OK
Accueil > Apprendre  > Produits négociables

Les obligations convertibles, partie 3

Quelques explications

En dehors du nominal, du prix de remboursement et de la prime d'émission, l'appréciation d'une convertible met en jeu trois grandes notions.

La valeur ou prix de conversion
Celle-ci donne la valeur de l'obligation pour un cours donné de l'action. Elle se confond avec le cours de cette dernière quand la parité est d'une pour une. Si par exemple, la parité était de 3 actions pour 1 convertible avec un cours de 550, la valeur de conversion serait de 1 650.

La surcote ou décote de conversion
Il s'agit du rapport entre la valeur de conversion et le cours de la convertible. Lorsque la première est supérieure au second, il y a une décote : l'obligation n'atteint pas la valeur que lui assigne son " indexation " sur l'action.
Lorsque le cours de la convertible dépasse sa valeur de conversion, il y a surcote.
La décote est en général limitée à quelques pourcents, car, compte tenu des avantages de la convertible, il n'est pas normal qu'elle cote durablement au-dessous de sa valeur.
La surcote peut être au contraire élevée surtout dans le cas de baisse de l'action. Elle sera d'autant plus forte que la valeur de la convertible en tant qu'obligation est supérieure au prix de conversion.
Les décotes et surcotes par rapport à la valeur de conversion sont d'un calcul aisé.

Le risque de perte
Il se mesure par rapport à la valeur actuarielle de l'obligation. Il peut être très élevé quand la valeur de conversion est très supérieure. Si celle-ci, qui est le reflet du cours de l'action, est, par exemple, de 1 600 et la valeur actuarielle du titre de 800, le risque de perte sera de 50 %.

Comment gérer les convertibles

Souscrire à l'émission
C'est souvent une opération avantageuse mais qui exige en général de la patience. Car l'investisseur devra attendre que la hausse de l'action soit suffisante pour effacer la prime de conversion. La souscription à l'émission peut être également recommandée dans la perspective d'une première cotation au-dessus du prix d'émission, phénomène assez fréquent quand la prime d'émission est faible et quand l'action correspondant à l'obligation fait preuve de fermeté dans les jours qui précèdent.

L'émission des obligations convertibles est souvent réservée aux actionnaires en début d'émission pendant une période de quelques jours. Ils auront par exemple le droit de souscrire à une obligation pour 10 actions possédées. Il est dans la plupart des cas avantageux d'utiliser cette possibilité : il convient toutefois d'examiner les conditions de l'émission : son taux et surtout la prime de conversion pratiquée. Et surtout, il faut avoir une opinion positive à moyen-long terme des perspectives de l'entreprise.

Les trois étapes de la vie d'une convertible
Dans sa carrière boursière, une obligation convertible peut correspondre à trois types de placement différents : obligation pure, action pure ou mixte. Il arrive d'ailleurs qu'elle revête successivement ces trois formes. La plus intéressante pour l'investisseur est la convertible mixte.

Obligation pure
Chaque fois que la valeur de la convertible en tant qu'obligation est très supérieure au cours de l'action correspondante, son comportement tend à être identique à celui d'une obligation classique.
La perspective de voir les cours tirés par l'indexation sur l'action est trop éloignée pour stimuler la convertible, c'est donc son rendement actuariel qui commande sa valeur en Bourse.

Convertible type action
Chaque fois que l'action a fortement monté, ce qui rendrait la conversion certaine, le cours de l'obligation tend à épouser celui de l'action. Il peut en différer légèrement en raison :
- de considérations de marché boursier qui peuvent être accidentelles et passagères;
- d'un rendement de la convertible supérieur à celui de l'action;
- du fait que, en cas de baisse très forte de l'action, la convertible cesserait de suivre celle-ci à partir du moment où elle retomberait à sa valeur d'obligation classique pure.

La convertible de type mixte
Dans la vie d'une convertible, il y a des moments où sa valeur de conversion n'est pas très éloignée du cours qu'aurait le titre comme obligation pure.
La double nature de la convertible joue alors à plein. Toute hausse de l'action se propage très vite à l'obligation convertible qui, si le mouvement se prolonge, tend alors à suivre fidèlement les cours du titre sur lequel elle est en quelque sorte indexée.
En cas de baisse de l'action, le " parachute " obligataire se déclenche rapidement. Dès que l'obligation atteint son plancher actuariel, sa baisse s'interrompt. L'acheteur connaît ainsi assez bien le risque de baisse de la convertible qu'il acquiert.

exemple obligation convertible   convertible mixte

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :

Twitter Facebook Linkedin email