OK
Accueil > Communauté > Forum Wall Street 30

Forum Wall Street 30

Cours temps réel: 31 265,02  -0,40%



LBWB LBWB
12/03/2020 22:15:06
2

Faites vos jeux


La cathédrale ou les 50 %

  
Répondre
Obywan Obywan
12/03/2020 22:08:13
0

L'indépendance... je crois que tu mélanges tout... à ce que j'ai essayé de me faire comprendre


La Chine bien entendu ne va pas s'arrêter de produire.. mais elle s'y retrouvera moins car justement l'économie mondiale en sera moins dépendante.

Et ce sera pareil avec les Amériques.


On n'en reparlera :))

  
Répondre
gars d'ain gars d'ain
12/03/2020 21:50:19
0

Faux...


La Chine va produire pendant que le reste du monde sera au chômage ... Elle a tout remis en route.

  
Répondre
Obywan Obywan
12/03/2020 21:47:40
1

Un mal pour un bien, un rapatriement des entreprises, une future hausse de l'emploi, fin d'une dépendance pour la Chine et les Amériques !


Tant mieux !


Enfin c'est ce que je pense.. et me semble t'il pour pas mal de monde autour de moi.

  
Répondre
gars d'ain gars d'ain
12/03/2020 21:42:17
0

Le Dow Jones plonge de 10% pour son plus mauvais jour depuis le crash de 1987, alors que la peur des coronavirus écrase les taureaux de Wall Street


Published: March 12, 2020 at 4:24 p.m. ET /// By Mark DeCambre • Traduit avec " deepL"

Les actions américaines ont fait un nouveau plongeon jeudi, poussant l'indice S&P 500 et le Nasdaq Composite dans un marché baissier et mettant officiellement fin à une hausse record de 11 ans - et de manière spectaculaire. Les incertitudes concernant l'impact économique de COVID-19, la maladie infectieuse qui a pris naissance à Wuhan, en Chine, en décembre et qui a infecté 128 000 personnes, ont décimé l'appétit des investisseurs.

Les inquiétudes concernant l'accélération des problèmes dans le secteur pétrolier ont également contribué à alimenter la vente presque aveugle d'actifs considérés comme risqués et comme des valeurs refuge, comme les obligations et l'or. L'indice S&P 500 SPX, -9,51% a chuté de 9,51% à 2 480,64, l'indice Dow Jones Industrial Average DJIA, -9,98% a chuté de 9,99% pour finir à 21 200,62, ce qui représente la pire baisse en pourcentage pour les blue chips depuis octobre 1987. Pendant ce temps, le Nasdaq Composite Index COMP, -9,435% a abandonné 9,43% pour clôturer à 7 201,80.

Mercredi, le Dow est tombé dans un marché baissier et le Nasdaq et le S&P 500 ont rejoint l'indice de référence jeudi. Une baisse d'au moins 20 % par rapport à un récent pic record est la définition largement acceptée d'un marché baissier. "Une baisse d'au moins 20 % par rapport à un récent pic record est la définition largement acceptée d'un marché baissier. Il ne fait guère de doute que l'impact à court terme sur l'économie sera dramatique.

La probabilité d'au moins un quart de croissance économique négative est élevée", ont écrit les stratèges de SunTrust Advisory dans une note de fin de journée. "Par conséquent, une question clé pour les investisseurs à long terme est : Les effets économiques du coronavirus sont-ils susceptibles d'être similaires à ceux d'une tempête ou vont-ils causer des dommages permanents à l'économie", ont écrit les analystes.

Message complété le 12/03/2020 21:42:36 par son auteur.

https://www.marketwatch.com/story/dow-plunges-10-and-marks-worst-worst-day-since-the-1987-crash-as-coronavirus-crushes-wall-streets-buying-sentiment-2020-03-12?mod=MW_article_top_stories

  
Répondre
tirelire19 tirelire19
12/03/2020 10:52:42
2

Ne cherchez pas loin qui sont les responsables de l' effondrement boursier actuel .

1 Le Canard avec son protectionnisme et taxation , le pourvoyeur d' une dette colossale qui rendra les USA insolvables

2 La FED qui aura déversé des liquidités comme cela n' a jamais été fait sans compter des taux d' intérêts absurdes .

Côté graphique , l' effondrement boursier de Trump va se réaliser premier objectif 20 500 points mais le grand objectif est à 13 000 points , la décote sera monstrueuse .

  
Répondre
gars d'ain gars d'ain
11/03/2020 21:37:35
0

L'augmentation de la dette des entreprises n'entraînera pas la création d'un grand nombre d'"anges déchus", selon BofA


Published: Jan. 21, 2020 at 6:45 p.m. ET // By Joy Wiltermuth • Traduit avec "DeepL"

https://www.marketwatch.com/story/ballooning-corporate-debt-wont-lead-to-a-large-flock-of-fallen-angels-bofa-says-2020-01-21

_______________________________________________________________________________________________________

Là où d'autres voient des problèmes, les chercheurs de la BofA estiment que le risque que les notations de qualité des investissements tombent à la poubelle lors de la prochaine récession est limité


Vous avez entendu les avertissements : La dette des entreprises américaines est une grande menace.

Les entreprises ont emprunté plus que jamais ces dernières années, alors que la qualité de leur dette n'a cessé de se dégrader. Cette situation inquiétante a conduit un flux constant de régulateurs, d'investisseurs et d'organismes de surveillance financière à voir les nuances du gâchis des prêts hypothécaires à risque de 2007-2008 dans la dette des entreprises.

Mais même avec la composition actuelle plus fragile de la pile d'obligations d'entreprises américaines de près de 9,2 milliards de dollars, les analystes de BofA Global Research s'attendent à ce que la prochaine récession ne produise qu'une quantité limitée d'"anges déchus", c'est-à-dire de sociétés dont les notations convoitées de qualité d'investissement tombent à un niveau élevé.


L'équipe de BofA chargée de la notation des investissements a établi ce graphique pour souligner son point de vue, à savoir que les déclassements d'obligations notées BBB en obligations à haut rendement (ou à haut risque) sont en baisse depuis 2015, malgré un boom des émissions à la limite des deux tranches de dette.


En effet, alors que l'année dernière, la part des obligations notées BBB a atteint un niveau record de 50 % de toutes les obligations d'entreprises américaines de qualité investissement (IG) en circulation, les déclassements de la tranche de notation BBB à la catégorie "junk" ont également atteint un niveau record de 0,3 %, selon les données de la BofA.

"Cela témoigne de la résistance des grands BBB qui sont à la fois désireux et capables de défendre leurs notations IG", a écrit une équipe d'analystes de BofA Global Research dirigée par Hans Mikkelsen.


"Nous prévoyons moins de 100 milliards de dollars de Fallen Angels au cours de la prochaine récession", a écrit son équipe. "Certains diront qu'un pourcentage plus élevé de BBB sera déclassé, mais si l'on regarde les entreprises individuelles, les détails montrent clairement que le risque de Fallen Angels est faible".


Ces prévisions contrastent fortement avec une nouvelle mise en garde de Scott Minerd, directeur des investissements mondiaux chez Guggenheim Partners, qui considère le montant record de la dette accumulée par les entreprises américaines comme une vulnérabilité clé en 2020.

La semaine dernière, des chercheurs de la Banque fédérale de réserve de New York ont également averti que les déclassements de la vague d'obligations se situant à l'extrémité inférieure du spectre des investissements posent un problème de stabilité financière. En octobre, dans son rapport annuel sur la stabilité financière mondiale, le Fonds monétaire international a déclaré que quelque 19 000 milliards de dollars de dettes d'entreprises dans le monde pourraient être menacés par une récession deux fois moins grave que la crise financière mondiale.


Pourtant, l'équipe de Mikkelsen s'attend à ce que les importantes entrées de fonds de l'année dernière dans le crédit américain se poursuivent et continuent de soutenir les écarts de crédit des entreprises, ou le niveau que les investisseurs exigent pour être payés par rapport à une référence sans risque, en partie en raison de l'expansion des bilans des banques centrales mondiales.

Ce graphique montre les milliards de dollars de capitaux injectés dans les obligations américaines de première qualité et les fonds négociés en bourse pendant la plupart des semaines depuis le début de 2019.


Le fonds iShares iBoxx $ Investment Grade Corporate Bond ETF LQD, -3,28%, qui est le plus important fonds négocié en bourse du secteur en termes d'actifs, a réalisé un rendement de près de 17,5% par rapport à l'année dernière, soit environ 9,7% de moins que le SPX de l'indice S&P 500, -4,88% ; le rendement est d'environ 27% pour la même période, selon les données de FactSet.

Au cours de l'année à venir, la recherche mondiale de rendement dans les coins les plus risqués du marché ne devrait pas non plus s'atténuer.

La politique actuelle de taux bas de la Réserve fédérale n'a été que brièvement interrompue par une série de hausses de taux en 2018, qui ont été rapidement suivies par trois baisses de taux "d'assurance" en 2019.


En décembre, le président de la Fed, Jerome Powell, a signalé que la banque centrale maintiendrait les taux de référence bas dans sa fourchette actuelle de 1,5 % à 1,75 % jusqu'en 2020 pour aider à soutenir la modeste croissance économique américaine.


En attendant, les entreprises américaines de premier ordre devraient emprunter 1,2 trillion de dollars supplémentaires cette année en vendant de nouvelles obligations, soit à peu près le même volume qu'en 2019, selon un billet de client de Goldman Sachs émis vendredi.

Les analystes soulignent également qu'au cours de la seule semaine du 6 janvier, près de 70 milliards de dollars d'obligations d'entreprises de qualité ont été émis, ce qui en fait la deuxième semaine la plus importante en termes de volume dans la période post-crise.

En ce qui concerne les obligations à haut rendement, où les défaillances d'entreprises ont augmenté parmi les sociétés moins bien notées dans les secteurs en difficulté, Goldman s'attend à ce que les nouvelles émissions d'obligations totalisent 260 milliards de dollars pour 2020, soit à peu près le même volume que l'année dernière.


Tableau : L'envolée de la dette des entreprises notées BBB BofA Global Research

.

  
Répondre
gars d'ain gars d'ain
09/03/2020 15:22:10
0

A Wall Street, des "coupe-circuits" en place si la Bourse s'effondre trop vite


09/03/2020 | 14:10

New York (awp/afp) - Pour éviter les mouvements de panique, les places boursières américaines ont mis en place des coupe-circuits qui suspendent les échanges pendant quelques minutes quand certains paliers sont atteints, le temps que les investisseurs reprennent leurs esprits.

Les premiers coupe-circuits ont été mis en place après le Lundi noir du 19 octobre 1987, quand l'indice vedette de la Bourse de New York, le Dow Jones, s'est effondré de 22,6% en une seule journée.


Selon les règles en place depuis 2013, un premier blocage temporaire des échanges ("circuit breaker" ou "coupe-circuit") est imposé à la Bourse de New York lorsque l'indice élargi S&P 500 franchit un palier de 7% à la baisse.

Cet indice est considéré comme le plus représentatif de la santé des entreprises américaines dans la mesure où il intègre les 500 plus grandes sociétés cotées à New York.


Lorsque une chute d'au moins 7% survient (un "Level 1" selon la terminologie du gendarme boursier américain, la SEC), une pause de 15 minutes est instaurée avant que les échanges ne puissent reprendre.

Lorsque l'indice accélère ses pertes et franchit la barre des 13% de pertes, soit un "Level 2", une deuxième pause de 15 minutes est automatiquement mise en place.


Ces deux premières limites sont imposées jusqu'à 15h25, soit trente-cinq minutes avant la clôture des échanges.

Pour que la séance soit définitivement interrompue, le S&P 500 doit afficher une dégringolade de 20% "à n'importe quel moment durant la journée de cotation", précise le New York Stock Exchange (NYSE). Une fois ce palier franchi, les échanges sont arrêtés et remis à la séance suivante.

  
Répondre
gars d'ain gars d'ain
09/03/2020 15:18:09
0

Wall Street: les échanges suspendus 15 minutes après la chute de 7% du S&P 500


09/03/2020 | 15:02


New York (awp/afp) - Les échanges ont été suspendus 15 minutes à la Bourse new-yorkaise lundi après l'effondrement de 7% de l'indice élargi S&P 500 en pleine panique autour du krach pétrolier et des conséquences économiques du coronavirus.


Au moment de l'interruption, le Dow Jones Industrial Average s'était déjà écroulé de 7,29% et le Nasdaq, à forte coloration technologique, avait dégringolé de 6,86%.


La perte de 7% du S&P 500 a automatiquement déclenché un mécanisme d'interruption temporaire des échanges, permettant au marché et aux investisseurs de reprendre leurs esprits. Si l'indice abandonnait 13%, un deuxième arrêt d'un quart d'heure aurait lieu.


Au redémarrage des échanges, à 13H49 GMT, le Dow Jones perdait 7,29% à 23.979,79 points, le Nasdaq 7,10% à 7.966,94 points et le S&P 500 5,55% à 2.807,43 points.


Déjà lourdement affectée par les craintes liées au coronavirus, la place new-yorkaise était assommée lundi dès l'ouverture par l'effondrement des cours pétroliers, qui tombaient de plus de 20%.


En cause, la décision de l'Arabie saoudite d'adopter une politique de la terre brûlée en baissant drastiquement le prix de son or noir, après l'échec de négociations en fin de semaine dernière avec la Russie.


"La chute des prix pétroliers est mauvaise pour les pays producteurs de pétrole et les actions du secteur de l'énergie", note Art Hogan de National. Avec plus de 13 millions de barils extraits quotidiennement, les Etats-Unis sont le premier producteur mondial devant la Russie et l'Arabie saoudite.


"Mais ce qui est encore plus inquiétant, c'est qu'elle offre une perspective sombre sur le sentiment des investisseurs au sujet de la croissance économique mondiale", ajoute M. Hogan.


Sur le front du coronavirus, le bilan sanitaire a continué de s'alourdir pendant le week-end, les Etats-Unis comptant désormais 21 décès et plus de 500 cas de contamination.


Pour répondre à la panique qui s'empare des marchés, la Réserve fédérale a annoncé lundi qu'elle allait augmenter les montants qu'elle injecte chaque jour dans le marché monétaire, pour les porter à au moins 150 milliards de dollars quotidiens.


De son côté, l'économiste en chef du FMI a appelé à "une réponse internationale coordonnée" pour atténuer l'impact économique de l'épidémie du coronavirus


Autre signe de l'extrême frilosité des investisseurs, les taux à 10 ans sur les bons du Trésor américain s'écroulaient. Ils s'établissaient à 0,4502% après avoir atteint un plus bas historique à 0,3137% dans la nuit de dimanche à lundi.

  
Répondre
gars d'ain gars d'ain
09/03/2020 14:55:00
1

Cotation suspendue à Wall Street après une chute de 7% du S&P 500


09/03/2020 | 14:47


NEW YORK (Agefi-Dow Jones)--La cotation des actions est suspendue pour 15 minutes à Wall Street lundi, après une baisse de 7% de l'indice S&P 500 qui a provoqué un arrêt automatique des échanges ("circuit breaker").

L'ensemble des places boursières mondiales connaissent un lundi noir, sous l'effet de la propagation du coronavirus et de l'effondrement du baril provoqué par la décision de l'Arabie saoudite de déclencher une guerre des prix du pétrole face à la Russie. (vvenck@agefi.fr) ed: ECH

  
Répondre
tirelire19 tirelire19
06/03/2020 16:00:33
1

Gap de rupture en sortie du triangle rectangle même figure sur le Cac 40 .

L' effondrement du WS est en marche , voyez la baisse des taux d' intérêt par la FED a été vendue , la confiance est perdue .

Ce graphique est enregistré en vue intra day,

  
Répondre
gars d'ain gars d'ain
28/02/2020 00:29:14
0

Pour fêter 2020, Marianne a interrogé différentes personnalités sur la décennie à venir. Voici l'entretien réalisé avec Gaël Giraud, économiste, directeur de recherche au CNRS, ancien chef économiste de l'Agence française de développement.

https://www.marianne.net/economie/je-ne-vois-pas-comment-nous-pourrions-echapper-une-nouvelle-crise-financiere-entretien-avec

------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Où commencerait cette crise ?

Il y a beaucoup de foyers possibles. En premier lieu, il y a la dette des étudiants américains, qui dépasse les 1.500 milliards de dollars. Les étudiants américains qui arrivent sur le marché du travail ne peuvent rembourser leur dette que s’ils ont de hauts salaires dès le début de leur carrière. Et ce n’est possible que si l’économie américaine résorbe vraiment le chômage dissimulé derrière les petits boulots sous-payés, si l’inflation repart à la hausse accompagnée d’une croissance forte (ce qui serait une catastrophe pour le climat). Or, le risque que le marché du travail américain s’essouffle est réel.On pourrait alors se retrouver dans une situation analogue à celle de 2007.

Un deuxième foyer possible serait… une nouvelle crise des subprimes. Beaucoup d’institutions de crédit américaines ont recommencé les mêmes bêtises qu’avant 2007. Elles prêtent à nouveau à des ménages pauvres américains, avant de titriser ces crédits douteux et de les disséminer sur les marchés internationaux. Comme si nous n’avions rien appris de la déroute de 2008 ! Autre source possible aux Etats-Unis : la dette des cartes de crédit : 1.000 milliards de dollars environ. Ces montagnes de dettes sont d’ailleurs liées entre elles et dessinent une économie où la dette joue le rôle d’une drogue dure. Combien de temps le toxicomane américain parviendra-t-il à se procurer la came sans laquelle il ne peut plus vivre ?



  
Répondre
gars d'ain gars d'ain
27/02/2020 22:52:39
0

Vous allez pas mourir de rire....


• Dow jones à 25 756,94 pts et -4,45%

On vient de retomber sur le niveau de bourse du 27 février 2018 : 2 années de bourse à la poubelle en 5 séances.


• Hausse du VIX de +42,09%

.

  
Répondre
manuborelli manuborelli
27/02/2020 22:20:15
1

j'ai une question

je vois wall street 25 811.03 -4.25% sur abc bourse

dow jones 25 756. 94 -4.45%

sur bfm cloture dow jones

25 767 -4.42%

c'est quoi le bon chiffre?

Message complété le 27/02/2020 22:22:15 par son auteur.

ah ouais il y a un décalage

  
Répondre
gars d'ain gars d'ain
27/02/2020 22:17:38
0

ça continue encore plus bas ....


C'est la purge ! les stopless doivent lâcher en masse


25 756,94 et -4,45%

  
Répondre
gars d'ain gars d'ain
27/02/2020 22:10:53
0

çà s'aggrave vraiment... on vient d'éffacer la bagatelle de 18 mois de bourse à Wall Street.


Dow jones : 26 068,34 pts et -3,30%


On vient de retomber sur le niveau du 28 Août 2018.

(voir le graphe en précédent : direction 24 000 pts et moins...)

Message complété le 27/02/2020 22:12:30 par son auteur.

Les 26 000 finissent en slip : 25 913,67 et -3,87%

  
Répondre
gars d'ain gars d'ain
27/02/2020 19:55:02
0

Catastrophe chez l'oncle SAM : on vient d'effacer 10 mois de cotation boursière.


Reprenez mon dernière graphe au dessous, c'était parfaitement annoncé et on fait même pire. Les banques centrales ont vous jouer au plus malin en faisant remonter les bourses pour effectuer un magiquement island reversa baissier au dessus des pointillés rouges de l'oblique baissière.


Et donc ensuite, c'est la chute avec perte et fracas, c'est tellement rapide, qu'on saute maintenant les étapes pour combler les gaps.


Que d'argent gaspillé en rachat d'action et en dettes pour acheter les titres afin de faire monter les arbres au ciel. On vient de se cogner la tête au plafond de verre financier. Et du coup, le plafond descend avec le reste ...


ça devrait être lourd à digérer et la publication des T1 / 2020 devrait encore accentuer la pression : direction 24 932 pts.


.

  
Répondre
gars d'ain gars d'ain
24/02/2020 23:55:36
0

Coronavirus: à Wall Street, pire séance en deux ans pour le Dow Jones

Actualité publiée le 24/02/20 22:47

https://www.abcbourse.com/marches/coronavirus-a-wall-street-pire-seance-en-deux-ans-pour-le-dow-jones_496641

  
Répondre
gars d'ain gars d'ain
24/02/2020 17:22:41
0

Réintégration du biais baissier en cours après un bel "Island réversal" contradictoire de sommet de Graphe.


Le carottes sont cuites.... Les banques centrales et leur fidèle clique doivent intervenir à dont à heure qui l'est pour maintenir le navire amiral ...


On commença à lire de "ne pas céder la panique"... Tout est dit, les bears sont lâchés...

.

  
Répondre
tirelire19 tirelire19
24/02/2020 16:59:25
1

Ce n' est que le commencement !

  
Répondre

Forum de discussion Wall Street 30

202003122215 617237
ebook trading Téléchargez gratuitement le guide du trader 2021

Améliorez votre compréhension du climat économique avec le guide annuel d’Alvexo plébiscité par les traders afin de prendre des décisions de trading avisées.