bourse investir
OK

Psychologie des marchés - le comportement du petit


Comme expliqué dans l'introduction à l'Analyse Technique, le marché évolue avec bien plus de secousses que les sociétés qu'il valorise.

Quel est donc ce moteur? Simplement l'effet des vraies et fausses nouvelles. Celles-ci malmènent les cerveaux des pauvres (façon de dire) investisseurs et les font réagir dans les deux sens.

L'exemple d'Alcatel, à l'automne 1998 est typique. Son PDG avait dit "Tout est au poil pour 1998!" puis s'est ravisé à l'automne: "Euh, en fait, c'est à peu près au poil, on fera du bon, mais un peu moins que prévu". Immédiatement, ça a été la sanction, exagérée au possible. Le titre a perdu environ 40% dans la journée avec des volumes d'échange invraisemblables.

Ce scénario s'est répété à de maintes reprises au cours de l'année 2000 et en 2001, mais l'affaire Alcatel a révélé un phénomène nouveau puisque c'était la première fois qu'une société du CAC 40 subissait un tel camouflet en une journée.

L'entreprise Alcatel n'a pas changé pour autant! C'est toujours la même, avec sa technologie avancée et son personnel dans ses usines et ses bâtiments. Sans être au courant de l'émeute en cours, j'en aurais donné la même valeur que la veille.

C'est cela, toute la folie de la bourse. Supposez que vous ayez eu tout votre capital en actions Alcatel: vous auriez eu 40% de pertes en une journée! Pas moyen de refiler vos actions à bon prix le lendemain alors que la veille seulement, elles seraient parties sans problème. Dur, surtout s'il s'agit de votre capital épargné sou après sou sur un salaire...

Voici donc une clé du marché que j'appelle "l'effet trouille", tout simplement. Si l'on vous dit: "Vendez tous vos biens, demain c'est la faillite!" imaginez la tempête dans votre cerveau. "Si je ne vends pas, je vais tout perdre" va provoquer la ruée au guichet pour solder à n'importe quel prix. Bonjour la chute, car que vaut alors ce dont personne ne veut plus ?

C'est donc la chute, verticale. Cette peur de tout perdre crée une spirale de baisse, la vente des uns fait la baisse qui va faire vendre les autres, etc. Ainsi, la bourse chute très brutalement lors de tous les cracks boursiers. L'effet trouille est un multiplicateur puissant d'une dénégation sur un titre. Le fait qu'une foule délaisse un titre au lieu d'un seul individu, provoque des chutes exagérées.

Continuons l'analyse de ce cycle: A la fin de cette chute, les actions vont donc se trouver à un prix très bas. Personne n'en voudra, bizarrement, alors que bien souvent ce cours sera trop bas par rapport à la valeur réelle des actifs représentés.

Il est alors opportun d'acheter peu à peu lors de cette phase assez stable. Pourquoi? Après cette phase stable s'amorcera une reprise. Faible au début, elle va s'affirmer de plus en plus. A ce moment là, vous lirez un peu partout: achetez "xxx". A la consultation des cours, vous vous direz que c'est effectivement vrai et vous achèterez.

Vous allez profiter de la fin de la hausse et aurez alors en portefeuille des actions gagnantes. Mais tout a une fin et l'action va culminer puis amorcer une baisse.

Vous vous direz que c'est une pause parce que les articles de presse sont encore élogieux et puis vous avez encore envie de gagner. C'est la conséquence de l'effet cupidité qui va vous faire perdre ce que vous aviez gagné.

L'effet trouille qui prendra peu à peu place ensuite va alors vous faire vendre à cause du faux "C'est bon, je n'ai rien perdu!". Pas de problème, les vieux renards vous regardent et profiteront de toutes ces vagues. Sans compter les commissions encaissées par celui, réjoui, qui assiste à vos gigotements.

Voilà donc les deux mamelles de la bourse: trouille et cupidité. Que l'investisseur qui n'en a jamais été victime lève le doigt! Ces deux sentiments font admirablement danser les cours d'entreprises bien moins fiévreuses dans la réalité.

Suite du cours de psychologie: L'art de manier le marché ou l'aventure de ceux dont le rôle est de gérer les fortunes du monde.

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :

Twitter Facebook Google Plus Linkedin email

A lire également
Pour aller plus loin