture : Globalement, la hausse est de 4.8% en mai, soit 40% de plus que l’an dernier à la même époque. L’indice FAO du prix de la nourriture est à son plus haut depuis 2011.

Aux États-Unis, le dernier chiffre CPI publié mardi est un choc pour ceux qui ont fait confiance aux annonces rassurantes de la Fed. L’inflation s'accélère avec une hausse de l’indice CPI de +0.9% en juin, loin des prévisions de +0.5%. C’est une hausse de +5.4% (vs +4.8% attendu) par rapport au même mois l'an dernier. La hausse annualisée dépasse désormais les 11%, et il va falloir beaucoup d’énergie à la Fed et à son président pour continuer à promettre que cette inflation sera contenue sans action déterminante immédiate sur les taux.

Pour le moment, Jérome Powell n’a pas trop de soucis à se faire, il n’a jamais été remis en cause sur ses décisions monétaires. Un sondage de Bank of America révèle même que plus de 70% des personnes interrogés pensent que cette inflation est transitoire. Le message longuement répété par les autorités monétaires est largement imprimé dans les têtes…

Mais sur le terrain, la perception commence à être différente.

Pour expliquer cette inflation, l’excuse de la crise sanitaire qui a contribué à modifier la chaîne de production a désormais bon dos.

L’immobilier américain est en surchauffe et son ascension n’a jamais été aussi rapide. Et cette hausse est directement liée à l’action de la Fed.

Les banques centrales ont "boosté" la demande de manière artificielle : aujourd’hui les paiements des emprunts immobiliers sont à un plus bas par rapport aux autres revenus.

C’est le moteur de la hausse immobilière actuelle. Au moment où l’inflation commence à accélérer, les plus aisés, qui ont justement été favorisés par la politique monétaire de la Fed, renchérissent automatiquement les offres des primo accédants. Aux États-Unis, on commence même à voir le concept de daytrading dans l’immobilier, des biens qui s’échangent deux fois en une journée ! Et comme c’est souvent le cas dans ces phases d’inflation rapide, les banques d’investissement se mettent également à acheter des biens immobiliers.

La Fed, en poursuivant son programme de rachats d’obligations MBS dans un tel contexte, entretient la surchauffe insensée d’un secteur qu’elle a déjà largement contribué à amener à des valeurs artificiellement hautes.

Par rapport au niveau des salaires, les prix immobiliers sont désormais sur une pente très dangereuse.

Il est ainsi devenu quasi impossible de trouver des travailleurs peu qualifiés dans certaines zones tendues aux États-Unis.

Mais il n’y a pas que dans l’immobilier que le phénomène se ressent. L’inflation est désormais palpable, d’une semaine à l’autre, dans les achats quotidiens. Les américains se ruent sur les stations essence en anticipation d'une hausse à venir. GasBuddy rapporte une hausse de 4.7% de la demande en une semaine, soit 6% de plus que la moyenne des 4 dernières semaines. Il s’agit de la hausse la plus importante de la demande à la pompe depuis 2019.

Dans la phase actuelle ou l’inflation s’accélère, le niveau des prix devient assez difficile à fixer sur le court terme. Les mécanismes traditionnels de “price discovery” par la loi d’offre et de la demande commencent à s’éroder. Là aussi, c’est une conséquence directe des actions d'‘interventions monétaires. Cela se remarque encore plus sur le marché des obligations douteuses, les fameux Junk Bonds, dont la valeur de rendement est aujourd’hui inférieure à l’inflation ! Une entreprise sans client et sans revenu peut emprunter sous le taux réel de l’inflation ! Opération tout simplement impossible sans l’intervention de la Fed sur les taux. La demande crée par cette ce type d’entreprises zombies est totalement artificielle et entretient à son tour la hausse des prix.

La monétisation de la dette enclenchée par les banques centrales atteint désormais près de $25 000 milliards et on voit bien comment cette monétisation commence à avoir un effet décisif et irréversible sur le niveau de l’inflation.

C’est très simple à ce niveau : soit les banques centrales continuent de prétendre que cette monétisation n’a aucun impact et laissent filer l’inflation, soit elles reconnaissent la dangerosité du phénomène dans la vie réelle et se décident au contraire à agir tout de suite en stoppant net la phase d’expansion de leur bilan la plus importante de leur histoire. À ce moment-là uniquement, on arrêterait la catastrophe que l'inflation est en train d'imposer à l'économie réelle. Mais cette action aura pour conséquence logique de crever la bulle financière, elle aussi la plus importante de l’histoire.

Toute autre action n’est en fait qu’anecdotique. Toute tergiversation, toute tentative de rassurer ou de gagner du temps, toute hésitation aura un prix que nous devrons payer dans nos achats quotidiens, quelque soit l’endroit où l’on se trouve dans le monde.

Parce que cette inflation est contagieuse dans notre économie mondialisée.

En Allemagne, l’inflation se propage au marché immobilier de manière exponentielle :


Les cours de l’or ne profitent pas encore d’une demande visant à se protéger contre cette inflation qui s’accélère.

Les cours sont directement sous l’emprise du marché des futures. Le 7 juillet dernier, 2 millions de contrats ont été vendus en 1 minute dans une énième opération de spoofing, sans que la moindre once d’or ne soit échangée.

Tout comme de nombreux actifs obligataires, les cours de l’or sont totalement décorrélés de l’offre et de la demande. Le mécanisme de détermination des prix est faussé par des “outils” qui permettent aux autorités monétaires de changer la perception de leurs politiques monétaires inflationnistes.

Ces outils cassent peut-être la perception des marchés sur le retour de l’inflation, mais ils ne permettent en tout cas pas d’agir sur les stocks physique qui continuent à s’éroder.

Comme à chaque fois, ces “flush” sur les marchés des futures donnent de nouvelles opportunités pour des livraisons physiques de plus en plus nombreuses.

En Inde, la demande d’or a repris de plus belle :

En Chine, la demande dans le secteur technologique s’est tari…

… mais la demande d’or physique est en hausse : plus de 130 tonnes d’or ont été livrées à Shangaï, soit 25% de plus que le mois précédent.

Sur le Comex, c’est surtout l’argent physique qui profite d’une véritable ruée : depuis février dernier et le lancement du Silver Short Squeeze, près de 50 millions d’onces ont été retirées des stocks du marché des futures. Il n’en reste plus que 15 millions.

Le contrôle des cours des futures se fait au prix d’un drainage historique des barres physiques de métaux précieux. En protégeant la hausse de ces cours, les banques préparent la grande pénurie des métaux que nous allons connaitre prochainement, et en particulier sur l’argent physique qui, contrairement aux autres métaux, est à un prix dérisoire par rapport à ses plus hauts de 1980 :

Ce contrôle des cours des métaux précieux place aussi les détenteurs de comptes métaux dans une situation inédite. Le niveau de ré-hypothécation et l’effet de levier engendrés par un tel volume de contrats papiers nécessaires à encadrer le prix des futures limitent considérablement les possibilités de livraison : il y a de plus en plus de détenteurs de promesses de livraisons pour de moins en moins de métal physique disponible, un peu comme dans le fameux jeu de la chaise musicale. Même si la plupart des détenteurs de ces promesses ne recherchent pas forcément une exposition physique, en cas de hausse significative des cours, la moindre demande de livraison d’une minorité parviendrait à faire peser un risque important sur les fournisseurs de ces contrats, mettant aussi en péril les autres clients “papier” de ces fournisseurs.

C’est justement ce type de risque que la proposition Bâle III s’est attelée à contrer, en demandant aux participants d’augmenter de manière significative leurs collatéraux physiques. La semaine dernière, la LBMA a obtenu de la part de la BoE la possibilité de ne pas appliquer les nouvelles règles qui aurait forcé l’association à limiter le volume de contrats papier disponibles pour ses participants. Cela aurait eu bien entendu un effet sur le mécanisme du marché des futures du Comex qui s’appuie sur les capacités du LBMA à créer cette “liquidité”.

Cette nouvelle a fait l’effet d’une bombe dans la communauté des “Gold Bugs”, qui se demandent encore aujourd’hui pourquoi l’organisme londonien obtiendrait un passe-droit par rapport aux autres acteurs du marché. Certains investisseurs attendaient justement la mise en place de cet accord pour espérer la mise en place d’un véritable marché physique plus axé sur l’offre et la demande. On a senti beaucoup de découragements dans cette communauté depuis la semaine dernière. L’or est encore sous l’emprise du marché des futures pour l’avenir immédiat, et cela accroit encore sentiment négatif du secteur.

Historiquement, c’est justement dans ces phases de grande déprime que j’ai fait mes meilleurs achats !

Il va falloir en tout cas observer comment les autres places de marché accueilleront cette faveur laissée au LBMA d’organiser ses propres règles dans un marché de l’or de plus en plus ouvert vers les places asiatiques et du Moyen-Orient.

Au bout du compte, c’est toujours celui qui a l’or physique dans ses mains qui dicte ses règles.

Source originale: Recherche Bay

  
Répondre
MITTE MITTE
16/07/2021 06:16:30
1

Et bien nous sommes pile poil sur la résistance des 1549,04 € ayant clôturé hier sur les 1548,88 €

Après le T1 d'avant-hier on a fait hier un tout tout petit T2. Les BB se sont bien ouvertes, tout semble positif.

Toutefois il y a cette résistance à passer et il ne serait pas surprenant que nous soufflions un peu, l'essentiel étant de rester au-dessus du nuage.

  
Répondre
MITTE MITTE
15/07/2021 08:55:42
0

En complément du post précédent :

Jérôme Powell est donc intervenu devant le Congrès américain à l'occasion de son témoignage semi-annuel de politique monétaire.

Le président de la Fed a admis une hausse "notable" de l'inflation, qui devrait selon lui rester élevée durant les prochains mois... Il a indiqué que la banque centrale américaine restait prête à ajuster sa politique si l'inflation augmente trop fortement. Néanmoins, il anticipe toujours un retour ultérieur au calme et une stabilisation. D'après son analyse, l'inflation devrait rester élevée cette année puis se modérer...

Le patron de la Fed a constaté par ailleurs la hausse des valorisations des actifs, mais ne s'alarme pas et évoque "des niveaux généralement solides" de stabilité financière. Les discussions concernant le tapering, la réduction des achats d'actifs de la Fed actuellement logés à 120 milliards de dollars par mois, devraient se poursuivre lors des prochaines réunions. Il a souligné que la banque fournirait "un préavis" avant d'annoncer toute décision d'apporter des changements. Le grand timonier de la Fed a estimé que la croissance américaine devrait atteindre cette année son plus haut niveau depuis des décennies. Powell souligne bien toutefois que le marché américain du travail est loin du niveau requis pour procéder au tapering... La Fed veut donc observer des progrès supplémentaires de ce point de vue avant d'agir et de réduire son soutien à l'économie. Cela semble rassurer les marchés, qui ne 'pricent' pas pour l'heure l'hypothèse d'une inflation durablement haute.
Pour Powell, il reste beaucoup de chemin à faire sur le marché de l'emploi, qui est à 7,5 millions de postes de son niveau pré-pandémique, les difficultés affectant particulièrement les travailleurs à bas salaires et les minorités. Le taux de participation à la force de travail reste en outre déprimé, note Powell.

Notons par ailleurs que Steve Mnuchin, ancien Secrétaire américain au Trésor, a jugé pour sa part que l'inflation n'était pas transitoire et qu'il fallait que la Fed procède au tapering sans attendre. Le patron de BlackRock a lui aussi jugé que la hausse des prix "allait durer"...

Les choses se compliquent d'ailleurs concernant l'inflation aux États-Unis, n'en déplaise à la Fed : L'indice des prix à la production pour le mois de juin a progressé de 1% en comparaison du mois antérieur selon le rapport du jour, alors que le consensus des économistes était de 0,5%. En glissement annuel, l'indice des prix à la progression s'envole de 7,3% contre 6,8% de consensus. Hors alimentaire et énergie, le PPI américain s'est apprécié de 1% en comparaison du mois de mai, deux fois plus que prévu. Il augmente de 5,6% en comparaison de l'an dernier, contre 5,1% de consensus.

Les chiffres de l'inflation américaine sont ressortis également préoccupants : Ainsi, l'indice US des prix à la consommation du mois de juin a grimpé de 0,9% en comparaison du mois antérieur, bien plus que prévu puisque le consensus était de +0,5%. L'indicateur ajusté, hors alimentaire et énergie, a lui aussi progressé de 0,9% par rapport au mois précédent, contre 0,4% de consensus. Le CPI monte donc de 5,4% en glissement annuel, contre 4,9% de consensus. Le CPI ajusté, hors éléments volatils, augmente de 4,5% par rapport à l'an dernier, contre 4% de consensus... Ainsi, les prix à la consommation aux Etats-Unis ont affiché là leur plus forte hausse en 13 ans !

Ce jeudi, les inscriptions hebdomadaires au chômage seront à suivre de près... L'euro pointe en attendant au-dessus des 1,18/$ entre banques. Le bitcoin se stabilise à 32.540$ sur CoinMarketCap.

Sur les marchés obligataires, le rendement du T-Bond US à 10 ans évolue à 1,37% et le 30 ans à un peu plus de 2%.


  
Répondre
MITTE MITTE
15/07/2021 08:05:04
1

L'Or en €, en journalier et en Ichimoku réalise nos " souhaits " exprimés hier :

- poursuite de la hausse,

- on franchit le Super-Trend qui pusse donc positif,

- on sort et on clôture au-dessus du nuage,

- on clôture par un T1,

- la tenkan coupe à la hausse la kijun ouvrant ainsi une zone tenkan/kijun haussière,

- on a fait un plus haut à 1548,06 juste juste sous la résistance à franchir constituée, comme dit hier, par une extension de plat de tenkan à 1549,04.

Faut maintenant concrétiser tout ça et franchir en clôture les 1549,04 € et surtout que la lagging span passe à travers du petit cluster de résistances représentées par l'extension de tenkan et par les bougies qui sont venues travailler ce niveau pendant 8 à 9 jours.

Le CCI passe en léger surachat mais comme la MACD ces deux indicateurs ont encore du grain à moudre.

L'idéal serait bien entendu de franchir ces 1549 € et de venir ensuite le retester comme support.

Du côté du fondamental, Jérôme persiste et signe : inflation transitoire, croissance pas encore à son niveau, poursuite du soutien et on laisse filer l'inflation. Les marchés us ont apprécié ( en ce sens qu'ils n'ont pas trop augmenté ni baissé ).

L'Or aussi.

Si le variant delta refroidit l'ensemble économique, les goulots d'étranglement persisteront, goulots matériels et humains, le soutien de la FED aussi, l'inflation aussi, donc c(est tout bon pour l'Or.

Ce matin l'Or en € stable sur les 1544,90 € juste sous la résistance des 1549,04 €.

A suivre.

  
Répondre
MITTE MITTE
14/07/2021 07:47:15
2

L'Or en €, en journalier et en Ichimoku a clôturé d'un soupçon de dixièmes d'€ au-dessus de son nuage : clôture à 1533,87 € pour un SSA à 1533,41 €.

Il est venu buter sur le Super-Trend à 1536,53 €.

Il a apparemment pris appui sur l'extension de plat de kijun citée hier à 1519,91 € et a donc aussi clôturé au-dessus de l'extension de plat de kijun positionnée à 1524,80 €.

C'est plutôt bon signe que les cours refranchissent les plats faits précédemment par la kijun et par la tenkan.

Justement, la prochaine résistance, outre le franchissement du Super-Trend à 1536,53 € qui devrait le faire passer positif, c'est l'extension de plat de tenkan à 1549,04 €.

La tenkan se redresse et la lagging span n'a toujours pas d'obstacles devant elle jusqu'à la tenkan située au-dessus d'elle à 1549,04 €.

Le CCI et la MACD plutôt positifs vont de pair avec les cours, le tout dans un contexte fondamental puisque l'inflation continue doucement de grimper alors même que les BC ne bougent pas et, selon leurs discours ou absences de discours ne sont pas prêtes à relever leurs taux.

Les marchés semblent vouloir toujours leur donner du crédit :

" Des données publiées dans la journée montrent que les prix à la consommation aux États-Unis ont enregistré le mois dernier leur plus forte hausse depuis 13 ans, en raison de difficultés sur les chaînes d'approvisionnement et du rebond des coûts dans les services liés aux voyages.
Il s'agit d'une hausse des prix principalement temporaire, estiment les économistes, s'alignant sur la position de longue date du président de la Réserve fédérale américaine (Fed) Jerome Powell.
"Avec la croissance dominant la valeur, le constat est clairement que l'inflation, d'un point de vue du marché, n'est pas une réelle menace sur le long terme", a commenté Keith Buchanan, gestionnaire de portfolio chez Globalt Investments à Atlanta, en Géorgie. "

Laissons les croire ce qu'ils veulent mais notons quand même que :

" Dans un premier temps, le S&P-500 et le Nasdaq ont enregistré de nouveaux gains mais ont rapidement chuté après qu'une mise en vente de bons du Trésor américain à trente ans a attiré moins de demande que ne l'anticipaient certains investisseurs. "

Alors si ni la FED ni les marchés ne veulent croire à une inflation durable parce qu'ils ne veulent pas casser leurs joujoux respectifs, mais que le 30 ans US attire moins c'est que la FED et les marchés seraient prêts à accepter une hausse des prix ( et des taux longs ) dans des proportions raisonnables.

Ce qui somme toute continuerait d'être, amha, bénéfique à l'Or le différentiel inflation vs taux longs ( voire courts ) étant toujours positif, donc positif pour l'Or.

Jusqu'au moment où la machine s'emballera.


  
Répondre
Luncyan Luncyan
13/07/2021 23:21:39
0

Transitoire

  
Répondre
Babou120 Babou120
13/07/2021 23:04:47
0

Lumineux, aveuglant.

  
Répondre
MITTE MITTE
13/07/2021 16:08:28
1

Publié le 13/07/2021 à 15h32

USA: Plus forte hausse des prix à la consommation depuis 2008
© Reuters

WASHINGTON (Reuters) - Les prix à la consommation aux Etats-Unis ont enregistré en juin leur plus forte hausse depuis 13 ans en raison de difficultés sur les chaînes d'approvisionnement et du rebond des coûts dans les services liés aux voyages, ce qui devrait alimenter les craintes d'un resserrement monétaire prématuré.

L'indice des prix à la consommation (CPI) a augmenté de 0,9% d'un mois sur l'autre, après 0,5% en mai, une hausse sans précédent depuis juin 2008, montrent les statistiques publiées mardi par le département du Travail.

Sur un an, sa progression revient à 5,4%, après +5,0% le mois précédent, sa plus forte hausse depuis août 2008.

Les économistes interrogés par Reuters prévoyaient en moyenne une hausse de 0,5% d'un mois sur l'autre et une hausse de 4,9% en rythme annuel.

L'indice d'inflation de base ("core CPI"), qui exclut l'énergie et les produits alimentaires, deux catégories plus volatiles, est ressorti en hausse de 0,9% le mois dernier et de 4,5% sur un an alors que le consensus Reuters le donnait à +0,4% et +4,0% respectivement.

Sur les marchés financiers, les futures des indices de Wall Street se sont retournés à la baisse après la publication des chiffres de l'inflation, le rendement des Treasuries à dix ans a atteint un plus haut d'une semaine, à 1,39%, et le dollar gagnait plus de 0,4% face à un panier de devises internationales.

Plusieurs responsables de la Réserve fédérale, dont son président Jerome Powell, ont dit à plusieurs reprises s'attendre à une hausse passagère de l'inflation, due à des facteurs temporaires.

La Fed a néanmoins revu à la hausse ses prévisions d'inflation lors de son dernière réunion de politique monétaire, en incluant trois ans d'inflation supérieure à l'objectif de 2%, ce qui suggère, avec les nouvelles projections de taux, que les craintes d'une surchauffe de l'économie ont augmenté chez ses membres.

"Cela va vraiment exciter les responsables les plus 'faucons' de la Fed et intensifier le débat sur une réduction des achats d'actifs. Si ces pressions inflationnistes sont encore élevées d'ici la fin de l'année, vous verrez le marché commencer à anticiper une hausse des taux d'intérêt plus tôt que prévu," a déclaré Edward Moyan, analyste senior chez OANDA.

*******************************************************************************

Toujours amha la FED ne touchera pas à ses taux, tout au-moins pendant 3 ans si on est logique avec ses déclarations antérieures.

On en est déjà à + 5,4 % pour le CPI contre 1,39 % pour les Treasuries à 10 ans.

On connaît la position de Lagarde sur le sujet alors .... et alors l'or monte aujourd'hui.

Les BC laisseront filer l'inflation. On ne cherche pas à s'auto-convaincre c'est la logique même : remonter les taux c'est casser la machine.

  
Répondre
MITTE MITTE
13/07/2021 07:06:52
1

Or en € - Journalier - Ichimoku.

Une extension de plat de kijun jour avait bien soutenu les cours sur les 1483 €.

Ce serait opportun que les cours trouvent de nouveau appui sur une nouvelle extension de plat de kijun jour, cette fois-ci sur les 1519,91 € avait de se repositionner un peu plus haut sur les 1524,80 €.

La tenkan devrait, mathématiquement, monter les prochains jours avant de se stabiliser sur ces mêmes niveaux.

Droites plates, nuage plat, ça consolide à plat. Après chacun y verra selon son humeur et sa vision des choses.

On aura noté la grande mèche basse d'hier.

On parle de plus en plus d'une " dédollarisation " du monde monétaire. Quel est la monnaie, l'instrument monétaire qui va se substituer au roi dollar dont beaucoup voudrait voir soit sa chute, soit son affaiblissement à commencer par les Russes et les Chinois ?

On parle du Yuan, on parle de monnaies numériques, on parle de l'Or qui voit sa part être renforcée dans les fonds de réserve des BC, tout au-moins dans certaines : Russie, Pologne, autres ...

Peut-être un peu des trois ? Et comme en toutes choses, la diversification ne peut pas être un mauvais choix.

La dédollarisation prendra du temps car le pétrole est payé en $ et le pétrole on en aura encore besoin un bon bout de temps. A moins que la Chine n'arrive à acheter son pétrole ( à l'Iran par exemple ) en le payant en Yuan.

Tout ça prendra du temps, alors l'Or aura sa part à jouer dans cet écheveau.



  
Répondre
MITTE MITTE
09/07/2021 10:24:39
2

Alors, qu'est-ce que nous disions, qu'est-ce que nous écrivions ? ( le " nous " étant bien sûr un " nous " collectif )

Et bien que les BC laisseraient filer l'inflation.

Et, bingo : "

La Banque centrale européenne prête à laisser l’inflation dépasser 2 %

La BCE a présenté une grande révision stratégique, clarifiant son objectif de hausse des prix et incluant le changement climatique dans ses objectifs.

Par Eric Albert

Christine Lagarde aura réussi à prendre par surprise le petit monde des banquiers centraux en annonçant bien plus tôt que prévu les résultats de sa révision stratégique, qui étaient attendus à l’automne. La présidente de la Banque centrale européenne (BCE) les a présentés lors d’une conférence de presse surprise jeudi 8 juillet. Elle annonce un dépoussiérage technique mais important du fonctionnement de l’institution de Francfort, pilier de la zone euro.


Principale conclusion : la BCE reconnaît explicitement qu’elle est prête à laisser l’inflation dépasser son objectif de 2 % « temporairement » si les prix ont précédemment été inférieurs à ce niveau. « Les 2 % ne sont pas un plafond », souligne Mme Lagarde

*************************************************

Inutile de commenter, hein .... ?

Hier, respiration après 6 jours de hausse. Le franchissement du nuage, résistance " naturelle ".

On verra demain matin.


  
Répondre
MITTE MITTE
08/07/2021 14:42:08
2

Pour le moment ça se passe plutôt bien.

On sort du nuage, on clôture également au-dessus de la kijun et la lagging span n'a toujours pas d'obstacles majeurs à proximité.

CCI et MACD toujours bien orientés, y-a encore de la marge à la hausse, seul l'Adx voit sa " force " diminuée.

Faudrait quand même que la tenkan et la kijun se mettent à soutenir les cours de manière plus nette.

L'essentiel serait que les cours se maintiennent au-dessus du nuage et au-dessus des droites tenkan et kijun.

Le fondamental aide beaucoup il est vrai, la chute des taux obligataires US aide bien l'Or et ce n'est pas les désordres sanitaires actuels qui vont arranger les choses.

Alors et si les taux s'arrêtaient de baisser, voire remonter avec la croissance etc .... ?

On n'y est pas et peut-être que d'ici là, la véritable inflation, structurelle celle-là et non plus conjoncturelle ( comme peut-être actuellement ) prendra le relais du soutien à l'Or.

On reste en effet persuadé que les BC laisseront filer l'inflation.

  
Répondre

Forum de discussion Général

202107270657 756850
ebook trading Téléchargez gratuitement le guide du trader 2021

Améliorez votre compréhension du climat économique avec le guide annuel d’Alvexo plébiscité par les traders afin de prendre des décisions de trading avisées.