OK
Accueil > Analyses > Chroniques

65 milliards d’économie !

Par Charles Dereeper, le 09/11/2011

charles dereeper

Vous aimez écrire ? vous souhaitez que vos textes soient publiés dans cette rubrique ? contactez-nous

Je découvre comme vous les dépêches avec le menu du chef du mois. C'est une véritable recette fiscale de haut vol qui est cuisinée sous nos yeux, le tout empaqueté de phrases grandiloquentes perpétuelles, genre effort historique et superlatif partout. La même tambouille habituelle d'étaler sur 4 ans au lieu de parler d'économies annuelles pour grossir le chiffre. Le subterfuge est digne d'une cour de récré du primaire, mais bon, il doit fonctionner s'il est employé... 15 milliards d'économies par an quand on dilapide 75 à 90 milliards, tu parles d'une efficacité et d'une révolution...

J'ai à nouveau cherché. On parle de retraites qui s'éloignent, d'impôts sur les sociétés en hausse, de taxation des revenus du capital, de TVA en hausse, de revalorisations de prestations sociales en baisse, d'indexation sur la croissance et non sur l'inflation et surtout, rigolons tous ensemble de cette belle phrase de François Fillon :

"C'est un signal très fort de la volonté de notre pays de maîtriser ses dépenses, d'équilibrer ses comptes sociaux", a-t-il souligné, à l'adresse particulière des agences de notation.

Maîtriser ses dépenses... le beau concept que voilà. Pour François Fillon, on maîtrise ses dépenses non pas en les réduisant. Non que non. On maîtrise ses dépenses en augmentant les recettes et les impôts. Géniâââââl !!!

Surtout, les adorateurs du concept qu'il faut acheter son logement principal plutôt que de louer car cela évite de mettre son argent à la poubelle tous les mois, vont en être pour leur frais. On commence à parler de la fin de la mesure Scellier pour 2012.

Je reste dubitatif quant à la volonté politique de soulever le couvercle de la poudrière immobilière française, une des dernières bulles de la planète encore intacte, mais sous la pression de la dette, si les politiciens s'amusent à retirer la béquille fictive de la défiscalisation pour soutenir les prix immobiliers avec une demande artificielle (n'oublions pas qu'on prend l'argent prélevé sur l'économie productive privée pour l'allouer aux hauts salaires en déduction d'impôts sur le revenu, dans le but de stimuler le prix des m² et l'offre locative), là, il y en a plein qui vont le sentir passer financièrement. Etre propriétaire va devenir un gouffre !

J'ai cherché sinon, mais je n'ai pas trouvé aucune déclaration qui tombe sous le sens d'un organisme qui a besoin de rétablir un équilibre financier :

1 - nous allons réduire la masse salariale et supprimer les services de l'Etat qui ne servent pas à grand-chose (ouh là, il va falloir des années pour l'évaluation tellement il existe de machins qui servent à rien)

2 - nous allons arrêter de prélever pour redistribuer en fonction de notre bon vouloir et affecter l'argent au retour à l'équilibre budgétaire (rappelons que la France prélève jusqu'à 1200 milliards d'euros par an pour un PIB de 1800, selon la cour des comptes quand on prend tous les prélèvements, même les plus cachés)

3 - ... bla bla bla

Bref, comme d'habitude, ceux qui fument de l'argent, parasites éternels français, se serrent les coudes en bloc, profitant en face de l'absence de regroupement de l'économie privée. Sur le papier, seule une guerre civile entre les rackettés et les racketteurs peut mettre fin à ce système.

Mais comme l'a montré l'histoire de la Russie ou plus récemment, la Tunisie, les peuples souhaitent majoritairement se faire tondre par une minorité qui les contrôle. Dès qu'il récupèrent un semblant de liberté, tout le monde s'empresse de remettre la chape de béton en place, sous une nouvelle étiquette pour pouvoir se dire qu'il y a eu du changement. Cela semble être un besoin humain que j'avais mal évalué depuis des années.

Arrêtons de rêver d'un monde libéral et libre qui n'existe plus depuis des décennies et rions de bon coeur devant le jeu de dupe des dirigeants français que les masses avalent sans trop broncher. C'est désormais ma politique perso.


Charles Dereeper

Twitter Facebook Linkedin email
Les derniers articles de l'auteur
logiciel chart 365 Suivez les marchés avec des outils de pros !

Chart365 par ABC Bourse, est une application pour suivre les marchés et vos valeurs favorites dans un environnement pensé pour vous.