OK
Accueil > Communauté > Forum Petrole WTI (baril en $)

Le baril de WTI en graphe. - Page 12

Cours temps réel: 87,31  2,00%



gars d'ain gars d'ain
12/02/2020 11:46:07
1

Rebond technique avant ... potentielle reprise baissière vers 45 $ et moins ?


Après l'annonce d'un ralentissement économique envisagé à cause du coronavirus sévissant en Chine. On envisage une réduction de la croissance mondiale objectivée pour 2020 de l'ordre de -0,5 à -1% sur les quelques 3% envisagés : c'est violent. Faut dire que la Chine pèse 35% de la croissance mondiale et que donc toute modification de son écosystème économique atteint rapidement le système économique mondiale et centralisé en bourse.


La fermetures des usines en Chine pour cause de mise à l'arrêt forcé devrait avoir des répercussion économiques qui ne seront connues qu'à l'issue des semestriels 2020. La moindre circulation des biens et des marchandises va ralentir le traffic Cargo, Aérien, et routier.


Le pétrole déjà en capacité de surproduction vient donc de se prendre une nouvelle gifle qu'il n'avait pas anticipé. Un pétrole sur 50$ durant plusieurs mois pourrait handicaper durablement les USA dont le pétrole de schistes doit impérativement être vendu à des niveaux de cours hauts pour en garantir sa rentabilité d'extraction et les performances de l'économie américaine.


On tente actuellement une nouvelle fois comme précédemment vers 2014 / 2016 de se mettre d'accord pour essayer de réduire la production afin de faire remonter les cours.

Pour l'heure graphiquement, c'est mal barré !


On vient de repasser sous une résistance importante en pointillés rouges et baissière. Malgré les derniers mouvements de hausse, comme on le voit, on reste inscrit dans une fourchette d'Andrew baissière. le manche de cette fourchette est logiquement basé sur le point haut graphique vers 114$ le baril.

On constate que dernièrement, on a échoué à sortir de la fourchette par le haut et que le repli qui s'en suit est très violent.

On devrait tenter actuellement un petit "W" haussier pour rebondir au dessus de l'oblique baissière. Mais tout aggravation de l'épidémie de coronavirus aggravera les conséquences économiques et donc affectera le pétrole.

L'économie étant toujours principalement basée sur le pétrole, les conséquences se feront sentir comme les dominos qui se couchent les uns sur les autres.

On vient encore d'effectuer un triple creux baissier noté "3" en vert et un triple TOP d'oblique baissière noté "3" en rouge. On remarquera qu'au dessus, la possible réalisation d'un nouveau triple creux sous la médiane d'andrews en marron vers 45$ nous tend les bras : c'est le rond orange noté "3".


En cas de poursuite de la baisse dans le canal baissier en pointillé rouges, on notera que l'oblique basse pointe sous 40 $ le baril. Je vous laisse imaginer les conséquences risques d'un tel scénario sur la bourse.

Concernant la bourse, un premier signal "effet Papillon" vient d'être donné dernièrement par l'indice "China Shanghaï composite" de Shanghaï qui a chuté en Krack boursier le 2 Février de -8,76% et de -11,56% en 2 jours.


Suffit de regarder ce qui c'est passé en bourse dans les mois qui ont suivi avec le dernier krack boursier chinois, le 24 Aout 2015 pour prendre cette alerte économique suffisamment au sérieux malgré toutes les couches de plâtres que sont en train de passer les banques centrales pour éviter que l'on voit les fissures du château de cartes actuel boursier...

Attention donc à l'avis de tempête potentiel qui pourrait avoir un effort lourdement dévastateur sur le château de carte....

.

  
Répondre
gars d'ain gars d'ain
07/02/2020 13:30:26
0

La Russie soutient la baisse de production proposée par un panel de l'Opep+

07/02/2020 | 06:57

Le ministre russe des Affaires étrangères a déclaré jeudi que la Russie soutenait la recommandation faite plus tôt par un comité technique de l'Opep+ de réduire provisoirement de 600.000 barils par jour (bpj) la production de pétrole de l'organisation en réponse à l'impact du coronavirus sur la demande en énergie.

S'exprimant lors d'une conférence de presse à Mexico, Sergueï Lavrov a indiqué que le président russe Vladimir Poutine s'était entretenu avec l'Arabie saoudite du nouveau virus coronarien 2019-nCoV qui s'est propagé en Chine et dans le monde.


"Nous soutenons l'idée" du Comité conjoint technique (JTC), a-t-il dit. "Bien sûr que (le coronavirus de Wuhan) aura des conséquences sur le marché pétrolier".


Le JTC est un organe non-décisionnaire qui conseille l'Organisation des pays exportateurs de pétrole et ses alliés (Opep+).

  
Répondre
gars d'ain gars d'ain
04/02/2020 21:29:30
0

ça chûte sévère !.... Les 50$ sont enfoncés.


Le pétrole continue de baisser, toujours miné par le nouveau coronavirus


04/02/2020 | 21:26

New York (awp/afp) - Les prix du pétrole ont poursuivi leur recul mardi, tombant à des niveaux plus vus depuis janvier 2019, dans un marché toujours inquiet de l'impact du nouveau coronavirus sur la demande chinoise et mondiale en or noir.

Le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en avril s'est établi à 53,96 dollars à Londres, en repli de 0,9% ou 49 cents par rapport à la clôture de lundi.


A New York, le baril américain de WTI pour le mois de mars a perdu 1% ou 50 cents à 49,61 dollars.

"Le marché reste démoralisé", indique Andrew Lebow de Commodity Research Group, alors que le bilan du nouveau coronavirus est monté mardi à 425 morts et 20.000 cas de contamination en Chine continentale.

Les investisseurs ont "certes écarté les pires scénarios, mais il ne fait aucun doute que la demande va en prendre un coup, au moins au premier trimestre", ajoute M. Tebow.

Dans ce contexte, la récente chute de la production de pétrole en Libye compte peu, précise l'expert, de même que la réunion exceptionnelle de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep).

Le cartel et son allié russe tiennent en effet mardi et mercredi une réunion technique à Vienne, où se trouve le siège du cartel, pour tenter d'enrayer la chute des prix.

Le bruit court que l'Opep s'apprête à retirer 500.000 barils par jour supplémentaires du marché, ont rapporté les analystes de JBC Energy, a ajouté Al Stanton, de RBC.


L'Opep et ses alliés envisageraient également d'avancer en février la prochaine réunion ministérielle prévue début mars.

Par ailleurs, les acteurs du marché se sont préparés à la publication mercredi du rapport hebdomadaire de l'Agence américaine de l'énergie sur les stocks de pétrole aux Etats-Unis.

Selon la médiane d'un consensus établi par l'agence Bloomberg, les réserves américaines de brut sont attendues en hausse de 3 millions de barils pour la semaine achevée le 31 janvier. Ceux d'essence sont également attendus en augmentation de 1,8 million de barils, contrairement à ceux de produits distillés qui pourraient baisser de 200.000 barils.

  
Répondre
LBWB LBWB
04/02/2020 20:33:47
1

MAJ


on reprend le décompte du 04/10

  
Répondre
LBWB LBWB
28/01/2020 14:24:21
1

Pullback sur oblique

Message complété le 01/02/2020 23:13:29 par son auteur.

J'ai bien peur que le support 50.52 lâche
cible 42.36

  
Répondre
Ptitchat72 Ptitchat72
27/01/2020 12:32:17
0

"Le coronavirus atteint même le pétrole !"


C'est pas le virus le soucis pour les marchés..

ça serait pas en Chine, tout le monde s'en foutrait !

  
Répondre
Bill17 Bill17
27/01/2020 11:11:18
1

Ce virus est une Benediction!!! Coronavirus ho Akbar!

  
Répondre
tirelire19 tirelire19
27/01/2020 11:09:12
1

Le coronavirus atteint même le pétrole !

  
Répondre
LBWB LBWB
23/01/2020 18:26:35
1

MAJ

Message complété le 23/01/2020 18:28:05 par son auteur.

55 support ?

Message complété le 25/01/2020 00:13:30 par son auteur.

L'oblique vers 52.5

  
Répondre
LBWB LBWB
16/01/2020 21:43:09
0

MAJ

  
Répondre
Ribo Ribo
17/12/2019 23:34:47
0

New York (awp/afp) - 17/12/2019 | 21:27 ►Le pétrole monte à Londres et New York à son plus haut en trois mois

Les prix du pétrole ont terminé mardi à leur plus haut niveaux depuis mi-septembre, toujours soutenus par l'espoir de voir la demande en énergie dopée par l'accord commercial conclu la semaine dernière entre les Etats-Unis et la Chine.

A Londres, le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en février s'est apprécié de 76 cents, ou 1,2%, pour finir à 66,10 dollars.

A New York, le baril américain de WTI pour janvier a gagné 73 cents, ou 1,2%, pour clôturer à 60,94 dollars.

"L'accord commercial préliminaire entre les États-Unis et la Chine, qui doit être entériné le mois prochain, continue de soutenir les cours du brut et des produits raffinés dans le mesure où il éloigne le risque de nouvelles barrières commerciales entre les deux plus grandes économies du monde", souligne Robbie Fraser, de Schneider Electric.

"Les États-Unis étant récemment devenus exportateurs nets de pétrole brut et de produits raffinés, l'accès au marché chinois est d'une importance capitale pour leurs exportations de brut ou de gaz naturel liquéfié", ajoute-t-il.

"Les relations commerciales apaisées" entre les deux pays sont à même de "présager d'un niveau (important) de demande dans le futur", relève pour sa part David Madden, de CMC Markets.

Pour Eugen Weinberg, de Commerwbank, la récente progression des cours est toutefois surtout le fruit de la récente décision de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) et de ses partenaires de restreindre encore leur production.

"Pour cette raison, il est peu probable que (la hausse des cours) dure encore longtemps car elle se traduira simplement par une hausse de la production pétrolière américaine et l'arrivée plus rapide des Etats-Unis à l'autosuffisance énergétique", avance le spécialiste.


Les acteurs du marché attendent désormais la publication mercredi des chiffres hebdomadaires sur les stocks de pétrole aux Etats-Unis de l'Agence américaine d'information sur l'Energie (EIA).

Selon la médiane d'un consensus établi par l'agence Bloomberg, les analystes s'attendent à une baisse des stocks de brut de 1,5 million de barils, à une hausse de ceux d'essence de 2,25 millions de barils et à un repli de ceux d'autres produits distillés (fioul de chauffage et gazole) de 100.000 barils.

  
Répondre
LBWB LBWB
17/12/2019 21:47:31
0

MAJ

  
Répondre
LBWB LBWB
05/12/2019 18:31:40
0

MAJ Graphe


Toujours Bull

  
Répondre
LBWB LBWB
16/11/2019 11:06:35
1

MAJ


UT Jour


Franchissement résistance oblique

décompte possible Bull avant reprise de la baisse

cibles 66 puis 76.90


invalidation < 50.60

  
Répondre
Luncyan Luncyan
22/10/2019 22:50:18
0

Ça marche pas.

Tu as pas 200 hebdo là donc je Suis pas sur que le calcul est correct

  
Répondre
LBWB LBWB
22/10/2019 21:51:22
0

Zoom


cours < MM 7 < MM 20 < MM 30 < MM 50 < MM 100

MM 200 support


le décompte graphe en dessous

  
Répondre
LBWB LBWB
04/10/2019 22:16:38
1

Retour sur support horizontal CT

  
Répondre
gars d'ain gars d'ain
03/09/2019 17:03:55
0

Suite des GRANDES aventures baissières du pétrole N°2, m'sio WTI...


Les cours se sont enfermés depuis 1 an dans un triancle obtus formé sur le sommet d'aout 2018 et le plus bas Décembre 2018 (obliques grasses en pointillés rouge et verts).


Depuis, on a tenté de repartir en conquêtes haussières sous l'effet d'annonces trumpesques, de guerre des puissance pétrolière, de menace de guerre, d'attaues de navires, de drônes, d'exclusion de marché (Vénézuela, Iran), d'accord de réduction de productions, etc.


Mais il faut bien se rentre compte que rien n'y fait, on constate depuis avril dernier, une mise en échec systématique des mouvements haussiers sous l'influence de différentes figures baissière.


Ainsi dernièrement, on vient d'éffectuer un triple top parfait sur la dent de fourchette intermédiaire au dessus de la médiane d'andrew (Fourchette notée N°2 en noir et gris). La conséquence est une brutale sortie baissière en cassûre du mouvement haussier (pointillés verts)


Ma théorie d'un possible report baissier du balancier baissier en direction de 42,95 prend de plus en plus corps (2 cartouche roses) : Prochaine étape , direction 50 euros et teste des 49,93 euros.


Ajoutons encore que la baisse de parité actuellement de l'euro face au dollar conjuguée à la baisse du pétrole pourrait faire des ravages dans l'économie américaine déjà largement malmenée et fragilisée par les exactions économiques internationales de Trump et le ralentissement important de la croissance chinoise...


Coté indicateur, vous remarquerez que si le RSI s'oblige encore à réagir sur l'effet des moyens financiers déployés, le MACD a bien du mal à se laisser convaincre d'une quelconque hausse.


Certains actuellement nous annoncent le retour d'un pétrole à 70 $, ils ont manifestement des choses à vendre à mieux et n'ont pas su voir le mouvement baissier estival qui se préparait... Comme chaque année dernièrement.


La baisse du pétrole devrait être compensée pour les pétrolières qui ont des raffineries par une poursuite de reprise haussière des marges de raffinages...

  
Répondre
gars d'ain gars d'ain
18/07/2019 21:32:36
0

Poursuite de la décrue boursière !

gloups 2 !


++++++++++++++++++++

Le pétrole baisse face au surplus d'offre et aux tensions commerciales


18/07/2019 | 21:26


New York (awp/afp) - Les prix du pétrole ont reculé pour la sixième séance de suite jeudi, réagissant à la crainte d'une offre excédentaire et aux tensions commerciales persistantes entre les Etats-Unis et la Chine.


Le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en septembre s'est établi à 61,93 dollars à Londres, en baisse de 2,72% par rapport à la clôture de mercredi.


A New York, le baril américain de WTI pour livraison en août a lâché 2,61%, à 55,30 dollars.


"Le production de pétrole continue de progresser en dehors des Etats-Unis et les réserves américaines de produits raffinés sont également en hausse", a rappelé Andy Lipow de Lipow Oil Associates.


Selon un rapport hebdomadaire publié mercredi par l'Agence américaine d'information sur l'Énergie (EIA), les stocks d'essence américains ont augmenté de 3,6 millions de barils la semaine dernière.


Les réserves d'autres produits distillés (fioul de chauffage et gazole) ont elles aussi avancé fortement, de 5,7 millions de barils.


En revanche, les stocks de pétrole brut ont baissé pour la cinquième semaine de suite, de 3,1 millions de barils à 455,9 millions de barils.


Depuis plusieurs mois, les prix du pétrole pâtissent de la hausse de la production américaine à des niveaux record au moment où s'intensifie la crainte d'un ralentissement de la croissance mondiale, et donc de la demande mondiale d'or noir.


Sur le front commercial sino-américain, le climat demeurait pesant alors que des informations de presse ont fait état d'un nouveau blocage des négociations entre Pékin et Washington.


Les États-Unis attendent de la Chine qu'elle revienne à ses engagements pris en mai avant qu'elle ne fasse volte-face et embrase le conflit commercial entre les deux pays, a indiqué le secrétaire américain au Commerce Wilbur Ross.


Faisant écho au président américain, qui a estimé mardi que la route était encore longue avant de nouer un accord avec Pékin, Wilbur Ross a insisté sur le fait qu'il s'agissait d'un "long processus".


Dans une interview à la chaine CNBC jeudi, le secrétaire américain au Trésor Steven Mnuchin a reconnu qu'il restait des "problèmes difficiles" à résoudre dans les discussions.


Les prix pétroliers ont par ailleurs brièvement sursauté en cours de séance après que l'Iran a annoncé détenir "un tanker étranger" et son équipage soupçonnés de se livrer à de la "contrebande" de carburant dans le Golfe, avant de repartir à la baisse.


"L'origine de ce tanker et de son chargement de pétrole restent mystérieuses ", a noté M. Libow.


"Si on avait eu confirmation qu'il s'agissait d'un tanker britannique ou américain, le marché aurait sans doute plus réagi. Comme ça n'a pas été le cas, il n'avait pas de raison de le faire", a ajouté l'expert.

  
Répondre
gars d'ain gars d'ain
02/07/2019 19:31:42
0

Comme prévu dans le graphe !


Pétrole 'WTI' (NYMEX): bute sur 60$, replonge sous 57$

Actualité publiée le 02/07/19 18:58

Le baril de pétrole 'WTI' (NYMEX) a buté à 3 reprises sur 60: il replonge sous 57$ et même 56,6$ et semble bien parti pour s'en aller combler le 'gap' des 53,83$ du 19 juin, la réduction de la production de l'OPEP devient un 'fait accompli' tandis que les perspectives de consommation de 'brut' se dégradent (sur fond de production record aux USA).


  
Répondre

Forum de discussion Petrole WTI (baril en $)

202002121146 485805
ebook immo