bourse investir
OK
Accueil > Apprendre  > Analyse technique

Analyse technique - Leçon 18 - Le CCI

Le Commodity Channel Index, ou CCI, est un indicateur technique de la famille des oscillateurs, développé par l'américain Donald Lambert au début des années 80. Conçu initialement pour étudier les marchés de matières premières ("commodities" en anglais, d'où son nom), le CCI a vu sa popularité se propager aux marchés d'actions où il présente des performances comparables.

Assez proche de l'indicateur Stochastique, le CCI a un comportement particulièrement nerveux dans son évolution et peut être rebutant à la première lecture tant les oscillations sont courtes dans leur période.

Plus le CCI est élevé, plus il y a une situation de surchauffe sur le cours (surachat). A l'inverse, un CCI très faible indique un titre délaissé, ou survendu, dans le jargon des analystes techniques.

Afin de filtrer les variations de l'indicateur et de n'en retenir que les informations les plus pertinentes, 2 niveaux sont tracés sur le graphique, à 100 et à -100. La majeure partie des oscillations se réalisent à l'intérieur de ces bornes, nous ne nous y intéresserons pas comme le préconise l'auteur.

En effet, tout ce qui se passe entre -100 et 100 est considéré comme n'apportant aucune information, le titre étant sensé être en période de "trading range" dans ces moments-là.

Pour mémoire, une période de "trading range" est une période d'évolution horizontale sur une valeur, période délicate pour réaliser des bénéfices compte tenu de l'absence de tendance marquée.

cci

Utilisation et interprétation

On peut retenir deux utilisations standard de l'indicateur : l'étude des divergences avec les cours et l'utilisation des niveaux de surachat/survente, 100 et -100, pour donner des signaux de trading.

Nous ne reviendrons pas sur l'utilisation des divergences que nous avons eu l'occasion d'aborder à maintes reprises dans les leçons précédentes. Nous avons d'ailleurs un exemple intéressant de divergence haussière sur le graphique ci-dessus. Il faut toutefois noter que l'apparition de divergences sur des zones extrêmes du CCI, comme dans l'exemple, les rend encore plus significatives.

En ce qui concerne les deux niveaux de 100 et -100, ils peuvent être utilisés comme des classiques niveaux de surachat/survente. Ainsi, tout passage au dessus des 100 nous indiquera un titre survalorisé. Le passage sous -100 indiquera une sanction excessive à court terme.

Pour valider notre entrée en position, nous pourrons attendre pour plus de sécurité que l'indicateur revienne dans sa zone neutre. Une fois rentré dans le trade, ce dernier pourra être accompagné tant que le CCI demeure dans sa zone neutre. Nous allons le voir en pratique dans l'exemple suivant.

analyse technique

Lors de notre première opération, fin avril, le CCI dépasse son niveau des 100. Pour intervenir et réaliser une vente à découvert sur le titre, nous attendons que l'indicateur amorce un repli et repasse sous les 100. C'est à ce moment-là que nous rentrons en position en vendant le titre. Même s'il y a une petite hésitation au début, le titre ne tarde pas à s'orienter en consolidation assez violente. Le CCI reste alors dans la zone neutre jusqu'en juin et c'est au moment où il passe sous les -100, annonçant une valeur bradée, que nous sortons de notre position. Bilan de l'opération, 25 euro de plus-value par titre (+33% !).

Dès lors, la situation s'inverse et nous revenons alors à l'achat sur le titre fin juillet (flèche verte), le titre a déjà commencé sa relance, mais peu importe, au contraire, cela nous permet de bien valider le retournement de l'action à la hausse. Notre achat réalisé à 50 euros sera ensuite débouclé mi-août, lorsque le CCI repassera au dessus de 100. Dans cette deuxième transaction, le gain est de 30% par rapport à notre cours d'achat.

Calcul

Le calcul de l'indicateur est assez complexe, il fait intervenir de nombreux calculs.

Dans une première étape, il s'agira de calculer le cours moyen pour chaque jour, suivant la formule suivante :

formule bourse

où H = plus haut de la séance, B = plus bas de la séance et C = cours de clôture

Nous calculerons ensuite la moyenne mobile de cette série de données, et ce pour chaque jour. La période retenue classiquement est de 14 jours. Appelons CMM cette moyenne mobile.

A l'aide des données précédentes, nous calculerons la "déviation moyenne" suivant cette formule :

cci

Enfin, le CCI pour chaque jour sera donné à l'aide de la formule ci-dessous :

lecon bourse

Conclusion

Le CCI, s'il demande à être un peu apprivoisé pour en tirer la quintessence, se révèle être un indicateur utile. Sa faculté, notamment à mettre en lumière les situations de sous ou surévaluations est très intéressante. Il ne sera pas utilisé de manière automatique dans un système de trading, se prêtant beaucoup plus à une interprétation visuelle et humaine afin d'invalider les faux signaux qui pourraient en découler.

 

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :

Twitter Facebook Google Plus Linkedin email

A lire également
Pour aller plus loin